Tous les articles par editeur

Professer l’Empire. Les « sciences coloniales » en France sous la IIIe République de Pierre Singaravélou

Pierre Singaravélou, Professer l’Empire. Les « sciences coloniales » en France sous la IIIe République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

Consulter ici l’introduction et le sommaire.

Dossier de presse :
À partir des années 1880, la conjonction du scientisme et du renouveau de l’expansion ultramarine se traduit par l’institutionnalisation des savoirs sur les colonies et les populations colonisées, qui prennent la forme de nouvelles disciplines, les « sciences coloniales » (« histoire et géographie coloniales », « législation et économie coloniales », « psychologie indigène »), enseignées dans les universités et les grandes écoles françaises. Les enseignants, universitaires et experts coloniaux, promeuvent une formation, tantôt pratique tantôt théorique, qui instruit les étudiants sur les colonies et justifie le projet impérial. Ces nouveaux spécialistes de la colonisation animent la « République des lettres coloniales », une nébuleuse d’associations, de sociétés savantes, de musées et de maisons d’éditions, spécialisés dans les questions coloniales. Toutefois cette adhésion du monde savant à la colonisation prend des formes très diverses, parfois contradictoires, irréductibles à un seul et même « discours colonial ». L’objet colonial et le terrain ultramarin induisent un décentrement épistémologique conduisant les savants à élaborer de nouvelles méthodes et catégories d’analyse. La marginalité des savants coloniaux et leur polyvalence professionnelle les incitent à franchir les frontières disciplinaires en défrichant des domaines inédits – histoire orale, « colonisation comparée », science de l’aménagement, anthropologie juridique…

 

 

 

 

Discordance des temps. Une brève histoire de la modernité de Christophe Charle

Christophe Charle, Discordance des temps. Une brève histoire de la modernité, Paris, Armand Colin, 2011. 

Présentation de l’éditeur :
Filles du XIXe siècle, la notion de modernité et les thématiques qui l’accompagnent cherchent d’abord à penser cette époque en tant que siècle à part. D’abord destinée, chez Baudelaire, à exprimer la nouvelle historicité de l’art née du romantisme, l’idée de « modernité » a été étendue de proche en proche, si bien que sa genèse et ses fonctions variables doivent être étudiées dans le temps long et l’espace social global. Elle engage une nouvelle perception et conception générale du devenir historique, la discordance des temps, que l’on explore dans cet essai en croisant l’histoire des idées, l’histoire culturelle, l’histoire des représentations, l’histoire sociale voire, plus globalement, toutes les formes d’histoire où elle a pu faire sens et débat. Comment les hommes et les femmes de ces siècles ont-ils pensé leur rapport à l’avenir, au présent et donc au passé ? Comment ont-ils mesuré leur différence par rapport aux siècles passés et surtout à venir ? Combinant approche synthétique et études de cas révélatrices, s’efforçant de transgresser les frontières entre spécialités, Discordance des temps propose une relecture d’un grand siècle d’histoire contemporaine dont les débats et combats préfigurent bien des conflits de représentation contemporains sur le sens de l’histoire.

Christophe Charle est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l’IUF.


La Mano negra. Anarchisme rural, sociétés clandestines et répression en Andalousie (1870-1888) de Clara Lida

Clara Lida, La Mano negra. Anarchisme rural, sociétés clandestines et répression en Andalousie (1870-1888), traduit de l’espagnol par Donato,  128 pages, 12 euros, 2011.

Présentation de l’éditeur :

1878, la révolte s’étend à toute la campagne de l’Andalousie occidentale : les fermes et les oliveraies sont incendiées, le bétail massacré, les vignes arrachées, les boulangeries pillées, les maisons de maîtres occupées… À l’origine de ces actions, la FRE (Fédération régionale espagnole), section ibérique de l’AIT (Association internationale des travailleurs), compte alors plus de 30 000 adhérents dans cette région. En 1883, dans les provinces andalouses
de Séville et Cadix, une série de délits est attribuée à une organisation secrète appelée Mano negra. Accusés de vouloir renverser le gouvernement et éliminer l’aristocratie des grands propriétaires terriens en recourrant aux moyens les plus extrêmes comme « le fer, le feu et la calomnie », une répression féroce s’abat sur les militants paysans et internationalistes. Ce livre raconte les prémices du mouvement anarchiste en Espagne et le rôle essentiel joué par les mouvements paysans. Il décrit aussi une manipulation de l’État qui, aidé par l’oligarchie andalouse et par la presse, n’hésite pas à utiliser tortures, agents provocateurs, arrestations massives et terreur pour criminaliser un mouvement de révolte. Sept ouvriers agricoles accusés d’appartenir à la Mano Negra sont garrottés en juin 1884. Cette exécution suscite l’effroi dans toute l’Europe et marquera profondément le mouvement libertaire espagnol.