Archives par mot-clé : Romantisme

Appel à publication – Le portrait au XIXe siècle, revue Romantisme

Appel à publication : « Le portrait au XIXe siècle », revue Romantisme (n°2, 2017)

  • Date limite : 30 juin 2016
  • Date de remise des textes : 31 décembre 2016

De nombreuses publications, sous la forme de monographies, d’essais, de recueils collectifs, de numéros de revue mais aussi de catalogues d’exposition, sont venues ces dernières années rappeler et illustrer à la fois l’abondance et la diversité de la pratique portraitiste au XIXe siècle, en littérature, dans le discours critique, dans la presse alors en pleine expansion, ainsi que dans les arts plastiques et dans la photographie. Toutes ces études ont donné raison à ceux qui considèrent, à l’instar d’Hélène Dufour, que, « plus que d’autres, le XIXe siècle aurait droit au titre de “siècle des portraits” ». Continuer la lecture de Appel à publication – Le portrait au XIXe siècle, revue Romantisme

L’embaumement, une passion romantique, France XIXe siècle (Anne Carol)

EmbaumementParution de Anne Carol, L’embaumement, une passion romantique, France XIXe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2015, 280 p., 24 €, ISBN 979-10-267-0059-3

Présentation de l’éditeur

Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, l’embaumement des cadavres était réservé à une élite du sang et de la fortune soucieuse d’échapper à la dissolution ordinaire. Aujourd’hui en France, plus de la moitié des corps reçoit des soins de thanatopraxie dispensés par des professionnels afin de retarder la décomposition et d’organiser sereinement les funérailles.

Entre ces deux régimes de conservation, le XIXe siècle offre une parenthèse singulière. C’est dans sa première moitié que naît et s’affirme l’embaumement romantique : un désir éperdu de préserver des corps éternellement intacts, revendiqué comme un aspect légitime du culte des morts et inséparable de l’apparition du cimetière moderne et de ses concessions perpétuelles. L’embaumement connaît alors une vogue aussi extraordinaire que brève et amorce une diffusion dans la bourgeoisie urbaine. Mais cet engouement suscite aussi une concurrence féroce entre médecins et non-médecins qui se disputent le marché dans une guerre à la fois technique, commerciale, socioprofessionnelle et déontologique.

C’est l’histoire de cette passion, de sa naissance, de son épanouissement et de son désenchantement que ce livre entend restituer en la replaçant dans l’histoire plus large des sensibilités collectives face à la mort et au cadavre.

L’auteur

Ancienne élève de l’Ecole normale supérieure, agrégée et docteur en histoire, Anne Carol est professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Aix-Marseille I et membre de l’Institut Universitaire de France. Elle a publié entre autres une Histoire de l’eugénisme en France. Les médecins et la procréation XIXe-XXe siècles (Seuil, 1995), Les Médecins et la mort, XIXe – XXe siècles (Aubier, 2004, Prix de la Société Française d’Histoire de la Médecine) et, dernièrement, Physiologie de la Veuve, une histoire médicale de la guillotine (Cham Vallon, prix Mauvais Genres).