Archives par mot-clé : 1848

Colloque « Les acteurs européens du printemps des peuples », mai 2018

Nous avons le plaisir de diffuser l’appel à communications du

Colloque international
Les acteurs européens du printemps des peuples
(Paris- mai 2018)

Après le colloque du cent cinquantième anniversaire de 1848 organisé par la Société de 1848 et des révolutions du XIXe siècle qui a marqué un important jalon historiographique, il a paru important, vingt ans plus tard, de porter un nouveau regard sur cet événement majeur du XIXe s.  Continuer la lecture de Colloque « Les acteurs européens du printemps des peuples », mai 2018

Dolf Oehler – Juin 1848, présentation le 19 mai 2017

Nous vous avons le plaisir de vous annoncer la rencontre autour de la nouvelle édition (revue et augmentée) de la grande étude de Dolf Oehler sur Juin 1848,

Juin 1848. Le Spleen contre l’oubli. Baudelaire, Flaubert, Heine, Herzen, Marx

en présence de l’auteur

avec Thomas Bouchet, Alexandre Frondizi, Maurizio Gribaudi, Louis Hincker, Judith Lyon-Caen

le 19 mai 2017, 14h-18h

à l’EHESS, 105 bd Raspail, salle 13 (6e étage)

Cette rencontre est organisée avec le soutien du Centre de recherches historiques (CNRS-EHESS), des éditions La Fabrique et de la Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle.

Atelier « Les mots du politique » – 18 mai 2017 « Réforme et révolution »

Le Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire et la Société de 1848 vous convient à un atelier public dans le cadre des conférences « Les mots du politique »

La prochaine séance, à destination d’un public non universitaire, se tiendra au

Lieu-dit, 6 rue Sorbier, Paris XXe, à 19h

Jeudi 18 mai 2017 : « réforme et révolution »

(coord. Laurent Colantonio) 

LES MOTS DU POLITIQUE

Organisés par le CVUH et la Société de 1848

Présentation

Certains mots, qui un temps dans l’histoire, ont porté des idées libératrices sont désormais mis au service de la marchandise : l’usage du mot concept est un symptôme révélateur de cette décomposition. Instrumentalisés le plus souvent par un ordre politique profondément déstabilisé, les mêmes mots, autrefois mobilisateurs, voient leur sens inversé, tel le mot liberté par exemple.

Aujourd’hui semblent triompher partout la communication, le marketing, et le langage publicitaire qui accélèrent l’obsolescence des mots. Les élites politiques, économiques et intellectuelles utilisent de plus en plus une novlangue technocratique qui dépolitise et dissimule les véritables enjeux derrière un hypocrite voile d’ignorance et de prudence. Même les universitaires – soucieux d’obtenir des financements et de répondre à des appels à projet – ne cessent désormais de reprendre des catégories vides et creuses forgées ailleurs par des communicants. Cela contribue à la crise démocratique sans cesse diagnostiquée.

Or les mots pris dans des luttes de pouvoir et des rapports de force, s’élaborent historiquement au cours de conflits dont il importe de restituer les enjeux. Reconquérir le sens des mots, démystifier ceux qui prolifèrent dans l’actualité, sortir des langages qui enferment la pensée, tel devrait être l’une des missions de l’historien critique.

Afin de faire valoir la connaissance au détriment de l’opinion, le Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire (CVUH), en collaboration avec la Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle, se fixe pour objectif l’organisation d’ateliers de réflexion sur ces mots dont on parle mais dont on a oublié l’idée, la place et le rôle dans le mouvement de l’histoire et les expériences sociales. Nous chercherons également par une déconstruction historique à libérer les mots de la novlangue politico-médiatique. »

Regards sur 1848 (Cahiers de la MSHE Ledoux)

Regards 1848Parution de Edward Castelton et Hervé Touboul (dir.), Regards sur 1848, Cahiers de la MSHE Ledoux, n° 23, série « Archives de l’imaginaire social », n° 1, 2015, 418 p.

Présentation de l’éditeur

La révolution de 1848 en France a marqué un tournant pour les contemporains qui l’ont vécue. Nombreux, parmi les auteurs que la postérité allait considérer comme grands écrivains et philosophes, furent ceux qui prirent position sur cette révolution, conscients tous que se jouait là non seulement un événement majeur de l’histoire nationale, mais aussi une entrée dans l’histoire moderne. Ce livre vise à retracer les prises de position différentes de quelques observateurs les plus connus de l’époque : Marie d’Agoult, Balzac, Louis Blanc, Comte, Victor Cousin, Flaubert, Herzen, Hugo, Lamartine, Marx, Michelet, Raspail et Lorenz von Stein.

Table des matières

1         Introduction – Retour sur 1848 : peut-on en finir ?, Edward Castleton et Hervé Touboul

2         Balzac et Birotteau en 1848 : une économie politique de la révolution (« Lettre sur le travail »), Pierre Laforgue

3         Les Révélations historiques de Louis Blanc et la mémoire de 1848 en France et en Grande-Bretagne, Thomas C. Jones

4         La raison prolétaire. Auguste Comte en 1848, Frédéric Brahami

5         Cousin et 1848, Jean-Pierre Cotten

6         L’opinion de Flaubert sur la révolution de 1848. 1848 dans la Correspondance, Sophie Statius

7         Herzen et 1848, Jonathan Beecher

8         Victor Hugo en 1848 : « Tiens ! Ce n’est que ça la République ! », Marieke Stein

9         Un coup d’État oratoire. Discours sur la formation du gouvernement provisoire, 24 février 1848, Dominique Dupart

10       Marx, les « journées de 1848 », la politique et le théâtre, Hervé Touboul

11       Michelet en 1848 : le rendez-vous manqué d’une philosophie de l’histoire, Aurélien Aramini

12       François-Vincent Raspail ou « L’Ami du Peuple » en 1848, Jonathan Barbier

13       Le « mouvement social » et la naissance de la « démocratie sociale » : 1848 selon l’interprétation de Lorenz Stein, Diana Siclovan

14       L’éveil d’une aristocratie aux idées républicaines : le cas de la comtesse Marie d’Agoult, alias « Daniel Stern », Charles-F. Dupêchez

Bon de souscription (14 € jusqu’au 20 novembre 2015)