Le volume 13 des Fragments d’histoire du Compagnonnage


Le volume 13 des Fragments d’histoire du Compagnonnage vient de paraître .  

Au sommaire :

« L’utilisation industrielle des animaux ».
Laurent Bastard évoque les innombrables usages anciens des matériaux d’origine animale : la peau, les os, les cornes et sabots, les dents, les poils, les viscères, le sang, etc. mais aussi les coquilles, les excréments, les éponges et les coraux, le mucus d’escargot, etc. Les ébénistes, les tanneurs, les fourreurs, les fabricants de parapluies, les pharmaciens, les bijoutiers, les industriels du sucre, les savonniers, les maçons, les peintres, tous ont employé ou emploient encore des matières dont l’origine et l’exploitation soulèvent diverses questions… (p. 6-71)

« Heurs et malheurs du travail ».
Jean Marie Moine analyse à travers les chansons du XIXe et du XXe siècle comment le travail a été perçu : comme une bénédiction divine, dans une optique chrétienne, comme une fierté par les compagnons, comme une exploitation de l’enfance au tombeau, par les courants syndicaux et libertaires. Et il évoque aussi l’absence de travail : l’oisiveté des riches, le repos hebdomadaire et les loisirs, la réduction du temps de travail, la grève… Un sujet toujours d’actualité ! (p. 72-105)

« Les blasons des métiers du Compagnonnage ».
Jean Philippon montre que chaque corps compagnonnique s’identifie par un blason composé d’outils, mais aussi de devises et d’emblèmes non-professionnels, tels que la ruche, la balance, l’étoile… Mais au fil des décennies, les blasons de chaque métier ont sans cesse évolué, perdant certains éléments ou ajoutant de nouvelles figures aux  compositions originelles. Les blasons racontent donc une histoire… (p. 106-135)

« Les dernières demeures des compagnons tourangeaux ».
Pierre Graindorge et L. Bastard ont recensé et analysé toutes les tombes des compagnons présentes dans les cimetières de Tours et dans un rayon de 15 km. Leurs recherches se sont étendues aux monuments présentant des analogies symboliques avec elles : tombes corporatives, maçonniques, d’architectes, d’élèves des écoles d’arts et métiers… Une enquête illustrée sur le patrimoine funéraire, qui est méconnu et menacé… (p. 136-183)

192 pages grand format (21 x 30 cm), abondamment illustrées.
Prix : 22 € (ajouter 4 € pour l’expédition) ; chèque à l’ordre du Trésor public.

(Sylvie Aprile)

Professer l’Empire. Les « sciences coloniales » en France sous la IIIe République de Pierre Singaravélou

Pierre Singaravélou, Professer l’Empire. Les « sciences coloniales » en France sous la IIIe République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

Consulter ici l’introduction et le sommaire.

Dossier de presse :
À partir des années 1880, la conjonction du scientisme et du renouveau de l’expansion ultramarine se traduit par l’institutionnalisation des savoirs sur les colonies et les populations colonisées, qui prennent la forme de nouvelles disciplines, les « sciences coloniales » (« histoire et géographie coloniales », « législation et économie coloniales », « psychologie indigène »), enseignées dans les universités et les grandes écoles françaises. Les enseignants, universitaires et experts coloniaux, promeuvent une formation, tantôt pratique tantôt théorique, qui instruit les étudiants sur les colonies et justifie le projet impérial. Ces nouveaux spécialistes de la colonisation animent la « République des lettres coloniales », une nébuleuse d’associations, de sociétés savantes, de musées et de maisons d’éditions, spécialisés dans les questions coloniales. Toutefois cette adhésion du monde savant à la colonisation prend des formes très diverses, parfois contradictoires, irréductibles à un seul et même « discours colonial ». L’objet colonial et le terrain ultramarin induisent un décentrement épistémologique conduisant les savants à élaborer de nouvelles méthodes et catégories d’analyse. La marginalité des savants coloniaux et leur polyvalence professionnelle les incitent à franchir les frontières disciplinaires en défrichant des domaines inédits – histoire orale, « colonisation comparée », science de l’aménagement, anthropologie juridique…

 

 

 

 

Discordance des temps. Une brève histoire de la modernité de Christophe Charle

Christophe Charle, Discordance des temps. Une brève histoire de la modernité, Paris, Armand Colin, 2011. 

Présentation de l’éditeur :
Filles du XIXe siècle, la notion de modernité et les thématiques qui l’accompagnent cherchent d’abord à penser cette époque en tant que siècle à part. D’abord destinée, chez Baudelaire, à exprimer la nouvelle historicité de l’art née du romantisme, l’idée de « modernité » a été étendue de proche en proche, si bien que sa genèse et ses fonctions variables doivent être étudiées dans le temps long et l’espace social global. Elle engage une nouvelle perception et conception générale du devenir historique, la discordance des temps, que l’on explore dans cet essai en croisant l’histoire des idées, l’histoire culturelle, l’histoire des représentations, l’histoire sociale voire, plus globalement, toutes les formes d’histoire où elle a pu faire sens et débat. Comment les hommes et les femmes de ces siècles ont-ils pensé leur rapport à l’avenir, au présent et donc au passé ? Comment ont-ils mesuré leur différence par rapport aux siècles passés et surtout à venir ? Combinant approche synthétique et études de cas révélatrices, s’efforçant de transgresser les frontières entre spécialités, Discordance des temps propose une relecture d’un grand siècle d’histoire contemporaine dont les débats et combats préfigurent bien des conflits de représentation contemporains sur le sens de l’histoire.

Christophe Charle est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l’IUF.


Plateforme de la Société d'histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle