Archives de catégorie : séminaires

Séminaire « Révolutions du XIXe siècle et sciences sociales

 

 

Nous avons le plaisir d’annoncer le programme du séminaire « Révolutions du XIXe siècle et sciences sociales », animé à l’EHEES par Caroline Fayolle (Université de Montpellier) et par Quentin Deluermoz (Université Paris 13). La première séance aura lieu vendredi 15 décembre 2017 .

 

« Révolutions du XIXe siècle et sciences sociales »

 

Séminaire co-organisé par Quentin Deluermoz (U. Paris 13/IUF) et Caroline Fayolle (U. Montpellier) à l’EHESS

Suite notamment aux soulèvements populaires des printemps arabes, l’objet « révolution » suscite actuellement un regain d’intérêt des sciences sociales. En témoignent les récents travaux qui interrogent les révolutions passées et actuelles à l’aune d’un cadre théorique requestionné. En rupture avec les lectures téléologiques et causalistes, leur ambition est de suivre pas à pas la manière dont ces processus révolutionnaires se fabriquent, évoluent selon des rapports de force et des dynamiques contingentes, produisent de l’incertain, transforment les états antérieurs et façonnent de nouvelles subjectivités politiques ou, même partiellement, produisent de nouvelles situations socio-politiques. Travaillant sur différentes échelles et différents espaces, ces nouvelles recherches mobilisent une pluralité de concepts, anciens et nouveaux, qui aident à observer ce qui se passe dans la crise, comme par exemple celui de « crise politique » théorisé par le politiste Michel Dobry, la notion de « protagonisme » élaborée par l’historien Haïm Burstin, celle de « sociologie évènementielle » de William H. Sewell ou encore celle de « subjectivation révolutionnaire » travaillée par le sociologue Federico Tarragoni[1][1]. Dans quelle mesure les historien.nes des révolutions du long XIXe siècle (1789-1917) peuvent-ils interroger, s’approprier et enrichir cette réflexion collective ?

 

Continuer la lecture de Séminaire « Révolutions du XIXe siècle et sciences sociales

Migrations d’élite – les 7-8 décembre 2017 au Musée national de l’histoire de l’immigration

« Migrations d’élite. État des lieux et approches comparatives »

Au Musée national de l’histoire de l’immigration (Palais de la Porte Dorée), les jeudi 7 et vendredi 8 décembre prochains, se tiendra un workshop « Migrations d’élite. État des lieux et approches comparatives ».

Présentation et programme ci-dessous : l’entrée est libre et sans inscription. Sur l’histoire des migrations d’élite au XIXe siècle, voir les interventions de Catherine Brice, Philippe Rygiel et Simon Sarlin.

Présentation

Construite à partir d’une histoire des travailleurs de l’industrie et de l’agriculture, refondée par les approches globales et transnationales, aiguillonnée aussi par les travaux des sociologues sur les expatriés, l’histoire des migrations s’intéresse désormais à l’ensemble des catégories sociales saisies dans la longue durée, et donc aux « élites », à leurs apports – des savoirs, des pratiques, des techniques – aux sociétés d’installation mais aussi de départ et de transit, et aux conditions politiques, économiques et sociales de ces transferts.
Dans ce contexte, le Musée national de l’histoire de l’immigration souhaite lancer un programme scientifique pluriannuel autour de la thématique « Migrations, circulations des savoirs et des pratiques ». Pour mener à bien le travail d’inventaire, préciser ses hypothèses et son cadre d’analyse, et définir un programme, nous organisons, avec Nancy L. Green (EHESS-Centre de recherches historiques), un premier atelier intitulé « Migrations d’« élite » : état des lieux de la recherche et approches comparatives ». Six sessions rythmeront la discussion, chacune traitant d’un aspect de la thématique générale, sans prétendre épuiser l’ensemble des questionnements : migrations, sciences et innovations ; les politiques publiques et les mobilisations ; arts de la scène ; les juristes; les étudiants ; les aristocrates.

Le programme

Jeudi 7 décembre 2017

10h15 – 11h00 – Introduction
Marianne Amar, Musée national de l’histoire de l’immigration
Nancy L. Green, EHESS-Centre de recherches historiques

11h15-12h30- Sciences et innovations
• Antonella Romano, EHESS-Centre Alexandre Koyré
« Les temps et contre-temps des mobilités savantes de l’époque moderne : itinérances, immobilisations, apprentissages »
• Catherine Brice, UPEC- CRHEC, Institut Universitaire de France
« La Commission des barricades de la République romaine (1848-1849) : une « technologie politique » ? Réflexion sur les contextes mouvants de l’innovation »
Discutante : Delphine Diaz, Université de Reims-CERHIC, Programme ANR AsileuropeXIX

14h30-15h45 – Arts du spectacle
• Mélanie Traversier, Université Lille 3-IRHIS, Institut universitaire de France
« Un tout petit monde. L’archipel des renommées et des circulations musicales dans l’Europe des Lumières »
• Laure Guilbert, Opéra de Paris
« Exils : les mondes oubliés de la danse. 1933-1949 »
Discutante : Nancy L. Green

16h00 – 17h15 – Politiques publiques et mobilisations
• Marianne Amar, Musée national de l’histoire de l’immigration
« Une destinée incertaine. Politique de réinstallation et stratégies migratoires des ‘élites déplacées’ (1947-1951) »

• Liora Israël, EHESS-Centre Maurice Halbwachs
« Une politique publique pour répondre à… ou pour susciter une mobilisation ? L’exemple de PAUSE (Programme d’Accueil en Urgence des Scientifiques en Exil) »
Discutante : Pascale Laborier, Professeur de science politique, Université Paris Nanterre-Institut des sciences sociales du politique

Continuer la lecture de Migrations d’élite – les 7-8 décembre 2017 au Musée national de l’histoire de l’immigration

Dolf Oehler – Juin 1848, présentation le 19 mai 2017

Nous vous avons le plaisir de vous annoncer la rencontre autour de la nouvelle édition (revue et augmentée) de la grande étude de Dolf Oehler sur Juin 1848,

Juin 1848. Le Spleen contre l’oubli. Baudelaire, Flaubert, Heine, Herzen, Marx

en présence de l’auteur

avec Thomas Bouchet, Alexandre Frondizi, Maurizio Gribaudi, Louis Hincker, Judith Lyon-Caen

le 19 mai 2017, 14h-18h

à l’EHESS, 105 bd Raspail, salle 13 (6e étage)

Cette rencontre est organisée avec le soutien du Centre de recherches historiques (CNRS-EHESS), des éditions La Fabrique et de la Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle.

Atelier « Les mots du politique » – 18 mai 2017 « Réforme et révolution »

Le Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire et la Société de 1848 vous convient à un atelier public dans le cadre des conférences « Les mots du politique »

La prochaine séance, à destination d’un public non universitaire, se tiendra au

Lieu-dit, 6 rue Sorbier, Paris XXe, à 19h

Jeudi 18 mai 2017 : « réforme et révolution »

(coord. Laurent Colantonio) 

LES MOTS DU POLITIQUE

Organisés par le CVUH et la Société de 1848

Présentation

Certains mots, qui un temps dans l’histoire, ont porté des idées libératrices sont désormais mis au service de la marchandise : l’usage du mot concept est un symptôme révélateur de cette décomposition. Instrumentalisés le plus souvent par un ordre politique profondément déstabilisé, les mêmes mots, autrefois mobilisateurs, voient leur sens inversé, tel le mot liberté par exemple.

Aujourd’hui semblent triompher partout la communication, le marketing, et le langage publicitaire qui accélèrent l’obsolescence des mots. Les élites politiques, économiques et intellectuelles utilisent de plus en plus une novlangue technocratique qui dépolitise et dissimule les véritables enjeux derrière un hypocrite voile d’ignorance et de prudence. Même les universitaires – soucieux d’obtenir des financements et de répondre à des appels à projet – ne cessent désormais de reprendre des catégories vides et creuses forgées ailleurs par des communicants. Cela contribue à la crise démocratique sans cesse diagnostiquée.

Or les mots pris dans des luttes de pouvoir et des rapports de force, s’élaborent historiquement au cours de conflits dont il importe de restituer les enjeux. Reconquérir le sens des mots, démystifier ceux qui prolifèrent dans l’actualité, sortir des langages qui enferment la pensée, tel devrait être l’une des missions de l’historien critique.

Afin de faire valoir la connaissance au détriment de l’opinion, le Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire (CVUH), en collaboration avec la Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle, se fixe pour objectif l’organisation d’ateliers de réflexion sur ces mots dont on parle mais dont on a oublié l’idée, la place et le rôle dans le mouvement de l’histoire et les expériences sociales. Nous chercherons également par une déconstruction historique à libérer les mots de la novlangue politico-médiatique. »