Archives de catégorie : vie académique

Iconoclasme et révolutions. XVIIIe-XXIe siècles – appel à contributions

Iconoclasme et révolutions. XVIIIe-XXIe siècles

Colloque international, 12-13 décembre 2012

Université Paris-Est Créteil (UPEC),  CRHEC (Centre de recherches en histoire européenne comparée), Institut Universitaire de France, Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des Révolutions du XIXe siècle

Organisation : Emmanuel Fureix

Comité scientifique international : Sylvie Aprile (Univ. Lille 3), Florence Bourillon (UPEC), Catherine Brice (UPEC), Pierre Centlivres (Univ. de Neuchâtel), Olivier Christin (Univ. de Neuchâtel), Annie Duprat (Univ. de Cergy-Pontoise), Emmanuel Fureix (UPEC), Dario Gamboni (Univ. de Genève), Lynn Hunt (Univ. of California, Los Angeles), Dominique Poulot (Univ. Paris 1), Rolf Reichardt (Univ. de Giessen), Pierre Serna (Univ. Paris 1), Timothy Tackett (Univ. of California, Irvine), Bertrand Tillier (Univ. de Bourgogne)

Des révolutions atlantiques du XVIIIe siècle aux révolutions arabes du XXIe siècle, des révolutions « romantiques » du XIXe siècle aux révolutions est-européennes de 1989, l’iconoclasme participe de la rupture révolutionnaire : en s’attaquant aux images, et plus largement aux signes des régimes déchus, les révolutionnaires marquent le transfert de souveraineté et le changement socio-politique opérés. Naguère assimilés à du « vandalisme », selon le néologisme de l’abbé Grégoire (1794), ces gestes doivent être rattachés à des formes d’iconoclasme ou de « sémioclasme », rituel de dépollution de signes assimilés à une souillure. Toutefois, à la différence de l’iconoclasme religieux, l’iconoclasme révolutionnaire ne vise pas la nature des images comme représentations du monde créé, mais seulement certains référents, associés à une forme de domination devenue à un moment donné intolérable. Il procède par effacement sélectif d’une mémoire (damnatio memoriae) en fonction d’un projet de régénération culturelle et de nouveaux codes symboliques.

L’historiographie de l’iconoclasme en révolution a longtemps été prisonnière du prisme du « vandalisme », de la déploration des destructions ou a contrario de leur dénégation. Les historiens de l’art ont à juste titre dépassé ces querelles pour inscrire l’iconoclasme dans le processus contemporain de patrimonialisation de l’œuvre d’art, et de distinction sélective de l’emblème et du monument. Reste à élucider davantage les logiques de l’action iconoclaste (révolutionnaire et contre-révolutionnaire), en l’intégrant à une histoire plus large des relations entre des sujets agissants et des signes de pouvoir. Plusieurs pistes pourront être explorées dans le cadre de ce colloque :

Les normes et seuils de tolérance : les types de violences tolérées, les procédures de sélection des signes visés (signes proprement politiques, ou religieux, ou encore de distinction sociale), les modalités de négociation entre destruction, effacement, estompage, maquillage, dissimulation ou déplacement ; la qualification juridique des déviances iconoclastes, les modalités de leur  répression judiciaire ; les liens entre violences symboliques et violences physiques

Les formes de participation socio-politique à l’œuvre dans l’iconoclasme (révolutionnaire ou contre-révolutionnaire) : appropriations de souveraineté (y compris à des échelles très locales), interpellations spectaculaires de l’opinion publique, sur le mode de l’attentat symbolique, ou, a minima, résistances « infra-politiques », expressions de frustrations sociales, de haine de l’autorité

Les interactions conduisant aux gestes iconoclastes : interactions entre institutions et groupes sociaux dans les processus d’effacement (institutions ordonnatrices, institutions temporisatrices, etc.) ;  interactions entre individus, essentielles dans les multiples micro-conflits portant sur les signes exhibés (couleurs, insignes…). Le rôle de l’honneur, notamment masculin, pourra être particulièrement étudié, dans des moments de lutte pour la maîtrise de l’espace public légitime

Le statut des signes, leur sacralité et les effets performatifs de l’iconoclasme : les « transferts de sacralité » opérés dans les rites iconoclastes et les effets de croyance associés aux violences sur les images ; le rôle des représentations de l’iconoclasme dans la production de l’événement révolutionnaire ; l’imitation d’un répertoire de gestes connus

Des expériences révolutionnaires très variées, dans le temps et dans l’espace, seront étudiées à la lumière de ces interrogations, dans un souci constant d’historiciser les gestes observés.

 

Les propositions de communications, d’une page environ, doivent être envoyées avant le 10 février 2012, à l’adresse suivante :

fureix@u-pec.fr , accompagnées d’une brève présentation biographique.

 

Bruno Braquehais, Commune de Paris, la colonne Vendôme à terre, 16 mai 1871 © BnF, département des Estampes et de la photographie.

 

La librairie et le crédit : réseaux et métiers du livre à Paris (1830-1870) – position de thèse de Viera Rebolledo-Dhuin

Thèse d’histoire préparée à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (CHCSC) et soutenue publiquement le 3 décembre 2011 aux Archives de Paris, devant un jury composé de M. Frédéric Barbier (EPHE-IHMC-ENSSIB, Rapporteur), M. Christophe Charle (Paris I IHMC, Président), , Mme Laurence Fontaine (CNRS), Mme Christine Haynes (Caroline du Nord), M. Michel Lescure (UPX, Rapporteur) et M. Jean-Yves Mollier (UVSQ, Directeur). Thèse soutenue le 3 décembre 2011.

 

 

 

 

 

 

M. le Président, Monsieur le Directeur, Mmes et Mrs les professeurs, je suis très honorée que vous ayez accepté de composer le jury de ma thèse intitulée La librairie et le crédit. Réseaux et métiers du livre à Paris (1830-1870). Chers parents, amis et collègues je vous sais gré de votre présence aujourd’hui.

Mme la Directrice des Archives de Paris, au nom de tous, je vous remercie de votre accueil, qui me flatte d’autant plus, que cet établissement a été le lieu privilégié de mes recherches depuis une dizaine d’années.

En effet, c’est en octobre 2000, que je présentai à Monsieur Lescure mon sujet de maîtrise sur les faillites d’éditeurs parisiens au XIXe siècle. Mon amour des livres, les enseignements d’Alain Plessis et une phrase lancée, en fin de Licence, par Judith Lyon-Caen – remarquant que « les morts d’entreprises restaient peu étudiées » – déterminèrent les termes de mon objet d’étude poursuivi jusqu’à ce jour, et ce, malgré trois années d’interruption, dédiées aux concours et à mon intégration dans le corps des enseignants du secondaire. Lors de ma maîtrise et de mon DEA, il m’a paru évident que les faillites permettaient d’appréhender d’une manière originale l’histoire d’un secteur d’activité, ici les entreprises du livre, dans la perspective – inaugurée par Frédéric Barbier et Jean-Yves Mollier –, d’une histoire économique et sociale du livre. La dimension sociale des faillites, que j’avais un peu laissée de côté durant mes premières années de recherche, me sauta aux yeux lorsque je murissais mon projet de thèse. C’est donc assez naturellement que je vins solliciter, à l’automne 2005, Jean-Yves Mollier pour travailler sur les réseaux de crédit des libraires au XIXe siècle.

Ce que je me propose de vous exposer aujourd’hui est donc le fruit de recherches s’inscrivant dans la durée. J’aborderai en premier lieu la méthodologie employée, avant de mettre en évidence les principales conclusions auxquelles je suis parvenue et d’évoquer, enfin, tant les limites de ce travail que les nouvelles pistes de recherche auxquelles j’aimerais me consacrer dorénavant.

Je ne peux éviter de mentionner tout d’abord que le temps nécessaire à cette étude a été en partie contrarié par le mode de financement de celle-ci. Comme beaucoup de doctorants, j’ai commencé mes recherches au moment même où j’entrai dans la fonction publique, et mon désir de parfaire mes enseignements concurrençait directement le temps de collecte et de traitement des données. Outre le fait que l’analyse des données requiert un temps incompressible, et que j’ai dû m’approprier la maîtrise de divers logiciels (de cartographie et d’analyse de réseaux notamment), l’écriture a été d’autant plus retardée qu’elle a été en grande partie rythmée par le calendrier des vacances scolaires ; ces ruptures dans la rédaction l’ont rendu parfois malhabile – je pense en particulier ici à la première partie rédigée durant l’hiver 2008-2009. Sans avoir pu remanier l’ensemble de mon mémoire avant ce jour, j’ose espérer que les errata – que vous trouverez devant vous – corrigeront les fautes les plus flagrantes, et que M. Barbier ne me tiendra pas rigueur de n’avoir pu mentionner l’ensemble de ses nombreux titres et responsabilités en première page de couverture.

Les bornes chronologiques de mon étude se sont très vite imposées à moi du fait de la disponibilité des sources, de l’historiographie sur les faillites et de la méthodologie que j’ai choisi d’adopter.

Les faillites n’intéressent le plus souvent l’histoire du livre que comme un élément biographique, un accident de parcours au sein d’une longue carrière. Si Henri Hauser préconisait déjà en 1931 le dépouillement systématique des fonds de faillites, les premières analyses quantitatives voient le jour dans les années 1980, avec les démographes des entreprises. Gagnée aux chiffres par mon milieu familial sinon par la volonté de mesurer la représentativité d’un cas, je marchais donc dans les pas de ces historiens économistes et gestionnaires que sont Philippe Jobert, Jean-Claude Chevailler et Luc Marco, dont la thèse fait date. Les fichiers de faillites par profession réalisés par les services des Archives de Paris, m’ont permis d’élaborer une série analogue pour les morts d’entreprises du livre de la capitale sur l’ensemble du siècle (jusqu’en 1914), et de montrer que le flux de faillites des libraires parisiens est relativement atypique. Par contre, il m’a fallu trouver un biais pour découvrir les dates de naissance des boutiques de librairie. En effet, dans le secteur du livre, les actes de création de société – utilisés par les démographes – témoignent avant tout d’entreprises éditoriales collectives, soit d’éditions collectives, et non de l’ouverture de nouveaux commerces. Seule l’exploitation de la base de données Libredit – conçue par Odile Krakovitch et Patrick Laharie – et le recensement des professionnels inscrits dans les Bottins m’ont permis de mettre en rapport le flux de faillites des gens du livre parisiens avec la population active. Contrairement aux démographes des entreprises, j’ai donc été amenée à sortir les entreprises de l’anonymat.

Cette démographie nominative m’a imposé la consultation des registres de faillites (enregistrés ici sous la cote D10U3) afin de connaître la durée de vie des entreprises en cessation de paiement. J’ai pu ainsi dresser (p. 748 à 932 de mon mémoire) une liste de 1944 faillites, ouvertes entre 1808 et 1914. Cependant, le recours à d’autres sources, et notamment aux brevets de libraires, m’a amenée à restreindre en aval cette étude à l’année 1870. J’aurais pu commencer cette étude en 1810, date du début du régime des brevets, mais la majorité des dossiers de faillites antérieurs à 1830, a disparu.

C’est pourquoi, j’ai dépouillé 141 dossiers de faillites de libraires-éditeurs, tirés au hasard entre 1830 et 1870. Cet échantillon représente approximativement les ¾ des archives disponibles pour cette période. À partir de là, j’ai réalisé deux bases de données – l’une sur les faillis, l’autre sur leurs créanciers – comportant environ 7 000 individus, pour lesquels il m’a fallu ensuite recourir à de multiples sources et parcourir de nombreux centres d’archives. Probablement sous l’influence de mes premières années de formation universitaire en ethnologie, et parce que j’étais chaque fois plus convaincue que l’histoire sérielle des faillites de libraires ne peut faire l’économie de l’étude des acteurs, j’ai mené des recherches de type prosopographique sur ces 7 000 individus. Ainsi, de manière pragmatique, je me suis efforcée de recueillir le maximum d’éléments biographiques sur chacun d’eux. Mes recherches parfois heureuses ont donné lieu à diverses études de cas, plus ou moins exceptionnelles : je pense évidemment ici à Paul Valentin Dupray de la Mahérie qui, sous prétexte d’être en possession des cheveux du Christ, parvient à soutirer plusieurs millions de francs à quantité de dupes ou à Joseph Décembre, brigand de moindre envergure, qui m’a néanmoins initiée aux archives du Grand Orient de France. Enfin, les recherches généalogiques, par nature chronophages, ont pris une place de plus en plus importante au fur et à mesure de l’avancée de mon travail, au point de devoir former in-extremis un 3e volume A3 séparé des Annexes, au moment même où le premier était déjà sous presse. L’ensemble des 47 arbres présentés dans ce 3e volume – bien que cette forme soit de moins en moins usitée tant par les généalogistes que par les chercheurs sur les réseaux de parenté – permet d’apprécier les stratégies matrimoniales parfois endogamiques. Ces recherches généalogiques, confirment les analyses de Jean-Pierre Hirsch sur l’enchevêtrement des cercles de créanciers.

J’en viens donc à évoquer les principaux résultats de mon travail.

Inspirée par l’interprétation des faillites de Jean-Clément Martin, mon ambition initiale était de comprendre comment les faillites rendent compte de l’organisation des métiers du livre. Mes recherches sur les réseaux de créanciers m’ont amenée à mettre en évidence l’évolution du système de financement de la librairie, c’est ce sur quoi j’insisterai ; mais, reprenons avant cela les deux premiers points.

Les mutations de la librairie constituent le point le plus saillant de ma première partie, qui prolonge au-delà du milieu du siècle, la sociologie des libraires tracée par l’archiviste Nicole Felkay. Les innovations de produits, parallèles à l’ouverture du recrutement des libraires, résultent de facteurs législatifs, économiques, politiques et socio-culturels.


Graphique 1 : Flux des faillites de libraires-éditeurs parisiens, 1825-1870

Ces changements, qui se concentrent principalement sous la monarchie de Juillet, expliquent et s’expliquent par la « crise dite de 1830 », qui commence de fait en 1825, et se prolonge jusqu’en 1847. Comme je l’ai montré dans la deuxième partie, et comme on peut le voir sur le graphique 20 de la page 272, dont je reproduis ici un extrait, la période la plus douloureuse se situe dans la première moitié du siècle (mais les faillites témoignent du dynamisme du secteur), tandis que durant la seconde, le nombre de faillites de libraires diminue, et ce contrairement à la tendance nationale. La majorité de ces faillites se termine par un concordat. Cependant, comme on peut le voir sur ce second graphique (inédit, relativement à ma thèse) la proportion d’unions augmente au cours du siècle, dans la librairie comme dans les autres secteurs (comme j’ai pu le montrer p. 226 et 336-337 à partir des statistiques dressées par Renouard ou celles que j’ai établi à partir des Comptes généraux). Cela tient en partie à la réforme sur les faillites de 1838, mais aussi à la montée des spéculations liée à la démocratisation des placements mobiliers – elle-même dépendante du développement de la banque et de la législation sur les sociétés anonymes – durant le Second Empire. À cette époque en effet, le rapport des hommes à l’argent et les pratiques financières des libraires se modifient.


Graphique 2 : Principales issues de faillites des libraires-éditeurs parisiens, 1825-1870

L’évolution du système de financement, résultant de la « seconde révolution du livre » – selon l’expression de Frédéric Barbier –, et ses répercussions sur l’organisation des métiers du livre occupent ma troisième partie.

De manière générale, les libraires ont successivement recours à différents cercles de créanciers : pour la mise de fonds initiale, ils se tournent vers leurs proches (parents et amis) ; au quotidien, ils achètent leurs marchandises à crédit, faisant de leurs fournisseurs la majorité de leurs créanciers. Enfin, pour rembourser leurs dettes commerciales de court terme, les libraires s’adressent à leurs voisins, aux négociants-banquiers et autres escompteurs. Néanmoins, comme je l’ai déjà mentionné, ces cercles, le plus souvent, se superposent. En outre, des changements majeurs interviennent au milieu du siècle.

Figure 1 : Collection de réseaux égocentrés autour de Depélafol, Denn et Ledoux

Au cours de la première moitié du siècle, seuls les libraires renommés – ou ceux qui, tel Bossange, se sont alliés à des banquiers – obtiennent du crédit auprès des gens de finance. Les libraires de moindre renom doivent recourir à des intermédiaires : les libraires-escompteurs, stigmatisés par Balzac. Comme on peut le voir sur le graphe centré sur trois faillis ; à l’opposé de Denn, libraire de seconde zone, dont la majorité des créanciers sont des fournisseurs, les libraires-escompteurs, tel Depélafol, disposent d’un espace social diversifié. Cela leur permet de redistribuer au sein de la librairie (de la rive gauche) le crédit précédemment obtenu auprès des banquiers (de la rive droite). Ils occupent donc une place de choix dans la communauté du livre. Cette communauté professionnelle de crédit, dont les libraires-escompteurs sont le centre, n’est pas sans revers. La dépendance des petits libraires vis-à-vis de leurs confrères-escompteurs, et celle de ces derniers vis-à-vis des banquiers s’avèrent particulièrement néfaste dans la période de tensions monétaires des années 1820-1830 : elles conduisent au phénomène – bien décrit par Bertrand Gille et Henri-Jean Martin – de répercussion de la crise bancaire londonienne sur le commerce de la librairie : comme on peut le voir sur le second graphe, il aura suffit que le banquier Goudchaux, s’inquiète et demande le recouvrement de ses créances faites à nos trois escompteurs-libraires, pour que le trouble soit semé dans la librairie.

Figure 2 : Fraction de la collection de réseaux égocentrés autour de Mame, Thoisnier-Desplaces et Depélafol

La « crise de 1830 » et ses prolongements ont eu néanmoins des effets bénéfiques : face aux tensions économiques, les libraires ont dû trouver des solutions techniques – sortant le livre du marché des produits de luxe et –, conduisant à mettre sur pied des organisations professionnelle et financière ; j’en veux pour preuve la création en 1847 du Cercle de la librairie, analysé par Christine Haynes, et celle, l’année suivante, du Sous-comptoir de la Librairie. Le marché du crédit à la librairie en sort profondément bouleversé.

À l’orée du Second Empire, les libraires-escompteurs ont disparu, la place est désormais occupée par des banquiers locaux tels que les Schwartz, Souverain, Tenré et autres Gélis-Didot, qui fourmillent dans la Correspondance de Baudelaire. De la même façon que les libraires-escompteurs de la première moitié du siècle, ces banquiers utilisent les effets de commerce comme un outil de crédit et se font les intermédiaires obligés entre les libraires et la Banque de France. Ils s’en distinguent néanmoins, en systématisant le prêt sur nantissement – ce qui participe à l’évolution de l’escompte bancaire, étudié par Patrice Baubeau – ; mais surtout, contrairement aux premiers, ils quittent le livre pour la banque. Les diverses études de cas que j’ai pu mener montrent cette progressive spécialisation dans les activités financières, de quelques clans issus du livre : les Ledoux et Tenré connaissent une première ascension de classe à la fin du XVIIIe siècle, passant de l’artisanat au livre. Une fois cette accumulation de capital symbolique et matériel réalisée, le papetier Louis Thomas Romain Ledoux et le libraire Louis Tenré se livrent à la circulation de papier commercial. Ce commerce parallèle, prospère suffisamment pour que leurs enfants se spécialisent dans la banque, et que leurs petits-enfants intègrent l’aristocratie financière européenne : en 1858, Marthe Ledoux s’unit à Achille Fould et leur fils prendra pour épouse Blanche Heine ; de son côté, Charles Henry Louis Tenré se marie en 1894 avec Émilie Aguado, notamment nièce du dernier duc de Montmorency.

Malgré la rapide absorption du Sous-comptoir de la librairie par celui des métaux ou la disparition des libraires-escompteurs après 1848, on peut donc voir que la librairie n’a jamais totalement rompu avec la banque, et ce sont ces liens entre gens du livre et gens de finance qu’il me tiendrait à cœur désormais d’étudier.

J’arrive donc au dernier point de mon exposé.

Malgré ses 1258 pages ce travail présente diverses lacunes qui sont autant de portes ouvertes à de nouvelles recherches.

À l’heure où l’histoire mondiale connaît un succès certain, on peut me reprocher de faire une histoire de la librairie franco-française, voire même hyper localisée, des réseaux de crédit. Dans l’optique d’une étude transnationale, des monographies pourraient être poursuivies sur la librairie espagnole et les éditeurs faisant le commerce à destination de la péninsule ibérique et/ou des Amériques au XIXe siècle, ce qui reste relativement méconnu. Dans ma thèse, j’ai évoqué quelques exemples qui semblent montrer que ces réseaux commerciaux se développent surtout dans les années 1850. À cet égard, la librairie Belin reprise et développée par Mellado et Laplace, que j’ai évoqué, pourrait faire l’objet d’une étude approfondie. La librairie portugaise de Jean-Pierre Aillaud, qui, n’ayant pas fait faillite à Paris, ne fait pas partie de mon corpus, et dont l’enseigne perdure jusqu’aux années 1930, mériterait également plus attention. Depuis quelques temps en tout cas, il ne cesse d’attiser ma curiosité.

De manière générale, les études de cas paraissent indispensables à la compréhension des gens du livre. Or ma démarche reste encore trop pragmatique et pourrait être systématisée afin de développer une prosopographie plus complète des gens du livre parisiens au XIXe siècle. Cela nécessiterait la consultation des séries F18 – non seulement les dossiers de candidats au brevet, mais aussi les enquêtes sur l’état des libraires qui rendent compte de la notabilité de ces commerçants –, cela imposerait aussi le dépouillement des catalogues d’éditeurs conservés à la BnF sous la cote Q10B – que nous n’avons pas pu exploiter faute de temps –, ainsi que l’examen minutieux de la presse généraliste et professionnelle, dont on a pu montré l’intérêt, et enfin la consultation des archives de la Banque de France.

Alain Plessis m’avait déjà fortement conseillé, en DEA, l’utilisation de ces sources. Je n’y avais alors prêté qu’une attention distraite mais, je mesure aujourd’hui combien elles pourraient venir compléter le fonds des faillites de libraires, pour prolonger mon analyse du financement de ce commerce. Un troisième projet viserait à mettre en valeur un carton d’archives privées qui m’a été confié par le descendant de Louis Thomas Romain Ledoux, Jean Hubert-Brierre, ici présent. Ce carton est essentiellement constitué des opérations d’escompte des Ledoux père et fils, juges au Tribunal de commerce et membres du Conseil d’escompte de la Banque de France, qui ont introduit plusieurs libraires dans cette institution – et notamment les Baillière. L’analyse de ces documents permettrait de mieux comprendre le fonctionnement de l’escompte commercial du premier XIXe siècle. Conjointement aux archives du tribunal de commerce et à celles de la Banque de France, une telle étude permettrait en outre d’appréhender les mécanismes de formation d’une élite financière à la manière de Frédéric Barbier pour les Fould, ainsi que les réseaux d’affiliation à la Banque de France, et enfin les relations entre gens du livre et gens de finance.

 

 

Le peuple en ses habits – Journée d’études, Musée Carnavalet

Le peuple en ses habits – Journée d’études, 20 janvier 2012

Cette journée d’étude se déroulera dans le cadre de l’exposition organisée au musée Carnavalet – Histoire de Paris par Miriam Simon :

Le peuple de Paris au XIXe siècle. Des guinguettes aux barricades (5 octobre 2011- 26 février 2012).

L’habillement populaire parisien au XIXe siècle a été peu étudié, comparé à celui du XVIIIe siècle. Sur cette dernière période, c’est Daniel Roche qui a fait progresser la connaissance de l’habillement et des modes de distribution textile. Cette exposition est aujourd’hui l’occasion de réunir quelques spécialistes du XIXe siècle.

En ce siècle de transformations sociales profondes, quelle place accorder et quelle signification donner à l’habillement, celui de tous les jours et celui des dimanches, chez les hommes et les femmes du peuple ?

Seront abordées, dans la matinée, les questions à la fois de l’industrialisation du vêtement et des mutations dans la distribution et la consommation. Nous nous pencherons ensuite sur les façons de se vêtir dans le peuple, à travers l’histoire de quelques éléments du costume. Le vêtement populaire : recherche d’une distinction ou triomphe du conformisme ? Enfin, l’après-midi sera consacrée à quelques-unes des images et des représentations en usage dans la société sur l’apparence vestimentaire du peuple.

 

MATİNÉE 

10h : Accueil par Miriam Simon (Musée Carnavalet)

10h15 : Présentation de la journée par Anne Tricaud

  1. Circuits commerciaux

–        10h30 : « De La Ville de Paris aux Classes laborieuses : confections et modes (1840-1880) », par Françoise Tétart-Vittu (Historienne du costume. Ancien responsable du cabinet des estampes, musée Galliera, musée de la mode de la ville de Paris)

–        10h50 : « Seconde-main : commerce et consommations populaires de la fripe au XIXe siècle à Paris », par Manuel Charpy (CNRS / Université de Lille IIII)

–       11h10 : Discussion

Modérateur : Alain Faure

Pause

  1. 2.     Vestiaires

–        11h30 : « Les vêtements populaires parisiens : sources et représentations», par Anne Tricaud (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée)

–        11h50 : « La blouse ou l’habit ? », par Alain Faure (Université Paris Ouest Nanterre La Défense – IDHE)

–       12h10 : Discussion

Modérateur : Anne Monjaret

APRÈS-MİDI 

  1. 3.     Mises en scène

–       14h30 : « Femmes en chapeau ou en cheveux : la mise en scène des codes de convenance », par Anne Monjaret (CERLIS / Université Paris Descartes – CNRS)

–       14h50 : « La réception des habits populaires : l’exemple du théâtre musical à la fin du XIXe siècle », par Michela Niccolai (Université de Montréal – OICRM)

–        15h10 : « La représentation du costume apache », par Philippe Nieto (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée)

–       15h30 : Discussion

Modérateur : Anne Tricaud

 

Conclusion

 

©Légende : « Habits à vendre !… avez-vous des chapeaux, des souliers, des vieux habits à vendre ! », Honoré Daumier (1808-1879), Le Marchand d’Habits, série « Les Bohémiens de Paris », n° 22, lithographie, imp. D’Aubert & Cie.

Apprendre à voter. L’apprentissage du suffrage de masse sous la IIe République dans le département de la Seine (1848-1851) par Vincent Villette, position de thèse

Thèse de doctorat d’histoire, École des hautes études en sciences sociales

soutenue le 14 novembre 2011 par

Vincent VILLETTE

Apprendre à voter. L’apprentissage du suffrage de masse sous la IIe République dans le département de la Seine (1848-1851)

Directeur de thèse : M. Christophe PROCHASSON

Composition du jury :

Mme Valérie BROUSSELLE, Conservateur du patrimoine

M. Yves DÉLOYE, Professeur de Science Politique à Sciences Po Bordeaux et à l’Université de Paris I

M. Patrice GUENIFFEY, Directeur d’Études à l’EHESS

M. Sudhir HAZAREESINGH, Fellow and Tutor en Science Politique à Balliol College, à l’Université d’Oxford

M. Christophe PROCHASSON, Directeur d’Études à l’EHESS

 

Position de thèse

 

L’itinéraire d’une recherche

L’intérêt que l’on porte à certains épisodes de l’histoire est parfois une affaire de

contraste. Plus l’on affirme que les politiques peinent actuellement à exercer une prise sur la société,  plus l’intervention tous azimuts du Gouvernement provisoire issu des journées de Février suscite la curiosité du chercheur. En quelques semaines en effet, ce gouvernement abolit l’esclavage, réduit la durée du temps de travail, crée des Ateliers nationaux, et décrète, le 5 mars 1848, le suffrage universel masculin.  Plus le pessimisme semble envahir la société française contemporaine, plus l’esprit de quarante-huit, fait d’optimisme, d’unanimisme et de foi dans l’avenir, apparaît singulier1.  Plus l’on proclame que l’égalité est aujourd’hui en « crise2 » et que la société des égaux se défait, plus la décision des quarante-huitards de généraliser à 9 millions de citoyens un droit de suffrage réservé jusqu’ici à près de 250 000 grands contribuables apparaît comme un acte déterminant dans la fondation d’une égalité politique.  Plus l’abstention électorale que connaissent les démocraties modernes est forte, plus les citoyens ont des états d’âme sur l’efficacité de leur vote et plus la participation immédiate, massive et souvent enjouée de près de 83 % des citoyens français à la première élection au suffrage universel d’avril 1848 peut apparaître déconcertante.

Toutes ces singularités de l’expérience électorale des révolutionnaires de quarante-huit,  apparaissent à la fois des plus intrigantes et des plus stimulantes. Elles sont une invitation à étudier la façon dont la démocratie de masse s’est acclimatée en France. Elles sont aussi un appel à un détour par les origines électorales de l’exercice d’une souveraineté populaire pour tenter de comprendre le « malaise démocratique3 » de la société française contemporaine.

Toutefois, comment interroger un tel moment électoral aussi dense et complexe ? Dans un premier temps, il fut choisi d’analyser les pratiques électorales des Français lors de l’avènement du suffrage universel quarante-huitard. Mais un tel avant-projet de recherche apparaissait trop indéterminé pour être pertinent. La notion de pratique est, à bien des égards, trop vaste et trop vague. En définitive, tout dans l’exercice électoral ne peut-il pas être qualifié de pratique ?

Aussi, les recherches et les analyses furent-elles concentrées sur la seule question de la fraude électorale sous la Seconde République. Très vite, ce concept se révéla précieux. Les nombreuses actions frauduleuses commises lors des premiers scrutins organisés au suffrage universel permirent de prendre la mesure des difficultés de l’apprentissage d’un suffrage populaire. Plus généralement, l’examen de cet envers de la démocratie que représente l’étude de la transgression des normes électorales était symptomatique des modalités de l’initiation au suffrage de masse d’une société dont la plupart des membres étaient ignorants des pratiques démocratiques.

Néanmoins, dans cette optique, l’apprentissage d’une souveraineté électorale populaire ne pouvait être appréhendé par le seul biais de la fraude électorale : c’était prendre le risque de n’aborder une démocratie naissante que sous l’angle de ses dysfonctionnements et de l’infraction à ses règles. Or, aussi hésitant qu’il a pu être à ses débuts, l’exercice du suffrage universel quarante-huitard ne saurait se résumer à ses erreurs. Cette assimilation stricte du suffrage populaire à ses échecs est du reste d’autant plus dangereuse que la fraude électorale apparaît finalement assez marginale dans les différents scrutins organisés sous la IIe République. Les processus électoraux engagés de 1848 à 1851 arrivent même tous à terme sans contestation majeure de nature à les remettre en cause.

Dès lors, la fraude électorale ne saurait à elle seule rendre compte de l’ensemble d’un processus d’initiation du peuple à un suffrage de masse. Aussi tous les autres aspects de l’exercice du suffrage universel quarante-huitard furent-ils progressivement envisagés : la genèse du concept même de suffrage quarante-huitard qui à la veille de la révolution de 1848 reste encore indéfini, l’invention de règles et de normes adaptées à l’échelle d’un suffrage de masse, la mise en œuvre pratique de ces prescriptions nouvelles et les simples incidents ou difficultés qui auraient pu survenir lors de ces premiers scrutins.

 

L’objet de la thèse

Pourtant, choisir comme objet d’étude les aléas de l’initiation du peuple au suffrage universel quarante-huitard pouvait, dans un premier temps, apparaître comme une question sans objet. Longtemps en effet la question de la réception du suffrage universel masculin en 1848 ne s’est pas posée. Plus exactement, l’exercice du suffrage populaire en 1848 était considéré comme réglé au moment même de son institution. Du reste, tout dans la pratique de ces premiers scrutins de masse invitait à ne pas dépasser cette impression première.  En effet, le décret du 5 mars 1848 instituant le suffrage universel masculin n’avait rencontré que peu de contestation majeure. La seule opposition sérieuse n’avait finalement permis de différer que de quinze jours l’élection d’une Assemblée constituante. Mais elle n’avait pas eu raison du scrutin lui-même ni du concept de suffrage populaire forgé par le Gouvernement provisoire. Par ailleurs, les Français s’étaient massivement rendus aux urnes au printemps 1848. Hormis dans quelques localités comme Limoges ou Rouen, aucun accident sérieux ne fut relevé. Les élections eurent le plus souvent lieu dans un climat de liesse et de fraternité. Quant aux résultats du scrutin d’avril 1848, ils consacrèrent presque unanimement des républicains modérés. Pourquoi dans ces conditions interroger plus en avant les modalités de l’apprentissage du suffrage quarante-huitard et les formes de la politisation du peuple tant elles semblaient évidentes.

Jusqu’au début des années quatre-vingt-dix, les historiens préfèrent privilégier d’autres questionnements tels que les conditions de la réception d’une nouvelle République dans une France encore si peu républicaine ou la formation, à l’occasion des élections législatives de 1849, d’un clivage gauche-droite dont nous avons longtemps été les héritiers. Finalement l’adhésion massive et immédiate des Français au suffrage universel quarantehuitard a longtemps occulté sa mise en œuvre et finalement relégué son étude. Toutefois,  pourquoi cette initiation populaire au suffrage universel aurait-elle été aussi évidente, aussi aisée ? À cet égard, bien des politistes et des historiens ont récemment émis des doutes sur l’évidence du moment électoral quarante-huitard et sur sa dimension idéale. C’est dans ce doute que cette thèse s’inscrit.

Effectivement, à la veille de la révolution de 1848, le concept de suffrage direct et universel reste profondément inédit. Les quarante-huitard sont en effet presque sans précédent et sans héritage dans leur entreprise d’intégration du peuple dans le corps électoral de la nation. Sans doute, avant eux, les hommes de la Révolution française avaient déjà consacré la souveraineté du peuple et constitué des corps électoraux de masse. Mais les citoyens n’avaient finalement jamais réellement directement exercé cette souveraineté, tant les conditions d’usage du vote étaient encadrées et filtrées par de nombreuses procédures. Quant à la Constitution de 1793, elle ne changea pas fondamentalement les choses, faute d’être appliquée. De même, si la monarchie de Juillet avait constitué un corps électoral de près de trois millions de citoyens, son exercice était limité aux seules élections municipales. De fait,  dans les heures qui précèdent la chute du régime de Louis-Philippe, Alphonse de Lamartine qualifie encore le suffrage universel d’énigme. Finalement le vote universel fait davantage figure de slogan d’opposition à la monarchie de Juillet que de concept achevé dont il faudrait seulement procéder à la mise en œuvre concrète. De surcroît, le suffrage universel ne fait pas l’unanimité, s’il a ses partisans, minoritaires, il a surtout ses détracteurs, résolus, qui n’imaginent pas un seul instant que le peuple puisse être directement associé à l’exercice de la souveraineté par la voie électorale sans que la société ne sombre dans le chaos.

Par ailleurs, si le concept de suffrage populaire reste contesté et mal assuré sa mise en œuvre matérielle n’apparaît pas plus certaine. Tous les précédents électoraux, suffrage à degrés, censitaire ou capacitaire ne sauraient de part leur conception et leur organisation servir de modèle. En effet, comment faire voter 9 millions de Français alors même que beaucoup d’entre eux sont illettrés, sont sans expérience politique, et souvent sans autonomie car toujours soumis aux autorités traditionnelles de la société française. L’institution du suffrage quarante-huitard se présente donc comme une gageure.

Or, c’est précisément ce défi, que représente l’instauration d’un suffrage de masse, qui est au cœur de cette étude. Ce défi est d’abord intellectuel puisque les quarante-huitards ont dépassé tous les modèles existants et toutes les expériences antérieures en inventant un concept politique – le suffrage direct et universel – qui passait encore quelques jours avant la révolution de Février pour une utopie ou une totale absurdité. Le peuple est alors associé directement à l’exercice du pouvoir politique et dans des dimensions jusque-là encore inconnues : en effet des catégories de citoyens que les hommes de 1789 ou de 1792 avaient laissées aux marges de la vie politique sont désormais intégrées au corps des électeurs-citoyens. Seules les femmes sont toujours exclues et le resteront près d’un siècle encore.

Mais ce défi fut aussi matériel car il fallut constituer ex nihilo en quelques semaines et sans techniques préexistantes un corps électoral de plusieurs millions de personnes. Ce travail fut d’autant difficile que chaque citoyen ne disposait pas d’une identité administrative qui aurait permis aux auteurs des listes électorales de les identifier. De même, il fallut inventer une organisation électorale taillée à la mesure d’un suffrage de masse. Des techniques et des procédures durent être trouvées pour faciliter le vote de millions de Français presque totalement profanes en la matière. Une géographie électorale, des lieux et des rites devaient voir le jour. Chaque élément de cette organisation matérielle devait alors garantir l’indépendance du vote du peuple qui, dans la société française du premier XIXe siècle, reste encore très soumis à ses notables – le grand propriétaire, le noble ou le prêtre – et à des rapports de forces économiques et sociaux qui lui sont défavorables.

