Tous les articles par editeur

Pétitionner. L’appel aux pouvoirs (XIXe-XXe siècles) | Appel à communications

Pétitionner. L’appel aux pouvoirs (XIXe-XXe siècles)

Colloque / Appel à communications.

Date-limite : 30 juin 2012

« Pétitionner. L’appel aux pouvoirs (XIXe-XXe) » Colloque international coordonné par Fabienne Bock, Thierry Bonzon, Mathilde Larrère & Frédéric Moret

24-26 janvier 2013

Les interrogations actuelles sur le rapport des citoyens à la politique — taux élevé d’abstention, volatilité des comportements électoraux, défiance à l’égard des hommes politiques et des partis traditionnels — ont suscité de nombreux travaux de sociologues et de politologues. Elles ont aussi conduit à un renouveau des travaux historiques concernant la construction des régimes démocratiques et de la relation entre les citoyens et l’Etat.

Si la construction de l’Etat démocratique garantit les libertés individuelles, dans le même temps les prérogatives croissantes qu’il impose, par les réglementations et les obligations auquel il soumet les citoyens, constituent autant d’empiètements sur ces mêmes libertés. Partout cette tension a généré protestations et demandes de protection. De nombreux travaux d’historiens ont traité ces questions par l’étude des consultations électorales, des manifestations populaires de tous ordres, de l’adhésion aux partis, aux syndicats aux associations ou par l’approche de l’opinion publique. Le colloque se propose quant à lui d’aborder ces questions en interrogeant une source qui n’a fait l’objet que de travaux partiels : les pétitions adressées aux assemblées législatives.

Depuis quatre ans le laboratoire Analyse comparée des pouvoirs (EA 3350) de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée est engagé dans un contrat de recherche financé par l’Agence Nationale de la Recherche portant sur les pétitions adressées aux assemblées législatives en France de 1815 à 1940. Au terme de ce contrat, et après la mise en ligne, au printemps 2012, d’une base de données accessible à tous les chercheurs, un colloque international est proposé. Il permettra de tirer les premiers enseignements de ce travail tout en le confrontant aux recherches analogues menées dans d’autres pays.

De fait, le phénomène pétitionnaire accompagne la naissance et le développement de nombreux régimes qui se dotent d’assemblées représentatives. En France il est initié dès 1789 puis inscrit dans les textes constitutionnels à partir de 1791 ; en Angleterre il accompagne, tout au long du XIXe siècle, et avec quelle intensité, l’installation du régime parlementaire. On le retrouve dans certains Etats allemands dès le milieu du XIXe siècle mais aussi en Serbie ou encore en Russie à l’époque de la première Douma. C’est en premier lieu cette dimension internationale du phénomène pétitionnaire que le colloque entend interroger.

Un second type d’interrogations concerne le droit de pétition et les conditions de son exercice dans les différents régimes représentatifs. Comment le pétitionnement s’est-il imposé comme un droit ? Quels débats son instauration a-t-elle suscités ? A-t-il été défini comme un droit du citoyen ou un droit naturel, incluant celles et ceux qui ne détenaient pas de droits politiques ? Par quelles pratiques s’est-il concrétisé ? Par là on souhaite interroger le passage du statut de sujet à celui de citoyen et la façon dont la démocratie de masse a pris naissance et consistance.

Il importe aussi de se pencher sur l’utilisation des pétitions. Comment le phénomène pétitionnaire est-il pris en compte et traité par les différentes assemblées ? Par quelles procédures et comment ces dernières ont-elles évolué dans le temps ? Dans quelle mesure les assemblées représentatives en tirent-t-elles parti pour légitimer leur pouvoir, et ce dans quel contexte politique ? Y voient-elles au contraire une concurrence à l’exercice de leurs prérogatives ? Dans quelle mesure le droit de pétition est-il instrumentalisé par les assemblées dans leur relations avec l’exécutif ? Autant de questions qui invitent à étudier finement le phénomène pétitionnaire.

Quelles formes a pris le mouvement pétitionnaire ? La tradition juridique distingue les pétitions-vœux (souvent collectives, par lesquelles les signataires entendent participer à l’élaboration des institutions, de la loi ou de règlements) des pétitions plaintes (par lesquelles les individus réclament la réparation d’un dommage, d’un préjudice, d’une injustice personnels). Qu’en est-il de la pertinence de cette partition dans le temps et dans l’espace ?

