les révolutions sont-elles vandales ?

En France comme à l’étranger, autrefois comme aujourd’hui, lors de révolutions, des monuments et des statues font l’objet de la vindicte de révolutionnaires qui, voyant en eux les symboles de régimes honnis, les mutilent ou les détruisent. Ce thème est abordé le 9 janvier 2019 dans le cadre de l’Université populaire « Les mercredis des Révolutions » à partir des exemples de la France du XIXe siècle et de l’Europe de l’Est du XXe, respectivement par Emmanuel Fureix et Jérôme Bazin.

Au-delà de l’image simpliste de châteaux en feu et de statues gisant sur le sol, ces épisodes posent de nombreuses questions. La première est d’ordre lexicologique : comment les acteurs eux-mêmes désignaient-ils ces actions ? Et les historiens doivent-ils parler de « vandalisme », mot qui évoque une fureur et une inculture barbares, ou d’« iconoclasme », terme qui renvoie à un projet davantage théorisé. On a même proposé le néologisme « iconoclash », d’après le titre de l’exposition organisée en 2002 au Zentrum für Kunst und Medientechnologie de Karlsruhe par Bruno Latour et Peter Weibel.

On se demandera ensuite quelles effigies (celles de rois, de saints, d’hommes politiques…), quels types de monuments (églises, palais et châteaux, palais épiscopaux, casernes, fabriques…), furent visés durant ces épisodes, si les destructions furent aussi nombreuses dans toutes les régions, d’égale ampleur dans un cadre urbain, notamment dans les villes où siégeait le pouvoir, ou un cadre rural. Parmi les leaders du camp révolutionnaire, certaines personnalités tentèrent-elles de faire prévaloir des considérations d’ordre artistique ou patrimonial, de faire en sorte que l’aboutissement du nouveau projet politique ne se fasse pas au détriment d’œuvres anciennes, que l’on mettrait à l’abri dans des musées (On songe au Musée des Monuments français ouvert en 1795)  ?

On s’interrogera encore sur les foules à l’œuvre durant ces épisodes révolutionnaires. Qui prend l’initiative de la dégradation ou de la destruction ? Qui y participe ? Les femmes sont-elles présentes ? Comme actrices ou comme spectatrices ? Des sources permettent-elles de connaître précisément leurs intentions : s’agit-il de la simple décharge d’une fureur, d’une sorte de vengeance à fleur de peau ou, plus profondément, d’une damnatio memoriæ traduisant la volonté réfléchie d’édifier du neuf après avoir éliminé tous les témoignages du passé ? Est-ce que détruire une statue équivaut symboliquement à tuer celui qui est représenté ? S’en prend-on au marbre ou au bronze de son effigie faute de s’en prendre à lui corporellement, charnellement ? Techniquement, comment se déroulent les assauts contre les monuments et les statues ? Éclatent-ils de manière spontanée, avec « les moyens du bord » ou, au contraire sont-ils facilités par l’utilisation d’instruments préparés à l’avance (câbles, masses, pics…) ? On cherchera enfin à savoir si ces destructions sont définitives ou au contraire suivies de restaurations (cf. les grandes statues royales abattues sous la Révolution française et, pour certaines d’entre elles, refaites sous la Restauration).

Le Mercredi 9 janvier 2019
18h30-20h30
Mairie du 18e arrondissement
1, Place Jules Joffrin 75018
Séance animée par Jacqueline Lalouette, avec Jérôme Bazin et Emmanuel Fureix.

Jérôme Bazin est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris-Est Créteil. Ses travaux portent sur l’histoire sociale de l’art, plus spécifiquement dans les pays d’Europe de l’Est. Il est notamment l’auteur de Réalisme et égalité. Une histoire sociale de l’art en République Démocratique Allemande (1949-1990), Dijon, Presses du Réel, 2015.

Emmanuel Fureix est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’Université Paris-Est Créteil. Ses travaux portent sur l’histoire politique et culturelle du XIXe siècle, l’histoire des émotions, des rituels et des violences politiques. Il est notamment l’auteur de La France des larmes. Deuils politiques à l’âge romantique, (prix Chateaubriand 2009) et de L’oeil blessé. Politiques de l’iconoclasme après la Révolution française (à paraître en mai 2019).