« Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan ! »

Le bataillon des « nuisibles » de Julien Hillion raconte les premières décennies d’existence de la colonie pénitentiaire de Belle-Île-en-Mer, une maison de correction qui a ouvert ses portes en 1880. Julien Hillion, qui a soutenu en 2021 une thèse de doctorat sur le sujet, y retrace de nombreux parcours de jeunes détenus avant, pendant et après leur passage dans l’institution. Disciplinaire, insulaire, correctionnelle, architecturalement éclatée, permettant une multitude de sorties physiques et spirituelles et proposant une véritable formation professionnelle aux jeunes détenus, l’institution offre un modèle carcéral atypique.
Grâce à un corpus de sources totalement inédit, l’ouvrage met en lumière la violence des pratiques de l’administration pénitentiaire au XIXe siècle.  Jusqu’à la Première Guerre mondiale, violences, mutineries, épidémies, mortalité élevée et évasions jalonnent l’existence de l’établissement bellilois que l’on peut alors situer dans les angles morts de la IIIe République.
Titre : premier vers du poème Chasse à l’enfant de Jacques Prévert qui évoque la mutinerie d’août 1934 à la colonie pénitentiaire de Belle-Île-en-Mer


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search