Parler en guerre au XIXe siècle | Littérature et Histoire – Appel à contributions

Parler en guerre au XIXe siècle/ Journée d’étude Littérature et Histoire / vendredi 5 octobre 2012Journée d’étude interdisciplinaire Littérature/Histoire organisée par l’équipe d’accueil Alithila et le laboratoire UMR 8529-CNRS Irhis à l’université de Lille III.

Vendredi 5 octobre 2012

 

Le projet de recherche interdisciplinaire  Parler en guerre est porté par deux laboratoires de l’université de Lille III : l’équipe d’accueil Alithila (U.F.R de Lettres) et le laboratoire Irhis (U.M.R 8529)

La journée d’étude programmée le vendredi 5 octobre 2012 à l’université de Lille III se propose d’être le premier chapitre du projet de recherche Parler en guerre. Elle est destinée à explorer une histoire moderne de la guerre encore proche de nous – le XIXe siècle, siècle de nombreuses guerres civiles, étrangères et coloniales, siècle qui voit émerger une nouvelle culture visuelle et scientifique de la guerre. Cette histoire plurielle de la guerre reste néanmoins plus silencieuse quand il s’agit de confronter le conflit de rue avec le genre militaire et littéraire du récit de la bataille, l’affrontement du peuple et des soldats  de la ligne, la prise d’assauts, la charge, la capitulation, l’attente  – en bref toutes les figures de l’art de la guerre – avec le réseau de paroles, de discours, de tribunes sans lesquels une guerre ne pourrait se faire : car, aussi étrange qu’il puisse paraître, les scènes de guerre les plus bruyantes comme les plus silencieuses n’adviennent et ne parviennent jamais jusqu’à nous sans être doublées, tissées d’un ou de plusieurs paroles, discours, de sorte que c’est en se penchant sur l’inscription littéraire, oratoire, lyrique, polémique de ces discours tenus dans un milieu qui à première vue les abolit qu’on peut davantage saisir ou entendre ce qui favorise la guerre, ou ce qui la condamne, ou encore ce qui différencie une guerre d’une autre.

Parler en guerre, c’est faire parler la guerre autrement qu’on pourrait s’attendre à l’entendre, l’entendre aussi dans d’autres lieux où on l’attend, c’est faire surgir dans le présent du combat un recul, une prise de distance par l’histoire, c’est aussi vouloir, parfois, contredire, combattre, contrecarrer par des actes de parole l’histoire qui est en train de se faire et auquel notre présent se refuse au point de devenir étranger à nous-mêmes, déjà advenu, ou encore tourné vers la lutte, utopiste, prophétique. L’enjeu de cette journée d’étude est la définition des genres singuliers, des pratiques anthropologiques de paroles, des systèmes concrets de langage, ou des phénoménalités de discours qui ont été les plus féconds, les plus productifs pour  faire comprendre à celui qui était jeté dans la tourmente ce qui lui advenait, pour dire, pour adresser la guerre elle-même : Parler en guerre, c’est mettre en œuvre une sorte de réflexe épistémologique incarné en acte dans le discours.

Pour autant, les discours à la première personne ne sont pas seulement les matrices possibles d’une lecture oralisante de la guerre.Aux suppliques, aux insultes, aux menaces, aux harangues doivent s’ajoutent les chansons, les discours politiques – parlementaires ou de rues – les carnets, les chroniques, les textes qui insèrent dialogues, déclamations qui authentifient et légitiment le témoignage (on songe aux Choses vues de Victor Hugo, aux Souvenirs de 1848 de Maxime Ducamp, à Jules Vallès, aux romans qui se sont emparés de la fresque des insurrections, aux Mémoires : autant d’œuvres qui retranscrivent littérairement ou non les situations de paroles propres aux insurrections.)

Les mots des combats, les langues des conflits – qui ont déjà été l’objet d’études individuelles ou collectives, – que ce soit dans le domaine de la recherche historique ou celui de la recherche littéraire – ne doivent pas être coupés d’un regard anthropologique inséparable d’une réflexion sur l’incarnation en paroles. Les historiens contemporains des insurrections advenues pendant le second tiers du siècle se confrontent ainsi aux allocutions oratoires, tribuniciennes et lyriques qui prennent place pendant les combats  et dont il ne fait pas de doute qu’elles s’inscrivent au même titre que les œuvres canoniques dans l’histoire des formes poétiques du siècle. En insurrection, Lamartine ne fait pas des vers : il fait l’orateur. D’autres en font. En guerre, en insurrection, au XIXe siècle, on pratique les Belles-Lettres : on ne les renie pas. C’est que pour les contemporains des conflits armés de ce siècle l’usage de la force et de la violence n’impliquent pas le moins du monde qu’on cesse de parler et même qu’on cesse de faire œuvre par le langage. Parler en guerre, c’est aussi faire la guerre en parole. Les bulletins de la Grande Armée sont lus à haute à voix par les maires dans les villages, par les acteurs au théâtre, par les prêtres durant le prêche.

