rh19 n°43 L’ordre électoral, savoirs et pratiques

Sommaire / n° 43 – 2011/2
sous la direction de Christophe Voilliot
— Christophe Voilliot, Introduction

— Laurent Le Gall, L’élection au village dans la France du XIXe siècle. Réflexions à partir du cas finistérien

— Malcom Crook, Tom Crook, L’isoloir universel ? La globalisation du scrutin secret au XIXe siècle

— Thomas Stockinger, Le lien parlementaire en 1848. Analyse comparée des candidatures aux élections en Seine-et-Oise et en Basse-Autriche

— Christophe Voilliot, Cormenin et la formalisation du droit de l’élection

— Philippe Secondy, Un pionnier de la « propagande politique » dans la France de l’affaire Dreyfus : l’abbé Émile Fourié

VARIA
— Joël Sebban, Une controverse judéo-chrétienne dans la France du XIXe siècle : l’œuvre scandaleuse de Joseph Salvador

— Ivan Brovelli, 1848 à Venise : l’imaginaire politique d’une révolution italienne

Lectures / Comptes-rendus

Jean-Marc BESSE, Hélène Blais et Isabelle Surun [dir.], Naissances de la géographie moderne (1760-1860). Lieux, prati-ques et formation des savoirs de l’espace (Alain François) — François Buton, L’administration des faveurs. L’État, les sourds et les aveugles (1789-1885) (Jean-Jacques Yvorel) — David A. Bell, La première guerre totale : l’Europe de Napoléon et la naissance de la guerre moderne (Emmanuel Larroche) — Stéphane Calvet, Les officiers charentais de Napoléon au XIXe siècle. Destins de braves (Annie Crépin) — Roger Dupuy, La Garde nationale, 1789-1872 (Aurélien Lignereux) — Alexandre Nugues-Bourchat, La police et les Lyonnais au XIXe siècle. Contrôle social et sociabilité (Aurélien Lignereux) — Corinne Legoy, L’enthousiasme désenchanté. Éloge du pouvoir sous la Restauration (Hélène Becquet) — Christian Estève, Le crime de la Saint-Mary de Mauriac (Jean-Claude Caron) — Orages. Littérature et culture 1760-1830, n° 10 : L’Œil de la police (Gilles Malandain) — Laurent Le Gall, L’Électeur en campagnes dans le Finistère. Une Seconde République de Bas-Bretons (Gilles Malandain) — Casey Harison, The Stonemasons of Creuse in Nineteenth-Century Paris (Iorwerth Prothero) — La Revue blanche. 1871, enquête sur la Commune (Jean-Claude Caron) — Didier Guignard, L’Abus de pouvoir dans l’Algérie coloniale (1880-1914). Visibilité et singularité (Annick Lacroix) — Odile Roynette, Les mots des tranchées. L’invention d’une langue de guerre, 1914-1919 (Natalie Petiteau) — Geneviève Massard-Guilbaud, Histoire de la pollution industrielle. France, 1789-1914 (Michel Letté) — Charles-François Mathis, In Nature We Trust. Les paysages anglais à l’ère industrielle (François Jarrige) — Anne F. Hyde, Empires, Nations, and Families. A History of the North American West, 1800-1860 (Tangi Villerbu) — Adam Arenson, The Great Heart of the Republic. St. Louis and the Cultural Civil War (Tangi Villerbu) — Anne-Claude Ambroise-Rendu et Christian Delporte [dir.], L’indignation. Histoire d’une émotion politique et morale. XIXe-XXe siècles (Emmanuel Fureix) — Marc Deleplace [dir.], Les discours de la haine. Récits et figures de la passion dans la Cité (Emmanuel Fureix) — Jérôme Grévy [dir.], Sortir de crise. Les mécanismes de résolution de crises politiques (XVIe-XXe siècle) (Christophe Voilliot) — Ludivine Bantigny et Arnaud Baubérot [dir.], Hériter en politique. Filiations, générations et transmissions politiques (Allemagne, France et Italie, XIXe-XXIe siècle) (Jean-Claude Caron) — Stéphanie Sauget, Histoire des maisons hantées. France, Grande-Bretagne, États-Unis – 1780-1940 (Nicole Edelman).

rh19 n°42 La souveraineté populaire. Expériences et normalisations en Europe, 1800-1848

Sommaire / n° 42 – 2011/1 sous la direction de Laurent Colantonio, Emmanuel Fureix et François Jarrige

— Introduction par Michèle Riot-Sarcey
— La construction rituelle de la souveraineté populaire : deuils protestataires (Paris, 1815-1840), Emmanuel Fureix
— Une souveraineté populaire masquée : le cas de l’Italie sous la Restauration, Marco Meriggi
— Mobilisation nationale, souveraineté populaire et normalisations en Irlande (années 1820-1840), Laurent Colantonio
— Mobilisation populaire et invention nationale dans l’Espagne en lutte contre la France (1808-1814), Richard Hocquellet

— Des tisserands au Parlement : la légitimité de la politique du peuple (Angleterre, 1799-1800), Joanna Innes

— La longue agonie de la « République » des ouvriers papetiers : insubordination et normalisation au travail (France, début du XIXe siècle), François Jarrige

Varia
— L’idée latine du Félibrige : Enjeux, boires et déboires d’une politique étrangère régionaliste (1870-1890), Nicolas Berjoan
Lectures

La Belle époque de Massenet (1842-1912) – BnF | Musée de l’Opéra

La Belle époque de Massenet (1842-1912)

Bibliothèque-Musée de l’Opéra / BnF jusqu’au 15 avril 2012

Dossier de presse :

À l’occasion du centenaire de la mort de Jules Massenet, de la nouvelle production à l’Opéra Bastille de « Manon » et de la reprise de « L’Histoire de Manon » au Palais Garnier, la Bibliothèque nationale de France et l’Opéra national de Paris présente l’exposition « La Belle époque de Massenet » dans les espaces de la Bibliothèque-musée de l’Opéra.
Avec cette exposition, la Bibliothèque nationale de France célèbre le centenaire de la mort de Jules Massenet (1842-1912) en présentant au public une centaine de pièces : tableaux, dessins, maquettes de décors et de costumes, photographies, partitions, costumes, affiches et documents d’archives. Elle rend ainsi hommage à celui qui réussit au théâtre une synthèse unique des arts et de la musique. En effet, bien loin de se cantonner à son seul rôle de compositeur, Jules Massenet s’intéresse à tout, contrôle tout et impose sa vision picturale et scénographique aux directeurs de théâtres, aux décorateurs et aux metteurs en scène.
Ainsi, pour la création d’Esclarmonde à l’Opéra-Comique, en 1889, Jules Massenet fait non seulement dessiner l’affiche du spectacle par l’un des plus grands illustrateurs de son temps, Eugène Grasset, mais il demande aussi à cet artiste de doter la partition de pages d’ouverture et d’un frontispice somptueux ; enfin et surtout, il l’invite également à concevoir une partie des décors. Si Esclarmonde révèle donc un homme de théâtre accompli, visionnaire dans son approche esthétique de la scène et symbolisant à merveille l’esprit de la Belle époque, d’autres grands succès jalonnent la carrière du compositeur : Manon et Werther, mais aussi Le Cid, Thaïs, Grisélidis, Cendrillon, Le Jongleur de Notre-Dame, Chérubin…
De la création du Roi de Lahore au Palais Garnier en 1877 jusqu’à sa mort en 1912, Jules Massenet domine la vie lyrique française. Ses œuvres sont représentées sur les scènes du monde entier où le compositeur incarne l’élégance et la sensualité françaises.

Plateforme de la Société d'histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle