POSITION DE THÈSE | Walter BADIER, Alexandre Ribot et la République modérée : formation et ascension d’un homme politique libéral (1858-1895)

Walter BADIER, Alexandre Ribot et la République modérée : formation et ascension d’un homme politique libéral (1858-1895)

Thèse de doctorat en histoire, soutenue en décembre 2015 à l’Université d’Orléans, sous la direction de Jean Garrigues.

Jury : Pierre Allorant (professeur des universités, université d’Orléans), Yves Déloye (professeur des universités, Sciences Po Bordeaux), Jean Garrigues (professeur des universités, université d’Orléans), Jérôme Grévy (professeur des universités, université de Poitiers), Jean-Marc Guislin (professeur des universités, université de Lille III).

Mention : très honorable avec les félicitations du jury.

Dans la représentation commune de la Troisième République émergent quelques « grands hommes » : Jules Ferry, Léon Gambetta, Georges Clemenceau, Jean Jaurès ou encore Léon Blum. Ces figures républicaines ont longtemps concentré l’attention des biographes et presque incarné à elles seules cette période si fondamentale de la vie politique française. De ce fait, des hommes politiques de premier plan restent dans l’ombre de ces monuments de la mémoire collective. Comme Jules Méline, Maurice Rouvier et bien d’autres, Alexandre Ribot est aujourd’hui tombé dans un relatif oubli.

L’ancien élu du Pas-de-Calais est pourtant considéré par l’historien Jean Estèbe comme « un des monstres de la Troisième République »1. Député puis sénateur pendant plus de quarante-quatre ans, onze fois ministre dans quatre ministères différents2 et cinq fois président du Conseil, il dispose en effet d’un des plus beaux curriculum vitae du personnel politique de la Troisième République.

En ce début de XXIe siècle existe-t-il des raisons de se pencher sur cette période déjà bien connue des débuts de la Troisième République et sur la carrière politique d’Alexandre Ribot, qu’une forme de darwinisme mémoriel semble avoir définitivement éloignée de notre époque ?

Nous pensons que oui, plus que jamais peut-être.

Dans une perspective citoyenne, la crise politique majeure que traverse aujourd’hui la France et les interrogations légitimes qui surgissent concernant son personnel politique, ses institutions, ses valeurs, et l’hégémonie intellectuelle de l’idéologie libérale nous semblent démontrer la nécessité, voire l’urgence, de se replonger dans les racines de notre modèle républicain et ainsi modestement contribuer à alimenter le débat public. Dans une perspective scientifique, nous estimons que la richesse de l’activité politique de Ribot revêt en elle-même un intérêt suffisant pour justifier un travail de type biographique. Notre idée première fut tout naturellement de combler cet espace en partie béant. Notre inquiétude sur la faisabilité de l’entreprise disparut rapidement devant l’abondance et la richesse des sources disponibles. L’essentiel de celles-ci repose sur les archives personnelles d’Alexandre Ribot, déposées depuis 1994 aux archives nationales. En excellent état, ces documents sont classés, inventoriés et regroupés dans 58 cartons3. A cette base, déjà très conséquente, s’ajoutent d’autres sources manuscrites conservées aux archives nationales, aux archives du Pas-de-Calais, à la bibliothèque de l’Ordre des avocats ou encore au ministère des Affaires étrangères. La presse d’époque, les ouvrages de ses contemporains ainsi que les recherches historiques menées à partir de l’étude pionnière de Martin Schmidt4 permettent encore de resserrer les mailles du filet. Au regard de l’abondance de cette documentation, il nous est apparu impossible d’embrasser dans sa globalité la si longue et si dense carrière politique de Ribot, au risque de seulement la survoler. Aussi avons-nous fait le choix de ne pas prolonger notre investigation au-delà des années 1898-1899, qui marquent la fin de la République modérée. En effet, même si Ribot continue à jouer un rôle important durant les périodes suivantes, pendant la Première Guerre mondiale notamment, il nous semble fondamentalement incarner, par ses idées et sa manière de faire de la politique, cette séquence charnière de l’histoire de notre pays que constituent les trois premières décennies de la Troisième République. Notre étude est donc moins une biographie au sens littéral du terme que l’analyse d’une tranche de vie.

Deux questions de recherche, des plus classiques en histoire politique, se sont rapidement imposées à nous. La première concerne son ascension politique. Comment le jeune avocat au barreau de Paris est-il devenu député puis ministre et enfin président du Conseil ? La seconde porte sur ses idées politiques. Où situer Alexandre Ribot sur l’échiquier politique ? Quelle étiquette poser sur ce républicain « du lendemain » ? Est-ce un modéré, un libéral, un conservateur, un réactionnaire ou tout simplement un opportuniste ?

Pour suivre ces deux directions en parallèle, nous avons estimé indispensable d’inclure dans notre étude ses années de formation. Aussi avons-nous retenu comme point de départ de notre travail la date de 1858, qui correspond à son départ de Saint-Omer pour Paris et le lycée Bonaparte. La borne de fin fut plus délicate à dégager. La plus cohérente au regard de nos deux axes d’enquête nous a semblé être l’année 1895. Président du Conseil de janvier à novembre, Alexandre Ribot est alors au sommet de sa carrière nationale. A l’échelle locale, son succès à l’élection cantonale de juillet confirme son emprise territoriale et marque l’aboutissement d’un processus de notabilisation entamé plusieurs années auparavant. La circonscription de Saint-Omer peut être désormais considérée comme son fief électoral.

Dans le cadre de cette thèse de doctorat, nous avons souhaité mener nos investigations autour d’Alexandre Ribot en incluant cet homme politique dans les enjeux de son temps et en tant qu’acteur de celui-ci. Comme l’explique le sociologue Jean-Claude Passeron, la reconstitution de toute trajectoire individuelle consiste à « composer une force et une direction initiales propres à un mobile [l’acteur] avec les champs de force et d’interaction qu’il traverse »5. Autrement dit, notre entreprise n’a pas consisté pas à écrire un récit de la vie d’un homme politique, aussi important soit-il, mais à composer une biographie politique faite de va-et-vient incessants entre un objet d’étude et un contexte fourmillant d’enjeux. Ce sont eux que nous espérions saisir et analyser en pressant la matière historique contenue dans la carrière et la personnalité d’Alexandre Ribot. Pour ce faire, il nous est apparu nécessaire de multiplier les angles d’investigations, d’emboîter les échelles et de s’aventurer sur le terrain de l’interdisciplinarité en manifestant ce que Michel Offerlé et Henry Rousso nomment élégamment « le goût de l’indiscipline et de la curiosité »6.

Notre recherche, construite autour de l’ascension politique d’Alexandre Ribot, ne s’est donc nullement limitée à la mise en lumière des faits et gestes de ce grand serviteur de l’État mais s’est étendue à la compréhension de certains aspects de ce « monde de la Troisième République »7. Comme l’écrit à sa mort la Revue des Deux Mondes, Ribot « a incarné toute une époque qui, avec lui, achève de mourir »8. Cette époque, c’est celle des débuts de la Troisième République, présentée, le plus souvent, comme un bloc homogène après la prise complète du pouvoir par les républicains. L’analyse de l’ascension politique d’Alexandre Ribot permet d’identifier les structures de la société française d’alors mais aussi d’en dégager les dynamiques, inscrites dans différentes temporalités : un temps court quand il s’agit pour les républicains, dans les années 1870, d’installer le régime ou d’apporter des réponses à des crises conjoncturelles ; un temps plus long lorsqu’il est question de la démocratisation et de la républicanisation du pays ou encore de l’autonomisation de l’espace politique. Cette approche autorise à s’affranchir, en partie, des découpages chronologiques fondés sur les césures institutionnelles et plus globalement sur les événements politiques. Ainsi, la crise du 16 mai 1877 ne sonne pas « le glas des notables »9. Le rythme des grandes mutations sociales n’est pas celui de la vie politique. La mue de la société française, en cours à la fin du XIXe siècle, doit donc inciter à une réflexion sur son ampleur, sur les conditions de sa réalisation et sur la question, incontournable en histoire, du rapport entre permanences et mutations. Si la transformation des élites, notamment politiques, constitue un fait historique majeur, la fin des notables, telle que la présente Daniel Halévy10, n’est en réalité que partielle en raison de leur résistance, et de l’attitude de leurs successeurs qui plagient certaines de leurs pratiques, le clientélisme par exemple. Au sein de cette période de mutation que constituent les trois dernières décennies du XIXe siècle, les continuités méritent donc aussi d’être soulignées, y compris avec les régimes précédents. Cette vision se heurte naturellement à l’historiographie classique de la Troisième République, dépeinte comme le point d’aboutissement de la Révolution française et, comme l’analyse Antoine Schwartz, « dans une altérité radicale avec les expériences antérieures »11.

Le parcours d’Alexandre Ribot constitue un excellent révélateur de ce moment si particulier dans notre histoire qu’est l’installation de la République, résultante de bouleversements profonds de la société et d’héritages des régimes passés. Plus précisément, l’étude de la vie d’Alexandre Ribot peut, selon nous, permettre d’apporter une contribution importante dans différents chantiers historiographiques en cours : la réflexion déjà largement mature sur le parlementarisme, celle bien amorcée sur la professionnalisation du personnel politique et enfin, celle foisonnante, mais moins aboutie que les précédentes, concernant les idées et la culture politique des républicains libéraux.

Alexandre Ribot, un reflet de la professionnalisation de la fonction politique

Pour Alexandre Ribot, cela ne fait aucun doute : la politique est un métier, « un singulier métier » précise-t-il12. A partir des recherches déjà conduites par de nombreux historiens et politistes sur « l’invention de la figure de l’homme politique moderne »13 durant la Troisième République et les multiples facettes de ce métier, nous avons, à notre tour, suivi le parcours d’un professionnel de la politique. A la différence de la plupart des travaux déjà menés, notre approche a consisté à embrasser l’ensemble des aspects de la carrière d’Alexandre Ribot, dans une perspective à la fois diachronique, du début de sa formation au lycée Bonaparte en 1858 jusqu’à ses dix mois passés à la tête du gouvernement en 1895, et synchronique en envisageant les activités d’un député, dans sa circonscription, au Palais Bourbon, mais aussi à l’extérieur des lieux officiels du pouvoir.

Avant de se présenter devant les électeurs en 1878, Alexandre Ribot a suivi le parcours de formation des élites, qu’elles soient politiques, administratives, universitaires, économiques ou financières14. Après avoir fait ses humanités au lycée Bonaparte, puis appris le droit à la faculté et au barreau, il complète sa formation professionnelle et son éducation politique en fréquentant des parlottes juridiques, la Conférence du Stage, et des conférences d’éloquence, comme la « Molé ». Ce parcours exemplaire est aussi celui de la plupart des futurs cadres de la Troisième République : Léon Gambetta, Jules Ferry, Jules Grévy, Charles Floquet ou encore Jules Méline. A chacune de ces étapes, qui constituent autant de marches d’un cursus honorum conduisant au sommet décisionnel de la société, Ribot brille par ses qualités et parvient à se distinguer. Élu premier secrétaire de la conférence du Stage et président de la Conférence Molé, il est reconnu par ses pairs mais aussi par les grands noms du barreau de Paris. Ses succès et les relations nouées avec certains de ses collègues lui ouvrent les portes du Paris mondain, notamment les salons de la très haute bourgeoisie orléaniste. Grâce à ses liens avec la famille Duvergier de Hauranne, il fréquente le cercle des « Burgraves »15, ces anciens combattants de l’orléanisme mis à l’écart de la vie politique depuis le coup d’État du 2 décembre. Devenu avocat, puis magistrat à partir de janvier 1870, il poursuit son apprentissage au sein de structures désireuses de réformer le pays sur des bases libérales : la Société de législation comparée, dont il est avec Paul Jozon l’un des fondateurs, et l’École libre des sciences politiques d’Émile Boutmy, où il enseigne le droit comparé et l’histoire parlementaire. Détecté par le bâtonnier de l’ordre des avocats Jules Dufaure, ancien homme fort de la Monarchie de Juillet redevenu ministre à partir de février 1871, Ribot effectue ses débuts à la Chancellerie de manière d’abord officieuse, comme conseiller, puis officielle, en tant que directeur des affaires criminelles puis secrétaire général. Quand il démissionne de cette fonction en décembre 1876, il dispose de tous les atouts pour s’imposer dans le Parlement de cette « République des avocats » en cours d’installation.

L’ascension sociale de Ribot, parfaite incarnation d’une « bourgeoisie de robe »16 imprégnée de culture juridique et d’humanités classiques, traduit à la fois l’ « affirmation des compétences »17, autrement dit une forme de méritocratie, et, en même temps, la domination sociale, économique et politique de la bourgeoisie dans une société française qui se démocratise lentement. En reprenant les analyses de Christophe Charle, on peut constater que son parcours est, là encore, en tout point conforme à celui adopté par une large part des élites républicaines : après avoir débuté sa carrière au sein des professions libérales et s’être impliqué dans la sphère intellectuelle, il intègre le champ administratif avant de rejoindre celui du politique18.

En plus d’une incontestable maîtrise de l’art oratoire, de connaissances juridiques et historiques approfondies, il a acquis durant ses années de formation de solides appuis au sein du personnel politique de la mouvance modérée : Prosper Duvergier de Hauranne, Adolphe Thiers et Jules Dufaure, pour n’évoquer que les principaux. Voyant en lui un digne héritier, ils ont chacun, à leur manière, favorisé sa carrière de juriste puis son entrée en politique. Pour Ribot, c’est son ancien « patron » au ministère de la Justice qui « a été [son] maître et [son] guide dans les débuts de [sa] vie politique »19. Plus globalement, l’ancien magistrat impérial a bénéficié de ses nombreuses relations dans le milieu des juristes parisiens. Lors de sa première campagne électorale, par exemple, il reçoit le soutien très précieux du préfet du Pas-de-Calais, Ernest Camescasse, ancien secrétaire de la Conférence du Stage et membre de la Société de législation comparée.