Qu’elle s’adresse aux représentants élus pour exprimer des plaintes, des revendications, des demandes, des points de vue individuels ou collectifs et réclame d’obtenir une réponse, la pétition renseigne sur le rapport de l’individu et des groupes au politique. Concrètement, que sait-on des voies qui conduisent au pétitionnement ? Par le truchement de quels relais, de quelles médiations se développent les mouvements pétitionnaires collectifs ? Que nous apprennent-ils sur les formes d’expression de la revendication ?

Qui pétitionne, pourquoi, sous quelle forme, depuis quelle région ?… Peut-on dégager une sociologie du phénomène pétitionnaire ? Peut-on mettre en relation le mouvement pétitionnaire avec l’urbanisation, la politisation des sociétés, la géographie électorale ? Dans quelle mesure le phénomène pétitionnaire est-il un moyen d’expression pour celles et ceux qui demeurent exclus de l’exercice des droits politiques (les femmes jusqu’en 1945, les étrangers, les ressortissants des colonies ou encore les condamnés pour le cas français) ? Inversement, en s’attachant à l’analyse d’une catégorie de pétitionnaires ou d’un mouvement d’opinion, l’étude fine des pétitions peut compléter la connaissance d’un milieu et d’une époque.

Le phénomène pétitionnaire s’exprime par une prise de parole qui n’est jamais anodine et dont il faut mesurer la portée comme la signification. Chaque pétition est d’abord un texte qui peut être appréhendé comme tel : codé par un système de représentation solidaire d’un vocabulaire. Partant il peut constituer une source cruciale pour l’étude des représentations dans le champ politique. Que nous apprennent les pétitions sur les relations des citoyens et non citoyens à la représentation nationale ? Que nous disent-elles des attentes et des rejets que suscitent les Assemblées, le personnel politiques ou les régimes successifs ?

La désaffection pour le phénomène pétitionnaire dans sa variante parlementaire, clairement repérable, par exemple en France tout au long du XXe siècle, invite à questionner les causes, les étapes et les modalités de ce déclin. Dans quels contextes le recours aux assemblées par voie de pétition apparaît-il en recul ? Par quels autres modes d’adresse le pétitionnement aux chambres est-il remplacé ? Ce déclin renvoie-t-il essentiellement au déplacement des centres de pouvoir ? aux mutations dans l’échelle des pouvoirs ? En France par exemple le développement de nouvelles instances représentatives — du Parlement européen aux assemblées locales — contribue à tarir le flux des pétitions adressées aux chambres.

Telles sont les questions, volontairement ouvertes et non limitatives, que ce colloque entend aborder.

ORGANISATION DU COLLOQUE

Envoi et choix des propositions : Les propositions de communication doivent être envoyées en français ou en anglais (fichier attaché en format word ou rtf) à l’adresse suivante : schneider@univ-mlv.fr Elles comporteront un titre et un résumé d’environ 2000 signes, les coordonnées complètes de l’intervenant (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, courriel, adresse postale du domicile, téléphone) et une courte biographie de ce dernier.

Contact : Marie-Ange.Paquita@univ-mlv.fr

Calendrier : Date limite d’envoi des propositions : 30 juin 2012

 

 



 

 

 

 

 





histoire 19 -histoire19 – histoire du XIXe siècle – histoire du 19e siècle – actualité histoire du XIXe siècle – actualité histoire du 19e siècle – actualité 19 –  historiographie

Didier Daeninckx, Le banquet des affamés | Rencontre

À l’occasion de la sortie de son nouveau livre, Le Banquet des affamés (Gallimard), la Bibliothèque historique de la Ville de Paris a le plaisir de vous inviter à une rencontre exceptionnelle avec le romancier Didier Daeninckx, récent lauréat du prix Goncourt de la nouvelle.
Cette rencontre sera animée par Jean-Louis Robert, président de l’Association des Amis de la Commune.
Dans son roman, l’auteur fait revivre Maxime Lisbonne (1839-1905), compagnon de Louise Michel pendant la Commune, déporté en Nouvelle-Calédonie puis directeur du théâtre des Bouffes du Nord et fondateur d’une soupe populaire, le Banquet des affamés…

lundi 14 mai 2012 à 18h30
24 rue Pavée – 75004 Paris (M° Saint-Paul)
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

 



 

 

 

 

 





histoire 19 -histoire19 – histoire du XIXe siècle – histoire du 19e siècle – actualité histoire du XIXe siècle – actualité histoire du 19e siècle – actualité 19 –  historiographie

Bibliothèque des Amis de l’instruction (Paris) | Conférences

La Bibliothèque des Amis de l’instruction vous a proposé depuis novembre dernier un cycle de conférences autour de la « culture populaire » au XIXe siècle. Nous terminerons ce cycle en chansons.

Le jeudi 10 mai à 19h30 :
Philippe DARRIULAT (Professeur en Histoire contemporaine – IEP de Lille), « Les sociabilités chansonnières parisiennes : la goguette et le café-concert (1817-1871) »

Le jeudi 24 mai à 19h30 :
Sophie-Anne LETERRIER (Professeur en Histoire contemporaine – Université d’Artois), «Béranger, chansonnier national ? »
.

Les soirées de lecture reprendront au mois de septembre 2012 avec un cycle consacré au « roman populaire » du XIXe siècle.

Bibliothèque des Amis de l’instruction, 3 rue de Turenne 75003 Paris



 

 

 

 

 





histoire 19 -histoire19 – histoire du XIXe siècle – histoire du 19e siècle – actualité histoire du XIXe siècle – actualité histoire du 19e siècle – actualité 19 –  historiographie

Observer, normaliser et réformer la société du premier XIXe siècle. Joseph-Marie de Gérando (1772-1842) au carrefour des savoirs – Lille III

Observer, normaliser et réformer la société du premier XIXe siècle. Joseph-Marie de Gérando (1772-1842) au carrefour des savoirs

Université de Lille III (UMR 8529-IRHIS) – Université Paris I (Ea 127/IHRF) – ANR Mosare (UMR LARHRA et Triangle)

Colloque organisé le jeudi 31 mai & le vendredi 1er juin 2012 à Lille

Comité d’organisation : Jean-Luc Chappey (Université Paris I Ea 127/IHRF-Ums 622), Carole Christen (Université Lille III/ UMR 8529- IRHIS), Igor Moullier (ENS Lyon – LARHRA)

Comité scientifique : Sylvie Aprile, Philippe Boutry, Catherine Denys, Dominique KALIFA, Hervé Leuwers, Dominique Margairaz, Yannick Marec, Paul-André Rosental, Pierre Serna, François Vatin

 

PROGRAMME

Jeudi 31 mai 2012

9h30 – Accueil des participants et du public

9h45 – Introduction générale par les organisateurs : Sociabilités, réseaux et lieux d’action chez Gérando : enjeux et limites d’une multi-position

Fondements et configurations d’une science sociale

Président : François VATIN

 

10h15 – Corinne DELMAS (Lille II/CNRS UMR 8026)

Gérando, académicien des sciences morales et politiques

10h35 – Julien VINCENT (Université de Franche-Comté)

Gérando et les deux moments des sciences morales

 

10h55 – Discussions – Pause

 

11h30 – Bernard GAINOT (Université de Paris I/IHRF)

Gérando, économie politique et ordre social

11h50 – Frédéric AUDREN (CNRS, Centre d’études européennes Sciences Po Paris)

Gérando, la faculté de droit et les transformations de la culture juridique 

 

12h10-13h – Discussions

Civiliser et communiquer – Pédagogie et science de l’homme

Présidente : Sylvie APRILE

14h30 – Virginie MARTIN (Université de Paris I/IHRF)

Éduquer, civiliser, dominer ? Le rôle de Gérando dans l’annexion de la Toscane et des Etats pontificaux (1808-1810)

14h50 – Caroline FAYOLLE (Université de Paris VIII)

Moraliser la société : Gérando et l’éducation des pauvres

15h15 – Florence ENCREVÉ (docteur en histoire)

Gérando et les professeurs sourds de l’Institution des sourds-muets de Paris au début du XIXe siècle

 

15h35 – Discussions – Pause

16h15 – Bruno DELMAS (École des Chartes) & Yann POTIN (Archives nationales)

Gérando et les bénédictins : du ministère de l’intérieur à l’école des chartes, retour sur une fondation.

16h35 – Corinne DORIA (Université Statale de Milan)

Gérando et Royer-Collard : réglementation de l’enseignement et normalisation sociale

16h55 – Jérome FERRAND (Université de droit Pierre-Mendès-France, Grenoble)

Philosophie et science du droit chez Gérando

17h15 – Discussions

18h15 – Cocktail

Vendredi 1er juin 2012

 

Catégoriser, administrer et améliorer

Présidente : Catherine DENYS

09h30 – Philippe BOUTRY (Université de Paris I/CRH du XIXe siècle)

Titre à préciser

09h50 – François BUTON (CNRS/CEPEL Montpellier)

Ce qu’administrer veut dire. Gérando et l’éducation des sourds-muets (1814-1841)

10h10 – Nader HAKIM (Université de Bordeaux IV)

Les Institutes du droit administratif français : Gérando et l’empire du droit civil

 

10h30 – Discussions – Pause

 

11h15 – Ayse YUVA (Université de Paris I)

Les prolongements et les applications de la philosophie dans l’œuvre de Gérando

11h35 – Jean-Jacques YVOREL (ENPJJ/CRH du XIXe siècle)

Gérando et la question du traitement de la délinquance juvénile 

11h55 – Discussions

Diffuser et transformer

Président : Philippe BOUTRY ( ?)

14h30 – Mathieu BREJON de LAVERGNÉE (Université catholique d’Anger)

Philanthropie catholique et science sociale au XIXe siècle. Du visiteur du pauvre à l’enquêteur 

14h50 – Élodie RICHARD (ESOPP, EHESS)

Les indigents dans l’œuvre de Joseph-Marie de Gérando. Connaissance de la pauvreté et régulation de l’assistance dans la première moitié du XIXe siècle 

15h15 – Bernard DESMARS (Université de Metz)

Le philanthrope et le socialiste. Lectures fouriéristes de Gérando dans la première moitié du XIXe siècle 

15h35 – Pause et discussions

16h15-17h15 : Table ronde présidée par Philippe BOUTRY avec la participation d’Hervé LEUWERS (Université de Lille III/UMR 8529- IRHIS), Yannick MAREC (Université de Rouen), Dominique MARGAIRAZ (Université de Paris I/IDHE), Paul-André ROSENTAL (Sciences Po Paris/ Centre  d’études européennes) & Pierre SERNA (Université de Paris I/IHRF).

 

Joseph-Marie de Gérando (1772-1842) occupe une position à la fois cruciale et méconnue : anthropologue, administrateur, juriste, philanthrope, sa figure se retrouve dans de nombreux travaux consacrés à l’histoire des savoirs, de l’action publique ou de la régulation sociale dans le premier XIXe siècle. Pourtant, à l’exception d’une biographie publiée en… 1942 par Georges Berlia, aucune étude ni rencontre scientifique ne s’est directement intéressée à lui. Face à ce constat, il nous a semblé nécessaire d’organiser cette rencontre scientifique qui ne se risquera pas vouloir « unifier » ou retrouver une « unité » à la trajectoire complexe de Gérando, mais plutôt à s’interroger sur la manière dont ce multi-positionnement est emblématique des recompositions que connaissent les champs du savoir et de l’action publique et sociale. Nous voudrions plus précisément interroger en quoi la trajectoire de Gérando participe à la construction d’une science « sociale », entre science « morale » ou science « de gouvernement », d’où le titre donné à cette rencontre : « Observer, normaliser et réformer la société du premier XIXe siècle ».

Cette rencontre s’articulera autour de trois axes qui doivent permettre d’orienter les réflexions, mais ne constituent pas une grille de lecture fixée d’avance. Il s’agit au contraire, autant que possible, de croiser les fils qui tissent la trajectoire de J.M. de Gérando, et de faire dialoguer histoire des savoirs, sociologie historique de l’action publique, histoire des normes et des régulations sociales, en s’inspirant de l’œuvre et de l’action de celui qui fut peut-être le dernier des encyclopédistes, et en tout cas l’explorateur des nouvelles voies d’alliance entre sciences, État et action sociale.

1/ Gérando dans l’histoire sociale des intellectuels.

Dans un moment de profonde réorganisation institutionnelle et sociale des milieux administratifs et intellectuels, de mutations des lieux de sociabilité et de pouvoir et de construction de nouveaux partages de compétences et normalisation des pratiques, Gérando apparaît comme un acteur singulier, difficilement classable dans un lieu, un domaine ou une spécialité spécifique. Les catégories d’interprétation utilisées traditionnellement par les différents spécialistes (« héritier des lumières », « encyclopédistes », « spiritualiste »…) réduisent la complexité d’une trajectoire dont la cohérence semble poser problème. Gérando apparaît comme un « homme pluriel » du fait de ses appartenances, de ses réseaux (des Idéologues aux catholiques en passant par les « libéraux ») et de domaines d’action : de la Société pour l’encouragement de l’Industrie nationale à la Société pour l’Instruction élémentaire, de la philanthropie à l’étude des langues, de l’administration au monde la presse, du Conseil d’Etat à l’Académie des sciences morales et politiques, Gérando semble pourtant incontournable pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire politique, sociale ou culturelle de la première moitié du XIXe siècle. Alors que les différentes recherches menées sur les institutions administratives ou intellectuelles mettent l’accent sur les processus de spécialisation ou de professionnalisation, comment considérer la position occupée par Gérando ? Cette polymorphie/multi-appartenance est-elle contrainte ou choisie ? Comment situer Gérando dans l’ordre des savoirs ? Il ne s’agit pas ici de tenter de retrouver une unité (illusoire) à cette trajectoire complexe, mais de s’interroger sur les effets et les enjeux de cette position particulière et sur les effets des « appartenances multiples » (L. Boltanski) dans le contexte du premier 19e siècle qui semble – à l’inverse – caractérisé par des dynamiques profondes de spécialisation et de professionnalisation (R. Fox, M. Crosland). « Savant », « administrateur éclairé », « réformateurs », « expert »… On sera particulièrement sensible aux possibilités de comparaison, d’une part avec d’autres figures intellectuelles engagées dans le champ de la réforme sociale (socialistes utopiques, etc.), et d’autre part avec d’autres pays européens.

2) La construction des savoirs sur la société (une science du « social ») ?

De l’ethnologie (Considération sur les diverses méthodes à suivre dans l’observation des peuples sauvages, 1800) à la philanthropie érigée en science morale qui augure par ses méthodes la sociologie le playsienne (Le Visiteur du pauvre, 1824 / De la bienfaisance publique, 1839 / Des Progrès de l’industrie, considérés dans leurs rapports avec la moralité de la classe ouvrière, 1841) en passant par la pédagogie (De l’Éducation des sourds-muets de naissance, 1827 / Cours normal des instituteurs primaires, ou Directions relatives à l’éducation physique, morale et intellectuelle dans les écoles primaires, 1832), la philosophie (Histoire comparée des systèmes de philosophie, relativement aux principes des connaissances humaines, 1804 / Histoire de la philosophie moderne, à partir de la renaissance des lettres jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, 1847) et encore le droit administratif (Institutes du droit administratif français, ou Éléments du code administratif, réunis et mis en ordre, 6 vol. , 1829-1836), Gérando occupe une place essentielle dans la production des savoirs sur la société et sur les rapports sociaux. S’interrogeant en particulier sur les processus de « civilisation » et les rapports entre les diverses catégories sociales, il s’interroge – à la croisée de « terrains » différents (les « sauvages », les pauvres, les sourds et muets…), sur les « marges » de la société, cherchant en particulier à soigner, éduquer ou lutter contre l’indigence matérielle et éducative (C. Duprat, G. Procacci). Ses observations, ses enquêtes collectives et ses collectes de données chiffrées comparatives semblent témoigner d’une vaste ambition : dépasser une approche sectorielle pour concourir à une science générale des faits sociaux, une science du social qui se voudrait normative et prescriptive. À qui s’adresse cette prescription ? Au législateur, à l’opinion ou, plus spécifiquement aux classes populaires ? Quelle est l’originalité de cette science du social que Gérando voulait, avec d’autres contemporains, ériger ? Est-elle parvenue aux synthèses prescriptives qu’elle recherchait ? Ainsi, les travaux de Gérando sur la société conduisent à s’interroger, d’une part, sur l’émergence de la question sociale et aux solutions envisagées par les observateurs sociaux pour la résoudre et, d’autre part, sur la naissance d’une science sociale dans le premier dix-neuvième siècle.

3/ De la réforme au gouvernement de la société ?

Du perfectionnement de soi au gouvernement de la société, l’œuvre de J.M. de Gérando recèle une forte dimension normative, nourrie par son expérience directe des structures de gouvernement sous l’Empire, par sa participation à de nombreux organismes consultatifs, sociétés savantes, charitables, etc. Il est donc plus qu’un intellectuel réformateur, un praticien de la réforme. Il est emblématique de la démarche de mobilisation des savoirs pour la réforme, dont l’étude est au cœur du programme ANR Mosare (Mobilisation des savoirs pour la réforme).

Théoricien du droit administratif et de l’action de l’État, il se veut aussi avec le Visiteur du pauvreorganisateur de l’action privée. Comment se joue l’articulation entre État et société civile dans les textes de Gérando ? La dimension moralisatrice et chrétienne est-elle uniforme ? Est-il l’apôtre d’un retrait de l’État au profit d’un réinvestissement de la société civile dans l’action sociale ? On s’interrogera à travers l’étude de la dimension normative de l’œuvre de Gérando sur les mutations de la gouvernementalité dans la société française du premier dix-neuvième siècle, en abordant notamment l’originalité de Gérando par rapport aux autres courants intellectuels et politiques européens : libéralisme social à l’anglaise,Polizeistaat prussien, socialismes utopiques, philanthropie, catholicisme social.