Les deux vies du général Foy (1775-1825). Guerrier et législateur (Jean-Claude Caron)

FoyParution de Jean-Claude Caron, Les deux vies du général Foy (1775-1825). Guerrier et législateur, Champ Vallon, 2014, 359 p. ISBN : 978-2-87673-970-3

Présentation de l’éditeur

« Guerrier législateur », Maximilien Sébastien Foy (1775-1825) a connu une apothéose avec ses funérailles qui auraient rassemblé 100 000 personnes sur le pavé parisien. Partant d’une interrogation sur les raisons de cette affluence, cet ouvrage propose la biographie d’un personnage dont l’oubli dans la mémoire collective questionne sur sa dimension historique.

Le général Foy appartient à une génération qui, optant pour une carrière militaire dès le début de la Révolution française, connaît une rapide ascension sociale. Servant dans les armées révolutionnaires puis napoléoniennes de 1792 à 1815, l’homme a gravi les échelons, mais non sans à-coups. Dénoncé comme « modéré » en 1793, ce partisan des Girondins n’échappe à la guillotine que grâce au 9 Thermidor. Mais sa proximité avec le général Moreau le rend suspect aux yeux de Napoléon Bonaparte, d’autant plus qu’il vote contre le consulat à vie puis contre l’établissement de l’empire.

Affecté à des postes secondaires, il est envoyé dans la Péninsule ibérique où il reste de 1808 à 1813, conscient de participer à une « guerre inglorieuse ». L’écroulement de l’Empire et la Restauration l’amènent à se rallier à Louis XVIII, mais son attitude pendant les Cent Jours le rend à nouveau suspect aux yeux du pouvoir. Bifurquant alors vers une carrière politique, élu député de l’Aisne en 1819, le général Foy devient l’un des chefs de l’opposition libérale. Son talent d’orateur lui vaut une popularité immédiate. Il devient, avec sa femme Lise, une personnalité en vue du Tout-Paris, fréquentant les salons, les ateliers des artistes, les théâtres et l’opéra. Il connaît une élévation sociale et un enrichissement que facilitent ses relations avec le monde de la banque.

Cet ouvrage donne donc à voir les multiples facettes de l’homme public comme de l’homme privé, défenseur de la liberté et de la propriété, soucieux d’être un « bon mari » et un « bon père ». Luttant pour que les valeurs de 1789 deviennent le socle de la France postrévolutionnaire, le général Foy entend qu’elles garantissent la stabilité sociale et confortent l’hégémonie politique du monde des notables auquel il appartient. Ni « héros » du roman national, ni simple protagoniste de l’histoire, cet homme au double talent incarne la transition entre deux époques, quand la France passe de l’Ancien Régime aux débuts du système parlementaire, par le glaive et par le verbe.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search