Base de données sur l’indemnisation des propriétaires d’esclaves

Dans le cadre du projet de recherche « Repairs »  une équipe du Centre international de recherche sur les esclavages et les post-esclavages du CNRS a retracé l’attribution et la circulation des titres d’indemnités au 19e siècle dans les anciennes colonies esclavagistes françaises, informations publiées sous forme d’une base de données  la première du genre.
« Après avoir aboli l’esclavage pour la seconde fois le 27 avril 1848, la France accorde en 1849 une indemnité aux anciens propriétaires d’esclaves de l’empire colonial, à La Réunion, en Martinique, Guadeloupe, Guyane, au Sénégal et à Nosy Bé et Sainte-Marie de Madagascar. À travers cette mesure controversée, l’État tente de préserver ses intérêts économiques dans les colonies dont la possession est en péril, les colons menaçant de quitter ces territoires. 126 millions de francs or y seront consacrés sous forme de versement immédiat en numéraire (6 millions) et de rente annuelle de 6 millions sur 20 ans, selon des montants différents pour chaque colonie : une somme qui représente une part importante des dépenses publiques (Le revenu national de l’époque était de l’ordre de 10 milliards de francs or, 126 millions représentaient donc 1,3 % du revenu national. Actuellement le revenu national est d’environ 2100 milliards d’euros et en appliquant la même proportion, l’indemnité représenterait 27 milliards d’euros.)…
Contacts :
Myriam Cottias
, chercheuse,
Véronique Etienne, attachée de presse,

Photo : n°4 de la revue Esclavages & post-esclavages « Lire et narrer le post-esclavage ». (illustration Jay Ramier)


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search