Position de thèse | LIONEL DUFAUX, L’Amphithéâtre, la galerie et le rail. Le Conservatoire des arts et métiers, ses collections et le chemin de fer : diffusion des connaissances techniques et de l’innovation au XIXe siècle

LIONEL DUFAUX, L’Amphithéâtre, la galerie et le rail. Le Conservatoire des arts et métiers, ses collections et le chemin de fer : diffusion des connaissances techniques et de l’innovation au XIXe siècle

Thèse de doctorat d’histoire, option histoire des techniques, soutenue le 6 juillet 2015 par Lionel Dufaux à l’École des hautes études en sciences sociales (Centre Alexandre Koyré).

 Jury : Louis André, maître de conférences à l’Université de Rennes II ; Bruno Belhoste, professeur à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne (rapporteur) ; Soraya Boudia, professeure à l’Université de Paris Descartes (présidente) ; Liliane Hilaire-Pérez, professeure à l’Université Paris Diderot et directrice d’études à l’EHESS (directrice de la thèse) ; Pierre Lamard, professeur à l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard (rapporteur)

Le Conservatoire des arts et métiers face à l’industrie : objet d’étude original

Fondé par décret de la Convention nationale en octobre 1794, le Conservatoire des arts et métiers est, depuis sa création, un établissement atypique. Aujourd’hui dédié à la formation professionnelle supérieure continue, il conserve, au sein de son musée, une exceptionnelle collection technologique, considérée comme l’une des plus importantes au monde par sa richesse et la variété des thématiques couvertes.

Le travail de recherche réalisé dans le cadre de ce doctorat d’histoire a fait du Conservatoire des arts et métiers son objet d’étude principal. La première partie s’attache ainsi à présenter les particularités et les multiples facettes de cet établissement dont le rôle, face au développement industriel de la France au XIXe siècle, reste méconnu voire mésestimé. À l’origine du Conservatoire, le rapport présenté à la Convention par l’abbé Grégoire, député du Tiers-État, formalise l’instauration d’un établissement où seraient rassemblés les outils, machines, modèles, livres, dessins et descriptions utiles au perfectionnement de l’industrie nationale, dans la tradition de l’Hôtel de Mortagne et de la collection de machines constituée dès les années 1750 par le mécanicien Jacques Vaucanson. Recevant, outre le fonds Vaucanson, des collections issues de l’Académie des sciences ou encore de biens placés sous séquestre et attribués par la Commission temporaire pour les arts, le Conservatoire ouvre ses galeries au public en 1802. Il assure une mission d’expertise pour les pouvoirs publics, les fabricants et manufacturiers, et transmet, par le biais de la démonstration, des connaissances techniques significatives et des solutions innovantes ; il s’agit alors de mettre en marche, dans les galeries, des machines ou bien de manipuler des outils, d’en expliquer le fonctionnement, les conditions de construction et d’utilisation. L’établissement se situe ici dans une tradition issue de l’Ancien Régime basée sur une transmission orale et l’imitation du geste (d’où le terme de conservatoire), à l’image du maître et de l’élève ou de l’apprenti, l’idée étant de stimuler l’innovation en favorisant l’émulation entre artisans et entrepreneurs. Ce modèle initial ne semble pas avoir apporté entière satisfaction, et le Conservatoire connaît, en 1817-1819, une importante réorganisation : doté d’un Conseil de perfectionnement qui supervise son administration et débat des orientations que doit suivre l’institution, il est pourvu dès 1819 d’un « haut enseignement de sciences appliquées à l’industrie » organisé en chaires [1]. Celles-ci sont confiées à des personnalités du monde savant ou industriel qui prodiguent un enseignement ancré dans la pratique et apportent un éclairage théorique pour que des hommes de l’art, ouvriers, artisans, contremaîtres, chefs d’ateliers, entrepreneurs, puissent prendre du recul sur leur technicité et parvenir à perfectionner leur production. Partant des trois premières chaires de mécanique appliquée, chimie appliquée et économie industrielle, le Conservatoire a développé, tout au long du XIXe siècle, de nouveaux enseignements en suivant les progrès de la révolution industrielle dans des secteurs aussi variés que l’agriculture, le textile, la métallurgie, les machines ou encore l’électricité.

Notre étude s’inscrit dans un champ historiographique dynamique depuis une vingtaine d’années, mais elle se veut originale tant par sa démarche que par son approche. Après quelques travaux portant sur l’histoire « institutionnelle » du Conservatoire[2], les célébrations du bicentenaire de l’établissement, en 1994, ont été l’occasion d’initier de nouvelles recherches sur l’histoire des enseignements à travers la figure des différents professeurs. Le Dictionnaire biographique[3] des professeurs est ainsi une somme prosopographique qui a permis d’affiner notre connaissance des enseignements mais également des orientations que les professeurs leur ont données, entre 1819 et le milieu du XXe siècle. Par ailleurs, la rénovation du Musée des arts et métiers, opérée entre 1992 et 2000, a été l’occasion d’ouvrir de nouveaux champs portant davantage sur l’histoire des collections, sur la nature et l’importance de certains fonds puis, après la réouverture du musée, sur la constitution des collections puis sur les pratiques de gestion des collections[4]. Tous ces travaux, essentiels à notre compréhension du Conservatoire, restent cependant fort sectorisés. Nous avons tenté, avec notre étude, une recherche d’ampleur visant à retrouver l’articulation logique entre les enseignements (chapitre I), les collections (chapitre II) et ce que nous avons appelé les « ressources » (chapitre III), c’est-à-dire les fonds de la Bibliothèque centrale de l’établissement, le « Portefeuille industriel » (véritable bibliothèque de dessins techniques aujourd’hui affectée aux collections du musée) et enfin la communication des marques et brevets expirés.

Nous avons proposé d’étudier et de déterminer quel avait été le rôle du Conservatoire des arts et métiers dans la diffusion des connaissances techniques et de l’innovation au XIXe siècle en nous focalisant plus particulièrement sur la question du développement des chemins de fer français[5]. Nous inscrivons ce travail à la convergence de l’histoire institutionnelle du Conservatoire des arts et métiers, de l’histoire technique et économique des chemins de fer français et, enfin, du traitement des collections techniques comme sources pour l’historien. Ce dernier point est fondamental, dans la mesure où le point d’ancrage du questionnement qui nous a guidé tout au long de ce travail demeure les collections ferroviaires du Musée des arts et métiers, considérées comme des sources historiques au même titre que les documents écrits, selon un principe porté notamment par l’École des Annales[6].

En effet, la partie « émergée » de ces collections, c’est-à-dire les objets présentés au public, ne comporte aujourd’hui que quelques pièces qui s’inscrivent dans un discours vulgarisé sur l’histoire des techniques. Malgré l’immense intérêt de ces objets – pour l’essentiel des modèles réduits de locomotives – on ne peut pas ignorer le reste de cette collection, dont un rapide examen pourrait dérouter les connaisseurs les plus aguerris de la chose ferroviaire. La variété des représentations et des thématiques couvertes, la focalisation sur certains aspects pointus ou, au contraire, l’absence d’éléments significatifs de l’histoire des chemins de fer soulèvent de très nombreuses questions. Il se dégage de la lecture du dernier catalogue exhaustif des collections ferroviaires, publié en 1952, une impression ambivalente, mêlant à la fois le recensement d’un ensemble d’une très grande richesse et la construction artificielle d’une histoire des chemins de fer à travers les collections du Musée des arts et métiers[7].

Pour autant, nous savons que le chemin de fer a joué un rôle des plus essentiels dans le développement industriel de la France au XIXe siècle[8] ; le Conservatoire des arts et métiers, de par ses missions, était quant à lui désigné comme l’institution gouvernementale la plus à même de soutenir le progrès technique et industriel ; le Musée des arts et métiers, composante du Conservatoire, conserve aujourd’hui encore une importante collection d’objets et documents relatifs aux chemins de fer. Cela étant posé, nous avons cherché à nous interroger sur la place tenue par le Conservatoire des arts et métiers, notamment grâce à ses collections, dans la diffusion des connaissances techniques et des innovations concernant le secteur ferroviaire tout au long du XIXe siècle. Pour ce faire, nous avons pris le parti d’inscrire notre démarche à la convergence de « l’amphithéâtre » (histoire de l’enseignement technique, notamment au Conservatoire des arts et métiers), de « la galerie » (histoire des collections et des musées, en particulier à caractère technique et industriel) et enfin du « rail » (histoire des chemins de fer en France dans le contexte de la révolution industrielle).

 

Un corpus inédit : les collections ferroviaires du Musée des arts et métiers

L’étude des collections ferroviaires, considérées comme sources historiques, a nécessité l’élaboration d’une méthodologie particulière afin de pouvoir constituer le corpus, le référencer, le traiter et l’exploiter. L’identification et la définition des objets et documents venant former le corpus ferroviaire acquis au XIXe siècle par le Conservatoire a requis le dépouillement préalable et systématique de fonds d’archives conservés au sein de l’institution. Les « sources de gestion » désignent l’ensemble des documents relatifs à la gestion des collections du musée. Il s’agit principalement des registres d’inventaire sur lesquels sont consignés, pour chaque objet, le numéro d’inventaire, la désignation, dans certains cas la modalité d’acquisition et la date d’entrée en collection[9]. Ces sources sont essentielles, car elles permettent, en théorie, de retracer l’histoire des acquisitions (et des éventuelles sorties), et d’identifier la composition des collections. Toutefois, le premier registre a été établi de manière rétrospective : les acquisitions antérieures à 1849 y sont mentionnées sans forcément respecter l’ordre d’entrée ou sans préciser les modalités d’acquisitions. De même, les registres n’ont pas toujours été tenus avec la plus grande rigueur, d’où des informations contradictoires ou erronées. D’autres sources ont donc été convoquées, comme les catalogues imprimés des collections, véritables « photographies » de l’état de la collection à un moment donné (1818, 1851, 1855, 1859, 1864, 1870, 1876, 1882 puis 1905), ou encore des inventaires intermédiaires, dressés en 1837 et 1842[10], des archives comptables et des listes d’objets versés à l’Administration des domaines. Viennent en regard les sources dites de gouvernance, relatives à la gestion de l’établissement. Entrent ici les procès-verbaux des séances du Conseil de perfectionnement[11], instance dont la composition varie avec le temps mais où les professeurs du Conservatoire sont présents, et qui agit comme une sorte de conseil d’administration : sont ici débattues les orientations des enseignements, la politique d’enrichissement des collections ou encore les règles liées au fonctionnement de l’institution. S’ajoutent à cela la correspondance reçue et expédiée par le directeur de l’établissement[12]. Parallèlement, nous avons procédé à la réalisation de l’inventaire « descriptif » des collections ferroviaires, soit environ 200 objets, une centaine de photographies et quelque 1 200 dessins. Il a fallu s’assurer de l’existence de chaque bien, de son statut juridique et de son état sanitaire. Cet inventaire permet de considérer la matérialité des collections : chaque objet est mesuré, ses matériaux constitutifs identifiés, son état de conservation évalué, ses inscriptions relevées. Cette première étape permet de collecter des données essentielles du point de vue de l’identification du bien culturel, de sa typologie (modèle ou objet de grandeur naturelle, objet en trois dimensions ou document), du soin apporté à sa construction, reprenant une démarche proche de la « critique externe » proposée par Charles Victor Langlois et Charles Seignobos[13].

L’étude du corpus est également passée par la qualification des typologies présentes dans les collections : celles-ci comportent des objets en trois dimensions et des documents, mais on a aussi distingué les objets de « grandeur réelle » (c’est-à-dire de provenance industrielle) et les modèles, éventuellement à échelle réduite et pouvant présenter des aménagements particuliers comme des coupes ou des mises en peinture pour souligner tel ou tel organe. La question des dimensions est essentielle : la taille d’une locomotive à vapeur (et son coût) n’ont pas permis au Conservatoire de présenter de telles machines ; en revanche, les modèles réduits, moins encombrants, ont offert une solution pertinente permettant, en outre, d’insister par des coupes sur certains organes ; a contrario, les manipulateurs de télégraphie sont présents dans les collections en taille réelle. Notre travail a en outre été l’occasion de repérer les représentations « complètes » et les éléments constitutifs de locomotives, wagons ou éléments d’infrastructures, permettant d’apporter un éclairage inédit aux collections.

Les sources de gestion et de gouvernance ont permis d’affiner les conditions d’acquisition des objets et documents. Il a ainsi été possible de déterminer, pour la quasi-totalité du corpus, la date d’entrée en collection, les modalités (dons ou achats) et, dans certains cas, l’intervention d’intermédiaires pour conduire à bien l’acquisition. L’importance des expositions universelles, au cours desquelles des crédits spéciaux étaient mis à la disposition du Conservatoire, a ainsi pu être confirmée ; de même, le développement d’un important réseau de sociabilités avec le monde savant et le monde industriel a pu être mis en lumière, rappelant l’enrichissement des collections, en particulier après 1850, avec des objets et documents pertinents, offerts à l’institution à titre gracieux.

Enfin, pour qualifier avec pertinence les collections du point de vue de l’histoire des techniques ferroviaires, la constitution d’une importante bibliographie de sources imprimées s’est également révélée nécessaire. Nous avons ainsi traité près de 800 références, articles du Bulletin de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, des Mémoires et compte rendu de la Société des ingénieurs civils, de la Publication industrielle de Jacques Eugène Armengaud, du Portefeuille économique des machines de Charles Alfred Oppermann, de la Revue générale des chemins de fer ; mais également de publications des expositions des produits de l’industrie puis des expositions universelles ; et surtout des très nombreux traités et ouvrages techniques ferroviaires, parmi lesquels figurent, entre autres, le Traité élémentaire des chemins de fer d’Auguste Perdonnet, le Portefeuille de l’ingénieur des chemins de fer de Perdonnet et Camille Polonceau ou encore du Guide du constructeur conducteur de locomotive de Louis Le Châtelier. Le recensement de ces références s’est accompagné du dépouillement des fonds de la Bibliothèque centrale du Conservatoire, dont le catalogue souligne la richesse dans le domaine.

Les données collectées au cours de l’étude des collections sont, par la nature même des sources consultées, particulièrement hétérogènes. Leur classement et leur exploitation est passée par l’élaboration d’un catalogue raisonné, outil habituel de l’étude des collections mais en définitive fort peu utilisé jusqu’à présent pour les collections techniques. Formant le second volume de notre thèse, ce catalogue a permis d’appréhender chaque objet ou document selon plusieurs points de vue : la typologie, l’identification (désignation et détermination du « concepteur » de l’invention représentée et l’auteur de sa représentation), l’entrée en collection (à quelle date et par quels biais), les usages (au sein du Conservatoire des arts et métiers) ou encore l’utilité (la place de l’objet ou du document dans l’histoire des techniques ferroviaires). Les 350 notices de ce catalogue nous ont permis d’initier un traitement quantitatif et qualitatif des collections, passant par exemple par la définition du volume d’objets et de documents relatifs aux chemins de fer, la qualification des phases d’acquisition ou encore par le classement en ensembles et sous-ensembles thématiques (traction, matériel roulant, infrastructures et installations fixes, équipements des ateliers ferroviaires, exploitation).

 

Arts et Métiers et chemins de fer

À la lumière de son histoire institutionnelle, de ses collections et de ses enseignements, le Conservatoire des arts et métiers apparaît de manière convaincante comme un acteur de premier plan en faveur de l’émergence et du développement des chemins de fer en France. La collection est ainsi activement constituée à partir de 1824, au moment même où la Compagnie du chemin de fer de Saint-Étienne à la Loire procède aux études techniques de l’implantation de la première ligne ferroviaire française, inaugurée en 1828. Les leçons d’économie industrielle, confiées à Jean-Baptise Say[14] puis à Auguste Blanqui[15], soulignent ainsi l’importance de la mise en place d’un réseau ferroviaire efficace, reliant les principaux pôles économiques du pays et visant au rapprochement voire à l’unification des marchés intérieurs (chapitres IV et V). L’institution se pose, dès le Second Empire puis sous la Troisième République, comme un relais utile au développement des chemins de fer français, exposant et explicitant leurs particularités techniques et administratives, mettant en exergue le modèle spécifiquement français de ce mode de transport. Après l’édification des grandes radiales et la mise en place de réseaux cohérents, confiés sous le principe de la concession aux fameuses « grandes compagnies »[16], dont l’histoire est aujourd’hui bien connue, le Conservatoire s’est penché sur la création des réseaux secondaires ou d’intérêt local qui ont fait du chemin de fer un vecteur d’aménagement et de valorisation du territoire. Les enseignements en abordaient les aspects généraux tandis que les collections venaient illustrer les procédés les plus pertinents à mettre en œuvre.

Sur le plan technique, le Conservatoire, principalement par ses enseignements de mécanique appliquée et par ses collections ferroviaires, se fait le relais des développements concernant les chemins de fer (chapitres VI et VII). Ceux-ci touchent aussi bien les infrastructures (tracés des lignes abordés notamment lors des leçons de géométrie appliquée, armement des voies avec des rails et appareils de voie bénéficiant des progrès de la métallurgie, construction des ouvrages d’art et des ponts, largement illustrés dans le Portefeuille industriel), le matériel de traction (perfectionnements quant à la production et à l’optimisation de la vapeur dans les locomotives, traités dans les leçons de mécanique appliquée et par les très nombreux éléments constitutifs de locomotives) ou encore le matériel roulant (progrès concernant le freinage, les suspensions ou la sécurité). Si les années 1820-1840 sont davantage tournées vers la présentation des grands principes qui régissent les techniques ferroviaires (guidage des véhicules sur une voie, exploitation du faible coefficient de résistance à l’avancement d’une roue métallique sur un rail métallique, application de la force d’expansion de la vapeur à la motorisation d’une locomotive), les enseignements et les collections se focalisent plus, dans les années 1850-1870, sur l’établissement du réseau principal, sur la sécurisation de circulations toujours plus nombreuses et sur l’amélioration de la vitesse et de la fiabilité des locomotives. Après les années 1870, on constate un intérêt pour les chemins de fer économiques, qu’il s’agisse de lignes établies à moindres frais sur les réseaux secondaires ou bien de lignes de montagne aux tracés difficiles. La fin du siècle est également marquée par le début d’une approche rétrospective, mettant en avant les grandes pages de l’histoire des chemins de fer français, et notamment la figure de Marc Seguin.

Souvent rapidement qualifié de musée « de l’innovation » ou de musée « de prototypes », le Conservatoire occupe vis-à-vis de l’innovation une position nette qui le conduit à évaluer et à diffuser certaines d’entre elles (chapitres VIII, IX et X). L’actualisation des collections, notamment lors des expositions universelles, et la mobilisation, dans les leçons, d’exemples faisant écho à des expériences ou à des essais récents traduisent la place du Conservatoire sur le front de l’innovation. Les très nombreuses représentations, dans les collections, d’éléments constitutifs de locomotives ou d’infrastructures font état des progrès récents, le plus souvent sanctionnés par l’expérience[17]. Il ne s’agit pas de montrer ce qui, sur le papier, paraît séduisant, mais bien ce qui répond aux attentes des constructeurs et des exploitants ferroviaires. S’il apporte son expertise aux pouvoirs publics ou aux entreprises, notamment par l’intermédiaire de ses laboratoires, le Conservatoire met en place un réseau de sociabilités dynamique qui lui permet de se tenir au courant des dernières innovations dans le secteur, d’avoir des échos et des retours d’expérience, d’apposer un « filtre » pour déterminer les éléments à relayer dans les leçons ou dans les collections selon leur pertinence. Ce réseau passe par l’implication des professeurs et du directeur dans les jurys des expositions industrielles, dans les sociétés savantes ou avec des échanges réciproques avec le monde industriel, et notamment les compagnies ferroviaires et les constructeurs mécaniques. Avec un corps professoral constitué de personnalités du monde savant, le Conservatoire est un pivot, qui combine transmission de connaissances techniques et illustrations de lois et principes théoriques.

 

Enjeu épistémologique et perspectives

À la convergence entre l’histoire d’une institution d’enseignement, l’histoire des techniques ferroviaires et l’histoire des collections techniques et de leur exposition, notre contribution permet de proposer une nouvelle lecture de l’organisation et de la diffusion des connaissances techniques, éclairée par l’évolution du mot « technologie »[18]. La constitution d’une collection ferroviaire, en l’absence d’une chaire des chemins de fer, trouve sa justification dans une approche transversale de la technique, favorisant les rapprochements et les convergences entre filières techniques. Fruit d’un classement méthodique, cette collection vise dans un premier temps à recenser les principales caractéristiques techniques du chemin de fer et à les expliquer, faisant écho à la technologie définie comme « science de la technique ». La proximité de la salle des chemins de fer avec les espaces dévolus à la mécanique et aux machines motrices souligne que le chemin de fer est une somme d’applications des lois de la physique, de la mécanique ou encore de la thermodynamique. Cette approche particulière se retrouve dans l’organisation des enseignements. Il ne s’agit pas, pour le Conservatoire, d’interférer avec les écoles d’ingénieurs, les écoles techniques ou les dispositifs de formation propres aux compagnies ferroviaires, mais bien de proposer, à un public composé d’ouvriers qualifiés, de contremaîtres, de chefs d’ateliers ou d’entrepreneurs, des connaissances leur permettant de perfectionner leur pratique et d’évoluer dans leur carrière professionnelle. Ces connaissances s’appuient sur des exemples concrets puisés dans des résultats d’expériences ou sur la pratique sur le terrain. Elles ne visent pas l’exhaustivité ou un niveau très pointu, mais se veulent plus généralistes. Le Conservatoire n’avait pas vocation à former aux métiers spécifiquement ferroviaires, mais à transmettre des connaissances utiles pour que ses auditeurs et visiteurs puissent progresser, entre autres, dans l’industrie ferroviaire. Le chemin de fer, vu comme un ensemble d’applications de la mécanique est ainsi l’une des caractéristiques du Conservatoire. On peut ainsi expliquer le nombre limité, dans les collections constituées au XIXe siècle, de représentations de locomotives ou de wagons complets : l’établissement ne cherche pas à les recenser, mais simplement à illustrer, à travers quelques exemples significatifs, les grands principes qui président à leur conception, à leur construction et à leur entretien.

Par l’étude des enseignements, des collections et des ressources, notre recherche révèle un fonctionnement cohérent où ces différents éléments se complètent et se répondent. Étudiés jusqu’à présent séparément, enseignements et collections, mis en résonnance à travers le prisme de la thématique ferroviaire, retrouvent leur articulation logique. Les collections d’objets, de tableaux et de photographies apparaissent alors comme des supports de l’enseignement technique : elles viennent expliquer le fonctionnement d’un procédé, illustrer son application ou ses utilisations.

Au-delà de cette contribution à l’histoire du Conservatoire, l’histoire de l’enseignement des sciences appliquées et des techniques apparaît en filigrane. Classer les institutions selon les publics auxquels elles se destinent, les connaissances transmises et les moyens pédagogiques et matériels mis en œuvre pour cette transmission paraît être un champ à approfondir. Les « grandes écoles » d’ingénieurs sont aujourd’hui bien connues[19], de même que les écoles d’arts et métiers[20]. Mais qu’en est-il des dispositifs de formation des chambres de commerce ou des écoles techniques municipales ? Et quelle place pour les collections techniques de ces institutions, qu’il s’agisse d’instruments, de modèles, de dessins ou de photographies ? Étaient-elles employées à des fins explicatives, ou bien comme « simples » illustrations ?

La question de la formation du personnel des compagnies ferroviaires est elle-aussi centrale. Très peu de travaux existent sur ce thème, et si l’on connaît bien aujourd’hui la formation des ingénieurs ferroviaires[21], on manque de données sur l’instruction des conducteurs de locomotives, des serre-freins, des contrôleurs, mais également du personnel lié à l’exploitation, aux agents commerciaux, aux ouvriers et au personnel encadrant des ateliers et des dépôts. Il reste beaucoup à faire pour comprendre les modalités de la transmission des connaissances au début de l’exploitation des chemins de fer en France, mais également au moment de l’établissement des grandes compagnies. Là encore, les collections techniques ont-elles joué un rôle ?

Dénominateur commun à ces différentes pistes, les collections techniques doivent être considérées comme de véritables sources pour l’historien, et pas seulement comme des illustrations. Elles apportent certes un éclairage original et pertinent, en l’occurrence sur l’histoire des chemins de fer, mais elles constituent des corpus qui peuvent et doivent être mobilisés, notamment en l’absence de sources plus traditionnelles. Il faut pour cela mettre en œuvre une méthodologie spécifique pour leur traitement, considérant non seulement l’objet ou le document « à la pièce » mais également dans leur ensemble, dégageant les axes de l’histoire de leur constitution et les mettant en perspective par rapport à leurs usages, répondant ainsi aux questions posées en 2003 lors du colloque Les Archives de l’invention[22]. Ces sources-objets ouvrent dès lors de nouvelles perspectives de recherches et complètent les fonds plus habituels des sources écrites ou des sites industriels dans les contributions à l’histoire des techniques.

 

[1] Claudine Fontanon, « Les origines du Conservatoire des arts et métiers et son fonctionnement à l’époque révolutionnaire », Les Cahiers d’histoire du Cnam, 1992, no 1, pp. 17‑44 ; Robert Fox, « Un enseignement pour une nouvelle ère : le Conservatoire des arts et métiers, 1815-1830 », Les Cahiers d’histoire du Cnam, 1992, vol. 1, pp. 75‑92.

[2] Alain Mercier, Un Conservatoire pour les arts et métiers, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 1993 ; Anatole de Monzie, Le Conservatoire du peuple, Paris, s.n., 1948.

[3] Claudine Fontanon et André Grelon (dirs.), Les Professeurs du Conservatoire national des arts et métiers. Dictionnaire biographique, Paris, INRP, 1994.

[4] Lionel Dufaux (dir.), Le Musée des arts et métiers. Guide des collections, Paris, Musée des arts et métiers / Artlys, 2013 ; Marie-Sophie Corcy, « La muséification des galeries du Conservatoire des arts et métiers : le cas de l’exposition rétrospective du travail et des sciences anthropologiques de l’Exposition universelle de 1889 », in Demeulenaere-Douyère, Christiane et Liliane Hilaire-Pérez (dirs.), Les Expositions universelles. Les identités au défi de la modernité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Carnot », 2013, ; Marie-Sophie Corcy, « Exposer l’invention », Musée des arts et métiers, la revue, 2010, no 51/52, pp. 78‑87 ; Marie-Sophie Corcy, « Le journal La Nature et la constitution de la collection de photographie scientifique du Conservatoire des arts et métiers », Documents pour l’histoire des techniques, 2009, no 18, pp. 131‑149.

[5] François Caron, Histoire des chemins de fer en France: 1740-1883, Paris, Fayard, 1997, vol.1 ; François Caron, Histoire de l’exploitation d’un grand réseau: la Compagnie du chemin de fer du Nord, Paris / La Haye, Mouton, 1973 ; Georges Ribeill, La Révolution ferroviaire, Paris, Belin, 1993.

[6] Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1953.

[7] Conservatoire national des arts et métiers, Conservatoire national des arts et métiers. Catalogue du musée. Section DB. Transports sur rails, Paris, Conservatoire national des arts et métiers, 1952.

[8] François Caron, Histoire des chemins de fer en France: 1740-1883, op. cit. ; François Caron, Histoire de l’exploitation d’un grand réseau: la Compagnie du chemin de fer du Nord, op. cit. ; Georges Ribeill, La Révolution ferroviaire, op. cit.

[9] Registres d’inventaire du Musée des arts et métiers : première « main courante », 1849-1884 ; seconde « main courante », 1884-1972.

[10] Inventaire des machines, modèles des Dessins, déposés au Conservatoire, décembre 1841. État des Machines achetées sur le fonds de 50.000 francs. Décision du 1er août 1833. Archives nationales, F12/4866
 ; Ministère de l’Agriculture et du Commerce. Conservatoire Royal des Arts et Métiers. Matériel. Inventaire des Machines et Dessins déposés au Conservatoire. Décembre 1841. Archives nationales, F12/4866.

[11] Archives du Cnam, 2AA.

[12] Archives du Cnam, 5AA.

[13] Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos, Introduction aux études historiques, Paris, Hachette, 1898.

[14] Jean-Baptiste Say, Cours complet d’économie politique pratique, Bruxelles, J.-P. Meline, 1832, 3 vols.

[15] Adolphe Blanqui, Conservatoire des arts et métiers. Cours d’économie industrielle. 1836-37, Paris, J. Angé et Compagnie, 1837 ; Adolphe Blanqui, Conservatoire des arts et métiers. Cours d’économie industrielle. 1837-38, Paris, J. Angé et Compagnie, 1838, vol.2 ; Adolphe Blanqui, Conservatoire des arts et métiers. Cours d’économie industrielle. 1838-39, Paris / Versailles, J. Angé et Compagnie / Hachette, 1839, vol.3.

[16] François Caron, Les Grandes Compagnies de chemin de fer en France: 1823-1937, Paris, Librairie Droz, 2005.

[17] Nathan Rosenberg, « Economic development and the transfer of technology: some historical perspectives », Technology and Culture, 1970, vol. 11, pp. 550‑575 ; Madeleine Akrich, « Comment sortir de la dichotomie technique/société. Présentation des diverses sociologies de la technique », in Bruno Latour et Pierre Lemonnier (dirs.), De la préhistoire aux missiles balistiques, Paris, La Découverte, 1994, pp. 105‑131.

[18] Joost Mertens, « Le déclin de la technologie générale : Léon Lalanne et l’ascendance de la science des machines », Documents pour l’histoire des techniques, 2011, no 20, pp. 107‑117 ; Jacques Guillerme et Jan Sebestik, « Les commencements de la technologie », Documents pour l’histoire des techniques, 2007, no 14, pp. 49‑122 ; Guillaume Carnino, « Les transformations de la technologie : du discours sur les techniques à la « techno-science » », Romantisme, 2010, no 150, pp. 75‑84.

[19] Bruno Belhoste, La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris, Belin, coll. « Histoire de l’éducation », 2003 ; Antoine Picon, L’Invention de l’ingénieur moderne. L’École des Ponts et Chaussées (1747-1851), Paris, Presses des Ponts, 1992 ; Armand Hatchuel, « La naissance de l’ingénieur généraliste. L’exemple de l’École des Mines de Paris », Annales des Mines, 2006, « Réalités industrielles », pp. 13‑24.

[20] Charles R. Day, Les Écoles d’arts et métiers: l’enseignement technique en France xixe-xxe siècles, Paris, Belin, 1991.

[21] Georges Ribeill, « En quête des chefs de dépôt, au temps des compagnies », Revue d’histoire des chemins de fer, 2003, no 28-29, pp. 138‑168 ; Georges Ribeill, « Gestion et organisation du travail dans les compagnies de chemins de fer, des origines à 1860 », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1987, 42e année, no 5, pp. 999‑1029 ; Bruno Carrière, « Les Premiers mécaniciens, des origines à 1848 », Revue d’histoire des chemins de fer, 1989, no 1, pp. 181‑193.

[22] Liliane Hilaire-Pérez, « Invention technique et corpus de sources », in Marie-Sophie Corcy, Christiane Demeulenaere-Douyère et Liliane Hilaire-Pérez (dirs.), Les Archives de l’invention. Écrits, objets et images de l’activité inventive, Toulouse, Méridiennes, 2003, pp. 9‑25.