Tous les articles par editeur

Apprendre à voter. L’apprentissage du suffrage de masse sous la IIe République dans le département de la Seine (1848-1851) par Vincent Villette, position de thèse

Thèse de doctorat d’histoire, École des hautes études en sciences sociales

soutenue le 14 novembre 2011 par

Vincent VILLETTE

Apprendre à voter. L’apprentissage du suffrage de masse sous la IIe République dans le département de la Seine (1848-1851)

Directeur de thèse : M. Christophe PROCHASSON

Composition du jury :

Mme Valérie BROUSSELLE, Conservateur du patrimoine

M. Yves DÉLOYE, Professeur de Science Politique à Sciences Po Bordeaux et à l’Université de Paris I

M. Patrice GUENIFFEY, Directeur d’Études à l’EHESS

M. Sudhir HAZAREESINGH, Fellow and Tutor en Science Politique à Balliol College, à l’Université d’Oxford

M. Christophe PROCHASSON, Directeur d’Études à l’EHESS

 

Position de thèse

 

L’itinéraire d’une recherche

L’intérêt que l’on porte à certains épisodes de l’histoire est parfois une affaire de

contraste. Plus l’on affirme que les politiques peinent actuellement à exercer une prise sur la société,  plus l’intervention tous azimuts du Gouvernement provisoire issu des journées de Février suscite la curiosité du chercheur. En quelques semaines en effet, ce gouvernement abolit l’esclavage, réduit la durée du temps de travail, crée des Ateliers nationaux, et décrète, le 5 mars 1848, le suffrage universel masculin.  Plus le pessimisme semble envahir la société française contemporaine, plus l’esprit de quarante-huit, fait d’optimisme, d’unanimisme et de foi dans l’avenir, apparaît singulier1.  Plus l’on proclame que l’égalité est aujourd’hui en « crise2 » et que la société des égaux se défait, plus la décision des quarante-huitards de généraliser à 9 millions de citoyens un droit de suffrage réservé jusqu’ici à près de 250 000 grands contribuables apparaît comme un acte déterminant dans la fondation d’une égalité politique.  Plus l’abstention électorale que connaissent les démocraties modernes est forte, plus les citoyens ont des états d’âme sur l’efficacité de leur vote et plus la participation immédiate, massive et souvent enjouée de près de 83 % des citoyens français à la première élection au suffrage universel d’avril 1848 peut apparaître déconcertante.

Toutes ces singularités de l’expérience électorale des révolutionnaires de quarante-huit,  apparaissent à la fois des plus intrigantes et des plus stimulantes. Elles sont une invitation à étudier la façon dont la démocratie de masse s’est acclimatée en France. Elles sont aussi un appel à un détour par les origines électorales de l’exercice d’une souveraineté populaire pour tenter de comprendre le « malaise démocratique3 » de la société française contemporaine.

Toutefois, comment interroger un tel moment électoral aussi dense et complexe ? Dans un premier temps, il fut choisi d’analyser les pratiques électorales des Français lors de l’avènement du suffrage universel quarante-huitard. Mais un tel avant-projet de recherche apparaissait trop indéterminé pour être pertinent. La notion de pratique est, à bien des égards, trop vaste et trop vague. En définitive, tout dans l’exercice électoral ne peut-il pas être qualifié de pratique ?

Aussi, les recherches et les analyses furent-elles concentrées sur la seule question de la fraude électorale sous la Seconde République. Très vite, ce concept se révéla précieux. Les nombreuses actions frauduleuses commises lors des premiers scrutins organisés au suffrage universel permirent de prendre la mesure des difficultés de l’apprentissage d’un suffrage populaire. Plus généralement, l’examen de cet envers de la démocratie que représente l’étude de la transgression des normes électorales était symptomatique des modalités de l’initiation au suffrage de masse d’une société dont la plupart des membres étaient ignorants des pratiques démocratiques.

Néanmoins, dans cette optique, l’apprentissage d’une souveraineté électorale populaire ne pouvait être appréhendé par le seul biais de la fraude électorale : c’était prendre le risque de n’aborder une démocratie naissante que sous l’angle de ses dysfonctionnements et de l’infraction à ses règles. Or, aussi hésitant qu’il a pu être à ses débuts, l’exercice du suffrage universel quarante-huitard ne saurait se résumer à ses erreurs. Cette assimilation stricte du suffrage populaire à ses échecs est du reste d’autant plus dangereuse que la fraude électorale apparaît finalement assez marginale dans les différents scrutins organisés sous la IIe République. Les processus électoraux engagés de 1848 à 1851 arrivent même tous à terme sans contestation majeure de nature à les remettre en cause.

Dès lors, la fraude électorale ne saurait à elle seule rendre compte de l’ensemble d’un processus d’initiation du peuple à un suffrage de masse. Aussi tous les autres aspects de l’exercice du suffrage universel quarante-huitard furent-ils progressivement envisagés : la genèse du concept même de suffrage quarante-huitard qui à la veille de la révolution de 1848 reste encore indéfini, l’invention de règles et de normes adaptées à l’échelle d’un suffrage de masse, la mise en œuvre pratique de ces prescriptions nouvelles et les simples incidents ou difficultés qui auraient pu survenir lors de ces premiers scrutins.

 

L’objet de la thèse

Pourtant, choisir comme objet d’étude les aléas de l’initiation du peuple au suffrage universel quarante-huitard pouvait, dans un premier temps, apparaître comme une question sans objet. Longtemps en effet la question de la réception du suffrage universel masculin en 1848 ne s’est pas posée. Plus exactement, l’exercice du suffrage populaire en 1848 était considéré comme réglé au moment même de son institution. Du reste, tout dans la pratique de ces premiers scrutins de masse invitait à ne pas dépasser cette impression première.  En effet, le décret du 5 mars 1848 instituant le suffrage universel masculin n’avait rencontré que peu de contestation majeure. La seule opposition sérieuse n’avait finalement permis de différer que de quinze jours l’élection d’une Assemblée constituante. Mais elle n’avait pas eu raison du scrutin lui-même ni du concept de suffrage populaire forgé par le Gouvernement provisoire. Par ailleurs, les Français s’étaient massivement rendus aux urnes au printemps 1848. Hormis dans quelques localités comme Limoges ou Rouen, aucun accident sérieux ne fut relevé. Les élections eurent le plus souvent lieu dans un climat de liesse et de fraternité. Quant aux résultats du scrutin d’avril 1848, ils consacrèrent presque unanimement des républicains modérés. Pourquoi dans ces conditions interroger plus en avant les modalités de l’apprentissage du suffrage quarante-huitard et les formes de la politisation du peuple tant elles semblaient évidentes.

Jusqu’au début des années quatre-vingt-dix, les historiens préfèrent privilégier d’autres questionnements tels que les conditions de la réception d’une nouvelle République dans une France encore si peu républicaine ou la formation, à l’occasion des élections législatives de 1849, d’un clivage gauche-droite dont nous avons longtemps été les héritiers. Finalement l’adhésion massive et immédiate des Français au suffrage universel quarantehuitard a longtemps occulté sa mise en œuvre et finalement relégué son étude. Toutefois,  pourquoi cette initiation populaire au suffrage universel aurait-elle été aussi évidente, aussi aisée ? À cet égard, bien des politistes et des historiens ont récemment émis des doutes sur l’évidence du moment électoral quarante-huitard et sur sa dimension idéale. C’est dans ce doute que cette thèse s’inscrit.

Effectivement, à la veille de la révolution de 1848, le concept de suffrage direct et universel reste profondément inédit. Les quarante-huitard sont en effet presque sans précédent et sans héritage dans leur entreprise d’intégration du peuple dans le corps électoral de la nation. Sans doute, avant eux, les hommes de la Révolution française avaient déjà consacré la souveraineté du peuple et constitué des corps électoraux de masse. Mais les citoyens n’avaient finalement jamais réellement directement exercé cette souveraineté, tant les conditions d’usage du vote étaient encadrées et filtrées par de nombreuses procédures. Quant à la Constitution de 1793, elle ne changea pas fondamentalement les choses, faute d’être appliquée. De même, si la monarchie de Juillet avait constitué un corps électoral de près de trois millions de citoyens, son exercice était limité aux seules élections municipales. De fait,  dans les heures qui précèdent la chute du régime de Louis-Philippe, Alphonse de Lamartine qualifie encore le suffrage universel d’énigme. Finalement le vote universel fait davantage figure de slogan d’opposition à la monarchie de Juillet que de concept achevé dont il faudrait seulement procéder à la mise en œuvre concrète. De surcroît, le suffrage universel ne fait pas l’unanimité, s’il a ses partisans, minoritaires, il a surtout ses détracteurs, résolus, qui n’imaginent pas un seul instant que le peuple puisse être directement associé à l’exercice de la souveraineté par la voie électorale sans que la société ne sombre dans le chaos.

Par ailleurs, si le concept de suffrage populaire reste contesté et mal assuré sa mise en œuvre matérielle n’apparaît pas plus certaine. Tous les précédents électoraux, suffrage à degrés, censitaire ou capacitaire ne sauraient de part leur conception et leur organisation servir de modèle. En effet, comment faire voter 9 millions de Français alors même que beaucoup d’entre eux sont illettrés, sont sans expérience politique, et souvent sans autonomie car toujours soumis aux autorités traditionnelles de la société française. L’institution du suffrage quarante-huitard se présente donc comme une gageure.

Or, c’est précisément ce défi, que représente l’instauration d’un suffrage de masse, qui est au cœur de cette étude. Ce défi est d’abord intellectuel puisque les quarante-huitards ont dépassé tous les modèles existants et toutes les expériences antérieures en inventant un concept politique – le suffrage direct et universel – qui passait encore quelques jours avant la révolution de Février pour une utopie ou une totale absurdité. Le peuple est alors associé directement à l’exercice du pouvoir politique et dans des dimensions jusque-là encore inconnues : en effet des catégories de citoyens que les hommes de 1789 ou de 1792 avaient laissées aux marges de la vie politique sont désormais intégrées au corps des électeurs-citoyens. Seules les femmes sont toujours exclues et le resteront près d’un siècle encore.

Mais ce défi fut aussi matériel car il fallut constituer ex nihilo en quelques semaines et sans techniques préexistantes un corps électoral de plusieurs millions de personnes. Ce travail fut d’autant difficile que chaque citoyen ne disposait pas d’une identité administrative qui aurait permis aux auteurs des listes électorales de les identifier. De même, il fallut inventer une organisation électorale taillée à la mesure d’un suffrage de masse. Des techniques et des procédures durent être trouvées pour faciliter le vote de millions de Français presque totalement profanes en la matière. Une géographie électorale, des lieux et des rites devaient voir le jour. Chaque élément de cette organisation matérielle devait alors garantir l’indépendance du vote du peuple qui, dans la société française du premier XIXe siècle, reste encore très soumis à ses notables – le grand propriétaire, le noble ou le prêtre – et à des rapports de forces économiques et sociaux qui lui sont défavorables.

À l’issue des élections d’avril 1848, le Gouvernement provisoire peut considérer avoir réussi son pari. Même si les actes de violences, les accidents, les fraudes et les incidents de toutes natures sont nombreux, la France se dote néanmoins d’une Constituante, au suffrage direct et universel. Dans le même temps, les autorités politiques de la France prennent conscience de la fragilité de l’expression d’une souveraineté populaire électorale. Les républicains sont aussi lucides ; avoir réussi à imposer un suffrage populaire à l’issue d’une révolution est une chose, le pérenniser dans une France dont les élites restent jalouses de leurs prérogatives politiques en est une autre. La pérennisation du vote universel reste d’autant plus complexe que l’expression électorale est encore concurrencée par d’autre mode d’exercice de la souveraineté que sont les révoltes, ou les émotions populaires.

Aussi dès le lendemain du premier scrutin d’avril 1848, les républicains se lancent-il dans un immense travail minutieux de perfectionnement des procédures et des rites électoraux. L’identification des électeurs, le choix des lieux de vote, la comptabilité des suffrages et leur proclamation font l’objet de techniques de plus en plus pointilleuses. La mise en place et en œuvre d’un ensemble de techniques, de préventions et de répressions des incidents et des fraudes électorales est aussi initié. Quant au concept de suffrage quarantehuitard, il est constitutionnalisé.  Pour autant, le suffrage populaire n’arrive pas à s’imposer complètement à une société dont les élites restent réticentes envers l’expression électorale du peuple – fût-elle pacifiée.

Aussi, à l’issue des élections législatives de 1849 remportées par les monarchistes, la nouvelle

majorité commence par mettre sous tutelle le suffrage universel dont elle entrave de plus en plus l’exercice. En vain, le vote des Français se radicalise-t-il tandis que les électeurs s’impliquent de plus en plus dans le processeur électoral dont ils n’entendent pas être dépossédés. Les élections partielles organisées en mars et en avril 1850 sont à cet égard exemplaires dans l’appropriation par les citoyens des procédures électorales et dans leur initiation aux joutes politiques. Mais cette implication normée et pacifiée du peuple apparaît aux yeux de bien des conservateurs comme une provocation. Aussi le suffrage universel quarante-huitard est-il supprimé par la loi du 31 mai 1850 dont l’application partisane ne fit que renforcer les effets. Un tiers de l’électorat consacré par la révolution de 1848 est alors exclu des listes électorales. Malgré tout, les conservateurs n’osent pas aller plus loin dans la réduction du corps électoral et n’envisagent pas de reconstituer le suffrage censitaire antérieur à la révolution de Février. La place prise par le peuple est désormais trop centrale pour que celui-ci soit exclu totalement de l’exercice de la souveraineté. Par ailleurs, l’opposition à la loi du 31 mai 1850 est d’une telle ampleur qu’elle ne connaît qu’une application limitée à l’occasion de quelques élections partielles. Pour le reste, la loi est abrogée dès le coup d’État du 2 décembre 1851 tandis que le suffrage quarante-huitard est rétabli, sans retrouver toutefois l’application libérale du printemps 1848.

 

Les acquis

Dès lors quels sont les apports d’une étude centrée sur l’apprentissage populaire du suffrage en 1848 ? Cette étude nous permet, après d’autres, de brosser un portrait du moment électoral

quarante-huitard différent de celui idéalisé, tracé par l’historiographie de l’immédiat après-guerre. D’abord, l’instauration du suffrage universel en 1848 apparaît comme une étape déterminante, éminente et novatrice de l’initiation du peuple aux pratiques modernes du suffrage telles que nous les connaissons aujourd’hui. La proclamation du suffrage direct et universel en 1848 préfigure l’exercice moderne de la démocratie dans la mesure où les quarante-huitards procèdent à une intégration du peuple la plus large possible dans les prises de décision politique. Le suffrage quarante-huitard est aussi déterminant dans la politisation du peuple car il ignore les inégalités sociales. Aucune condition financière n’est plus exigée alors que le principe censitaire avait fondé, à des degrés divers, la plupart des modes de suffrage depuis la Révolution française. Toutefois, ces deux caractéristiques du vote universel n’auraient sans doute pas contribué à impliquer le peuple dans l’exercice de la souveraineté, si les élections organisées au suffrage universel n’avaient rencontré un taux de participation aussi considérable. Dès lors, cette adhésion massive du peuple à l’exercice du suffrage ajoutée à l’échec des journées insurrectionnelles de juin 1848 impose le suffrage universel comme le seul mode d’exercice légitime de la souveraineté. Les manifestations révolutionnaires sont, quant à elles, disqualifiées.

Toutefois, il n’est pas possible de ne voir dans le suffrage instauré par les révolutionnaires de 1848 que la matrice des pratiques électorales que nous connaissons aujourd’hui. Le suffrage quarante-huitard est, à bien des égards, trop singulier, trop différent. Le vote universel est en effet d’abord perçu comme un moyen d’achever l’égalité politique amorcée sous la Révolution française. Pour autant, même si le peuple est intégré directement à l’exercice de la souveraineté, il est aussi mis à distance par toute une série de procédures, de contraintes. La souveraineté populaire instituée en 1848 est d’abord une souveraineté déléguée, canalisée et contrainte. C’est pour cette raison que le vote en 1848 est conçu comme un acte collectif et public et non comme un acte individuel accompli en conscience.

Le suffrage quarante-huitard nous apparaît donc particulièrement ambigu. Le vote universel est en fait conçu comme un compromis politique. Le peuple, présent directement et physiquement dans la vie politique, l’est aussi essentiellement symboliquement, tant l’exercice qu’il a du suffrage est contrôlé et atténué dans une société très hiérarchisée. Mais ce compromis est fragile. La pratique déléguée du suffrage universel est partiellement remise en question en 1849 et à l’occasion des élections partielles de 1850 qui donnent lieu à de réelles tensions. Le suffrage universel apparaît donc comme un concept en constant devenir qui est le fruit d’un rapport de force continu entre les différentes composantes de la société française.

 

1 MOLLIER Jean-Yves, « La culture de 48 », APRILE Sylvie, HUARD Raymond, LÉVÊQUE Pierre, MOLLIER Jean-Yves, La révolution de 1848 en France et en Europe, Paris, Éditions sociales, 1998, p. 127- 178.

2 ROSANVALLON Pierre, La Société des égaux, Paris, Seuil, Collection Les livres du nouveau monde, 2011, p. 9-23.

3 ROSANVALLON Pierre, Le Peuple introuvable. Histoire de la représentation démocratique de la France, Paris, Gallimard, bibliothèque des histoires, 1998.

 

L’Europe des esprits ou la fascination de l’occulte, 1750-1950 – Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg


 

L’Europe des esprits ou la fascination de l’occulte, 1750-1950 – Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg
du 8 octobre 2011 au 12 février 2012

Dossier de presse :

« L’Europe des esprits ou la fascination de l’occulte, 1750-1950 » est une exposition pluridisciplinaire qui explore l’emprise de l’occulte chez les artistes, penseurs, écrivains et savants, dans toute l’Europe, au fil des époques décisives de l’histoire de la modernité. L’exposition est organisée en trois volets qui traitent respectivement :
– de la création artistique (peinture, dessin, sculpture, gravure et photographie) et littéraire surgie de l’irrationnel et de l’obscur,
– de la tradition ésotérique revisitée dans une vaste perspective chronologique qui embrasse ses textes fondateurs et son iconographie imprimée,
– des relations entre phénomènes occultes et science, à travers l’évocation de figures de savants et d’expériences et la présentation d’instruments scientifiques.
Réunissant quelque 500 œuvres, 150 objets scientifiques, 150 livres et une centaine de documents, provenant de nombreux pays européens, L’Europe des Esprits se développe au sein du Musée d’Art moderne et contemporain de la Ville de Strasbourg sur plus de 2 500 m².

 

La photographie nouvelle H. Mairet, 17 boulevard Haussmann, Séance avec Eusapia Palladino, chez Camille Flammarion, rue Cassini, 25 novembre 1898, épreuve à la gélatine argentique, 22,2 x 26,3 cm (Coll. part.)

 

http://www.musees.strasbourg.eu/sites_expos/europe-des-esprits/fr/index.php

L’ennemie intime. La peur : perceptions, expressions, effets sous la direction de Frédéric Chauvaud

Frédéric Chauvaud (sous la direction de), L’ennemie intime. La peur : perceptions, expressions, effets, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, 285 p.

4e de couverture :

Sentiment d’inquiétude que l’âme éprouve à la présence ou à la pensée du danger, telle est la définition de la peur donnée par le Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse. Ouvert dans les années 1970, le dossier de la peur, « composante majeure de l’expérience humaine », s’attachait principalement à la i n de l’époque médiévale et à l’époque moderne. Il méritait donc d’être revisité et poursuivi à un moment où les sondages auscultent les arrière-pensées et tentent de dévoiler les angoisses du présent et celles de l’avenir. Pour les lexicographes et les spécialistes de la psychologie, la peur est d’abord « l’ennemie intime » des hommes et des femmes isolées ou vivant en collectivité. Mais tout le monde n’est pas accessible de la même manière à la peur. Des sociétés peuvent y succomber toute entière, d’autres y faire face.

La peur, « sentiment universel » peut être réelle, provoquée par une menace attestée, mais elle peut aussi être imaginée et susciter davantage d’incertitude et d’angoisse que les peurs effectives face à un risque connu. Les peurs connaissent de multiples nuances et degrés et ne sont pas immuables. Elles fonctionnent souvent par cycle. La perception d’un danger et les craintes plus ou moins vives

suscitées peuvent surgir brusquement, disparaître et resurgir.

Pour aborder ce vaste territoire, les expressions, les perceptions et les effets ont été privilégiés à partir de quatre entrées : les images et les mots relatifs à la peur ; les peurs suscitées par les éléments déchaînés ; les peurs sociales et l’effroi suscité par une situation ou une catégorie ; et andin les peurs publiques allant de la frayeur face la guerre civile à l’anxiété devant les populations flottantes représentées par les mendiants.

 

Table des matières :

Frédéric Chauvaud, Introduction générale

Première partie. IMAGES, PERCEPTIONS ET ESTHÉTIQUE DE LA PEUR

Véronique Meyer, Introduction

Godehard Janzing, La chute imaginaire

Cécile Auzolle, Sublimation, représentation, stylisation : pour une phénoménologie de la peur à l’opéra

Gilles Chabaud, Se faire peur avec le passé : la Terreur et la banalisation du spectacle des fantasmagories (1792-1800)

Susanna Caviglia, Sans  peur et sans crainte : l’enlèvement des femmes dans la peinture d’histoire en France au XVIIIe siècle

Deuxième partie. LA NATURE ENDORMIE ET LES ÉLÉMENTS DÉCHAÎNÉS

Jacques Péret, Introduction

Jean-Roger Soubiran , Images de la peur dans la peinture pré-romantique et romantique en France

Emmanuel Brouard, Les riverains de la Loire angevine face au risque d’inondations.De la peur à l’indifférence, XVIIIe-XXIe siècle

Thierry Sauzeau, Xynthia : retour d’une peur bleue sur le littoral ?

Michel Desse, La Montagne Pelée, peurs, paniques et représentations

Troisième partie. LA QUESTION SOCIALE : DE L’ANGOISSE À L’EFFROI

Frédéric Chauvaud, Introduction

Solange Vernois, La peur des peurs : Les lâchetés sociales dans l’image satirique en France au tournant des XIXe et XXe siècles

Jean-Claude Vimont, La peur des récidivistes relégués en métropole (1945-1970)

Stéphane Henry, Le tuberculeux, figure de l’angoisse des maladies sociales dans la première partie du XXe siècle

Jean-Jacques Yvorel, La peur du mineur délinquant (XIXe-XXe siècles)

David Niget, Dangereuses victimes. La peur des jeunes filles « irrégulières » de la Traite des blanches à l’invention des neuroleptiques (Belgique, 1880-1960)

Pauline Chaintrier , Quand les justiciables ont peur de la Justice. Manifestations et effets de la peur dans la mise en œuvre de la procédure inquisitoire au XIXe siècle

Quatrième partie. PEURS PUBLIQUES

Jérôme Grévy, Introduction

Anthony Kitts, La peur des mendiants et des vagabonds au XIXe siècle : entre fantasmes et réalités

Geoffrey Fleuriaud, Effrayer et rassurer, la peur mise en scène dans le champ médiatique . L’exemple des articles de vol de la presse locale d’entre-deux guerres

Michel Cassan, Peur(s) sur la France en 1610

Jean-Claude Caron, La guerre civile : redoutée ou espérée ? Peurs sociales et traitement politique de la discorde (France, XIXe siècle)

François Dubasque, Les débats parlementaires sur le suffrage féminin dans l’entre-deux-guerres

Jérôme Grévy, Conclusion : historiser les peurs

 

L’auteur

 

Frédéric Chauvaud, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Poitiers, responsable de l’équipe « Sociétés conflictuelles » du CIRHAM (GIERICO-CERILHIM EA 4270) vient de co-diriger Justice et sociétés rurales du XVIe siècle à nos jours et de publier La chair des prétoires.

http://sha.univ-poitiers.fr/dpt-histoire/spip.php?article80&lang=fr

 

Lire l’Introduction sur le site des PUR :

http://www.pur-editions.fr/couvertures/1323696824_doc.pdf

*Augustine – par Nicole Edelman

Augustine, un court métrage de Jean-Claude Monod & Jean-Christophe Valtat, Les films du possible, 43 mn, 2003.

L’hystérie serait-elle à la mode en cette fin d’année 2011 ? Trois films la prennent en effet pour trame de scénario : Oh my god (hysteria), A dangerous method et Augustine. Entre long et court métrage, en 35mm noir et blanc, ce dernier est cependant fort différent des deux autres. Sorti en 2003, considéré par sa longueur de 43mn comme mal adapté à la rentabilité des salles de cinéma, il n’a pas trouvé sa place dans les circuits de grande distribution où il fut projeté de manière très confidentielle pour retrouver vie sur Arte en mars 2005 puis aujourd’hui en 2012 à La Filmothèque du quartier latin.

Augustine se réfère à une histoire vraie (comme les deux autres films d’aileurs), son scénario (Jean Christophe Valtat) est fondé sur la vie réelle d’une jeune femme, hospitalisée pour hystérie à La Salpêtrière dans le service du neurologue Jean-Martin Charcot. Son séjour à l’hôpital est rapporté à plusieurs reprises dans L’Iconographie photographique de La Salpêtrière écrit par D. M. Bourneville, bras droit de Charcot, qui la diagnostique hystérique et P. Régnard, auteur des centaines de photographies de malades -dont Augustine- illustrant l’ouvrage publié en trois tomes de 1876 à 1880. Augustine, dont le vrai prénom est Louise, est entrée à La Salpêtrière le 21 octobre 1875, elle est alors âgée de 15 ans et demi. Ses parents sont tous deux domestiques, ils ont eu 7 enfants dont 5 sont morts, deux sont vivants, un garçon et Augustine. Elle est placée en nourrice jusqu’à 9 mois, ensuite chez des parents à Bordeaux jusqu’à 6ans et demi, puis jusqu’à 13 ans et demi, chez des sœurs à La Ferté sous Jouarre où elle est souvent mise « à la pistole » , i-e en cellule car elle refusait de lire La vie des Saints au réfectoire. Parfois, les sœurs la souffletaient. Par ailleurs, il est dit qu’elle est intelligente, sait lire, écrire, et coudre. Elle est blonde, grande et forte pour son âge et offre tous les aspects d’une fille pubère mais qui n’a jamais été réglée. Elle est active, affectueuse, impressionnable, mais capricieuse, aimant beaucoup attirer l’attention. Elle est coquette, met beaucoup de soin à sa toilette, à disposer ses cheveux qui sont abondants, tantôt d’une façon, tantôt de l’autre, les rubans de couleur vive surtout, font son bonheur, écrit Bourneville.  Sa mère ne sait pas à quoi attribuer la maladie de sa fille qui a été admise dans le service de Charcot pour une paralysie de la sensibilité du bras droit et des attaques d’hystérie graves avec de grosses crises convulsives. On apprend par ailleurs qu’à La Ferté sous Jouarre, elle sortait et se laissait embrasser pour des bonbons, qu’elle allait aussi voir la femme d’un ouvrier peintre, ivrogne qui avait tenté de la violer. Puis placée à 13ans et demi chez C. pour apprendre à coudre, celui-ci l’avait violé après l’avoir fait boire et menacée d’un rasoir. Le lendemain, souffrante, saignant et ne pouvant marcher, elle rentrait chez elle où l’on crut qu’elle avait ses règles. Ses attaques commencèrent alors. Ses parents la placèrent cependant comme femme de chambre chez une vieille dame et débuta alors, ce que Bourneville nomme une « existence aventureuse », à savoir qu’elle eut plusieurs amants. Les discussions avec la famille noircissent encore l’histoire d’Augustine puisqu’on apprend que la mère était la maîtresse de C. et qu’elle lui avait peut être livré sa fille. Longuement hospitalisée, avec des périodes de nettes améliorations, Augustine s’enfuit de La Salpêtrière en juillet 1880 pour être ramenée en septembre 1880 et pour le 9 septembre, se sauver à nouveau déguisée en homme pour rejoindre un homme qu’elle avait connu à l’hôpital. Voilà donc ce que L’Iconographie photographique de La Salpêtrière nous apprend et que ne raconte pas le film qui se focalise sur le séjour d’Augustine à l’hôpital.

