PROMENADE “ SUR LES TRACES VISIBLES ET INVISIBLES DE LA COMMUNE À MONTMARTRE” — DIMANCHE 29 mars 2020

Au métro Abbesses, le square Jehan-Rictus, pseudonyme du poète Gabriel Radon. A cet emplacement, pendant la Commune, s’élevait la mairie du XVIIIe, arrondissement dont
 Jean Baptiste Clément, l’auteur du Temps des Cerises, fut l’élu

Walter Benjamin définissait l’aura comme le rayonnement d’un lointain. Il y a une « aura » de la Commune de Paris, tout particulièrement attachée à Montmartre, où elle débuta par une insurrection des habitants. Ils s’opposèrent à l’armée venue reprendre les « canons » du siège de Paris regroupés en partie au sommet de la colline. Louise Michel, ou encore Simon Dereure, cordonnier de son état, et bien d’autres restés anonymes, qui vécurent et combattirent là, sont devenus des figures de l’histoire qui nous parlent encore. Mais la Commune, c’est aussi l’absence, l’effacement. C’est en suivant les traces, matérielles comme idéelles, des événements, des lieux, des mémoires que nous pourrons mieux comprendre ce qui rayonne encore de la Commune et ce qui nous en est, peut-être, devenu plus étranger.

Notre guide sera Olivier Le Trocquer, historien spécialiste du XIXe siècle, enseignant d’histoire, auteur de nombreux articles dont  « La Commune de Paris: entre autogestion et projet souverain », dans Lucien Collonges (dir.),  Autogestion, hier, aujourd’hui, demain, Paris, Syllepses, 2010.

Rendez-vous :
9h Place Clichy devant la librairie de Paris

Inscription :
30 personnes maximum
Envoyer un mail à clement.p.h.fabre@gmail.com (pour être prévenu en cas d’annulation ou de clôture des inscriptions)