Tous les articles par editeur

*Exposition Dickens and London – par Fabrice Bensimon


Dickens and London
– Exposition au Museum of London, du 9 décembre 2011 au 10 juin 2012

2012, année Dickens. Pour le bicentenaire de sa naissance, une série d’événements sont prévus, dont une rétrospective d’adaptations cinématographiques au British Film Institute et cette exposition, dans un des musées historiques les plus aboutis.

L’œuvre de Charles Dickens (1812-1870) est en effet autant marquée par Londres que celles de Balzac et d’Hugo le sont par Paris, et cette relation est l’objet d’une abondante bibliographie. Le plus populaire des romanciers victoriens vécut l’essentiel de sa vie dans ce qui était alors la plus grande métropole au monde. Dickens habita plusieurs quartiers et sa demeure de Bloomsbury est maintenant devenue un intéressant petit musée qui a prêté plusieurs objets pour cette exposition, dont le bureau du prolifique écrivain. Dickens arpentait longuement les rues de la capitale, la nuit notamment. Doté d’une exceptionnelle mémoire visuelle, il faisait de ses randonnées urbaines celles des personnages de ses livres. Il avait également une excellente mémoire des accents et des dialectes, que ses romans rendent souvent avec justesse, ainsi que l’illustrent quelques enregistrements commentés. À bien des égards, Dickens a même inventé le Londres victorien, son tumulte, sa pénombre, son dédale de rues et de cours pavées, éclairées au gaz et noyées dans le brouillard. L’incarcération pour dette du père de Dickens à la prison de Marshalsea, sur la rive Sud de la Tamise, alors le jeune Charles n’avait que 12 ans et dut travailler dans une fabrique de cirage, trouva plusieurs échos dans son œuvre ultérieure ; l’exposition met en évidence ces correspondances, quand bien même cet épisode ne fut révélé qu’après la mort de Dickens. Dans les années 1830, l’écrivain connut vite le succès et devint un homme riche, proche des grands auteurs et des puissants, à la prose marquée par le souci moral de l’oralité de la lecture familiale.

Une partie de l’exposition est consacrée aux « amusements » populaires, le théâtre notamment, avec lequel Dickens entretenait des rapports étroits, comme spectateur, comme acteur dans des représentations privées, mais aussi comme dramaturge, y compris à son corps défendant quand on pillait ses romans-feuilletons, en anticipant parfois sur le dénouement des œuvres. Le feuilleton créait également d’autres attentes, comme la demande, formulée par des lecteurs, de ne pas laisser mourir tel personnage enfantin qu’on pressentait condamné. Dickens embrassait toutes les innovations techniques de son temps. Il parcourut le pays en chemin de fer, traversa l’Atlantique dans un vapeur, fut journaliste et éditeur de journaux, utilisa abondamment la Penny Post – et ses romans évoquent chacune des facettes de la modernité de cette ville-monde qu’était Londres.

La dernière salle est consacrée à la vie et à la mort, en particulier celle des enfants, comme celle de Dora, un des dix enfants qu’eut Dickens, et celle de sa jeune belle-sœur, Mary Hogarth, qui le bouleversa et devint, là aussi, l’inspiration de plusieurs épisodes romanesques ultérieurs. L’exposition montre non seulement des manuscrits de Dickens et des épreuves largement corrigées. Elle met également en évidence d’autres rapports entre l’auteur et ses textes : de 1858 à 1870, Dickens fit plusieurs centaines de lectures publiques à succès, fort lucratives, d’extraits de ses œuvres. Il modifiait parfois son propre texte et l’annotait d’indications de tonalité et de jeu (« Action ! », « Terror », « Mystery »), comme le montre un livret fascinant.

Il s’agit donc d’une exposition historique, où le parcours de l’auteur, ses multiples rapports à la ville, les amitiés et les cercles de connaissance, les contextes de l’écriture, la réception et les usages de l’œuvre font partie des questions posées, auxquelles les documents présentés offrent quelques éléments de réponse, parfois étonnants.

Fabrice Bensimon, 23 décembre 2011.

http://www.museumoflondon.org.uk/London-Wall/Whats-on/Exhibitions-Displays/Dickens-London/Default.htm

Le volume 13 des Fragments d’histoire du Compagnonnage


Le volume 13 des Fragments d’histoire du Compagnonnage vient de paraître .  

Au sommaire :

“L’utilisation industrielle des animaux”.
Laurent Bastard évoque les innombrables usages anciens des matériaux d’origine animale : la peau, les os, les cornes et sabots, les dents, les poils, les viscères, le sang, etc. mais aussi les coquilles, les excréments, les éponges et les coraux, le mucus d’escargot, etc. Les ébénistes, les tanneurs, les fourreurs, les fabricants de parapluies, les pharmaciens, les bijoutiers, les industriels du sucre, les savonniers, les maçons, les peintres, tous ont employé ou emploient encore des matières dont l’origine et l’exploitation soulèvent diverses questions… (p. 6-71)

“Heurs et malheurs du travail”.
Jean Marie Moine analyse à travers les chansons du XIXe et du XXe siècle comment le travail a été perçu : comme une bénédiction divine, dans une optique chrétienne, comme une fierté par les compagnons, comme une exploitation de l’enfance au tombeau, par les courants syndicaux et libertaires. Et il évoque aussi l’absence de travail : l’oisiveté des riches, le repos hebdomadaire et les loisirs, la réduction du temps de travail, la grève… Un sujet toujours d’actualité ! (p. 72-105)

“Les blasons des métiers du Compagnonnage”.
Jean Philippon montre que chaque corps compagnonnique s’identifie par un blason composé d’outils, mais aussi de devises et d’emblèmes non-professionnels, tels que la ruche, la balance, l’étoile… Mais au fil des décennies, les blasons de chaque métier ont sans cesse évolué, perdant certains éléments ou ajoutant de nouvelles figures aux  compositions originelles. Les blasons racontent donc une histoire… (p. 106-135)

“Les dernières demeures des compagnons tourangeaux”.
Pierre Graindorge et L. Bastard ont recensé et analysé toutes les tombes des compagnons présentes dans les cimetières de Tours et dans un rayon de 15 km. Leurs recherches se sont étendues aux monuments présentant des analogies symboliques avec elles : tombes corporatives, maçonniques, d’architectes, d’élèves des écoles d’arts et métiers… Une enquête illustrée sur le patrimoine funéraire, qui est méconnu et menacé… (p. 136-183)

192 pages grand format (21 x 30 cm), abondamment illustrées.
Prix : 22 € (ajouter 4 € pour l’expédition) ; chèque à l’ordre du Trésor public.

(Sylvie Aprile)