Fichés ? Photographie et identification du Second Empire aux années 1960 – Archives nationales

Fiche de Madeleine Douau, demi-mondaine, 1872, Archives de la Préfecture de Police (photographie M. Charpy)

 

Fichés ? Photographie et identification du Second Empire aux années 1960

Archives nationales Paris, hôtel de Soubise

jusqu’au 23 janvier 2012

Dossier de presse :

L’exposition retrace l’histoire de l’identité citoyenne et du fichage policier en France, des sommiers judiciaires du XIXe siècle jusqu’à la systématisation dans les années 60, en passant par la « révolution Bertillon » et la naissance de la carte d’identité.

Quoi de commun entre la « femme galante » Emma C., le « communard » Armand H., l’« opiomane » Jeanne B. et l’« apatride » Andronik E. ? Ils ont tous été fichés. Dés le début du XIXe siècle, leur photographie figure dans un registre, dans un dossier, sur une feuille ou sur une fiche signalétique, où se trouvent par ailleurs consignées de très sommaires données biographiques. Généralement promis à la destruction, des millions de ces documents insignifiants qui forment ce qu’il est convenu d’appeler un « fichier » sont aujourd’hui conservés par les services d’archives, dépositaires de ces innombrables traces des multiples processus d’identification qui ont fait appel à la photographie. C’est à cette réalité documentaire que les Archives nationales consacrent à l’automne 2011 une grande exposition intitulée Fichés ? Photographie et identification du Second Empire aux années soixante.

Retraçant les étapes marquantes de cette histoire de l’identification à travers la photographie, des premiers essais maladroits du second empire jusqu’au recensement de 1960 en Algérie, plus de 2300 documents illustrent les conséquences de la Commune de Paris, l’invention de la photographie judiciaire par Alphonse Bertillon, les fichiers de la police judiciaire, de la sûreté de l’Etat et de l’administration pénitentiaire, les fichiers des passeports et des cartes d’identité.

Les questions d’identité ne relevant pas des seules autorités de l’Etat, plusieurs fichiers d’associations et d’entreprises sont également présentés. Pour montrer comment ce procédé d’abord appliqué au petit nombre des malfaiteurs a été étendu à des catégories de plus en plus nombreuses jusqu’à concerner l’ensemble de la population, il a été fait appel aux ressources de l’ensemble des services d’archives publics : Archives nationales, Archives nationales du monde du travail, Archives nationales d’Outre-mer, archives des ministères des Affaires étrangères et de la Défense, archives de la préfecture de police, archives départementales et municipales, archives d’entreprises, etc. Au-delà des techniques bureaucratiques ou policières de contrôle et de surveillance, c’est toute la complexité des rapports entre l’Etat et les citoyens qui se trouve ainsi révélée, entre résistance et consentement, protection et répression, indulgence et violence douce.

Au sein de cette multitude d’individus identifiés, les visages photographiés, aux regards tantôt inquiets, tantôt stupéfaits, fermés, séducteurs, insolents, parfois bouleversants, restituent à ces destins obscurs ou célèbres leur inaliénable dignité individuelle.

 

Catalogue de l’exposition :

Jean-Marc Berlière et  Pierre Fournié (dir.), Fichés ? Photographie et identification, 1850-1960, Paris, Éditions Perrin, 2011, 335 p., 28 €.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment il faut faire de la publicité, 1912 – réédition numérique

La publicité à la Belle Époque : Comment il faut faire de la publicité est le premier traité de publicité publié en France.
En 1912, Jules Arren, après avoir abandonné ses tentations politiques extrêmes, se consacre à la publicité. Il synthétise les méthodes publicitaires au moment même où affiches peintes et lithographiées, bibelots-publicitaires, prospectus, catalogues illustrés, … envahissent l’espace public et l’espace privé. Tout y est : les publi-reportages, les plans de campagne, le rôle des illustrations et des photographies, singulièrement de femmes, la manière de rédiger un « hameçon » (une accroche)…
Jules Arren, Comment il faut faire de la publicité, Paris, Pierre Lafitte & Cie, 1912.
Réédition : Bahia Beauvais & Manuel Charpy.

Le livre (épuisé et tombé dans le domaine public) numérisé est à télécharger ici.

Le peuple de Paris au XIXe siècle. Des guinguettes aux barricades – Musée Carnavalet

Le peuple de Paris au XIXe siècle. Des guinguettes aux barricades
Musée Carnavalet
du 5 octobre 2011 au 26 février 2012
Dossier de presse : Avec cette exposition, le musée Carnavalet propose un voyage insolite au cœur du Paris populaire du XIXe siècle, dans une capitale en pleine mutation, touchée par l’explosion démographique, la révolution industrielle et les transformations urbaines. Plongé dans les ruelles étroites et sinueuses de Paris, grâce à une ambiance sonore évoquant la vie de la rue au XIXe, le visiteur part à la découverte du peuple, catégorie sociale majeure et figure mythique de l’imaginaire parisien depuis la Révolution française.
Tous les aspects de la vie quotidienne sont abordés, à travers une iconographie, puisée notamment dans les collections du musée Carnavalet, mais aussi des documents d’archives et des objets du passé issus d’une vingtaine de musées.
Au fil d’un parcours thématique, on découvre les conditions de vie et de travail des classes populaires : Comment se logeaient-elles ? Que mangeaient-elles ? Quels étaient leurs codes vestimentaires ? Leurs distractions ?
L’exposition apporte un éclairage sur le monde des chiffonniers, des migrants saisonniers, des ouvriers des faubourgs, des Apaches des fortifs’ ou des grisettes… ceux des guinguettes, du cabaret ou du bal musette. Les dernières salles sont consacrées aux peurs que fait naître ce peuple protéiforme au sein de la classe dirigeante. Le parcours s’achève sur les insurrections qui jalonnent le siècle et font entrer le peuple de Paris dans l’histoire.
Un cycle de conférences accompagne l’exposition.

Plateforme de la Société d'histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle