Tous les articles par editeur

Jean-Noël Tardy, Les Catacombes de la politique. Conspiration et conspirateurs en France 1818-1870 | Position de thèse

Jean-Noël Tardy, Les Catacombes de la politique. Conspiration et conspirateurs en France 1818-1870. Thèse de doctorat d’histoire soutenue le 7 décembre 2011 à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, devant un jury composé de Philippe Boutry (président), Jean-Claude Caron, Dominique Kalifa (directeur de la thèse), Natalie Petiteau, Pamela Pilbeam.

Cette thèse de doctorat, intitulée Les Catacombes de la politique. Conspiration et conspirateurs en France 1818-1870, est le produit de plusieurs années de travail sur un objet réévalué récemment par l’historiographie : le complot politique. Elle développe un questionnement à la croisée de l’histoire politique, l’histoire de la justice et l’histoire des imaginaires sociaux.

L’étude des complots politiques a souffert durablement des critiques de l’école des Annales. La conspiration semblait réunir les trois idoles de l’historien dénoncées par François Simiand : la politique, l’individu et la chronologie. Depuis les années 1990, l’évènement a fait l’objet de nouveaux questionnements. Considéré comme observatoire privilégié sur la société, il dépassait les critiques des tenants de la longue durée et redevenait un objet d’histoire pertinent. Ma recherche s’inscrivait ainsi en partie dans ce retour de l’histoire politique mais son sujet n’était pas un évènement précis ou une série d’évènements mais la conspiration elle-même comme forme aux multiples dimensions, politique, judiciaire et culturelle qualifiée par les contemporains de complot, conspiration ou conjuration. Continuer la lecture de Jean-Noël Tardy, Les Catacombes de la politique. Conspiration et conspirateurs en France 1818-1870 | Position de thèse

Le blog Gallica

Le blog de Gallica : des articles des conservateurs en particulier sur la numérisation des documents anciens.
© Célestin Nanteuil, Jeune fille attachée sur le dos d'un cheval au galop, vers 1840, lithographie, 19,5 x 19,8 cm, BnF.

« Dissenting Academies 1660-1860 : pour une nouvelle historiographie » | Séminaire franco-britannique d’histoire

Séminaire franco-britannique d’histoire

Université Paris IV-Sorbonne, en partenariat avec l’Institute of Historical Research (University of London) et le Groupe d’histoire intellectuelle (Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis)

Jeudi 16 février à 17h30 : Françoise Deconinck-Brossard (Paris Ouest-Nanterre), « Dissenting Academies 1660-1860 : pour une nouvelle historiographie »

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421

Discutante : Liliane Perez (Paris 7)

Résumé : « Entre la Restauration et le milieu du 19e siècle, les Non-conformistes anglais, qui pouvaient difficilement étudier à Oxford ou à Cambridge sans scrupule de conscience, fondèrent leurs propres établissements d’enseignement supérieur afin de donner une formation adéquate aux jeunes gens se préparant à devenir pasteurs ou bien à embrasser une carrière dans le monde des affaires. Parmi les anciens étudiants des « Académies dissidentes » figurent plusieurs archevêques (Secker), évêques (Butler), hommes politiques, ainsi que des écrivains et penseurs célèbres (Defoe, Priestley, Godwin, Hazlitt, Malthus).

Ces établissements ont depuis longtemps attiré l’attention de chercheurs s’intéressant à différents domaines : histoire des idées, des sciences, des sciences de l’éducation, histoire intellectuelle, histoire sociale ou économique. Cependant, les ouvrages généraux qui font encore autorité sont assez anciens (Irene Parker 1914). Il leur arrive de se concentrer sur un nombre restreint d’Académies (par exemple Warrington ou Northampton), en omettant les plus petites institutions, de se référer à une période chronologique particulière (la deuxième moitié du 18è siècle), ou encore de négliger une catégorie d’étudiants (les « laïcs ») ou bien une confession ou un mouvement religieux (les Unitariens ou les « évangéliques »). Même des travaux assez récents (Gregory Claeys 1999) —ou encore certains cours d’université ! j’en suis le vivant exemple…— reproduisent l’ancienne doxa historiographique. Par ailleurs, un certain nombre d’études traitent seulement de certains aspects ponctuels de la question. Il est paru des monographies sur l’histoire d’établissements particuliers, des biographies révisées dans le ODNB, des articles et chapitres portant par exemple sur l’éducation des étudiants ne se destinant pas au pastorat ou au contraire sur la formation des futurs pasteurs, ainsi que sur l’enseignement de la philosophie en Grande-Bretagne, en Irlande et dans les colonies. Il n’en reste pas moins que l’on ressent cruellement le manque d’histoire générale des Académies dissidentes.

Un vaste projet collectif, le Dissenting Academies project, mis en œuvre depuis 2008 (mais non encore terminé) a entrepris de remédier à ce problème. Grâce à deux grandes bases de données devenues publiques en juin 2011 bien qu’elles soient encore partiellement en cours d’élaboration, la quarantaine de collaborateurs que compte le projet a pu identifier de très nombreuses ressources d’archives restées inexploitées. La présente communication s’appuiera sur des exemples empruntés surtout aux chapitres sur lesquels je travaille au sein de ce projet : les méthodes pédagogiques ainsi que l’enseignement de la prédication et des langues vivantes étrangères. La technologie du vingt-et-unième siècle contribue à renouveler significativement l’historiographie des siècles anciens. » (Françoise Deconinck-Brossard, Professeur émérite à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense)

Programme : http://calenda.revues.org/nouvelle20954.html

Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. Le texte de la communication sera disponible sur simple demande. Les enregistrements des communications sont ensuite disponibles sur le site de l’Institute of Historical Research : https://historyspot.org.uk/podcasts/franco-british-history-external