Excellemment préparé à siéger dans une assemblée politique, Alexandre Ribot n’a en revanche pas appris à y être élu au suffrage universel. N’ayant pas l’âme d’un militant, c’est davantage en observateur qu’il participe en 1869 à la campagne législative d’Adolphe Thiers à Paris. Il y découvre les nouvelles modalités de mobilisation des électeurs et la dureté de l’épreuve pour les candidats. Admiratif de l’aisance avec laquelle Léon Gambetta s’adresse au peuple, il semble alors loin d’être prêt à se confronter aux citoyens d’une circonscription. Il se décide à franchir le pas neuf ans plus tard. Pour préparer son parachutage dans le Pas-de-Calais et acquérir localement une petite notoriété, il place ses compétences d’avocat au service de républicains poursuivis pour des motifs politiques par le gouvernement d’Ordre moral. Engagé dans une élection législative partielle à Boulogne-sur-Mer, il bénéficie de circonstances favorables et surtout de l’aide d’un habitué des joutes électorales, Georges Foissey. Ébloui par le talent de Ribot, il se met à son service et le fait bénéficier de son expérience, de ses connaissances des lieux et des hommes, mais aussi de son bon sens. C’est donc sur le terrain, aux côtés d’un modeste courtier maritime, que Ribot apprend péniblement le savoir-faire électoral. Bien qu’élu, il se refuse à adopter les codes de la démocratie représentative et à se conformer aux attentes de ses électeurs. Au regard de la célèbre distinction entre les notables et les professionnels de la politique établie par Max Weber, devenue grille d’analyse de l’évolution du personnel politique dans la seconde moitié du XIXe siècle, nous pouvons estimer qu’entre 1878 et 1885 Alexandre Ribot n’est, sur ses terres électorales, ni un notable, ni un professionnel de la politique. C’est donc un député en sursis. Battu successivement à trois élections en 1885 et 1886, il prend conscience de la nécessité de s’adapter à la réalité de son époque et de contrôler réellement une circonscription afin de sécuriser sa carrière. Il choisit alors de changer de territoire électoral et de s’installer dans l’arrondissement de Saint-Omer, dont le profil semble davantage lui correspondre. Dépassant ses barrières culturelles et psychologiques, il accepte, pour s’assurer de confortables réélections jusqu’en 1909, de se comporter en un véritable élu local. Il applique quelques règles simples et éprouvées : être présent sur le terrain, afficher sa proximité avec ses électeurs, défendre leurs intérêts, contrôler les hommes ayant une influence sur le corps électoral et le mobiliser lors des scrutins. Signe des concessions qu’il consent à réaliser pour affermir cet ancrage, il accepte en 1895 de cumuler les mandats en siégeant au Conseil général du Pas-de-Calais. Ribot est-il pour autant parvenu à bâtir un solide fief électoral ? Ses résultats lors des différents scrutins semblent l’attester. Toutefois, quand en 1909 il décide de quitter le Palais Bourbon pour celui du Luxembourg, les limites de son emprise sur la première circonscription de Saint-Omer apparaissent. D’une part, il éprouve les pires difficultés à devenir le candidat des républicains pour les élections sénatoriales, beaucoup lui reprochant son positionnement de plus en plus droitier. D’autre part, et de manière a priori plus surprenante, il ne réussit pas à imposer son successeur, Paul Lafoscade, battu sèchement dès le premier tour. Le président de la Fédération radicale et radicale-socialiste du Pas-de-Calais (Émile Lemaître) explique l’incapacité de Ribot à transmettre sa circonscription par l’absence de contenu politique dans cet héritage : « Il semblait à première inspection que la succession de Ribot fut facile à recueillir pour un candidat se réclamant du même programme. Mais quel est ce programme ? […] Ce programme n’existe pas. » Et il ajoute : « Reconnaissons-le, Ribot possède “la manière”, et cette manière a fini par lui assurer une autorité électorale que sa droite et sa gauche n’osaient plus lui contester : il avait résolu jusqu’à présent le difficile problème d’incarner les inquiétudes et les espérances communes des deux partis20. » Même si, bien entendu, cet argumentaire est excessif, il n’empêche que les liens personnels noués entre Ribot et les habitants de sa circonscription ont très clairement pris le pas sur les grands débats politiques. A Saint-Omer, Ribot est avant tout perçu comme un républicain de gouvernement et un député reconnu, protecteur et influent, autrement dit un notable républicain. Si le baron de Mackau, étudié par Éric Phélippeau21, est l’exemple d’un notable professionnalisé, Alexandre Ribot incarne, lui, une trajectoire opposée, celle d’un professionnel qui s’est notabilisé. Dans cette acception toutefois, le terme « notable » ne correspond plus à la définition wébérienne. Comme l’écrit fort justement Alain Garrigou, « le notable n’est plus l’inverse du professionnel mais au contraire son accomplissement »22. Si dans les deux cas, le clientélisme est la clef de voute de la relation entre un élu et ses électeurs, celui-ci repose dans l’ancien système sur une offre de biens privés alors qu’il s’appuie, le plus souvent, sur des biens publics dans ce que Frédéric Monier nomme la « République des faveurs »23. La banalisation de cette notabilisation des grands élus républicains est une donnée fondamentale pour comprendre le fonctionnement du régime et les modalités de son acceptation par la population, notamment dans les campagnes.

Cette poursuite du clientélisme, qui se conjugue avec d’autres pratiques héritées comme celle de la candidature officielle24, démontre que la rupture, en matière électorale, entre la République et le Second Empire est loin d’être absolue. Ce constat se voit renforcé par le fait que la campagne législative de 1869, après le vote des lois sur la presse et les réunions publiques, permet déjà une large expression de la parole politique. Avant même la proclamation de la Troisième République, la modernisation des formes de la mobilisation électorale est donc déjà en cours.

Le parcours de Ribot nous informe également sur le degré de politisation et de républicanisation des campagnes à la fin du XIXe siècle. En suivant ses traces dans le Pas-de-Calais, un territoire encore très largement acquis au bonapartisme dans les années 1870, il est frappant d’observer que la républicanisation, amorcée réellement à partir des années 1880, ne s’accompagne pas d’une forte politisation des électeurs. En effet, si Ribot parvient à s’implanter à Saint-Omer, ce n’est pas, comme il l’escomptait, grâce aux débats d’idées ou à l’éducation politique des électeurs, mais essentiellement sur des ressorts apolitiques, qu’il contestait vigoureusement au début de sa carrière. Par conséquent, Ribot illustre parfaitement l’adaptation des républicains de gouvernement « aux citoyens réels »25. L’évolution de leur discours à l’égard des paysans, mis en évidence par Chloé Gaboriaux26, en témoigne. Alain Garrigou évoque une « résignation nécessaire à la réalité de nombreux électeurs décidément imperméables aux raisons politiques27. » A travers son exemple, on observe donc que la politisation demeure très superficielle à la fin du XIXe siècle et que républicanisation et politisation ne progressent pas forcément de pair.

Si, dans le Pas-de-Calais, Alexandre Ribot a pu éprouver des difficultés à se comporter en professionnel de la politique, à Paris il endosse avec aisance les habits de député. A l’époque de la « République des juristes »28, il possède, dès son arrivée à la Chambre, des capacités requises pour s’y imposer. Pour son collègue Louis Barthou, il est assurément « l’un des plus grands noms de l’histoire parlementaire » : « Un tel talent est fait de plusieurs talents et il faudrait, pour le définir, emprunter leurs dons à tous les maîtres de la tribune29. » Quels sont ses talents ? Quelles compétences professionnelles font de lui, au temps du « parlementarisme absolu »30, un exemple d’« homo parlementaris »31? Trois éléments de réponse semblent se détacher. Le premier est évidemment sa maîtrise de l’art oratoire. Ni tribun charismatique capable de soulever les foules, ni caricature de l’avocat multipliant les exagérations, Alexandre Ribot est un orateur au style académique, adapté aux assemblées politiques, s’efforçant de convaincre son auditoire par sa sincérité et la qualité de son argumentaire.

Dans le cas de Ribot, la forme du discours est au diapason du fond. Son sérieux dans le travail parlementaire et ministériel constitue la deuxième clef de son succès. Professionnel assidu, le député du Pas-de-Calais s’investit dans les multiples tâches qui lui incombent. Son implication dans les activités souterraines des commissions, notamment au sein de la plus prestigieuse, celle du budget, semble essentielle pour comprendre sa position à la Chambre. Contrairement à certains de ses collègues qui se cantonnent aux seules questions politiciennes ou se spécialisent sur une thématique précise, Ribot est un polyvalent, capable, au prix de longues journées d’études, de maîtriser tout autant un problème budgétaire des plus techniques qu’une question de politique générale. D’où la réputation de « compétence universelle »32 dont il jouit auprès de ses collègues.

Cette image de technicien de la politique est renforcée par le grand pragmatisme dont il témoigne. Spécialiste de droit comparé et d’histoire parlementaire, ce juriste prône une approche rationnelle de l’action politique, sans dogmatisme. Dans son esprit, la politique est essentiellement une activité gestionnaire devant être conduite, sinon directement par des spécialistes, du moins par des hommes éclairés soucieux de l’intérêt général et capables de s’appuyer sur des expertises. Ces dernières peuvent être réalisées à l’initiative du gouvernement, du Parlement, au sein de commissions, ou à l’extérieur du champ politique institutionnel, dans le cadre des laboratoires à idées, des think tanks, que sont la Société de législation comparée, la Société générale des prisons ou encore le Musée social. Très proche de ces réseaux, pratiquant la politique de manière informelle, « sans en avoir l’air »33, il en constitue un relais influent jusqu’au centre du pouvoir.

Enfin, le dernier « talent » de Ribot, probablement indispensable pour faire carrière en politique, est son habileté, qui, selon le député Étienne Fournol, est « aussi célèbre parmi les techniciens, entendez ici les parlementaires, que sa science politique parmi les profanes34. » Parfait connaisseur de la machine parlementaire et des hommes qui l’alimentent, il sait gérer ses prises de parole et ses votes pour se positionner, au mieux de ses intérêts, sur la petite scène de la vie parlementaire. Ses interventions en 1889 pour se rapprocher des opportunistes dans le but évident d’entrer au gouvernement en attestent. Comme député ou ministre, il se montre par ailleurs très à son aise dans les tractations incessantes que génère l’activité politique. De plus, s’il n’a pas le tempérament d’un leader, il connaît l’importance d’être entouré dans une assemblée aussi violente et amnésique que peut l’être la Chambre des députés. Membre actif de plusieurs groupes parlementaires, constitués sur des bases politiques ou de défense d’intérêts, il dispose également du soutien inconditionnel de quelques fidèles et de l’appui d’une cohorte, certes variable selon les contextes, de parlementaires.

L’éloquence, le sérieux mais aussi l’habileté, telles sont les principales qualités d’Alexandre Ribot expliquant sa longévité politique et son ascension. Ce pur produit du système de formation des élites des années 1860 a accompagné la professionnalisation de l’activité politique. S’il se montre généralement critique envers cette mutation, il en accepte toutefois les règles, tant dans son département d’élection qu’à Paris. Lui-même d’ailleurs, en sa qualité d’enseignant à l’École libre des sciences politiques, contribue au façonnage des futurs cadres du régime. Vivant de et pour la politique, Ribot apparaît comme un homme politique total. Il est toutefois intéressant de noter qu’au fur et à mesure qu’il se spécialise dans ce métier, pour lequel il dépense sans compter son temps et son énergie, sa passion semble s’émousser.

S’il est parvenu à s’adapter, dans les dernières décennies du XIXe siècle, aux nouvelles règles de la vie politique, il se sent dès le début du siècle suivant dépassé. A son épouse, il écrit le 17 juillet 1904 :

« Je me sens trop dépaysé dans ce milieu nouveau de la Chambre des députés, parmi tous ces jeunes politiciens, d’une ambition si ardente et si médiocre. […] Nous avons changé de climat ; ceux qui ont connu l’ancienne manière de vivre souffrent de ce changement, mais les nouveaux venus à la politique s’adaptent peu à peu aux nouvelles manières de comprendre et de pratiquer la politique. Il ne nous reste qu’à prendre notre retraite ou à attendre qu’on nous la donne35. »

Si, effectivement, le style « Ribot » semble parfaitement s’accorder au moment de transition que représentent les débuts de la Troisième République, le passage de « l’individualisme à l’ère des groupes »36, avec notamment la création des partis politiques modernes, modifie le cadre de la vie politique et le relègue irrémédiablement à une époque de plus en plus révolue.

Alexandre Ribot, un reflet de la République modérée

Si la question de la fidélité à ses convictions s’impose à tout homme, elle prend dans le champ politique un relief tout particulier. Écartelés entre l’éthique de la conviction et celle de la responsabilité, pour reprendre l’opposition wébérienne, les responsables politiques sont fréquemment accusés d’opportunisme, voire de trahison. Alexandre Ribot a souvent été victime de ces reproches de la part des observateurs et acteurs de la vie politique, qui ont beau jeu de rappeler son passé de magistrat impérial ou encore son rapprochement avec les opportunistes à partir de 1885. Pour Francis de Pressensé, « toute la carrière de ce grand parlementaire (car c’est un grand parlementaire) s’est déroulée au milieu de ses contradictions » : « Disciple, j’ai presque dit enfant chéri, héritier de Dufaure, espoir du Centre gauche, doctrinaire et intransigeant, M. Ribot après avoir contribué à renverser Gambetta et Ferry est devenu l’homme de confiance de la concentration républicaine37. » D’autres commentaires, à l’inverse, soulignent sa constance. Pierre de Quirielle dans La République française, considère qu’il « n’a jamais varié dans ses convictions »38.

