Un massacre à la française

Rue Transnonain, 14 avril 1834. Un massacre à la française de Maïté Bouyssy
Présentation par l’éditeur
Au matin du 14 avril 1834, une douzaine de petits bourgeois parisiens sont massacrés à Paris, quartier Beaubourg, rue Transnonain n° 12. On connaît l’image de Daumier qui en fut la « mémoire » au sens rhétorique. L’affaire fort renseignée mais non élucidable dévoile la nature impériale de la monarchie constitutionnelle de Louis-Philippe et de la société sortie de la Révolution de 1830. Des réseaux se sont formés au sein de l’armée et des complicités se sont forgées à Alger avant d’infléchir les pratiques en métropole, en passant par Grenoble. Une bavure n’étant jamais fortuite, celle-ci peut s’inscrire dans ces « journées qui firent la France », dans la discrétion de règlements de compte multiples. Le tout fut joué et surjoué en un lieu de théâtre et comme au théâtre, ce qui donne à cette tragédie le parfum d’un simple drame.
Pour en savoir plus


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
editeur (28 mai 2024). Un massacre à la française. Actualité du XIXe siècle. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qge


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search