Les Ouvriers parisiens de 1834 à 1840, DES de Louis Chevalier (Dominique Kalifa)

« Les Ouvriers parisiens de 1834 à 1840 », tel était le titre du premier travail universitaire de Louis Chevalier, soutenu à la Sorbonne en 1935 sous la direction de Henri Hauser.
Ce texte inédit est disponible sur le site du Centre d’histoire du XIXe siècle, assorti de commentaires de Christophe Charle et Alain Faure, d’images, de photographies et de repères bibliographiques sur l’œuvre de Louis Chevalier :

http://www.univ-paris1.fr/fileadmin/CRHXIX/Louis_Chevalier/ACCUEIL.html

(Dominique Kalifa)

Archives Walter Benjamin – Musée d’art et d’histoire du Judaïsme

Dossier de presse :

Né à Berlin en 1892, dans une famille juive assimilée, Walter Benjamin s’est suicidé à la frontière franco-espagnole le 26 septembre 1940, devant la menace d’être livré aux nazis et envoyé à la mort. C’est à l’un des philosophes et critiques les plus importants du XXe siècle que l’exposition Walter Benjamin Archives est consacrée ; son ambition est de montrer la manière dont le penseur allemand organisait, préservait et inventait ses propres archives, à mesure de ses recherches.
L’exposition rassemble des matériaux, des supports, des objets ou des écrits (manuscrits, tapuscrits, cartes postales, carnets de notes, enveloppes, tickets, photographies, coupures de presse, registres, fichiers, répertoires, carnet d’adresses, paperolles, etc.), qui témoignent tous d’une exigence constante chez Walter Benjamin : arracher à l’oubli une pensée en devenir et en organiser le sauvetage, qu’il s’agisse de sa propre pensée, de celle de ses proches ou de pans entiers de l’histoire négligés. L’exposition est divisée en treize sections auxquelles s’adjoignent neuf sections conçues spécialement pour la présentation au MAHJ.
Sa vie durant, Walter Benjamin a pris soin de confier ses textes, notes ou manuscrits à différents amis (dont Gershom Scholem et Gretel Karplus). À la diversité des matériaux s’ajoute donc le caractère fragmentaire de ces « dépôts ». Ainsi émerge une constellation mouvante d’archives dispersées qui vient former un paysage de pensée d’une rare intensité. Voulue et organisée, cette dispersion fut amplifiée par les aléas de l’histoire : l’exil en France de Walter Benjamin à partir de 1933, ses périodes de refuge aux Baléares ou au Danemark, la disparition de sa bibliothèque, puis la partition de l’Allemagne après-guerre.
Collectionneur passionné (de livres pour enfants notamment), Walter Benjamin a adapté l’objet et la méthode de la collecte au travail de la pensée. L’extraction, le découpage, la citation, le montage, l’association, la juxtaposition, ou encore la mise en regard furent autant de gestes qui lui permirent de déconstruire des logiques de représentation dominantes et de faire apparaître des configurations inédites à l’origine de lectures radicalement nouvelles de l’histoire, de la littérature, du rapport de l’art au politique. En nous conviant à découvrir ses micrographies et ses propres inventaires, en nous ouvrant ses correspondances, fichiers ou carnets de notes, en montrant son travail de recherche bibliographique ou la constitution de ses collections, cette exposition révèle un mode de pensée et une vision du monde réfléchis dans chacun des actes de Walter Benjamin.
Le livre Walter Benjamin Archives sera publié aux éditions Klincksieck à l’occasion de l’exposition.

À cinq heures nous serons tous morts !

Charles Jeanne, A cinq heures nous serons tous morts ! Sur la barricade Saint-Merry, 5-6 juin 1832, présenté et commenté par Thomas Bouchet, Paris, Vendémiaire, 2011.

Présentation de l’éditeur :

« Du pain !… Regarde ces deux pièces de canon qui sont là-bas, elles nous apprêtent notre dernier repas… Il est quatre heures… Dans une heure nous serons tous morts !!… » Ainsi Charles Jeanne, le chef de la barricade Saint-Merry, harangue-t-il ses hommes, lors de l’insurrection des 5 et 6 juin 1832.

Retrouvé par hasard en 2010, ce document exceptionnel et inédit raconte heure par heure la vie des combattants face aux assauts des forces de l’ordre. Jeanne nous révèle de l’intérieur un monde à part, celui d’une barricade. Il nous rend témoins de sa construction et de son entretien. On y croise des dizaines d’insurgés, des soldats, des gardes nationaux et quelques espions. Des balles sifflent à nos oreilles. On entend la voix des insurgés, on voit leur peur et leur courage.

Entre la lettre de Jeanne et Les Misérables de Victor Hugo, entre le « petit rouge » du premier et le Gavroche du second, de nombreux éléments de continuité sont repérables. Charles Jeanne est l’un de ceux qui nous permettent de mieux comprendre non seulement l’histoire des 5 et 6 juin 1832 mais aussi l’histoire générale des barricades.

Plateforme de la Société d'histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle