Défendre l’indépendance des enseignants-chercheurs

Les membres du Conseil d’administration de la société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe, réuni-es le 12 mars 2021, s’associent à l’unanimité à la motion adoptée par les quatre associations d’historiennes et d’historiens du supérieur afin de s’opposer aux propos de la ministre de l’Enseignement supérieur évoquant un supposé « islamo-gauchisme » auquel « l’université n’est pas imperméable ».
Le texte du conseil d’administration rappelle le principe d’indépendance des enseignants-chercheurs et souligne que « le choix de leurs objets de recherche et de leurs méthodes de travail ne doit faire l’objet d’aucune forme de pression ou d’intimidation de la part du pouvoir politique ». Il dénonce aussi, comme l’a fait la section 22 du CNU, « 20 ans de politiques de destruction cynique du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche », appelle à des Etats-Généraux de l’université et de la recherche, et demande la démission des ministres Jean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal.

 

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search