Si viols et maltraitance se retrouvent dans quasiment toutes les vies de ces femmes et jeunes filles hospitalisées dans « le service des hystériques et épileptiques non aliénées », Charcot n’en tient aucun compte puisque l’hystérie est pour lui une maladie nerveuse liée à une lésion de l’encéphale. C’est le diagnostic porté sur Augustine qui n’est donc pas une folle et qui, à ce titre, peut circuler librement puisque nulle mur ni barrière ne la retient dans le service à l’encontre de l’asile tout proche. Comme toutes les malades, elle reçoit des soins par électrothérapie et hypnose que Charcot donne alors à ses hystériques et qui sont fort justement montrés dans le film. Un service d’électrothérapie dirigé par le Dr Romain Vigouroux est ainsi créé en 1875 pour traiter en particulier les paralysies hystériques, censées céder à des décharges de courants électriques appliquées judicieusement. Charcot pratique aussi diverses expériences d’hypnose sur ses « sujets » dont Augustine. Il réinterprète cet état hypnotique comme une « hystérie expérimentale », donc un état pathologique que seuls les hystériques peuvent connaître. Il en décrit trois formes : la catalepsie, la léthargie et le somnambulisme, chacune obtenue par différentes techniques, toujours matérielles : bruit de gong, éclair de lumière, miroir tournant etc.

Ce petit monde du service du Dr Charcot est finement montré dans le film. Le scénario, les cadrages et le rythme des plans mettent au jour les rapports de pouvoir entre médecins, internes, personnel soignant (qui sont souvent d’anciennes hystériques) et malades. Le film nous fait aussi circuler dans l’espace du service de Charcot : salle des leçons où un public privilégié se presse, laboratoire photographique, salle des machines électriques et des expériences d’hypnotisme, dortoirs aux lits blancs alignés, entrelacs de couloirs mais aussi cours ouvertes vers le Paris laborieux. De son arrivée à sa fuite, Maud Forget joue avec subtilité Augustine, tant dans ses crises convulsives et ses souffrances que dans l’ambiguïté de ses relations avec les médecins où se jouent séduction et manipulation. Belle et intelligente, elle devient certes la diva du service mais demeure une femme du petit peuple ouvrier et le sujet de ces messieurs. Tout cela, le film Augustine nous le fait voir ou comprendre.

Nicole Edelman.

http://www.lafilmotheque.fr/