Les métiers de la mode et du vêtement, XIXe-XXe siècles | Conférences

Les métiers de la mode et du vêtement, 7 & 8 mars 2012

Mairie du IIIe arrondissement – Salle Odette Pilpoul

Conférences organisées par l’école supérieure d’Arts appliqués Duperré et la mairie du IIIe arrondissement de Paris

MERCREDI 7 MARS 17 h 00

Manuel Charpy 

Les marchands du passé. Des fripiers du Carreau du Temple aux boutiques vintage : commerces et consommations de la fripe aux XIXe et XXe siècles.

Avant le succès des vestes de treillis militaires fatiguées, des cuirs patinés et des robes en nylon des années 1960, le marché de la fripe avec ses réseaux de « mastiqueurs », de tailleurs et de réparateurs de toutes les sortes a été un moyen de se vêtir essentiel pour une large part de la population. À la fin du XIXe siècle, la confection industrielle et l’hygiénisme ont fait reculer cette domination. La fripe est devenu alors pour quelques dandys le moyen d’échapper à l’uniformité du prêt-à-porter. Coexistent ainsi tout au long du XXe siècle une consommation de nécessité et une consommation distinctive où le marché de la fripe permet d’afficher contestation sociale, économique ou politique ainsi que la revendication d’identités singulières.

Manuel Charpy, chargé de recherche au CNRS en histoire (IRHIS, Université Lille III)

 

MERCREDI 7 MARS 18 h 30

Thierry Maillet

La longue histoire des bureaux de style.  Acteurs et forces à l’œuvre dans la fabrication des tendances de 1880 à nos jours.

Étudier les bureaux de style pousse à interroger deux industries intrinsèquement liées, mode et textile qui s’ignorent le plus souvent. Ce traitement différencié repose sur une succession volontaire d’oppositions, Paris et la province, les femmes et les hommes, le dessin et la matière, la création et la production.

Thierry Maillet, doctorant EHESS.

 

JEUDI 8 MARS 17 h 00

Anne Monjaret 

Jour de fête pour les midinettes. La Sainte-Catherine à Paris aux XIXe et XXe siècles.

Depuis la fin du XIXe siècle, le 25 novembre est jour de fête dans les ateliers de mode à Paris. D’abord fête des jeunes filles à marier, la Sainte-Catherine devient la fête des catherinettes, célibataires âgées de 25 ans et également de toutes les ouvrières de l’aiguille. Fête patronale et fête du patron dans les maisons de haute couture, elle donne lieu à des manifestions les plus diverses dans et hors les murs : cocktails, bals costumés, décors, saynètes, concours de chapeau, messes, courses animent la capitale. À travers cette fête corporatiste, c’est aussi le combat des femmes pour leur indépendance qui peut se lire.

Anne Monjaret, ethnologue et sociologue, directrice de recherche CNRS, Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS Université Paris Descartes CNRS), Sorbonne Paris Cité.

 

JEUDI 8 MARS 18 h 30

Olivier Jault

Créateur de chaussures pour Repetto, Jean-Paul Gaultier, Weston

Ancien étudiant de l’école Duperré, Olivier Jault, est créateur de chaussures indépendant. Spécialisé dans le stylisme chaussures et maroquinerie à une époque où ce choix était plutôt rare, Olivier Jault a suivi après l’école une formation technique dans l’accessoire cuir.

En 2002, Jean-Marc Gaucher, PDG de Repetto, lui fait confiance pour relancer la marque. En parallèle, depuis 2010 Olivier Jault collabore avec Jean-Paul Gaultier sur les collections couture et prêt-à-porter femme et homme. Il a également dessiné la ligne casual de Weston. Il est aussi collectionneur de chaussures vintage.

 


Vous aimerez aussi...