Tous les articles par Manuel Charpy

Créer l’/Histoire – Lille III

Créer l’/Histoire – Lille III

http://crehist.hypotheses.org/130

Séminaire de Sylvie Aprile et Dominique Dupart

Séance 3 : Éditer l’histoire au présent

Mardi 13 décembre /17H30-19H30 / salle A4 219

 

Invités :

–Vincent CASANOVA, Directeur de publication de la revue Vacarme : « Vacarme : la vérité de l’indicatif » [Le titre de mon intervention fait signe vers l’entretien que Vacarme a réalisé, il y a dix ans, avec Pierre Vidal-Naquet [http://www.vacarme.org/article205.html]. Il incarne à lui seul ce que la revue essaie de faire depuis sa création : écrire au présent – c’est-à-dire écrire pour et dans le présent – à la confluence des savoirs savants et militants pour « s’orienter dans la pensée » et donc en action. Si cela semble parfaitement admissible quand il s’agit de se faire le porte-voix de travaux et recherches en sciences sociales du contemporain (sociologie, science politique, anthropologie.) dans la mesure où ce projet est quasiment consubstantiel de leur légitimité, cette ambition soulève des problèmes spécifiques avec les historiens – il y en a quelques-uns de métier dans le comité de rédaction mais ce sont des échanges avec ceux de renom (Philippe Artières, Anne Cheng, Alain Corbin, Arlette Farge, Gérard Noiriel, Régine Robin, Jean-Pierre Vernant.) que nous avons rencontrés dont il sera essentiellement question ici. En effet, d’une part, l’écriture de l’histoire entretient des rapports compliqués avec les savoirs militants souvent suspectés d’être subjectifs et partisans. D’autre part – et ce sera là le nœud principal qu’il faudra dénouer – s’intéresser aux temps passés en postulant d’emblée que c’est pour en faire usage qu’on se tourne vers eux, qu’ils portent, au-delà des réalités qu’ils font ressurgir, une vérité à conjuguer au présent, nous expose aux reproches d’instrumentalisation, et par conséquent de falsification. Je déplierai ainsi les tours et détours par lesquels nous nous efforçons de faire malgré tout – et surtout envers et contre tout – (de) l’histoire « de près, de loin » [titre de l’entretien réalisé avec Carlo Ginzburg en 2001 [http://www.vacarme.org/article235.html]]. Où il apparaîtra qu’il en va avec exigence d’une certaine politique de la vérité.]

 

–Eric HAZAN, directeur des éditions La Fabrique (L’invention de Paris. Il n’y a pas de pas perdus, Seuil, 2002 ; Paris sous tension, La Fabrique, avril 2011)

 

–Claude MILLET, professeur en littérature française à l’UFR Lac de l’université de Paris-Diderot, éditrice de la revue Écrire l’histoire (CERILAC Paris-Diderot) : « Ecrire l’histoire : ou le présent de la recherche entre littérature et histoire ». À partir de mon expérience de co-directrice de publication de la revue Ecrire l’histoire, je proposerai quelques observations sur la question de l’interdisciplinarité, sur les rapports des littéraires, historiens de l’art, esthéticiens, etc… à l’histoire, sur les rapports des historiens à la littérature et aux arts, pour ensuite réfléchir sur les chances et les risques qui sont le propre d’une revue interdisciplinaire.

 

 

 

 

 

 

*Les Balkans en studio, 1858-1945 – par Manuel Charpy

L’âge d’or de la photographie albanaise, 1858-1945 – La dynastie Marubi et les rhapsodes de lumière 1858-1945

Maison européenne de la photographie, jusqu’au 8 janvier 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’âge d’or de la photographie albanaise, 1858-1945 – La dynastie Marubi et les rhapsodes de lumière 1858-1945.

Maison européenne de la photographie (Paris), jusqu’au 8 janvier 2012.

Catalogue : Loïc Chauvin et Christian Raby, avec préface d’Ismail Kadaré, Marubi, une dynastie de photographes albanais, Paris, Écrits de lumière, 2011.

 

Femmes catholiques voilées manœuvrant une machine à coudre Singer dans un décor de forêt brossé sur toile ou Albanais en moustache et costume brodé toisant avec mépris un officier ottoman flanqué de ses sbires qui tente de l’enrôler : autant d’images présentées par l’exposition de la Maison européenne de la photographie et qui dévoilent ou plus sûrement exposent l’Albanie avant et après sa naissance. Si accrochage et éclairage sont maîtrisés, la faiblesse des textes et la disjonction entre textes et images, soigneusement reproduite dans le catalogue, laissent penser que le contexte historique pourrait amenuiser le pouvoir esthétique de ces images. Il n’en n’ai rien : les éléments historiques, présents succinctement dans le catalogue, redonnent tout leur sens à ces images dont le contexte – l’Albanie des années 1860-1930 – demeure peu connu.

 

•De l’Italie à l’Albanie

Les photographies réunies à la Maison européenne de la photographie par Loïc Chauvin et Christian Raby sont constituées pour l’essentiel par les tirages choisis dans l’immense collection – près de 120 000 plaques de verre qui couvrent les années 1860-1970 – de la famille Marubi. Pjetër Marubi est un immigré italien installé dans un vilayet albanophone de l’Empire ottoman, faisant ainsi le chemin inverse des insurgés albanais réfugiés en Italie. Marubi s’installe à Shkodra, capitale d’un vilayet à majorité catholique. Architecte et peintre, Pjetër Marubi qui s’adonne à la photographie en amateur ouvre finalement dans les années 1850 ce qui est sans doute un des premiers studios de photographie de la région. Il donne véritablement naissance à la photographie albanaise, tant par sa lignée familiale qui voit notamment son fils Kel Marubi prendre les rênes de la maison autour de 1900, que par ses apprentis qu’il forme à l’instar de Kolë Idromeno, immigré grec qui achève sa formation aux Beaux-Arts de Venise avant de revenir travailler en Albanie.

 

•Portrait d’Empire

La photographie et plus précisément le daguerréotype advient tôt comme le note Christian Raby dans l’Empire ottoman. On sait que la photographie se diffusa à travers le monde en quelques années. Pour l’Empire ottoman, dès l’automne 1839, Horace Vernet et Frédéric Goupil font leur voyage en Orient appareil en main. L’Empire lui-même et singulièrement les élites politiques et administratives identifient rapidement la puissance politique de ces images nouvelles. Abdülhamid II, régnant de 1876 à 1909, comme le rappelle encore Christian Raby dans le catalogue, fait confectionner 51 albums, comprenant au total plus de 1 800 photographies de l’Empire. Offerts en cadeau à la bibliothèque du Congrès américain et au British museum, ces albums présentent et tentent de préserver une image d’unité, alors que l’Empire se délite. L’Empire ottoman favorise ainsi le puissant développement de la photographie sur son vaste territoire, d’autant plus qu’il en fait un instrument administratif de connaissance du territoire.

 

•Construction d’une identité politique et culturelle

Dans ces confins d’un Empire alors en décomposition, les quatre vilayets albanophones sont traversés par le mouvement nationaliste qui traverse l’Europe. Marubi lui-même est un garibaldien qui semble avoir fuit l’Italie pour se réfugier dans les marges de cet Empire. Marqué par cet engagement initial – et sans doute après l’avènement de l’Italie –, Marubi adhère à la cause albanaise réclamant la création d’un territoire selon de nouvelles frontières linguistiques et souhaitant sans aucun doute l’émancipation de terres catholiques et orthodoxes par rapport à une administration centrale musulmane. La collection des images de Marubi nous fait ainsi entrer dans la fabrication de la nouvelle identité albanaise et la création de l’Albanie. Les images disent partout cette nouvelle revendication nationaliste albanaise. Dans ces photographies de studio aux décors bucoliques, pullulent les armes à feu. Marubi donne à voir un peuple en armes : enfants posant avec des fusils en réduction mais qui semblent opérationnels, fusils interminables qui font des rebelles des chevaliers, ou encore autour de 1900, Kel Marubi lui-même posant en combattant, instruisant d’autres hommes au maniement des armes à feu. La symbolique de ces armes – outre leur pouvoir militaire – n’échappe pas au pouvoir ottoman qui tente de désarmer massivement les Albanais en 1910 ce que racontent ironiquement quelques images.

Les vêtements eux aussi disent l’insurrection nationaliste : les costumes italiens des hommes valent par exemple pour contestation du costume ottoman. Le pittoresque lui-même peut être lu comme relevant de l’insurrection nationaliste : les bergers en haillons et fourrures mais armés mettent en scène un peuple tout entier converti alors que hommes comme femmes portent avec fierté les costumes nationaux qui marquent une double émancipation par rapport à l’Occident conquérant et par rapport à l’Empire musulman.

Les tensions nationalistes qui traversent l’Empire débouchent sur la création de l’Albanie en 1912 et, pour quitter pleinement le XIXe siècle, sur l’avènement du roi Zog 1er dont les photographies donnent une image d’un roi d’opérette, en bottes blanches et chapeau à aigrette sur fond de tapis turc, flanqué de gardes ou encore d’un athlète du dimanche, posant fièrement avec des altères sur une jetée de la Mer adriatique.

Les studios Marubi enregistrent ainsi l’invention du nationalisme albanais dans toutes ses phases. L’exposition amène ainsi à s’interroger sur la place et le rôle de la photographie dans la production de l’identité albanaise, dans la seconde partie du XIXe siècle, et au-delà des identités nationales européennes et sur la manière dont, par sa technique, la photographie fixe et diffuse costumes ou gestes.

 

•Entre ethnographie et tourisme

La pratique photographique des studios Marubi n’a à priori rien d’original : les décors peints, le plus souvent bucoliques, sont les enfants naturels de la photographie de studio et de la peinture. Au sol, s’étalent tapis turcs, visiblement acclimatés, et paille et copeaux qui figurent des sols naturels couverts de végétations locales. Sellettes et fausses balustrades sont celles que l’on trouve partout à travers le monde. Mais les accessoires signent aussi l’attachement au monde rural et au territoire : amas de branches rustiques, peaux de bêtes… Enfin, quelques objets, outre les armes à feu, marquent la modernisation : machine à coudre Singer ou chaussures à vis.

Les costumes affichent l’appartenance linguistique et territoriale ; ils sont aussi la revendication d’une spécialité artisanale et industrielle de la région devenue le signe culturel d’une appartenance que l’on veut alors ethnique. Le Dictionnaire du commerce de Guillaumin note ainsi en 1900 comme une des spécialités à acheter dans l’Empire ottoman, « les vêtements brodés de l’Albanie ».

Pour comprendre ces images, il faut en effet se souvenir qu’elles sont aussi produites pour le marché alors en croissance du tourisme. Les studios Marubi produisent ainsi à partir des années 1890 des cartes postales qui caricaturent les traits locaux, les types sociaux – bergers, prostituées, rebelles, femmes catholiques, jeunes musulmanes, couple de montagnards pittoresquement vêtus… – et qui accentuent les signes pittoresques que sont les accessoires rustiques et les vêtements prétendument traditionnels. Ces images sont vendues en Italie et sans doute au-delà en Europe. Comme l’indiquent les auteurs du catalogue, quelques-unes sont publiées dans la presse internationale – The Illustrated London ou L’Illustration. On ne peut dès lors s’empêcher de penser que ces stéréotypes identitaires sont construits par la multiplication photographiques de ces clichés.

 

•Balkanisation

Diffusée à l’échelle du monde dès les années 1860, la photographie a permis ce phénomène paradoxal : dans un même mouvement, toutes les sociétés du monde et singulièrement les sociétés urbaines, se sont dépeintes elles-mêmes avec la même technique, les mêmes décors, les mêmes lumières, les mêmes accessoires et les mêmes gestes, soulignant du même coup dans ce portrait uniforme du monde, les singularités locales. À côté d’un portrait pittoresque dressé par l’œil touristique, ces images sont aussi une représentation de la société albanaise dans sa diversité – notamment religieuse –, à un moment où elle élabore une nouvelle identité. Échappant ainsi à l’exotisme de la photographie turque comme de la photographie touristique, quelques images surprennent par leur capacité à condenser les tensions culturelles, sociales et politiques qui secouent alors les régions albanophones des confins de l’Empire ottoman, et les Balkans dans leur ensemble. Qu’on songe à ce jeune homme imberbe habillé avec les vêtements qui manifestent d’ordinaire une femme catholique et posant dans un décor échappé d’une peinture bucolique anglaise : à défaut d’explications, elle souligne la complexité d’une région aux confins de l’Empire ottoman et tournée vers l’Italie naissante, tiraillée entre structures administratives centrales et organisations claniques locales, partagée alors pour moitié entre chrétiens et musulmans, mêlant revendication d’une indépendance sur des bases linguistiques et culturelles par le folklore et violences armées.

Manuel Charpy

 

 

 

 

 

Les usages sociaux de la littérature, XIXe-XXe siècles – EHESS

Les usages sociaux de la littérature, XIXe-XXe siècles

EHESS-Centre de recherches historiques
Séminaire de Judith Lyon-Caen

1er et 3e vendredis du mois de 11 h à 13 h (salle des artistes, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 4 novembre 2011 au 1er juin 2012

Programme

4 novembre 2011: Introduction générale.

