La « Belle Juive » : d’Ivanhoé à la Shoah d’Éric Fournier

(Henri Regnault, Salomé, 1870, huile sur toile, détail).


Éric Fournier, La « Belle Juive » : d’Ivanhoé à la Shoah, Seyssel, Champ Vallon, 392 pages.

Présentation de l’éditeur :

« Créée par le romantisme, puis investie des attentes fin de siècle, encore présente lors de la Shoah, la « belle Juive » – une invention d’hommes non juifs – est une figure porteuse d’altérités enchevêtrées : l’Orient, les Juifs, les femmes. Fascinante et mouvante, elle est autant un archétype partagé qu’un champ d’affrontement capable d’exprimer tant une féminité sublime ou les tensions entre genres qu’un antisémitisme fanatique ou un philosémitisme ambigu.

La « belle Juive » est avant tout une figure imaginaire mais elle peut agir sur des êtres de chair. Quelle est son influence sur les Juives de France, de la prostituée anonyme aux Stars d’exception, telle Sarah Bernhardt ? Cette figure dit la beauté du monde et la violence du temps ; la quête d’un idéal esthétique et les épreuves vécues par des femmes.

Né en 1975, agrégé et docteur en histoire, Eric Fournier enseigne au lycée de Fosses et est chargé de cours à l’Université de Marne-La Vallée. Il a publié La Cité du sang. Les bouchers de la Villette contre Dreyfus (Libertalia, 2008) et Paris en ruines. Du Paris haussmannien au Paris communard  (Imago, 2008).

 

 

 

 

 

 

SOMMAIRE :

INTRODUCTION

Première partie
 CRISTALLISATIONS

Chapitre 1: L’avènement 
L’archéologie du thème 
De Walter Scott à la prise d’Alger (1820-1830)
Une apothéose immédiate (1830-1867)

Chapitre 2: Une beauté sublime 
Un portrait concordant 
Le mystère des origines 
Le divin, l’Orient, le sang, 49 — L’ambiguïté du ghetto: l’alchimie, l’or, l’oppression.

Chapitre 3: Le champ des possibles 
La «belle Juive» sartrienne, ou les pièges de l’anachronisme 64
Les différents types
L’Orientale sensuelle, — La réprouvée, — La Juive et son père, — La courtisane, — La révolutionnaire, .
Une beauté sibylline

 

Deuxième partie 
L’EPREUVE DU RÉEL

Chapitre 4: Une beauté invisible?
 Qui a vu des «belles Juives»? 
De la visibilité des Juives belles dans l’espace public, — Fugitives égéries. 
Les paradoxes de l’observation 
Existe-t-il un type juif? 
Un débat historiographique politiquement sensible, — Ce que perçoit le premier XIXe siècle.

Chapitre 5: Courtisanes et prostituées
 Un objet de séduction plus que de mariage 
Essai d’évaluation numérique 
Les grandes courtisanes 
De la famille Bernhardt et de quelques autres, — La Païva: de Moscou aux Champs-Élysées.
En bas de l’échelle des filles galantes 
Des demi-mondaines à Sarah la Louchette, — De fausses «belles Juives»?, — La troublante Sarah Blum.

Chapitre 6: Actrices et modèles
 Mademoiselle Rachel
«J’ai porté mon nom aussi loin que j’ai pu», — «Simple, grande et belle comme l’art grec», — Regards croisés sur le mystère des origines. 
Dans l’ombre de Rachel
Le triomphe des modèles
Joséphine Marix, «cette merveille de la création», — De jeunes Parisiennes du Marais, —, La falsification de Manette Salomon.

 

Troisième partie
 FIN DE SIÈCLE, FIN DE RÊVE

Chapitre 7: La trivialisation du thème 
La sombre vivacité du motif 
«Parfaitement belle si son œil gauche n’eût été cerné d’une taie» 
Une beauté savamment dégradée, — Troubles origines: l’Orient de pacotille, la race, le bordel,
La recomposition des rôles 
L’Orientale, la victime, la fille, — De la courtisane à la chair de bordel, — Le temps des combattantes.

Chapitre 8: La femme fatale 
Frémissements romantiques 
Les danses de Salomé 
La sensuelle Orientale de Flaubert, — L’idole hiératique de Moreau, — Épigones, — «Un fait divers archaïque».
Judith et ses ombres
Femmes fatales contemporaines

Chapitre 9: L’antisémitisme 
Violence, discordance et confinement
Mutisme politique et essor culturel (1867-1882) — L’animosité s’affirme (1882-1886),.
Drumont, ou la fin de l’assemblage 
Les matériaux de La France juive, — Des «filles juives […] qui corrompent ou ruinent», — Reflet d’une modernité honnie, .
La vulgate s’impose 
L’animosité se durcit encore…, — … polarise les débats et se banalise,.

Chapitre 10: Femmes réelles
 Juives vues 
Le poids de l’imaginaire, — Clichés exotiques, — «Ni une nation, ni une race».
Sarah Bernhardt: le «monstre sacré» et la «belle Juive» 
Entre Salomé et Jeanne d’Arc, — «Une Juive au long nez». 
La «belle Juive» au bordel 
Réponses juives
Discours sur «la femme forte», — Engagements contre la traite.

 

Quatrième partie
 DISPARITIONS

Chapitre 11: Entre prégnance et effacement
 Un motif secondaire 
Incertaines beautés 
Des beautés moins intenses et moins singulières, — Désintérêt pour l’origine, .
Le temps des aventurières
L’adieu aux anciens profils, — À l’unisson des «garçonnes».
La belle sioniste

Chapitre 12: La «belle Juive» face au fascisme français
 L’élision haineuse des anciens stéréotypes
Les années 20: les survivances fin de siècle, — Les années 30: la fin des séductrices. 
Blum-Judith
Priapique et efféminé, — «L’homme le plus insulté de France».
Drieu, le viol comme arme de guerre

Chapitre 13: Banalisation et intégration?
 Albert Londres 
Observer la beauté jugée, — Tremper la plume dans les clichés, .
La prostitution
Quelques prostituées banales, — Les faux-semblants du Marais, .
Stars juives? 323
Marie Dubas, «la maréchale de la joie», — Le «sex-appeal» de Véra Korène.

Chapitre 14: La « belle Juive » mutilée
 L’avant-guerre de George Montandon
La «dérive fasciste» d’un ethno-raciste, — La «belle Juive» défigurée, .
Un exécutant de la Shoah 341
Extirper une beauté volée, — Examens ethno-raciaux.
Le primat du virilisme

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE

INDEX DES NOMS


Vous aimerez aussi...