*Laure Murat, L’Homme qui se prenait pour Napoléon. Pour une histoire politique de la folie – par Gilles Malandain

Laure Murat, L’Homme qui se prenait pour Napoléon. Pour une histoire politique de la folie, Gallimard, 2011, 382 p.

Sorti en septembre dernier, distingué par le prix Femina Essai, le dernier livre de Laure Murat, professeure d’études françaises à l’UCLA, n’est pas passé inaperçu, et l’on doit se réjouir ici, avec un peu de retard, du succès manifeste d’un essai largement consacré au XIXe siècle. Un succès justifié, disons-le à l’unisson des divers comptes rendus déjà publiés (par exemple ceux d’Elisabeth Roudinesco, de Jacques Dubois, de Mona Ozouf ou de Laurence Bertrand Dorléac) : très bien écrit, savant sans être pesant, l’ouvrage se lit agréablement et donne à réfléchir sur la « folie politique » comme sur la psychiatrie naissante et conquérante, entre la Révolution et les lendemains de la Commune. L’auteure a eu une excellente idée en cherchant à réunir et à lire ensemble, au fil de 5 chapitres grosso modo chronologiques, des phénomènes connus mais jusqu’ici trop disjoints ou négligés : d’une part, la « folie », mélancolique ou maniaque, née des révolutions ou attribuée aux révolutionnaires (ou aux « dissidents » d’une façon plus générale), et d’autre part l’identification mégalomaniaque à Napoléon (mais aussi à d’autres figures). L’exploration des registres des maisons de santé, hospices et asiles parisiens, mais aussi de la littérature aliéniste, permet ainsi une relecture de l’histoire politique du siècle (post)révolutionnaire au prisme du délire, fût-il fantasmé par des médecins eux-mêmes hantés par la peur sociale. Loin d’être anecdotique, la rencontre entre folie et politique, de quelque côté qu’on la prenne, souligne toute la difficulté de l’apprentissage ou de l’acceptation d’une démocratie – cette dangereuse « passion de l’égalité » – qui parut longtemps insensée en elle-même aux tenants de la raison souveraine. La politique, ou du moins sa diffusion sociale, est pensée comme une « manie » et un « mal du siècle », propice à tous les dérèglements inspirés par l’ambition, l’orgueil, l’exaltation ou l’envie. Si la « monomanie orgueilleuse » – dont l’empereur, « fils de ses œuvres », est à la fois l’inspirateur et en quelque sorte le modèle incontesté – reste circonscrite et somme toute bénigne (chapitre III), la « manie du progrès » et la « névrose révolutionnaire », culminant avec la furie communarde, inquiètent bien plus (chapitres IV et V). La force singulière de l’essai consiste cependant à confronter ces discours dont on connaît la violence et les œillères, à la réalité documentée de l’internement, à des exemples de folie bien réels – parfois de très « beaux cas ». Ces exemples renvoient finalement surtout à diverses formes de mélancolie profonde née des malheurs des temps, en particulier mais pas uniquement chez les femmes, les hommes étant plus portés aux « idées de grandeur ». Le délire et l’asile sont bien souvent des refuges contre l’angoisse qu’engendre non seulement la violence politique (révolutionnaire ou répressive) mais aussi la misère et le déclassement. Autrement dit, le caractère « politique » de cette folie est, sans surprise, constamment problématique. Ce qui ne signifie pas, loin de là, que les mots des fous, pour autant que nous puissions y accéder, ne nous éclairent pas sur les mutations du sujet politique moderne confronté à une souveraineté populaire encore toute virtuelle.

Comme le montrent clairement le long « préambule » et le plus bref « postambule », c’est avant tout à « l’histoire de la folie » et/ou de son traitement – et bien sûr aussi à ce que le sort des aliéné(e)s dit de la société où ils vivent (jusque dans notre actualité immédiate, évoquée in fine) – que l’auteure s’intéresse, en héritière critique de Michel Foucault. Si l’ouvrage s’appuie donc sur une excellente connaissance de la riche historiographie de la maladie et de la médecine mentales, et secondairement sur l’histoire littéraire, on doit signaler ici qu’il ignore en revanche très largement les travaux récents des historiens de la Révolution et du XIXe siècle. L’originalité réelle du propos doit en être un peu relativisée, en particulier sur les effets immédiats ou retardés de la Terreur, ou sur la pathologisation de l’action collective ou de l’engagement politique populaire, voire encore sur l’ancrage du mythe napoléonien dans la société française. Reste que, même si son sous-titre peut paraitre un peu ambigu et la contextualisation parfois un peu rapide, ce livre suggestif enrichit sans conteste les perspectives des historiens du politique, auxquels les questions qu’il pose ne sont assurément pas indifférentes.

Gilles Malandain.