Des musées d’arts industriels aux collections d’arts décoratifs

Les enjeux de la valorisation patrimoniale d’un passé industriel

Journée d’études organisée par le Centre de recherches sur les économies, les sociétés, les arts et techniques (CRESAT) – Université de Haute-Alsace

Appel à communications

L’histoire récente des musées d’arts décoratifs résulte des débats sur la place du musée dans la formation des ouvriers d’art. Les principaux musées d’arts décoratifs en Europe ont été édifiés pour rassembler des chefs-d’œuvre du passé dans le but de contribuer à l’édification du goût : en 1851, le South Kensington Museum de Londres ; en 1864, le Osterreichisches Museum für Kunst und Industrie de Vienne ou encore le projet de l’Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie. L’ouverture de ces musées avait pour but de proposer des modèles représentatifs de l’histoire des arts décoratifs pour les élèves et les professionnels, selon une vision défendue par Marius Vachon. Mais en 1905, l’installation définitive des collections du musée de l’Union Centrale des Arts Décoratifs à Paris dans le pavillon de Marsan marque une évolution dans la valeur accordée à l’objet qui acquiert le statut d’œuvre d’art, exposé en tant que telle. Le musée parisien est révélateur d’un engouement pour les collections d’arts décoratifs, constituées le plus souvent comme un département du musée des beaux-arts, mais qui parfois obtiennent leur autonomie avec l’ouverture d’un musée spécialisé.

Il faut attendre la seconde moitié du XXe siècle pour que l’attrait pour les arts décoratifs et la valorisation d’un passé industriel donnent lieu à des redéploiements de collections ou à de nouvelles initiatives. Des collectivités territoriales et des associations s’emparent de ces questions pour mettre en œuvre des politiques patrimoniales en faveur de productions encore en activité ou appartenant au passé industriel. L’évolution du contexte a contribué à modifier les enjeux muséographiques, le musée est passé de la vitrine de l’excellence à la réception d’un patrimoine, soumis aux aléas de la conservation, notamment dans le contexte des fermetures d’usines et de délocalisations. Enfin durant les années 2000/2010, on assiste dans toute la France à de nombreux chantiers redéployant les collections des musées d’arts industriels du XIXe siècle tandis que des collections d’arts décoratifs sont installés dans de nouveaux bâtiments. Autant de projets révélateurs des politiques de valorisation d’un patrimoine ainsi que de l’intérêt du public pour les arts décoratifs.

Cette journée d’études a pour objectif de revenir sur l’histoire complexe de ces collections :
Les propositions pourront porter sur (liste non exhaustive) :

La constitution des collections d’arts décoratifs en Europe et le rôle des personnalités,

  • journalistes, collectionneurs ou politiques
  • L’évolution des objets et documents conservés, la valorisation des savoir-faire, des techniques de productions
  • La définition du musée par rapport à celui des beaux-arts, un parcours encyclopédique ou spécialisé
  • Le statut de l’objet dans la muséographie et dans la conception des collections
  • La place des industries du luxe dans les musées, notamment dans les cas de valorisation d’une industrie locale
  • L’apparition des objets contemporains, du Design et la conservation des fonds d’archives.

Les propositions devront comporter un titre, un résumé (300 mots maximum) pour la communication, une présentation en quelques lignes de l’intervenant et quelques références de ses publications.
Les propositions sont à envoyer au plus tard le 2 janvier 2016 à l’adresse suivante : aziza.gril-mariotte@uha.fr.

Lieu et date
Mulhouse, Université de Haute-Alsace, Campus Fonderie, jeudi 30 mars 2017 Comité d’organisation : Aziza Gril-Mariotte, Maître de conférences en histoire de l’art, Université de Haute-Alsace.

Comité scientifique
Arnaud Bertinet, Maître de conférences en histoire de l’art – Université Paris I Panthéon- Sorbonne
Hervé Doucet, Maître de conférences en histoire de l’art – Université de Strasbourg
Rossella Froissart, Professeur d’histoire de l’art contemporain – Université d’Aix-Marseille Bernard Jacqué, Conservateur honoraire du musée du papier peint de Rixheim – chercheur associé au CRESAT
Pauline Prevost Marcilhacy, Maître de conférences en histoire de l’art – Lille 3

appel_communicationsje2017_mulhouse