Archives par mot-clé : encyclopédisme

Encyclopédisme et politique dans la première moitié du XIXe siècle (journée d’étude, 2 juin 2016)

Portrait de Léon Curmer, vers 1850 (Notice Wikipédia)
Portrait de Léon Curmer, vers 1850 (Notice Wikipédia)

Journée d’étude « Encyclopédisme et politique dans la première moitié du XIXe siècle », 2 juin 2016, organisée avec le soutien de l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (UMR 8066) et de l’ANR Utopies-19

Organisateurs : Vincent Bourdeau, Jean-Luc Chappey, Julien Vincent

Sorbonne, salle D622 (Galerie Dumas)

Figures et enjeux de l’encyclopédisme post-révolutionnaire (9h30-13h)

9h15 Accueil

9h30 Julien Vincent (Paris 1), « L’épistémologie politique des encyclopédistes français dans la première moitié du XIXe siècle »

10h15 Jean-Luc Chappey (Paris 1), « Les réseaux de l’encyclopédisme sous l’Empire. Les souscripteurs des Lettres philosophiques de Rigomer Bazin »

11h Laurent Clauzade (Caen), « Structure et fonction de l’encyclopédie chez Auguste Comte »

11h45 Andrea Lanza, « Une science pour tous, des savoirs de chacun. Les tensions de l’encyclopédisme démocratique dans la presse ouvrière parisienne des années 1840 »

12h30 discussion générale

13h Déjeuner

Table-ronde : qu’est-ce qu’une « encyclopédie morale » ? Le cas Léon Curmer (14h30-17h)

Table ronde autour de l’ouvrage de Léon Curmer « Les Français peints par eux-mêmes. Encyclopédie morale du XIXe siècle »

Intervenants : Anne-Emmanuelle Demartini (Paris-Diderot), Judith Lyon-Caen (EHESS), Yann Potin (Archives Nationales et Paris 13)

Discutants : Vincent Bourdeau (Besançon), Jean-Luc Chappey (Paris 1), Julien Vincent (Paris 1)

Appel à communications | Encyclopédisme et politique

 

 

Résumé

La question des rapports entre sciences et politique est un domaine majeur de la recherche en histoire des sciences. À partir de réflexions sur les logiques d’autonomisation à l’œuvre entre ces deux univers, sur la co-construction du politique et du scientifique, ou sur les formes diverses de leurs hybridations, les travaux ont permis de relire la genèse du gouvernement représentatif, des institutions scientifiques et des publics de la science. Ce colloque vise à reprendre cette interrogation à partir d’un observatoire particulier, celui des publications encyclopédiques de la période 1780-1880 environ.

Argumentaire

Hérité du XVIIIe siècle, l’encyclopédisme a surtout été étudié comme une entreprise intellectuelle et commerciale. À partir de la Révolution française, il s’affirme aussi comme un projet politique d’instruction publique et d’information scientifique. Dans un contexte marqué à la fois par l’essor de l’imprimé, et par la mutation des institutions savantes, en lien étroit avec les régimes politiques, les publications encyclopédiques offrent un dispositif de travail suffisamment malléable pour s’accorder à différentes attentes et projets. Valeurs refuge, points de ralliement ou instruments de conquête, elles contribuent à l’élaboration de nouvelles solidarités savantes et politiques.

Il s’agira d’explorer la façon dont l’encyclopédisme a été un lieu de politisation des sciences, mais aussi de scientifisation du politique. Ceci suppose d’historiciser nos catégories d’analyse. Par quelles opérations, une diversité de pratiques savantes, de techniques littéraires et de formes éditoriales ont-elles été regroupées derrière le terme « encyclopédie » ? Inversement, en quoi la redéfinition des frontières de la « politique », qui définit l’ère des révolutions, a-t-elle influencé les encyclopédistes, a-t-elle été accélérée par eux ?

On s’intéressera pour répondre à ces questions aux liens des encyclopédistes avec les régimes en place, mais aussi au rôle de l’encyclopédisme dans la formalisation de doctrines ou idéologies politiques, et dans le façonnement de sociabilités partisanes. Les entreprises encyclopédiques participent à la construction des identités politiques : alternativement mobilisées pour justifier les institutions en place, ou pour fédérer les opposants au système, elles sont un terrain privilégié de l’affrontement entre libéraux, républicains, ecclésiastiques, socialistes, etc. Avant l’essor des « disciplines » modernes, elles sont aussi des enjeux majeurs de la catégorisation des savoirs. Plutôt que d’étudier tel ou tel domaine des sciences dans telle ou telle publication, on envisagera les luttes de catégorisation et leurs effets politiques. À une époque d’essor de l’imprimé, elles façonnent enfin des publics savants, redéfinissent les rapports entre l’élite intellectuelle et les nouveaux lecteurs, et dessinent différents modèles de « diffusion » des « savoirs utiles ».

Parmi les thèmes qui pourront être abordés, on peut mentionner, sans que la liste soit exhaustive :

  • le périodique encyclopédique comme instrument pour fédérer les oppositions à l’ordre scientifique et politique, ou à l’inverse comme instrument de défense de l’ordre établi
  • le périodique encyclopédique comme terrain où se négocient les rapports entre le temps de la science, et celui de la politique. La temporalité est un thème des publications, mais elle est aussi un enjeu concret de la publication d’un « périodique ».
  • les pratiques du travail collectif au sein des revues encyclopédiques, associant les auteurs aux divers acteurs anonymes, traducteurs et traductrices, imprimeurs, secrétaires, ce qui poses la question de savoir « qui sont les encyclopédistes ? »
  • la diversité des écritures encyclopédiques : articles et mémoires, écritures individuelles ou collaboratives, comptes rendus d’ouvrages, comptes rendus de cours, notes, correspondances
  • les adaptations et les usages du modèle économique de l’encyclopédisme, dans un contexte de mécanisation de l’imprimerie et de baisse des coûts de l’imprimé, dont il s’agira d’étudier la dimension politique
  • la sociabilité encyclopédique, ses spécificités et ses rapports avec les sociabilités politiques
  • la définition et la construction du public de l’encyclopédisme : celle-ci peut s’étudier du point de vue des producteurs, mais aussi du point de vue des usages sociaux et politiques des publications encyclopédiques par leurs lecteurs

Modalités de soumission

Le colloque se tiendra les jeudi 10 septembre et vendredi 11 septembre 2015 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Il se déroulera en français et en anglais. Les propositions de communication sont à soumettre à l’adresse julvincent2011[at]gmail[point]com, jlchappey[at]gmail[point]com ou vincent[point]bourdeau[at]univ-fcomte[point]fr

avant le 30 mai 2015.

Chaque proposition devra inclure : le nom, prénom et courriel de l’intervenant-e ; un court CV (une page maximum) ; un titre et un texte de proposition de 1000 signes maximum.
Les réponses aux propositions seront envoyées avant le 15 mai 2015.

Organisateurs

  • Vincent Bourdeau (Université de Franche-Comté),
  • Jean-Luc Chappey (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
  • Julien Vincent (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Comité Scientifique

  • Bruno Belhoste (Professeur à l’Université Paris 1 – UMR 8066 IHMC)
  • Edward Castleton (Chercheur – MSHE Claude Nicolas Ledoux, USR 3124, Université de Franche-Comté)
  • Christophe Charle (Professeur à l’Université Paris 1 – UMR 8066 IHMC)
  • Ludovic Frobert (Directeur de recherche CNRS – ENS Lyon, UMR 5206 Triangle)
  • Thierry Martin (Professeur à l’Université de Franche-Comté – E.A. 2274, Logiques de l’agir