Disparition de Malcolm Chase

Le Chartisme. Aux origines du mouvement ouvrier britannique (1838-1858), Publications de La Sorbonne, Paris, 2013.

Malcolm Chase, grand historien britannique du chartisme, représentant de l’ « history from below » vient de nous quitter. Fabrice Bensimon, qui préfaça l’édition française de son livre sur le chartisme (traduction Laurent Bury), rend hommage dans le texte ci-dessous, à celui qui sortit nombre de figures d’anonymes, acteurs de l’histoire ouvrière, « de la condescendance de la postérité ».
« Malcolm Chase était un artisan brillant de l’histoire sociale britannique. Né en 1957, il avait étudié aux universités de York et du Sussex, à la fin des années 1970 et au début des années 1980. Sa thèse était consacrée au radical Thomas Spence (1750-1814) et à son influence sur le radicalisme agraire, un courant qui se prolongea au sein du mouvement ouvrier jusqu’au XXe siècle (The People’s Farm : English Radical Agrarianism, 1775-1840, Oxford, 1988). L’université de Sussex, où Malcolm fit sa thèse sous la direction de J.F.C. Harrison de 1979 à 1984, était alors un des foyers de l’histoire sociale anglaise « par en bas » (history from below) dans ce qu’elle avait de meilleur, sous l’influence d’Edward et Dorothy Thompson, d’Eric Hobsbawm, de Raphael Samuel et de quelques autres. Malcolm s’était notamment engagé dans le « history workshop », cet effort de démocratisation de l’histoire engagé par Raphael Samuel depuis le milieu des années 1960. Cette histoire des ouvriers et des radicaux ne donnait pas aisément accès à des emplois académiques. A l’université de Leeds, Malcolm travailla longtemps au département de l’enseignement pour adultes (1982-2005), avant d’obtenir un poste en Histoire.
Quasiment toute son œuvre a ensuite porté sur la Grande-Bretagne du XIXe siècle, en particulier sur le premier XIXe qu’il connaissait si bien et qu’il savait rendre intelligible et vivant, à travers l’épaisseur du temps. Sa seconde monographie fut consacrée aux tout débuts du trade-unionisme (Early Trade Unionism: Fraternity, Skill and the Politics of Labour, Aldershot, 2000), en amont de l’histoire mieux balisée des syndicats après 1870. Son livre peut-être le plus populaire fut son histoire du chartisme (Chartism: A New History, Manchester, 2007 ; traduction française de Laurent Bury : Le chartisme (1838-1858). Aux origines du mouvement ouvrier britannique, Paris, 2013). L’ouvrage, qui venait enrichir une bibliographie déjà consistante sur le plus grand mouvement ouvrier du XIXe siècle, mariait plusieurs qualités. Il s’appuyait sur l’ensemble des archives et des imprimés disponibles et sur quelques trouvailles. Il adoptait un point de vue inédit, au ras du sol, au niveau des militants, des chartistes de la base. Structuré en séquences de quelques mois, l’ouvrage donnait au mouvement tout son dynamisme et rétablissait l’incertitude sur l’avenir qu’éprouvent forcément les acteurs. Enfin, le chartisme de Malcolm Chase se distinguait par la part accordée aux biographies, non pas tant celle des grandes figures du mouvement, que celle d’inconnus, dont les trajectoires illustrent les différentes dimensions du mouvement. A travers les récits de vie d’Ann Dawson, une enfant ayant composé un marquoir chartiste, de William Cuffay, un tailleur révolutionnaire, d’origine caribéenne, déporté en Tasmanie, ou encore de la militante Elizabeth Neesom, Malcolm Chase soulignait le caractère souvent familial de l’engagement, y compris des épouses et des enfants.
Cet intérêt pour la biographie fit de lui un contributeur prolifique du Dictionary of Labour Biography et de l’Oxford Dictionary of National Biography, pour lequel il rédigea une vingtaine de notices, parfois consacrées à des figures qu’il sortit de l’anonymat et de la fameuse « condescendance de la postérité ». Dans un article discuté, il avait revendiqué la part que le biographe doit accorder au personnel et à l’intime, aux sacrifices individuels et familiaux, et même à l’intériorité des acteurs et des actrices. Il plaidait pour l’apport de « l’imagination et des spéculations dans l’écriture de biographies ouvrières ». En même temps, sa rigueur historique ne fut jamais mise en défaut ; au contraire, il était des plus exigeants pour ce qui était des sources et de leur croisement. En même temps, il savait synthétiser, mettre en perspective, renouveler des interprétations établies. Il avait longuement réfléchi aux aspects épistémologiques de l’écriture sur le passé – un passé que l’historien observe, notait-il, « comme à travers un verre sombre ». Dans sa dernière monographie, consacrée à l’année 1820, Malcolm Chase avait renouvelé l’histoire des multiples crises du Royaume-Uni d’après Peterloo (1820: Disorder and Stability in the United Kingdom, Manchester, 2015). Son dernier projet, une biographie du radical Francis Burdett (1770-1844), est resté inabouti.
Homme généreux et modeste, à l’érudition chaleureuse, Malcolm avait formé de nombreux étudiants. Il laisse derrière lui son épouse Shirley, leur fille Sarah, et leur petite-fille Sophie ».


Vous aimerez aussi...