2 décembre 2011 : Histoire sociale, histoire des représentations et histoire des écrits (XIXe siècle)

16 décembre 2011 : Les usages politiques de la littérature au XIXe siècle – 1
Les fictions de 1848 : Champfleury

6 janvier 2012 : Les usages politiques de la littérature au XIXe siècle – 2
Dumas, maître du temps ? Roman historique et historiographie romanesque

20 janvier 2012 : Les usages politiques de la littérature au XIXe siècle – 3
Le travail et l’écriture du ralliement – Barbey d’Aurevilly

3 février 2012 : Comment on écrit l’histoire de la folie au XIXe siècle
Séance commune avec Jean-Luc Chappey. Discutante : Anne Simonin

17 février 2012 : Histoire (du XIXe siècle) et psychanalyse. Retours d’expérience

2 mars, 16 mars, et 30 mars 2012  : Autour de Michel Borwicz, acteur, témoin et historien de l’écrit dans l’événement (Ecrits des condamnés à mort sous l’occupation nazie, 1953)

6 avril 2012 : Lectures récentes et travaux d’étudiants

4 mai 2012 : Ce qui vient du passé dans Les Années d’Annie Ernaux (2008)

18 mai 2012 : Présence et effacement du temps, Annie Ernaux

1er juin 2012 : Conclusions

Parler en guerre au XIXe siècle | Littérature et Histoire – Appel à contributions

Parler en guerre au XIXe siècle/ Journée d’étude Littérature et Histoire / vendredi 5 octobre 2012Journée d’étude interdisciplinaire Littérature/Histoire organisée par l’équipe d’accueil Alithila et le laboratoire UMR 8529-CNRS Irhis à l’université de Lille III.

Vendredi 5 octobre 2012

 

Le projet de recherche interdisciplinaire  Parler en guerre est porté par deux laboratoires de l’université de Lille III : l’équipe d’accueil Alithila (U.F.R de Lettres) et le laboratoire Irhis (U.M.R 8529)

La journée d’étude programmée le vendredi 5 octobre 2012 à l’université de Lille III se propose d’être le premier chapitre du projet de recherche Parler en guerre. Elle est destinée à explorer une histoire moderne de la guerre encore proche de nous – le XIXe siècle, siècle de nombreuses guerres civiles, étrangères et coloniales, siècle qui voit émerger une nouvelle culture visuelle et scientifique de la guerre. Cette histoire plurielle de la guerre reste néanmoins plus silencieuse quand il s’agit de confronter le conflit de rue avec le genre militaire et littéraire du récit de la bataille, l’affrontement du peuple et des soldats  de la ligne, la prise d’assauts, la charge, la capitulation, l’attente  – en bref toutes les figures de l’art de la guerre – avec le réseau de paroles, de discours, de tribunes sans lesquels une guerre ne pourrait se faire : car, aussi étrange qu’il puisse paraître, les scènes de guerre les plus bruyantes comme les plus silencieuses n’adviennent et ne parviennent jamais jusqu’à nous sans être doublées, tissées d’un ou de plusieurs paroles, discours, de sorte que c’est en se penchant sur l’inscription littéraire, oratoire, lyrique, polémique de ces discours tenus dans un milieu qui à première vue les abolit qu’on peut davantage saisir ou entendre ce qui favorise la guerre, ou ce qui la condamne, ou encore ce qui différencie une guerre d’une autre.

Parler en guerre, c’est faire parler la guerre autrement qu’on pourrait s’attendre à l’entendre, l’entendre aussi dans d’autres lieux où on l’attend, c’est faire surgir dans le présent du combat un recul, une prise de distance par l’histoire, c’est aussi vouloir, parfois, contredire, combattre, contrecarrer par des actes de parole l’histoire qui est en train de se faire et auquel notre présent se refuse au point de devenir étranger à nous-mêmes, déjà advenu, ou encore tourné vers la lutte, utopiste, prophétique. L’enjeu de cette journée d’étude est la définition des genres singuliers, des pratiques anthropologiques de paroles, des systèmes concrets de langage, ou des phénoménalités de discours qui ont été les plus féconds, les plus productifs pour  faire comprendre à celui qui était jeté dans la tourmente ce qui lui advenait, pour dire, pour adresser la guerre elle-même : Parler en guerre, c’est mettre en œuvre une sorte de réflexe épistémologique incarné en acte dans le discours.

Pour autant, les discours à la première personne ne sont pas seulement les matrices possibles d’une lecture oralisante de la guerre.Aux suppliques, aux insultes, aux menaces, aux harangues doivent s’ajoutent les chansons, les discours politiques – parlementaires ou de rues – les carnets, les chroniques, les textes qui insèrent dialogues, déclamations qui authentifient et légitiment le témoignage (on songe aux Choses vues de Victor Hugo, aux Souvenirs de 1848 de Maxime Ducamp, à Jules Vallès, aux romans qui se sont emparés de la fresque des insurrections, aux Mémoires : autant d’œuvres qui retranscrivent littérairement ou non les situations de paroles propres aux insurrections.)

Les mots des combats, les langues des conflits – qui ont déjà été l’objet d’études individuelles ou collectives, – que ce soit dans le domaine de la recherche historique ou celui de la recherche littéraire – ne doivent pas être coupés d’un regard anthropologique inséparable d’une réflexion sur l’incarnation en paroles. Les historiens contemporains des insurrections advenues pendant le second tiers du siècle se confrontent ainsi aux allocutions oratoires, tribuniciennes et lyriques qui prennent place pendant les combats  et dont il ne fait pas de doute qu’elles s’inscrivent au même titre que les œuvres canoniques dans l’histoire des formes poétiques du siècle. En insurrection, Lamartine ne fait pas des vers : il fait l’orateur. D’autres en font. En guerre, en insurrection, au XIXe siècle, on pratique les Belles-Lettres : on ne les renie pas. C’est que pour les contemporains des conflits armés de ce siècle l’usage de la force et de la violence n’impliquent pas le moins du monde qu’on cesse de parler et même qu’on cesse de faire œuvre par le langage. Parler en guerre, c’est aussi faire la guerre en parole. Les bulletins de la Grande Armée sont lus à haute à voix par les maires dans les villages, par les acteurs au théâtre, par les prêtres durant le prêche.

En guerre, on parle sous forme d’adresses, d’injonctions, de menaces, de prières. On parle aussi en suppliant, en chantant ou en mourant : tous actes de paroles dont la compréhension est inséparable de l’étude des formes, des pièces de langage, œuvres en lesquels ils s’incarnent. Le chercheur en histoire comme le chercheur en littérature, s’il veut se pencher sur ce qu’il faut concevoir autrement que comme une simple littérature de guerre, doit faire l’effort de saisir son objet selon une perspective pragmatique  – on parle en guerre en vue de, pour faire, pour ne pas faire, pour, contre. Différentes temporalités du combat (paroles de vainqueurs et de vaincus, mot de la victoire et de la reddition comme différents acteurs (officiers  ou soldats, porte-parole et négociateurs, déserteurs, prisonniers civils hommes et femmes, observateurs) font aussi parler différemment la guerre. Celle-ci est saisie entre deux systèmes symboliques d’enregistrement : l’oreille humaine, la mémoire – on se souvient de ce qu’on disait, de ce qu’on entendait, de ce qu’on chantait, des cris – et la plume qui retranscrit, celle des journalistes de presse (par exemple, les grandes pages du Moniteur écrites à vif au cours des journées d’insurrections mais aussi les pages des chroniqueurs, des mémorialistes, des militaires ). Les plus illustres représentants sont accompagnés du plus grand nombre : on songe ainsi  à la quantité inépuisable de narrations anonymes des insurrections du XIXe siècle qui sont parvenues jusqu’à nous et, par extension, à la confrontation au sujet de la guerre des traces écrites anonymes avec les œuvres reconnues, établies, signées pour transcrire le même événement.

Chaque contributeur aura conscience que cette journée est l’occasion d’une rencontre sur ce sujet précis Parler en guerre entre historiens et littéraires, une rencontre destinée à confronter les approches, les regards :  afin que, brièvement, partiellement, la parole ne soit plus seulement réduite à un métadiscours sur l’événements assigné à demeure à la sphère des représentations  ou à un objet formel, littéraire séparé de l’histoire qui l’a vue naître.  Cette journée s’inscrit ainsi dans la lignée des travaux initiés par la revue transdisciplinaire Ecrire l’histoire (Paris-Diderot /Cerilac).

Les interventions, après évaluation par le comité scientifique, pourront faire l’objet d’une publication numérique par les laboratoires organisateurs.

Les propositions de discussion et de contribution (jusqu’à fin janvier 2012) sont à adresser à :

– Sylvie Aprile (saprile@noos.fr)

– Dominique Dupart ( dominiquedupart@hotmail.com).