Ces vues, en apparence très discordantes, nous semblent toutes posséder leur part de vérité. S’interrogeant sur le parcours d’Alfred Naquet, successivement opportuniste, boulangiste puis socialiste, Sylvie Aprile estime que « c’est moins Naquet qui change, que la République qui s’édifie et se fige […]. Tous les parcours républicains vus dans leur singularité et non par rapport à une norme démontrent avec plus ou moins d’intensité ces variations et ces contradictions diffuses39. » Ribot ne fait pas exception à cette règle. En dépit d’ajustements tactiques ou stratégiques, ses actes nous apparaissent inspirés par des valeurs et des principes inchangés. C’est également le point de vue de l’historien Raphaël Muller : « Quiconque suivrait au jour le jour la carrière politique de Ribot en retirerait une impression de mouvement incessant […]. Pourtant, il suffit de prendre un peu de recul pour que cette impression de mouvement incessant disparaisse40. » Cette approche, consistant à s’éloigner des soubresauts du temps court, est défendue par Alain Bergounioux qui, dans un article sur l’opposition entre les principes et les contraintes, considère que la cohérence d’une politique ne peut s’appréhender que sur la longue durée41. De fait, jusqu’en 1895, il nous semble possible de distinguer dans les écrits, les discours et les actions de Ribot une cohérence constituant une identité politique. Quelles en sont les principales lignes de force ?

Avant tout chose peut-être, Ribot est un patriote. Fondamentalement attaché à la France et à sa grandeur, il redoute constamment son affaiblissement sur la scène internationale et ses divisions internes. Marqué par le drame de la Commune, il est soucieux, plus que tout, de combattre ce qui pourrait nuire à l’unité du pays. Cette préoccupation explique son attitude à l’égard notamment de la question religieuse, point de discorde entre les libéraux. Considérant la religion comme une affaire privée, Ribot est partisan d’une laïcité tolérante qui ne scinde pas « la France en deux camps, dont l’un s’appellerait le camp républicain et l’autre le camp clérical42. » Sur ce sujet, comme sur beaucoup d’autres, le député du Pas-de-Calais se présente comme un libéral.

L’est-il réellement ? Lui-même se considère ainsi et aucun de ses contemporains ni des historiens de la Troisième République ne lui conteste, à notre connaissance, cette étiquette. Il semble en effet incontestable qu’il puise ses principes, ses valeurs, voire son attitude dans cette tradition ou peut-être plus justement dans cette culture politique. La cause paraît donc entendue sauf que, reconnaissons-le, le libéralisme demeure bien difficile à cerner. A partir d’une souche commune, le courant libéral semble avoir connu, au fur et à mesure de ses actualisations idéologiques et de ses expériences dans l’opposition et au pouvoir, une évolution buissonnante. Au-delà de grands principes fondateurs (défense des libertés fondamentales, parlementarisme, séparation et équilibre des pouvoirs, sens de l’intérêt général) et d’attitudes communes (méfiance à l’égard du peuple, mode de vie bourgeois, approche élitiste de la société), les libéraux ne défendent pas, constamment, un corpus idéologique précisément défini. Aussi, après l’examen du parcours de l’une de ses figures politiques durant la seconde moitié du XIXe siècle, il nous apparaît impossible de penser le libéralisme autrement que dans sa diversité.

Même si cela semble une évidence, le libéralisme des années 1860 ne ressemble ni à celui des années 1830, ni à celui des années 1890. La dernière décennie du Second Empire constitue une séquence d’intense renouvellement idéologique, conduit notamment par Édouard Laboulaye et Lucien Prévost-Paradol, et de large récupération de l’étiquette « libéral ». Être libéral dans le milieu des années 1860 signifie essentiellement appartenir à l’opposition à un régime maltraitant les droits fondamentaux. Avec la libéralisation de l’Empire et surtout la mise en place d’une République s’inspirant de leur pensée, les libéraux, du moins les plus avancés, actualisent une nouvelle fois leur logiciel. La « transition du libéralisme censitaire vers le libéralisme démocratique »43 se poursuit et le rôle de l’Etat est réinterrogé. Dès les années 1880, certains libéraux envisagent la mise en œuvre d’une réelle politique sociale. A partir de l’étude du Musée social, Janet Horne « propose d’appeler “libéralisme social” la transformation dans la pensée libérale qui […] remit en question l’orthodoxie libérale du laissez-faire par rapport au rôle de l’État44. » Observant un pareil mouvement à l’échelle européenne, Nicolas Roussellier évoque un « néo-libéralisme issu de la mutation de la fin du XIXe siècle (démocratie, nation, État) »45. Historiquement, comme tous les autres courants d’idées, le libéralisme est donc bien un objet éminemment mouvant car sans cesse en recomposition.

Fréquentant durant ses années de formation le milieu des juristes parisiens, où les thèses libérales sont très répandues, et le cercle constitué autour de Prosper Duvergier de Hauranne, c’est logiquement qu’Alexandre Ribot reçoit un « bain de libéralisme » et assimile la culture politique libérale. Il construit son identité politique dans l’opposition au Second Empire, au nom du respect des « libertés nécessaires », et dans l’histoire et la mémoire de la génération des doctrinaires. Cette double influence confère au substrat libéral d’Alexandre Ribot une teneur particulière. Par la suite, bien entendu, au gré de ses rencontres, de ses voyages, de ses lectures, de ses expériences et surtout de l’évolution de la société, sa vision du monde se modifie. En 1895, ses conceptions politiques ne sont plus exactement celles qu’il avait trente ans plus tôt. Malgré cela, il nous semble possible de qualifier la nature du libéralisme d’Alexandre Ribot jusqu’en 1895 afin de cerner sa personnalité politique mais aussi de mieux comprendre l’histoire de ce courant de pensée et d’en souligner la diversité des sensibilités.

D’abord proche des milieux orléanistes, Ribot se résout à la solution républicaine à partir de 1868. Même s’il accueille « avec espérance et sympathie »46 l’installation du gouvernement Ollivier, il ne croit pas le régime impérial réellement capable d’achever sa mue libérale. Longtemps indécis, il se convainc définitivement que la forme républicaine est la plus adaptée qu’à la fin de l’année 1870. Par la suite, à aucun instant son républicanisme ne peut être pris en défaut. Prônant l’union de tout le bloc républicain lors des crises, il s’est toujours refusé à s’allier avec la droite, y compris le centre droit. L’acceptation de la République et l’objectif de laïcisation de la société, véritables marqueurs distinctifs entre la droite et la gauche, constituent une première ligne de fracture chez les libéraux.

Une deuxième réside dans le rapport qu’ils entretiennent avec les questions économiques et financières. En forçant les nuances, deux conceptions du libéralisme se distinguent. L’une peut être qualifiée d’économique. Les disciples de Jean-Baptiste Say, Frédéric Bastiat ou encore Michel Chevalier considèrent les enjeux économiques comme fondamentaux et militent en faveur du libre-échange. Proches des milieux financiers, ils en servent les intérêts. Dans les débuts de la Troisième République, Léon Say incarne cette tradition, qui dans son cas est à la fois politique et familiale. Force est de reconnaître qu’Alexandre Ribot représente une autre sensibilité au sein de la famille libérale. S’il est devenu, en raison de son parcours à la Chambre, un spécialiste des questions budgétaires et un grand défenseur de l’équilibre des comptes, il demeure assez éloigné des cercles de l’économie politique et n’en partage pas toutes les thèses. Libre-échangiste de principe au début de sa carrière, il s’affirme par la suite comme un défenseur du protectionnisme, notamment dans le secteur agricole. Si des considérations électorales peuvent fournir une explication à cette orientation, il convient cependant de se remémorer que dans les années 1860 les arguments développés par Adolphe Thiers en faveur du protectionnisme l’avaient en partie convaincu. Dans ce domaine, comme sur beaucoup d’autres, il témoigne d’une grande souplesse ce qui, là encore, l’oppose à bon nombre de libéraux, très dogmatiques sur certains sujets. Ce n’est pas un hasard si, lors de son affrontement avec Léon Say à la Chambre en janvier 1891 sur la question des traités de commerce, il reproche sa rigidité et son aveuglement à cet ardent défenseur de la science économique : « En ces matières, ce n’est pas la doctrine pure qui règne […] il y a des courants d’opinion, des appréciations qui varient avec les circonstances et aussi avec les grands faits qui se produisent autour de nous47. » Sur ce sujet, Ribot apparaît se rattacher à la tradition des doctrinaires, globalement peu intéressés par les problèmes économiques et industriels.

Le libéralisme de Ribot semble donc assez peu s’inscrire dans la veine économique mais davantage dans sa tradition politique. Quelques jours après son décès, Charles Maurras qualifie l’idéologie de son adversaire de libéralisme juridique48. Intéressante, cette catégorie s’avère en effet bien correspondre au profil de Ribot. Spécialiste de droit comparé et légiste reconnu, ce juriste entré en politique considère le droit comme le seul moyen d’établir et de garantir dans la durée le respect des libertés fondamentales issues de la Révolution française. A l’inverse, quand il estime que la loi de la République est employée « contre les libertés », en instaurant l’arbitraire à l’égard des magistrats ou des catholiques par exemple, il s’insurge au nom du libéralisme. C’est au nom de ces principes que le député du Pas-de-Calais, contrairement à la majorité des hommes du Centre gauche, décide de rompre avec les opportunistes en 1879 avant de s’en rapprocher progressivement à partir de 1883 puis officiellement en 1885, formant par la suite avec eux des ministères de concentration républicaine. Les conceptions politiques de Ribot et son parcours témoignent donc des diverses sensibilités existant au sein de la famille libérale à cette époque et de leur fragmentation sur l’échiquier politique.

Enfin, au regard de la conduite d’Alexandre Ribot, il apparaît manifeste que la consistance idéologique du libéralisme semble plus élevée, et l’étiquette de « libéral » plus attractive politiquement, durant les phases d’opposition à un régime ou à un gouvernement. Cela n’est, après tout, guère surprenant quand on se rappelle que ce courant d’idées s’est développé en France en réaction à un pouvoir étatique excessif. Comme l’écrit l’intellectuel Carl Schmitt : « Il n’y a pas de politique libérale sui generis, il n’y a qu’une critique libérale de la politique49. » Si la charge est excessive, il n’en demeure pas moins que, dans le cas de Ribot, le libéralisme est généralement brandi comme une arme de résistance. Pour Louis Girard, « il ne faut pas après 1875 trop opposer libéral et républicain, sauf lorsque le libéral utilise la liberté pour s’opposer à la République »50. Ribot se réclame en effet beaucoup plus du libéralisme durant les séquences où il est en désaccord avec la majorité gouvernementale, entre 1878 et 1885 puis après 1899, que pendant ses périodes d’exercice des responsabilités gouvernementales. De la même manière, il se présente rarement dans sa circonscription comme un libéral, appellation sans doute un peu abstraite, mais le plus souvent comme un conservateur ou un modéré, ce qu’il est également.

Si le libéralisme constitue l’une des clefs essentielles pour saisir sa personnalité politique, ces deux autres catégories peuvent aussi être employées. Lui-même d’ailleurs utilise ces termes souvent de manière interchangeable ou en les associant. Dans une lettre à Jules Dufaure, il évoque ainsi « la cause libérale, modérée, conservatrice »51.

Conservateur, le disciple de Dufaure l’est assurément. S’il « n’a guère de contenu doctrinal »52, le conservatisme désigne essentiellement une disposition de l’esprit. Pour le philosophe et historien britannique Michael Oakeshott, « être conservateur […] c’est préférer le familier à l’inconnu, préférer ce qui a été utilisé à ce qui ne l’a jamais été, préférer le fait au mystère, le vrai au possible, le limité au flou, ce qui est proche plus que ce qui est distant, le suffisant à l’excédent, le convenable au parfait53. » Ce tempérament conservateur semble parfaitement s’accorder au caractère de Ribot, qui, s’il n’est pas un réactionnaire, craint les changements brutaux et les réformes, notamment sociales, un peu hardies. C’est ainsi qu’il faut par exemple appréhender son opposition à la création d’un impôt sur le revenu. C’est aussi, d’une certaine manière, par conservatisme qu’il en vient à adopter à partir de l’automne 1870 la République, devenue le régime en place, et à la défendre par la suite avec une grande ardeur. Plus que tout, il redoute un nouveau changement politique. Ribot peut donc être qualifié de libéral-conservateur mais aussi, plus simplement peut-être, de modéré.

En 1867, alors âgé de seulement 25 ans, le futur président du Conseil estime déjà que « la modération énergique est le véritable esprit politique »54. Honnissant les extrêmes, de droite comme de gauche, Alexandre Ribot s’efforce effectivement d’être modéré en toutes circonstances, au gouvernement comme dans l’opposition. A l’intérieur de la République, il estime que les modérés, nommés parfois sous sa plume les « sages », doivent peser politiquement pour freiner l’ardeur des républicains les plus avancés, avec lesquels il refuse de s’allier, qu’ils s’agissent des radicaux dans les années 1870-1880 puis des socialistes. Durant toute sa carrière, sa tempérance semble le guider vers la quête du juste milieu et sa prudence l’inciter à envisager l’action politique sur la longue durée. Alexandre Ribot est, pourrait-on dire, un ultra-modéré. Ce tempérament le condamne à des procès sans cesse réitérés en insincérité ou en faiblesse de la part de ses adversaires de tout bord.

La méfiance qu’il suscite est d’autant plus élevée que ses positions sur beaucoup de sujets ne sont pas figées. Durant son long passage au ministère des Affaires étrangères, il poursuit par exemple les actions coloniales en cours sans en être pour autant l’un de leurs plus ardents partisans. La souplesse idéologique de ce libéral, conservateur et modéré constitue l’une des raisons de son alliance avec les opportunistes à partir de 1885. Si l’on s’appuie sur les analyses de Louis Girard, Ribot appartiendrait au groupe de libéraux ayant, à partir de 1880, « survécu sous la forme de “ralliés” à la fois inutiles et subordonnés »55. Cette présentation ne restitue, selon nous, qu’une partie du mouvement de rapprochement s’opérant entre certains libéraux et les républicains des groupes ferryste et gambettiste dans les années 1880 et 1890. En effet, c’est en transigeant sur certains points du vieux programme républicain que ces derniers ont rendu cette union possible. Les travaux de Sylvie Aprile ont bien montré que l’opportunisme, souvent simplement apparenté à un renversement de stratégies, doit être également appréhendé comme un revirement idéologique56. Dès lors, comme le note Nicolas Roussellier, « la séparation entre libéraux républicains et républicains “opportunistes” n’est pas si nette ou si exclusive57. » Cela est d’autant plus vrai qu’avec la proximité du pouvoir, le tropisme du centre se manifeste chez ces hommes de gauche. C’est le cas pour Jules Ferry58 mais aussi pour Léon Gambetta59.

Ces remarques accréditent l’idée que le fameux modèle républicain est bien, comme l’affirme Serge Berstein, « une culture politique syncrétique »60. A propos plus spécifiquement du régime républicain s’installant dans les années 1870 et 1880, l’historien britannique Sudhir Hazareesingh évoque « une synthèse qui intègre en son sein des éléments importants de la culture politique (et de la symbolique) libérale et bonapartiste »61.

Le rapprochement entre Ferry et Ribot à partir de 1887 est l’une des manifestations de cette synthèse idéologique qu’est la Troisième République. Que séparent encore ces deux hommes d’État au début des années 1890 ? En termes d’offre politique, très peu de choses, des nuances. Pour autant, leur vécu et leur culture politique font qu’ils incarnent des sensibilités différentes. Osant une audacieuse comparaison entre Ferry et Guizot, l’historien du nationalisme français Raoul Girardet estime que leur opposition « relève […] de ce domaine incertain, malaisément définissable, où idéologie politique et religiosité viennent se rejoindre et se confondre » : « Pour Ferry, comme pour tous les pères fondateurs du nouveau régime, la volonté d’assurer la victoire de la République est indissociable d’une certaine ferveur qui est celle de la foi : foi dans le progrès humain […] ; foi également dans l’avènement, à l’intérieur des consciences, d’une nouvelle morale, affranchie de tout dogme théologique, instrument de libération individuelle et de solidarité sociale62. » A la différence de Jules Ferry, Alexandre Ribot, atteint très jeune, selon Ernest Duvergier de Hauranne, d’une forme aiguë de « tristesse sérieuse »63, n’a pas cette foi.

Face à la crise ouverte par l’Affaire Dreyfus et la formation en 1899 d’un gouvernement de Défense républicaine, l’unité des républicains modérés se brise ; certains accordent leur confiance au gouvernement Waldeck-Rousseau alors que d’autres, comme Ribot, refusent de la lui donner et basculent lentement dans l’opposition. « J’ai peut-être le tort d’être modéré dans un temps de violence et de vouloir garder l’indépendance de mon jugement et de ma conscience » affirme-t-il alors64. Contrairement à la plupart des jeunes progressistes, Ribot se refuse à épouser la cause dreyfusarde. Même s’il a des doutes sur la culpabilité de Dreyfus, il ne les exprime pas publiquement afin, explique-t-il, de ne pas instrumentaliser l’affaire et laisser la justice agir en toute impartialité. « Le moment Ribot » est terminé. Pour sa carrière, comme pour la Troisième République, une nouvelle période s’ouvre alors.

S’il peut apparaître comme le survivant d’un continent englouti, Ribot reflète l’importance dans l’installation de la République en France de la tradition libérale ou orléaniste, telle que définie par René Rémond comme la conjonction du libéralisme politique et du conservatisme social65. Par conséquent, son ascension jusqu’au sommet de la République n’est nullement un anachronisme. Dans le sillage des travaux de Pierre Rosanvallon, nous estimons que le premier acte de la carrière politique d’Alexandre Ribot, bornée par la modernisation des structures de la vie politique, avec notamment l’avènement des partis politiques, accompagne la persistance du « moment Guizot » jusqu’à son crépuscule66.

1ESTEBE Jean, Les ministres de la République, Paris, Presses de la FNSP, 1982, p. 219.

2Affaires étrangères, Intérieur, Finances, Justice.

Sa carrière gouvernementale s’étend sur 7 ans et 6 mois.

3Archives nationales 563AP1 à 58. Voir le détail du fonds Ribot sur le site des archives nationales : www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/AP-pdf/563-AP.pdf.

4SCHMIDT Martin, Alexandre Ribot, odyssey of a liberal in the Third Republic, The Hague, Martinus Nijhoff, 1974, 184 p.

5PASSERON Jean-Claude, « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », Revue française de sociologie, XXXI, 1989, p. 21.

6OFFERLE Michel et ROUSSO Henry (dir.), La fabrique interdisciplinaire. Histoire et science politique, 2008, Rennes, PU de Rennes, p. 11.

7BERSTEIN Gisèle et Serge, La Troisième République (les noms, les thèmes, les lieux), Paris, MA Éditions, 1987, p. 7.

8Revue des Deux Mondes, 1er février 1923.

9VOILLIOT Christophe, La candidature officielle, Rennes, PU de Rennes, 2005, p. 11.

10HALEVY Daniel, La fin des notables, Paris, Grasset, 1930, 282 p.

11SCHWARTZ Antoine, Contribution à une sociologie politique des « libéraux » sous le Second Empire, Thèse de doctorat en science politique, sous la direction de Bernard Lacroix, Université Paris Ouest Nanterre, 2011, p. 539.

12Lettre d’Alexandre Ribot à son épouse écrite le 16 août 1889. (AN 563AP51)

13PHELIPPEAU Éric, L’invention de l’homme politique moderne. Mackau, l’Orne et la République, Paris, Belin, 2002, p. 313.

14Cette typologie est inspirée de celle de Christophe Charle (Les élites de la République (1880-1900), Paris, Fayard, 1987, 613 p.)

15Les Burgraves est le nom d’un drame historique composé par Victor Hugo et interprété pour la première fois à la Comédie-Française en 1843. Dans la pièce, les Burgraves sont les témoins survivants d’une époque fabuleuse. C’est en référence à cette œuvre que sont appelés « au début du Second Empire, les anciens gouvernants de la France ou, du moins, ceux du parti conservateur, Berryer, Montalembert, Molé, Guizot, Broglie, Duchâtel, Barante ». (MARTIN-FUGIER Anne, Les salons de la IIIe République, Paris, Perrin, 2009, p. 42)

16CHARLE Christophe, « La Bourgeoisie de robe en France au XIXe siècle », Le Mouvement social, n° 181, octobre-décembre 1997, p. 53-72.

17ESTEBE Jean, Les ministres de la République, Paris, Presses de la FNSO, 1982, p. 104.

18CHARLE Christophe, Les élites de la République (1880-1900), Paris, Fayard, 1987, 613 p.

19RIBOT Alexandre, Séance solennelle de la Société générale des prisons du 21 mars 1903.

20Réveil du Nord, 28 janvier 1909.

21PHELIPPEAU Éric, Le baron de Mackau. Contribution à l’étude de la professionnalisation politique, Thèse de doctorat, sous la direction de Bernard Lacroix, 1996, 544 p.

22GARRIGOU Alain, « Clientélisme et vote sous la IIIe République » in BRIQUET Jean-Louis et SAWICKI Frédéric (dir.), Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines, Paris, PU de France, 1998, p. 72.

23MONIER Frédéric, « La République des “faveurs” », in FONTAINE Marion, MONIER Frédéric et PROCHASSON Christophe, Une contre-histoire de la IIIe République, Paris, La Découverte, 2013, p. 339-352.

24VOILLIOT Christophe, La candidature officielle. Rennes, PU de Rennes, 2005, 298 p.

25GARRIGOU Alain, Le vote et la vertu, Paris, Presses de la FNSP, 1992, p. 277.

26GABORIAUX Chloé, La République en quête de citoyens. Les républicains français face au bonapartisme rural (1848-1880), Paris, Presses de la FNSP, 2010, 368 p.

27GARRIGOU Alain, Le vote et la vertu, Paris, Presses de la FNSP, 1992, p. 278.

28GAUDEMET Yves-Henri, Les juristes et la vie politique de la Troisième République, Paris, PU de France, 1970, 120 p.

29Article de Louis Barthou publié en [sd] 1904, [563AP23]

30Formule de Carré de Malberg cité in EL GAMMAL Jean, Être parlementaire. De la Révolution à nos jours, Paris, A. Colin, 2013, p. 68.

31BENOIST Charles, Souvenirs, Paris, Plon, tome 3, 1934, p. 53.

32GUIRAL Pierre et THUILLIER Guy, La vie quotidienne des députés en France de 1871 à 1914, Paris, Hachette, 1980, p. 66.

33LE GALL Laurent, OFFERLE Michel et PLOUX François, La politique sans en avoir l’air, Rennes, PU de Rennes, 2012, 415 p.

34FOURNOL Étienne, Le moderne Plutarque ou les hommes illustres de la Troisième République, Paris, Éditions du Monde nouveau, 1923, p. 84.

35Lettre d’Alexandre Ribot à son épouse écrite le 17 juillet 1904. (Archives nationales, 563AP53)

36REMOND René, La République souveraine. La vie politique en France (1879-1939), Paris, Fayard, 2005, p. 161.

37Francis de Pressensé, L’Aurore, 20 janvier 1903.

38Pierre de Quirielle, « M. Ribot », La République française, [sd] janvier 1906.

39APRILE Sylvie, « “Qu’avons-nous fait, nous les purs ?” Figures singulières et recompositions plurielles de l’opportunisme », Politix, vol. 14, n° 56. 4e trimestre 2001, p. 121.

40MULLER Raphaël, Alexandre Ribot ou comment apprivoiser la souveraineté populaire. Étude de la correspondance d’Alexandre Ribot avec sa femme, Mémoire de maîtrise, sous la direction de Jean Marie Mayeur, Université Paris IV, 2001, 154 p.

41BERGOUNIOUX Alain, « Les principes et les contraintes », Pouvoirs, n° 65, avril 1993, p. 61-69.

42Le Parlement, 4 novembre 1879.

43ROUSSELLIER Nicolas, L’Europe des libéraux, Paris, Éditions complexe, 1991, p. 102.

44HORNE Janet, Le Musée social. Aux origines de l’État providence, Paris, Belin, p. 20.

45ROUSSELLIER Nicolas, L’Europe des libéraux, Paris, Éditions complexe, 1991, p. 113.

46Lettre d’Alexandre Ribot à Eugène Boucher écrite le 8 février 1870. (Archives nationales, 563AP29)

47Séance du 21 janvier 1891, Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Chambre des députés.

48MAURRAS Charles, « Alexandre Ribot », L’Action française, 15 janvier 1923.

49Cité in MANENT Pierre, Histoire intellectuelle du libéralisme, Paris, Hachette, 1987, p. 201.

50GIRARD Louis, Les libéraux français, Paris, Aubier, 1985, p. 268.

51Lettre d’Alexandre Ribot à Jules Dufaure écrite en janvier 1879. (Archives nationales, 563AP20)

52BENETON Philippe, Le conservatisme, Paris, PU de France, 1988, p. 6.

53OAKESHOTT Michaël, Du conservatisme, Paris, Éd. du Félin, 2012, 110 p.

54Lettre d’Alexandre Ribot à Eugène Boucher écrite le 10 septembre 1867. (Archives nationales, 563AP3)

55GIRARD Louis, Les libéraux français, Paris, Aubier, 1985, p. 267.

56APRILE Sylvie, « “Qu’avons-nous fait, nous les purs ?” Figures singulières et recompositions plurielles de l’opportunisme », Politix, vol. 14, n° 56. 4e trimestre 2001, p. 109-122.

57ROUSSELLIER Nicolas, L’Europe des libéraux, Paris, Éditions complexe, 1991, p. 95.

58GIRARDET Raoul, « Jules Ferry et l’image d’une République à fonder », in FURET François (dir.), Jules Ferry, fondateur de la République, Paris, Éd. de l’École libre en sciences sociales, 1985, p. 244.

59BONHOMME Éric, « Gambetta ou du bon usage du centre », in GUILLAUME Sylvie (dir.), Le centrisme en France aux XIXe et XXe siècles : un échec ?, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2005, p. 41-51.

60BERSTEIN Serge, « Le modèle républicain : une culture politique syncrétique », in BERSTEIN Serge (dir.), Les cultures politiques en France, Paris, Éd. du Seuil, 1999, p. 119-151.

61HAZAREESINGH Sudhir, « La fondation de la République : histoire, mythe et contre-histoire », in FONTAINE Marion, MONIER Frédéric et PROCHASSON Christophe, Une contre-histoire de la IIIe République, Paris, La Découverte, 2013, p. 254.

62GIRARDET Raoul, « Jules Ferry et l’image d’une République à fonder », in FURET François (dir.), Jules Ferry, fondateur de la République, Paris, Éditions de l’école libre en sciences sociales, 1985, p. 253.

63Lettre d’Ernest Duvergier de Hauranne à Eugène Boucher écrite à Herry le 11 décembre 1865. (Archives nationales, 563AP32)

64Lettre d’Alexandre Ribot à son épouse écrite le 20 août 1899. (Archives nationales, 563AP21)

65REMOND René, Les droites en France, Paris, Aubier, 1982, p. 98.

66ROSANVALLON Pierre, Le moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985, p. 371.