Archives de catégorie : soutenances

Bénédicte JARRASSE, Les Deux Corps de la danse – L’imaginaire de la danse théâtrale dans la littérature et l’iconographie européennes (1830-1870) | Position de thèse

Bénédicte JARRASSE, Les Deux Corps de la danse – L’imaginaire de la danse théâtrale dans la littérature et l’iconographie européennes (1830-1870). trois volumes : 2 volumes texte (700 p.), 1 volume iconographie (127 ill.) Thèse de littérature générale et comparée, sous la direction du Professeur Guy Ducrey, Université de Strasbourg-École doctorale des humanités (ED 520)-Configurations littéraires (EA 1337), soutenue le 28 novembre 2014 à l’Université de Strasbourg devant un jury composé de : M. Guy DUCREY (directeur de thèse) – Professeur, Université de Strasbourg ; Mme Florence FIX (présidente du jury et rapporteur) – Professeur, Université de Lorraine ; Mme Hélène LAPLACE-CLAVERIE (rapporteur) – Professeur, Université de Pau et des Pays de l’Adour ; M. Timothée PICARD – Professeur, Université de Rennes II ; Mme Éléonore REVERZY – Professeur, Université de Strasbourg.

Ce travail de recherche s’inscrit dans une perspective comparatiste et intermédiale. Il se propose, non pas de retracer une histoire du ballet romantique – qui reste sans doute à (ré)écrire –, mais de dresser une cartographie européenne de l’imaginaire de la danse théâtrale, à partir des représentations littéraires et iconographiques qu’a pu susciter cet objet paradoxal, aussi fugace que fragile. La période privilégiée, couvrant cinq décennies allant de 1830 à 1870, renvoie à l’esthétique romantique et répond à une logique à la fois littéraire et chorégraphique. Bien que fondamentale dans l’histoire de la danse théâtrale, cette période n’a que peu bénéficié du renouveau des études portant sur le genre chorégraphique, ses représentations et ses rapports avec la littérature.

Continuer la lecture de Bénédicte JARRASSE, Les Deux Corps de la danse – L’imaginaire de la danse théâtrale dans la littérature et l’iconographie européennes (1830-1870) | Position de thèse

Alexandre Dupont Une Internationale blanche. Les légitimistes français au secours des carlistes (1868-1883) | Position de thèse

« Une Internationale blanche. Les légitimistes français au secours des carlistes (1868-1883) », soutenue à l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne le 18 septembre 2015 devant un jury composé de : Mme Sylvie Aprile (Lille-3), rapportrice ; M. Philippe Boutry (Paris-1), directeur ; M. Jordi Canal (EHESS) ; M. Jean-Philippe Luis (Clermont-2), rapporteur et président du jury ; Mme María Cruz Romeo Mateo (Universitat de València) ; M. Pedro Rújula (Universidad de Zaragoza), directeur.

Mon travail de thèse porte sur les relations multiformes développées entre carlistes et légitimistes français au cours des années 1870, dans un moment où les uns et les autres semblent avoir une vraie chance de reprendre le pouvoir, particulièrement les carlistes qui mènent une guerre civile de quatre ans contre le gouvernement de Madrid : la Seconde Guerre carliste (1872-1876). Cette entraide franco-espagnole, principalement tournée vers l’aide aux carlistes en guerre, s’inscrit dans une solidarité plus large des légitimistes et des catholiques européens et américains à l’égard de ce mouvement. C’est cependant en France que se développe le soutien le plus massif à cette cause.

Continuer la lecture de Alexandre Dupont Une Internationale blanche. Les légitimistes français au secours des carlistes (1868-1883) | Position de thèse

POSITION DE THÈSE | Francis Grandhomme, Une figure lorraine : Jules Crevaux (1847-1882) et l’exploration de l’Amérique du Sud

Francis Grandhomme, Une figure lorraine : Jules Crevaux (1847-1882) et l’exploration de l’Amérique du Sud.

Thèse d’histoire sous la direction de Jean El Gammal, Université Nancy 2, 2011, 864p. Soutenue le 28 juin 2011 devant un jury composé de Jean El Gammal, directeur (professeur d’histoire, Université Nancy 2), Chantal Metzger, présidente (professeur d’histoire, Université Nancy 2), Christine Manigand, rapporteur, (professeur d’histoire, Université de Poitiers), Jérôme Buridant, rapporteur (professeur de géographie, Université d’Amiens), Olivier Compagnon (maître de Conférences en histoire, Université de Paris III et Institut universitaire de France) et Jean-Pierre Husson (professeur de géographie, Université Nancy 2).

 Médecin de la Marine française, Jules Crevaux (1847-1882) a eu son heure de gloire, reconnu en son temps comme un des grands explorateurs de l’Amérique du Sud. Né aux pieds des Vosges dans la partie de la Lorraine qui subit l’annexion allemande de 1871, il est l’illustration de l’explorateur héros populaire de la IIIe République naissante et meurtrie. Il effectue entre 1869 et 1882 plusieurs voyages en Amérique du Sud, dont quatre missions d’exploration dans les Guyanes, l’Amazonie et le bassin de l’Orénoque. Il est alors célèbre grâce à ses récits de voyages publiés dans Le Tour du Monde à grand renfort d’illustrations et du fait de la présence à ses côtés d’Apatou, son fidèle compagnon de voyage indigène.

Homme d’action, il appartient aussi à des réseaux français et sud-américains, tant scientifiques que politiques, et favorise ainsi une géographie utilitaire qui œuvre à une mise en valeur au service de l’expansion occidentale.

Son aura est augmentée par sa disparition énigmatique dans le Gran Chaco bolivien, territoire des Indiens Tobas. Il reçoit l’hommage de ses contemporains, puis son souvenir s’estompe cependant rapidement avant une redécouverte depuis les années 1980 et la réédition de ses récits de voyage.

L’approche suivie cherche d’abord à dépasser le genre biographique. Les voyages et les recherches scientifiques de Crevaux présentent, en effet, un caractère multidisciplinaire, mobilisant l’histoire, la géographie, la géologie, la médecine, et d’autres encore, ce qui fait du personnage une figure à considérer bien différemment de l’image traditionnelle de l’explorateur du XIXe siècle. Il s’agit, par une réflexion épistémologique, de sortir du cénotaphe tel qu’il est présenté dans les hagiographies de son époque ou à l’inverse à apporter des conclusions plus nuancées à la suite des études post-coloniales.

Continuer la lecture de POSITION DE THÈSE | Francis Grandhomme, Une figure lorraine : Jules Crevaux (1847-1882) et l’exploration de l’Amérique du Sud

POSITION DE THÈSE | Elisabeth Pillet, La restauration des vitraux des églises paroissiales de Paris de la Révolution à 1880

Elisabeth Pillet, La restauration des vitraux des églises paroissiales de Paris de la Révolution à 1880

Thèse de doctorat soutenue le 1er février 2005 à l’École pratique des Hautes Études, section des sciences historiques et philologiques, devant un jury composé de M. Jean-Michel Leniaud, directeur d’études à l’École pratique des Hautes Études, directeur de la thèse, Mme Brigitte Kurmann-Schwarz, chargée de cours H. D. R. à l’Université de Zurich, M. Jacques-Olivier Boudon, professeur à l’Université de Paris IV, M. Guy-Michel Leproux, directeur d’études à l’École pratique des Hautes Études, M. Marc Saboya, maître de conférences H. D. R. à l’Université de Bordeaux III.

Introduction

Les verrières de la capitale, mutilées à l’époque classique puis pendant la tourmente révolutionnaire, acquirent au cours du XIXe siècle un statut d’œuvres d’art qu’il convenait de protéger. C’est cette période essentielle pour la survie d’un patrimoine exceptionnel que nous nous sommes proposé d’explorer. Notre premier objectif était d’apporter une contribution à l’histoire des vitraux anciens de Paris en documentant les restaurations du XIXe siècle, mais nous voulions aussi étudier les hommes et les institutions qui en eurent la responsabilité : leur rôle respectif, les moyens techniques et financiers dont ils disposaient, leurs préoccupations, les doctrines ayant guidé leurs choix, la vision qu’ils avaient eux-mêmes de leur action, ou bien encore le jugement porté sur eux par leurs contemporains. Pour traiter ce sujet, il est vite apparu que les découpages chronologiques traditionnels étaient peu opérants, et qu’il était impossible d’évoquer les restaurations de la deuxième moitié du XIXe siècle sans tenir compte des évènements qui les avaient précédées. Il fallait non seulement retracer la lente redécouverte des techniques du vitrail dans les premières décennies du siècle, mais même remonter plus haut, les pratiques d’entretien régulier par des vitriers de la fin du XVIIIe siècle s’étant prolongées bien au-delà de la Révolution. Quant aux restaurations proprement dites, elles débutèrent en 1845, se développèrent surtout sous le Second Empire, mais connurent un net ralentissement après 1870. La dernière opération réalisée par le peintre verrier Prosper Lafaye entre 1876 et 1879 marquait la fin d’une période et c’est le terme qui fut choisi pour cette étude.

 

Première partie – Le temps des vitriers : l’entretien des vitraux à la fin du XVIIIe siècle et pendant les premières années du XIXe siècle

I – Les principaux acteurs de l’entretien des vitraux à la fin du XVIIIe siècle et pendant les premières années du XIXe siècle

Les grands chantiers de restauration, résultant de la redécouverte de la peinture sur verre dans les premières années du XIXe siècle ont été précédés d’une longue période de dégradation : l’arrêt progressif des commandes de vitraux au XVIIe siècle, qui eut pour conséquence la perte d’un savoir-faire au sein de la corporation des « vitriers et peintres sur verre » et le jugement peu favorable porté au XVIIIe siècle sur les vitraux qui obscurcissaient les églises ont empêché toute restauration importante, ce qui ne signifie pas pour autant que les vitraux aient été laissés à l’abandon : si la peinture sur verre n’était plus pratiquée, la vitrerie était devenue un art à part entière que se transmettaient des vitriers sur plusieurs générations. Aux anciennes dynasties parisiennes, celles des Le Vieil ou des Dor par exemple, vinrent s’adjoindre, à la fin du XVIIIe siècle, des vitriers venus de l’est de la France comme Jean-François Tailleur ou Nicolas et Louis Huin, qui devaient jouer un rôle important dans les premières années du XIXe siècle. Continuer la lecture de POSITION DE THÈSE | Elisabeth Pillet, La restauration des vitraux des églises paroissiales de Paris de la Révolution à 1880