En guerre, on parle sous forme d’adresses, d’injonctions, de menaces, de prières. On parle aussi en suppliant, en chantant ou en mourant : tous actes de paroles dont la compréhension est inséparable de l’étude des formes, des pièces de langage, œuvres en lesquels ils s’incarnent. Le chercheur en histoire comme le chercheur en littérature, s’il veut se pencher sur ce qu’il faut concevoir autrement que comme une simple littérature de guerre, doit faire l’effort de saisir son objet selon une perspective pragmatique  – on parle en guerre en vue de, pour faire, pour ne pas faire, pour, contre. Différentes temporalités du combat (paroles de vainqueurs et de vaincus, mot de la victoire et de la reddition comme différents acteurs (officiers  ou soldats, porte-parole et négociateurs, déserteurs, prisonniers civils hommes et femmes, observateurs) font aussi parler différemment la guerre. Celle-ci est saisie entre deux systèmes symboliques d’enregistrement : l’oreille humaine, la mémoire – on se souvient de ce qu’on disait, de ce qu’on entendait, de ce qu’on chantait, des cris – et la plume qui retranscrit, celle des journalistes de presse (par exemple, les grandes pages du Moniteur écrites à vif au cours des journées d’insurrections mais aussi les pages des chroniqueurs, des mémorialistes, des militaires ). Les plus illustres représentants sont accompagnés du plus grand nombre : on songe ainsi  à la quantité inépuisable de narrations anonymes des insurrections du XIXe siècle qui sont parvenues jusqu’à nous et, par extension, à la confrontation au sujet de la guerre des traces écrites anonymes avec les œuvres reconnues, établies, signées pour transcrire le même événement.

Chaque contributeur aura conscience que cette journée est l’occasion d’une rencontre sur ce sujet précis Parler en guerre entre historiens et littéraires, une rencontre destinée à confronter les approches, les regards :  afin que, brièvement, partiellement, la parole ne soit plus seulement réduite à un métadiscours sur l’événements assigné à demeure à la sphère des représentations  ou à un objet formel, littéraire séparé de l’histoire qui l’a vue naître.  Cette journée s’inscrit ainsi dans la lignée des travaux initiés par la revue transdisciplinaire Ecrire l’histoire (Paris-Diderot /Cerilac).

Les interventions, après évaluation par le comité scientifique, pourront faire l’objet d’une publication numérique par les laboratoires organisateurs.

Les propositions de discussion et de contribution (jusqu’à fin janvier 2012) sont à adresser à :

– Sylvie Aprile (saprile@noos.fr)

– Dominique Dupart ( dominiquedupart@hotmail.com).

Fichés ? Photographie et identification du Second Empire aux années 1960 – Archives nationales

Fiche de Madeleine Douau, demi-mondaine, 1872, Archives de la Préfecture de Police (photographie M. Charpy)

 

Fichés ? Photographie et identification du Second Empire aux années 1960

Archives nationales Paris, hôtel de Soubise

jusqu’au 23 janvier 2012

Dossier de presse :

L’exposition retrace l’histoire de l’identité citoyenne et du fichage policier en France, des sommiers judiciaires du XIXe siècle jusqu’à la systématisation dans les années 60, en passant par la « révolution Bertillon » et la naissance de la carte d’identité.

Quoi de commun entre la « femme galante » Emma C., le « communard » Armand H., l’« opiomane » Jeanne B. et l’« apatride » Andronik E. ? Ils ont tous été fichés. Dés le début du XIXe siècle, leur photographie figure dans un registre, dans un dossier, sur une feuille ou sur une fiche signalétique, où se trouvent par ailleurs consignées de très sommaires données biographiques. Généralement promis à la destruction, des millions de ces documents insignifiants qui forment ce qu’il est convenu d’appeler un « fichier » sont aujourd’hui conservés par les services d’archives, dépositaires de ces innombrables traces des multiples processus d’identification qui ont fait appel à la photographie. C’est à cette réalité documentaire que les Archives nationales consacrent à l’automne 2011 une grande exposition intitulée Fichés ? Photographie et identification du Second Empire aux années soixante.

