Les associations ouvrières au XIXe siècle

S’unir, travailler, résister. Les associations ouvrières au XIXe siècle. Sous la direction de Carole Christen, Caroline Fayolle et Samuel Hayat. Éditions du Septentrion

Maître-mot du mouvement ouvrier, concept clé pour nombre de théoriciens socialistes, l’association cristallise dans l’Europe du XIXe siècle les aspirations à une réorganisation plus juste et égalitaire du travail. Permettant de penser la liberté contre le libéralisme, l’association des travailleurs peut être ainsi appréhendée comme l’expérience en actes d’un pouvoir d’agir collectif et autonome des ouvriers et des ouvrières. Mais c’est aussi un phénomène pluriel.
Cet ouvrage vise donc à déconstruire l’objet « association ouvrière » pour rendre compte de la myriade d’expériences concrètes qui se trouvent regroupées sous ce terme. Les contributions rassemblées éclairent les prémisses en France de l’association de travailleurs et de travailleuses sous la monarchie de Juillet, son âge d’or lors de la révolution de 1848, et la multiplication des expérimentations associatives en Europe et au-delà jusqu’à la fin du siècle.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search