Citoyenneté, République et démocratie en France de 1789 à 1899 (Serge Bianchi, Philippe Darriulat, Emmanuel Naquet et François Ploux)

CitoyennetéParution de Serge Bianchi, Philippe Darriulat, Emmanuel Naquet et François Ploux, Citoyenneté, République et démocratie en France de 1789 à 1899, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, 412 p. ISBN 978-2-7535-3496-4

4e de couverture

La Révolution de 1789 a déclaré les droits de l’Homme et proclamé l’égalité des citoyens Français de métropole devant la loi. La Première République (septembre 1792) a proclamé un moment les droits sociaux. Le XIXe siècle fut cependant marqué par une une alternance de régimes républicains, monarchistes et bonapartistes (et une dizaine de constitutions) avant la consolidation de la Troisième République par le « Bloc républicain des gauches » en 1899.

La fonction électorale fut longtemps réservée aux possédants. Seule une minorité d’entre eux – les plus riches – furent déclarés éligibles. Les femmes, les pauvres, les domestiques, et, dans les colonies, les hommes de couleur, étaient privés de droits politiques. Ce découplage de la citoyenneté civile et de la citoyenneté politique fut d’emblée contesté. Contesté dans son principe par ceux qui réclamaient l’universalisation du droit de vote, ou du moins son extension à tous les hommes, riches ou pauvres. Mais cette restriction des droits politiques fut aussi combattue dans les actes par une partie des exclus qui, à leur manière et avec leurs moyens, investirent l’espace public, et cela quels que soient les régimes et au-delà des crises. Mais de la chanson à l’affiche, sans oublier l’insurrection ou la manifestation, ce furent autant d’inscriptions qui participèrent à un processus complexe de politisation.

Les partisans de la République firent de la revendication du suffrage universel la clé de voûte de leur programme. 1792, 1848, 1871 furent donc les principales étapes de la naissance, en France, de la démocratie électorale, qui a pu se doubler d’une démocratie participative. Cependant, à l’aube du XXe siècle, malgré l’affirmation et la confirmation de Marianne, les institutions républicaines et le principe même de l’égalité des citoyens dans l’ordre politique continuaient d’être fortement contestés, d’autant plus que d’autres citoyennetés étaient revendiquées, comme la citoyenneté sociale.

Table des matières

Les auteurs

Serge Bianchi est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Rennes 2. Il a notamment publié La Première République au village, Paris, CTHS, 2003 ; Des révoltes aux révolutions. Europe, Russie, Amérique (1770-1802) (manuel de concours), Rennes, PUR, 2004 ; La Garde nationale. Entre Nation et peuple en armes, Rennes, PUR, 2006 (avec Roger Dupuy, dir.) ; et dirigé l’ouvrage collectif Héros et héroïnes de la Révolution française, Paris, CTHS, 2012.

Philippe Darriulat est professeur d’histoire contemporaine, institut d’études politiques de Lille 2, IRHIS UMR CNRS 8529 Lille 3. Il a publié notamment Les patriotes : la gauche républicaine et la nation, 1830-1870, Paris, Éditions du Seuil, 2001 ; La muse du peuple, chansons politiques et sociales en France 1815-1871, Rennes, PUR, 2010.

Emmanuel Naquet, docteur en histoire, enseignant en classes préparatoires, est chercheur au Centre d’histoire de Sciences Po Paris. Il a codirigé Être dreyfusard, hier et aujourd’hui (PUR, 2009) et vient de publier Pour l’Humanité. La Ligue des droits de l’Homme de l’affaire Dreyfus à la défaite de 1940, Rennes, PUR, 2014.

François Ploux est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Bretagne-Sud, Cerhio UMR CNRS 6258. Il a publié notamment Guerres paysannes en Quercy. Dans les campagnes du Lot (1810-1860), Paris, La Boutique de l’histoire, 2002 ; De bouche à oreille. Naissance et propagation des rumeurs dans la France du XIXe siècle, Paris, Aubier, 2003 ; Une mémoire de papier. Les historiens de village et le culte des petites patries locales, Rennes, PUR, 2011.

Lire l’Introduction


Vous aimerez aussi...