Retraçant les étapes marquantes de cette histoire de l’identification à travers la photographie, des premiers essais maladroits du second empire jusqu’au recensement de 1960 en Algérie, plus de 2300 documents illustrent les conséquences de la Commune de Paris, l’invention de la photographie judiciaire par Alphonse Bertillon, les fichiers de la police judiciaire, de la sûreté de l’Etat et de l’administration pénitentiaire, les fichiers des passeports et des cartes d’identité.

Les questions d’identité ne relevant pas des seules autorités de l’Etat, plusieurs fichiers d’associations et d’entreprises sont également présentés. Pour montrer comment ce procédé d’abord appliqué au petit nombre des malfaiteurs a été étendu à des catégories de plus en plus nombreuses jusqu’à concerner l’ensemble de la population, il a été fait appel aux ressources de l’ensemble des services d’archives publics : Archives nationales, Archives nationales du monde du travail, Archives nationales d’Outre-mer, archives des ministères des Affaires étrangères et de la Défense, archives de la préfecture de police, archives départementales et municipales, archives d’entreprises, etc. Au-delà des techniques bureaucratiques ou policières de contrôle et de surveillance, c’est toute la complexité des rapports entre l’Etat et les citoyens qui se trouve ainsi révélée, entre résistance et consentement, protection et répression, indulgence et violence douce.

Au sein de cette multitude d’individus identifiés, les visages photographiés, aux regards tantôt inquiets, tantôt stupéfaits, fermés, séducteurs, insolents, parfois bouleversants, restituent à ces destins obscurs ou célèbres leur inaliénable dignité individuelle.

 

Catalogue de l’exposition :

Jean-Marc Berlière et  Pierre Fournié (dir.), Fichés ? Photographie et identification, 1850-1960, Paris, Éditions Perrin, 2011, 335 p., 28 €.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment il faut faire de la publicité, 1912 – réédition numérique

La publicité à la Belle Époque : Comment il faut faire de la publicité est le premier traité de publicité publié en France.
En 1912, Jules Arren, après avoir abandonné ses tentations politiques extrêmes, se consacre à la publicité. Il synthétise les méthodes publicitaires au moment même où affiches peintes et lithographiées, bibelots-publicitaires, prospectus, catalogues illustrés, … envahissent l’espace public et l’espace privé. Tout y est : les publi-reportages, les plans de campagne, le rôle des illustrations et des photographies, singulièrement de femmes, la manière de rédiger un « hameçon » (une accroche)…
Jules Arren, Comment il faut faire de la publicité, Paris, Pierre Lafitte & Cie, 1912.
Réédition : Bahia Beauvais & Manuel Charpy.

Le livre (épuisé et tombé dans le domaine public) numérisé est à télécharger ici.

Le peuple de Paris au XIXe siècle. Des guinguettes aux barricades – Musée Carnavalet

Le peuple de Paris au XIXe siècle. Des guinguettes aux barricades
Musée Carnavalet
du 5 octobre 2011 au 26 février 2012
Dossier de presse : Avec cette exposition, le musée Carnavalet propose un voyage insolite au cœur du Paris populaire du XIXe siècle, dans une capitale en pleine mutation, touchée par l’explosion démographique, la révolution industrielle et les transformations urbaines. Plongé dans les ruelles étroites et sinueuses de Paris, grâce à une ambiance sonore évoquant la vie de la rue au XIXe, le visiteur part à la découverte du peuple, catégorie sociale majeure et figure mythique de l’imaginaire parisien depuis la Révolution française.
Tous les aspects de la vie quotidienne sont abordés, à travers une iconographie, puisée notamment dans les collections du musée Carnavalet, mais aussi des documents d’archives et des objets du passé issus d’une vingtaine de musées.
Au fil d’un parcours thématique, on découvre les conditions de vie et de travail des classes populaires : Comment se logeaient-elles ? Que mangeaient-elles ? Quels étaient leurs codes vestimentaires ? Leurs distractions ?
L’exposition apporte un éclairage sur le monde des chiffonniers, des migrants saisonniers, des ouvriers des faubourgs, des Apaches des fortifs’ ou des grisettes… ceux des guinguettes, du cabaret ou du bal musette. Les dernières salles sont consacrées aux peurs que fait naître ce peuple protéiforme au sein de la classe dirigeante. Le parcours s’achève sur les insurrections qui jalonnent le siècle et font entrer le peuple de Paris dans l’histoire.
Un cycle de conférences accompagne l’exposition.

Plateforme de la Société d'histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle