Archives de catégorie : vie de la Société

Appel à communications – Les mondes de 1848

La Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle a le plaisir de diffuser un appel à communications pour le colloque qu’elle organise à Paris en décembre 2018 :

LES MONDES DE 1848

Colloque international – Paris, 12, 13 et 14 décembre 2018

Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle

Des révolutions de 1848 et du « printemps des peuples », tout semble avoir été dit. On en connaît les chronologies, les discontinuités, les espoirs, les luttes, les flux et les reflux. La dimension transnationale de la « plus européenne des révolutions du XIXe siècle » a été maintes fois soulignée, tout comme ont été étudiés ses effets géopolitiques à moyen terme. Pourtant, alors que l’âge des révolutions (années 1770-1840) est de plus en plus pensé à l’échelle globale, et que la domination coloniale et informelle de l’Europe croît dans la première moitié du siècle, la dimension globale de 1848 reste relativement méconnue Continuer la lecture de Appel à communications – Les mondes de 1848

Atelier « Les mots du politique » – 18 mai 2017 « Réforme et révolution »

Le Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire et la Société de 1848 vous convient à un atelier public dans le cadre des conférences « Les mots du politique »

La prochaine séance, à destination d’un public non universitaire, se tiendra au

Lieu-dit, 6 rue Sorbier, Paris XXe, à 19h

Jeudi 18 mai 2017 : « réforme et révolution »

(coord. Laurent Colantonio) 

LES MOTS DU POLITIQUE

Organisés par le CVUH et la Société de 1848

Présentation

Certains mots, qui un temps dans l’histoire, ont porté des idées libératrices sont désormais mis au service de la marchandise : l’usage du mot concept est un symptôme révélateur de cette décomposition. Instrumentalisés le plus souvent par un ordre politique profondément déstabilisé, les mêmes mots, autrefois mobilisateurs, voient leur sens inversé, tel le mot liberté par exemple.

Aujourd’hui semblent triompher partout la communication, le marketing, et le langage publicitaire qui accélèrent l’obsolescence des mots. Les élites politiques, économiques et intellectuelles utilisent de plus en plus une novlangue technocratique qui dépolitise et dissimule les véritables enjeux derrière un hypocrite voile d’ignorance et de prudence. Même les universitaires – soucieux d’obtenir des financements et de répondre à des appels à projet – ne cessent désormais de reprendre des catégories vides et creuses forgées ailleurs par des communicants. Cela contribue à la crise démocratique sans cesse diagnostiquée.

Or les mots pris dans des luttes de pouvoir et des rapports de force, s’élaborent historiquement au cours de conflits dont il importe de restituer les enjeux. Reconquérir le sens des mots, démystifier ceux qui prolifèrent dans l’actualité, sortir des langages qui enferment la pensée, tel devrait être l’une des missions de l’historien critique.

Afin de faire valoir la connaissance au détriment de l’opinion, le Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire (CVUH), en collaboration avec la Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle, se fixe pour objectif l’organisation d’ateliers de réflexion sur ces mots dont on parle mais dont on a oublié l’idée, la place et le rôle dans le mouvement de l’histoire et les expériences sociales. Nous chercherons également par une déconstruction historique à libérer les mots de la novlangue politico-médiatique. »

ASSEMBLEE GENERALE 2017 de la Société de 1848

Vous êtes très cordialement invité(e)s à l’AG de la Société de 1848, le vendredi 12 mai 2017 à 14h, à la Maison de la Recherche de Paris IV (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D223.

Ordre du jour prévisionnel

1° Rapport moral et rapport financier

2°  Discussion des projets en cours

3° A 15h15, nous accueillerons Myriam Cottias (CNRS) et Keith McClelland (University College London) pour une discussion autour des compensations accordées lors de l’abolition de l’esclavage en France en Grande-Bretagne.
Keith McClleland est un des responsables du projet collectif « Legacies of British slave-ownership » http://www.ucl.ac.uk/lbs/. Celui-ci a permis de mieux connaître la réalité de la propriété des esclaves dans les colonies des Caraïbes, et par conséquent dans la société britannique. Plusieurs ouvrages, un documentaire, une base de données en ligne documentent la vie des quelque 57 000 propriétaires d’esclaves au moment de l’abolition, en 1833. Un centre de recherche a maintenant été constitué.
En France, Myriam Cottias pilote une équipe qui commence également à travailler sur les mesures de compensation, et sur leurs enjeux contemporains (https://repairs.hypotheses.org).

4°  A l’issue de l’AG, vers 17h, le prix d’histoire du XIXe siècle, attribué conjointement par notre société et par le Centre d’histoire du XIXe siècle sera remis à l’auteur-e du meilleur master soutenu en 2016.

Un pot suivra.

Les Ateliers du CVUH et la Société de 1848 et des révolutions du XIXe siècle

« Certains mots, qui un temps dans l’histoire, ont porté des idées libératrices sont désormais mis au service de la marchandise : l’usage du mot concept est un symptôme révélateur de cette décomposition. Instrumentalisés le plus souvent par un ordre politique profondément déstabilisé, les mêmes mots, autrefois mobilisateurs, voient leur sens inversé … »

Jeudi 2 mars 2017 à 19h autour des mots « Peuple », « Populisme »
avec Déborah Cohen et Federico Tarragoni
échanges introduits par Anne Jollet

Au Lieu-Dit, 6 rue Sorbier, 75020 PARIS (métro Ménilmontant ou Père Lachaise)

Site du CVUH