Histoire de la haine. Une passion funeste, 1830-1930 (Frédéric Chauvaud)

HaineParution de Chauvaud (Frédéric), Histoire de la haine. Une passion funeste, 1830-1930, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, 336 p, ISBN 978-2-7535-3333-2, 21 €.

4e de couverture

Je ne l’aime pas, je le déteste, je l’abhorre, je le hais, je voudrais le voir mort, j’exige que le souvenir même de son existence soit effacé à jamais…autant d’expressions et de pensées, longtemps enfouies, disant le rejet, l’appel à la vengeance et le rêve de destruction. Les discours et les gestes haineux prolifèrent aujourd’hui. Ils ont pour cible une conjointe, un voisin, un adversaire politique, une ministre, une communauté… Souvent appelée la passion funeste, la haine a toujours existé mais elle possède une histoire. Ses expressions, ses modalités, ses logiques, ses objets et ses effets ne sont ni identiques ni immuables.

Pour en rendre compte, il s’avère essentiel de retenir une séquence historique « moyenne » située entre deux paroxysmes, la Révolution et Vichy, plus précisément entre 1830 et 1930. Pour la caractériser, la fiction et les discours savants se sont mis à la recherche de formules : sentiment destructeur, pulsion puissante, émotion impérieuse, énergie libératrice et redoutable…Pour l’analyser, il convient de croiser les ressources documentaires et historiographiques afin de se demander comment la haine naît, se manifeste, se développe et parfois est instrumentalisée, à une échelle interpersonnelle ou bien collective. Pour la comprendre, dans une perspective d’histoire des émotions et d’histoire sensible, il importe d’écouter les hommes et des femmes du passé afin de restituer des paroles, des pratiques et des horizons d’attente.

Le présent ouvrage est un essai qui replace la passion funeste dans son époque et cerne ses raisons évoquées par les contemporains. Si la haine est à sa manière une forme de rationalité permettant de se mouvoir dans l’univers social, elle est une « figure du pensable » et un ressort psychologique déterminant, donnant la possibilité de comprendre ce qui anime les individus et les sociétés.

Table des matières

Introduction

Première partie. DÉCRYPTER

Introduction

Chapitre I. Interroger

La haine politique en héritage

La décimation de l’ennemi

La mise en intrigue de la haine politique 

L’esprit de parti

La « plus funeste des armes politiques »

Les boucs émissaires

La politique sans les femmes : de l’oubli à la haine

La « malveillance généralisée »

Les antisuffragistes contre les hoministes

Chapitre II. Penser

Les penseurs des sentiments haineux

La grande menace

La haine sous l’œil du Collège de France

Les romans d’apprentissage

La haine romantique

Une énergie redoutable et libératrice

L’écriture à bas bruit

L’actualité de la passion funeste

La haine profonde

Deuxième partie. REJETER

Introduction

Chapitre III. Femmes exécrées, femmes massacrées

Les abominables mères

Images sociales et littéraires

La haine dans les prétoires

Justiciables et rivales

« La désapprobation brutale »

L’avocate : cette « hermaphrodite du progrès social »

La hargne masculine

Le Barbe bleue des servantes

Les tueurs de femmes

Chapitre IV. L’Autre, cet « errant »

Vagabonds et maraudeurs

La construction d’une sourde hostilité contre les « sans domicile certains »

Les cibles de la haine

Migrants et immigrants

Le « massacre lâche » des étrangers

La haine horizontale

Bohémiens et romanichels

« Un vif sentiment de répulsion »

Une haine qui vient de loin

Troisième partie. EXPÉRIMENTER

Introduction

Chapitre V. Les haines entre soi

Les impossibles ménages

La haine simple des « êtres malfaisants »

Les couples haineux connaissent une fin tragique

En famille

Frères et sœurs ennemis

La banalité de la haine

Proches et voisins

La haine en partage

Les haines clandestines : rumeurs ordinaires et billets anonymes

Chapitre VI. Le monde désassemblé

La haine autodestructive

Haines de métiers

Haines professionnelles

La haine rêvée des parias

La classe honnie

Secouer la torpeur

Les haines ensauvagées

Buzançais : « la horde des cannibales »

Decazeville : la jacquerie industrielle 

Quatrième partie. INSTRUMENTALISER

Introduction

Chapitre VII. Les haines froides

Le déni du peuple

Les « hors société »

Le choix de l’intransigeance

« En tas ! » : la haine méthodique

La logique des massacreurs

La haine « génocidaire »

Le « guet-apens » moderne

L’événement épouvantable

La haine des anges

Chapitre VIII. De la haine sainte à la haine nécessaire

L’invention d’une nouvelle croisade

Le désir de misoxénie

L’idéologie haineuse

Le triomphe des « anti »

La glorification de la « haine féconde »

La solidarité des haines

La haine légitime

L’Évangile du massacre

D’où vient la haine : la construction d’une archéologie

Conclusion

Lire l’Introduction sur le site des PUR

L’auteur

Frédéric Chauvaud, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Poitiers, responsable de l’axe « Sociétés conflictuelles » du Criham (EA : 4270), est un spécialiste de la violence, du corps brutalisé et de la Justice. Auteur de nombreux ouvrages, il a notamment publié ou dirigé Boucs émissaires, têtes de Turcs et souffre-douleur (2012), Le droit de punir (2012), Clameur publique et émotions judiciaires (2014), Au voleur !(2014).


Vous aimerez aussi...