Neuvième (et dernière) livraison

Lithographie par François-Désiré Gosselin de François-Vincent Raspail, médecin des pauvres, élu à la Constituante de 1848. Emprisonné après la manifestation du 15 mai 1848.

Les 56 jours de confinement (autrefois on disait de quarantaine) des Français afin de ralentir l’épidémie de Covid-19 ont pris fin le 11 mai 2020. Tout au long de cette période nous avons tenté, en recensant des articles parus dans la presse ou les revues, d’éclairer, par le recours à l’histoire et aux sciences sociales, le débat que cette épidémie et sa gestion ont suscité.
Nous espérons que ce « spécial pandémie » aura été utile à votre propre réflexion.

• Soignants mais aussi acteurs de l’espace public de l’information, les médecins sont au premier plan dans l’épidémie de Covid-19. Dans un article écrit spécialement pour ce blog, Cédric Maurin, doctorant à Sorbonne Université, revient sur le profil, la place et le rôle des médecins dans la Constituante en 1848 et sur la tentative de celle-ci de concilier « question sociale » et « question médicale ».
À lire ici

• Pour l’historien américain Thomas Laqueur ce sont désormais les sciences sociales qui donnent de la visibilité à la pandémie de covid-19 et « portent la mort à notre connaissance quotidienne ».
À lire ici

• La vie des cultes en France au temps du covid-19. Dans un article sur la Fondation Jean-Jaurès l’historienne Jacqueline Lalouette analyse la modification des pratiques cultuelles due au confinement.
À lire ici

• Vingt-sept mois de confinement, quatre ans pour rouvrir complètement la cité, la moitié de la population disparue : voilà ce qu’a subi Marseille, frappée par la peste en 1720. Comment la ville et ses habitants ont-ils fait face ? Un article de l’historienne Fleur Beauvieux dans la revue L’Histoire du mois de mai 2020.
À lire ici

• Il y a 52 ans, la grippe de Hongkong, causée par le virus H3N2, partait de Chine centrale pour se propager et faire un million de victimes dans le monde. Mais personne ne s’en souvient. Une épidémie racontée par Raphaëlle Rérolle, grand reporter au journal Le Monde.
À lire ici

 


Vous aimerez aussi...