Le dernier crime de la monarchie

Présentation
Le 21 septembre 1822, quatre sergents sont guillotinés à Paris. Trois d’entre eux avaient appartenu à la Grande Armée de Napoléon. Déçus par la monarchie restaurée de Louis XVIII, ils s’étaient laissé séduire par un projet d’insurrection fomentée par la Charbonnerie, société secrète où on retrouve des libéraux, et à la tête de laquelle est le célèbre général La Fayette. Découverte à La Rochelle en mars 1822, la conspiration donne lieu à un procès auquel échappent les chefs de file. Seuls sont condamnés des seconds couteaux. Les royalistes ultras désormais à la tête du pays ont voulu faire un exemple. L’indignation est générale. Pendant un siècle et demi, du jour de l’exécution à la Seconde Guerre mondiale, le martyr des quatre sergents de La Rochelle sera répété, raconté, révéré, employé comme un argument définitif contre une monarchie abusive, par les bonapartistes, bien sûr, mais aussi par les républicains de toutes les sortes.
Jacques-Olivier Boudon dévoile non seulement les coulisses d’un des plus fameux complots du XIXe siècle, mais aussi celui d’un mythe fédérateur des oppositions au roi, au pouvoir arbitraire, à l’oppression, trente ans à peine après la Révolution française et la prise de la Bastille.
Compte-rendu de l’Histoire ici

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search