Elle coud, elle court, la Grisette… – Maison de Balzac

Exposition Elle coud, elle court, la Grisette… du 14 octobre 2011 au 15 janvier 2012
Dossier de presse :

La « grisette », cette jeune couturière à la fois « sage » et coquette, envahit au XIXe siècle la littérature, les beaux-arts ou la chanson. La Maison de Balzac présente la première exposition consacrée à cette figure multiple et mobile, étonnamment moderne par sa capacité à s’adapter aux différents médias. Romances enregistrées à l’occasion de l’exposition, peintures célèbres et gravures moins connues… la diversité des œuvres fait écho à la variété des activités de la grisette et à sa perpétuelle métamorphose.
Une centaine d’œuvres de toute nature (peintures, caricatures, faïences, livres et journaux illustrés, partitions, échantillons d’étoffe) sont réunies en un parcours décliné suivant cinq thèmes, au cœur de la représentation de la grisette au temps de Balzac (1815-1850). Pour chaque section, des chansons de la première moitié du XIXe siècle, spécialement sélectionnées pour le parcours, ont été interprétées par Le Hall de la chanson, et font l’objet d’une diffusion sous des bonnets ou chapeaux sonores.
I – La grisette en conditions
II – Constellation grisette
III – À quoi reconnaît-on une grisette ?
IV – Les plaisirs et les jours… et les nuits !
V – Fil et profils : du trottin à la passante
Commissariat : Claire Scamaroni

Lewis Hine – Fondation Henri Cartier-Bresson

Lewis Hine
Fondation Henri Cartier-Bresson
du 7 septembre au 18 décembre 2011
Les 150 tirages originaux en noir et blanc provenant de la George Eastman House, International Museum of Photography and Film de Rochester montrent l’ensemble de la carrière de Lewis Hine : portraits d’immigrants débarquant à Ellis Island, enfants au travail, construction de l’Empire State Building, reportages en Europe à la fin de la Première Guerre mondiale.
L’exposition montre le rôle du photographe et notamment du documentaire social dans la réforme de la société et en particulier quant au travail des enfants.

L’introuvable complot, Attentat, enquête et rumeur dans la France de la Restauration de Gilles Malandain

Gilles Malandain, L’introuvable complot. Attentat, enquête et rumeur dans la France de la Restauration, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2011.

Le premier Prix Augustin-Thierry de la Ville de Paris est décerné à Gilles Malandain pour son ouvrage ‘L’introuvable complot‘ édité par l’EHESS.

À la sortie de l’Opéra, le soir du 13 février 1820, le duc de Berry, neveu du roi Louis XVIII et l’espoir de la vieille dynastie des Bourbons, tombe sous le coup de poignard d’un obscur ouvrier sellier nommé Louvel. Provoquant stupeur et indignation, cet attentat précipite une crise politique qui couvait déjà. Les roya­listes, exaspérés, dénoncent un complot et réclament une grande réaction autori­taire, tandis qu’avec la même intensité, leurs adversaires libéraux se défendent de toute responsabilité dans le meurtre. Pendant quelques semaines, on s’interroge sur l’identité et les mobiles du « nouveau Ravaillac » et l’on recherche activement ses hypothétiques complices. Les signalements et les indices affluent, sans résultat probant : pressenti partout, le complot reste à l’état de rumeur, introuvable.

Cet ouvrage invite d’abord à réfléchir sur la dynamique de l’événement, mais aussi sur les logiques, les moyens et les résultats paradoxaux de l’enquête judiciaire, passion­nant laboratoire du social. En diversifiant les sources et les éclairages, il propose aussi une plongée dans une France post-révolutionnaire hantée par son proche passé et incertaine de son destin.

Plateforme de la Société d'histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle