Archives de catégorie : soutenances

POSITION DE THÈSE | Walter BADIER, Alexandre Ribot et la République modérée : formation et ascension d’un homme politique libéral (1858-1895)

Walter BADIER, Alexandre Ribot et la République modérée : formation et ascension d’un homme politique libéral (1858-1895)

Thèse de doctorat en histoire, soutenue en décembre 2015 à l’Université d’Orléans, sous la direction de Jean Garrigues.

Jury : Pierre Allorant (professeur des universités, université d’Orléans), Yves Déloye (professeur des universités, Sciences Po Bordeaux), Jean Garrigues (professeur des universités, université d’Orléans), Jérôme Grévy (professeur des universités, université de Poitiers), Jean-Marc Guislin (professeur des universités, université de Lille III).

Mention : très honorable avec les félicitations du jury.

Dans la représentation commune de la Troisième République émergent quelques « grands hommes » : Jules Ferry, Léon Gambetta, Georges Clemenceau, Jean Jaurès ou encore Léon Blum. Ces figures républicaines ont longtemps concentré l’attention des biographes et presque incarné à elles seules cette période si fondamentale de la vie politique française. De ce fait, des hommes politiques de premier plan restent dans l’ombre de ces monuments de la mémoire collective. Comme Jules Méline, Maurice Rouvier et bien d’autres, Alexandre Ribot est aujourd’hui tombé dans un relatif oubli.

L’ancien élu du Pas-de-Calais est pourtant considéré par l’historien Jean Estèbe comme « un des monstres de la Troisième République »1. Député puis sénateur pendant plus de quarante-quatre ans, onze fois ministre dans quatre ministères différents2 et cinq fois président du Conseil, il dispose en effet d’un des plus beaux curriculum vitae du personnel politique de la Troisième République. Continuer la lecture de POSITION DE THÈSE | Walter BADIER, Alexandre Ribot et la République modérée : formation et ascension d’un homme politique libéral (1858-1895)

POSITION DE THÈSE | Thierry Pastorello, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin XVIIIe – milieu XIXe siècle

Thierry PASTORELLO, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin XVIIIe – milieu XIXe siècle

Thèse de doctorat Mention « Sociétés occidentales, temps, espace et civilisations » Histoire moderne et contemporaine soutenue à l’université Denis Diderot- Paris VII le 31 mars 2009, devant un jury composé de Madame Elisabeth Roudinesco (Université Paris VII) ; Monsieur Robert Muchembled (Université Paris XIII), rapporteur ; Monsieur André Rauch (Université Marc Bloch Strasbourg II), rapporteur ; Monsieur André Gueslin (Université Denis Diderot Paris VII), directeur ; Monsieur Didier Godard (personnalité invitée, historien des homosexualité)

Entre la fin du XVIIIe siècle et jusqu’aux alentours du milieu du XIXe siècle, l’homosexualité masculine, comme catégorie désignant et stigmatisant certains hommes, est en voie de construction. Nous avons pris pour exemple Paris. Ce travail examine ce processus, par un croisement des discours et des vécus. Le cadre parisien offre un laboratoire suffisamment important : les faits d’homosexualité peuvent être observés à travers tout un ensemble de comportements et de pratiques identifiables dans les sources, notamment policières. Pourquoi délimiter cette étude entre la fin du XVIIIe siècle et la première partie du XIXe siècle ? C’est une période de bouleversements politiques, sociaux, et économiques. On observe un basculement d’une perception théologique à une perception laïque. Au plan répressif, deux évènements charnières délimitent la période de cette étude : 1790-1791, l’Assemblée constituante supprime le crime de sodomie de la liste des crimes, désormais la pratique de l’homosexualité tombera sous le coup de la loi, seulement dans le cadre de détournements de mineurs et d’outrage public à la pudeur ; au terme de la période étudiée, le docteur Ambroise Tardieu (1818-1879), professeur de médecine légale à l’École de médecine de Paris publie une étude sur les attentats aux mœurs. Ce travail scientifique développe amplement les « stigmates » de la « pédérastie » et les risques sanitaires encourus. Continuer la lecture de POSITION DE THÈSE | Thierry Pastorello, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin XVIIIe – milieu XIXe siècle

Position de thèse | LIONEL DUFAUX, L’Amphithéâtre, la galerie et le rail. Le Conservatoire des arts et métiers, ses collections et le chemin de fer : diffusion des connaissances techniques et de l’innovation au XIXe siècle

LIONEL DUFAUX, L’Amphithéâtre, la galerie et le rail. Le Conservatoire des arts et métiers, ses collections et le chemin de fer : diffusion des connaissances techniques et de l’innovation au XIXe siècle

Thèse de doctorat d’histoire, option histoire des techniques, soutenue le 6 juillet 2015 par Lionel Dufaux à l’École des hautes études en sciences sociales (Centre Alexandre Koyré).

 Jury : Louis André, maître de conférences à l’Université de Rennes II ; Bruno Belhoste, professeur à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne (rapporteur) ; Soraya Boudia, professeure à l’Université de Paris Descartes (présidente) ; Liliane Hilaire-Pérez, professeure à l’Université Paris Diderot et directrice d’études à l’EHESS (directrice de la thèse) ; Pierre Lamard, professeur à l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard (rapporteur)

Le Conservatoire des arts et métiers face à l’industrie : objet d’étude original

Fondé par décret de la Convention nationale en octobre 1794, le Conservatoire des arts et métiers est, depuis sa création, un établissement atypique. Aujourd’hui dédié à la formation professionnelle supérieure continue, il conserve, au sein de son musée, une exceptionnelle collection technologique, considérée comme l’une des plus importantes au monde par sa richesse et la variété des thématiques couvertes. Continuer la lecture de Position de thèse | LIONEL DUFAUX, L’Amphithéâtre, la galerie et le rail. Le Conservatoire des arts et métiers, ses collections et le chemin de fer : diffusion des connaissances techniques et de l’innovation au XIXe siècle

Position de thèse | Ignazio Veca, Le mythe de Pie IX. Représentations et réalité d’un pape libéral et national en France et en Italie (1846-1849)

IGNAZIO VECA, Il mito di Pio IX. Realtà e rappresentazioni di un papa liberale e nazionale in Italia e in Francia (1846-1849) / Le mythe de Pie IX. Représentations et réalité d’un pape libéral et national en France et en Italie (1846-1849)

Thèse de doctorat, Mention « Histoire, textes et documents », Histoire moderne et contemporaine, soutenue à la Scuola Normale Superiore de Pise le 23 avril 2015 devant un jury composé de M. Daniele Menozzi (S.N.S.), directeur; M. Gilles Pécout (E.P.H.E. et E.N.S.), codirecteur; M. Alberto Mario Banti (Université de Pise), rapporteur; M. Sylvain Milbach (Université Savoie Mont Blanc), rapporteur; M. Roberto Balzani (Université de Bologne), examinateur ; M. Jacques-Olivier Boudon (Université Paris-Sorbonne), examinateur.

Le problème

Dans ce travail de thèse nous nous sommes proposé d’étudier un sujet très célèbre de l’histoire du Risorgimento italien et de l’Église catholique au XIXe siècle, à savoir le caractère «libéral» et «national» accordé à Jean-Marie Mastaï Ferretti, le pape Pie IX, pendant ses premières années de pontificat. Très célèbre, ça ne veut pas toujours dire bien connu. Continuer la lecture de Position de thèse | Ignazio Veca, Le mythe de Pie IX. Représentations et réalité d’un pape libéral et national en France et en Italie (1846-1849)