Archives par mot-clé : Grande-Bretagne

Appel à communications « Sociabilités et pratiques de la démocratie en Grande-Bretagne, 1760-1850 »

300px-william_edward_kilburn_-_view_of_the_great_chartist_meeting_on_kennington_common_-_google_art_project

Nous avons le plaisir d’annoncer le colloque international « Sociabilités et pratiques de la démocratie en Grande-Bretagne, 1760 –1850 » organisé par l’E.A. CLIMAS, avec le soutien de l’E.A. HCTI (UBO, Brest) à l’Université Bordeaux Montaigne les 5-6 octobre 2017.

Les propositions de communications, accompagnées d’une courte note biographique, ne dépasseront pas 300 mots, et sont à adresser avant le 28 février 2017 à l’une des adresses suivantes:

Rémy Duthille – remy.duthille@u-bordeaux-montaigne.fr

Magalie Fleurot – magalie.fleurot@u-bordeaux-montaigne.fr

Laurence Machet – laurence.machet@u-bordeaux-montaigne.fr

Argumentaire :

Des mouvements populaires associés à la figure de John Wilkes dans les années 1760, aux Chartistes des années 1830 et 1840, un nombre croissant de revendications s’exprime en-dehors des grandes institutions étatiques et ecclésiastiques (cour, Parlement, Eglise), et souvent contre elles. Continuer la lecture de Appel à communications « Sociabilités et pratiques de la démocratie en Grande-Bretagne, 1760-1850 »

Exposition | Bonaparte and the British, British Museum

Bonaparte and the British. Prints and Propaganda in the Age of Napoleon

Exposition ouverte jusqu’au 16 août au British Museum, à Londres :

http://www.britishmuseum.org/whats_on/exhibitions/bonaparte_and_the_british.aspx

Cette exposition présente plusieurs dizaines de gravures britanniques visant « Little Boney », depuis son ascension jusqu’à l’exil de Sainte-Hélène. Certaines sont connues, d’autres rarement montrées. Les commissaires ont veillé à mettre en évidence non seulement les ressorts artistiques et politiques d’images souvent complexes, mais également les usages, les circulations, voire les financements des plus connues d’entre elles. Quelques gravures renvoient également au discours des radicaux, certes réprimés pendant les guerres de la Révolution et de l’Empire, mais qui s’expriment de nouveau en 1814-1815.