Un nouveau régime funéraire au tournant du XIXe siècle

Le n°194 (2021/4)  de la revue Romantisme a pour thème Cimetières sous la direction d’Emmanuel Fureix et Paule Petitier.  
Les deux auteurs soulignent dans leur introduction : « Au tournant des XVIIIet XIXe siècles s’opère une “ transition funéraire ” majeure en Occident. Un nouvel espace des morts en résulte, en particulier en ville : un cimetière clos, hygiéniste, séparé des églises paroissiales et des activités quotidiennes auxquelles il avait été longtemps mêlé. Il conduit à un éloignement spatial des vivants et des morts. Ce nouvel ordonnancement de la mort, préparé par des réformes concordantes dans l’Europe du second XVIIIe siècle, trouve sa traduction juridique dans le grand décret du 23 prairial an XII (12 juin 1804), décliné ensuite dans l’Europe napoléonienne. Il prévoit l’inhumation des défunts “ hors de l’enceinte des villes et bourgs ”, sur des terrains aérés et en fosses séparées. Dans le nouvel espace des morts, le lieu d’inhumation (la sépulture) coïncide avec le signe commémoratif (le tombeau et l’épitaphe). Le nouveau régime funéraire enfante une “ société de conservation ” attachée au souvenir des morts, à leur commémoration et à leur individualisation… »

Sommaire et achat d’articles sur

 

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search