À l’issue des élections d’avril 1848, le Gouvernement provisoire peut considérer avoir réussi son pari. Même si les actes de violences, les accidents, les fraudes et les incidents de toutes natures sont nombreux, la France se dote néanmoins d’une Constituante, au suffrage direct et universel. Dans le même temps, les autorités politiques de la France prennent conscience de la fragilité de l’expression d’une souveraineté populaire électorale. Les républicains sont aussi lucides ; avoir réussi à imposer un suffrage populaire à l’issue d’une révolution est une chose, le pérenniser dans une France dont les élites restent jalouses de leurs prérogatives politiques en est une autre. La pérennisation du vote universel reste d’autant plus complexe que l’expression électorale est encore concurrencée par d’autre mode d’exercice de la souveraineté que sont les révoltes, ou les émotions populaires.

Aussi dès le lendemain du premier scrutin d’avril 1848, les républicains se lancent-il dans un immense travail minutieux de perfectionnement des procédures et des rites électoraux. L’identification des électeurs, le choix des lieux de vote, la comptabilité des suffrages et leur proclamation font l’objet de techniques de plus en plus pointilleuses. La mise en place et en œuvre d’un ensemble de techniques, de préventions et de répressions des incidents et des fraudes électorales est aussi initié. Quant au concept de suffrage quarantehuitard, il est constitutionnalisé.  Pour autant, le suffrage populaire n’arrive pas à s’imposer complètement à une société dont les élites restent réticentes envers l’expression électorale du peuple – fût-elle pacifiée.

Aussi, à l’issue des élections législatives de 1849 remportées par les monarchistes, la nouvelle

majorité commence par mettre sous tutelle le suffrage universel dont elle entrave de plus en plus l’exercice. En vain, le vote des Français se radicalise-t-il tandis que les électeurs s’impliquent de plus en plus dans le processeur électoral dont ils n’entendent pas être dépossédés. Les élections partielles organisées en mars et en avril 1850 sont à cet égard exemplaires dans l’appropriation par les citoyens des procédures électorales et dans leur initiation aux joutes politiques. Mais cette implication normée et pacifiée du peuple apparaît aux yeux de bien des conservateurs comme une provocation. Aussi le suffrage universel quarante-huitard est-il supprimé par la loi du 31 mai 1850 dont l’application partisane ne fit que renforcer les effets. Un tiers de l’électorat consacré par la révolution de 1848 est alors exclu des listes électorales. Malgré tout, les conservateurs n’osent pas aller plus loin dans la réduction du corps électoral et n’envisagent pas de reconstituer le suffrage censitaire antérieur à la révolution de Février. La place prise par le peuple est désormais trop centrale pour que celui-ci soit exclu totalement de l’exercice de la souveraineté. Par ailleurs, l’opposition à la loi du 31 mai 1850 est d’une telle ampleur qu’elle ne connaît qu’une application limitée à l’occasion de quelques élections partielles. Pour le reste, la loi est abrogée dès le coup d’État du 2 décembre 1851 tandis que le suffrage quarante-huitard est rétabli, sans retrouver toutefois l’application libérale du printemps 1848.

 

Les acquis

Dès lors quels sont les apports d’une étude centrée sur l’apprentissage populaire du suffrage en 1848 ? Cette étude nous permet, après d’autres, de brosser un portrait du moment électoral

quarante-huitard différent de celui idéalisé, tracé par l’historiographie de l’immédiat après-guerre. D’abord, l’instauration du suffrage universel en 1848 apparaît comme une étape déterminante, éminente et novatrice de l’initiation du peuple aux pratiques modernes du suffrage telles que nous les connaissons aujourd’hui. La proclamation du suffrage direct et universel en 1848 préfigure l’exercice moderne de la démocratie dans la mesure où les quarante-huitards procèdent à une intégration du peuple la plus large possible dans les prises de décision politique. Le suffrage quarante-huitard est aussi déterminant dans la politisation du peuple car il ignore les inégalités sociales. Aucune condition financière n’est plus exigée alors que le principe censitaire avait fondé, à des degrés divers, la plupart des modes de suffrage depuis la Révolution française. Toutefois, ces deux caractéristiques du vote universel n’auraient sans doute pas contribué à impliquer le peuple dans l’exercice de la souveraineté, si les élections organisées au suffrage universel n’avaient rencontré un taux de participation aussi considérable. Dès lors, cette adhésion massive du peuple à l’exercice du suffrage ajoutée à l’échec des journées insurrectionnelles de juin 1848 impose le suffrage universel comme le seul mode d’exercice légitime de la souveraineté. Les manifestations révolutionnaires sont, quant à elles, disqualifiées.

Toutefois, il n’est pas possible de ne voir dans le suffrage instauré par les révolutionnaires de 1848 que la matrice des pratiques électorales que nous connaissons aujourd’hui. Le suffrage quarante-huitard est, à bien des égards, trop singulier, trop différent. Le vote universel est en effet d’abord perçu comme un moyen d’achever l’égalité politique amorcée sous la Révolution française. Pour autant, même si le peuple est intégré directement à l’exercice de la souveraineté, il est aussi mis à distance par toute une série de procédures, de contraintes. La souveraineté populaire instituée en 1848 est d’abord une souveraineté déléguée, canalisée et contrainte. C’est pour cette raison que le vote en 1848 est conçu comme un acte collectif et public et non comme un acte individuel accompli en conscience.

Le suffrage quarante-huitard nous apparaît donc particulièrement ambigu. Le vote universel est en fait conçu comme un compromis politique. Le peuple, présent directement et physiquement dans la vie politique, l’est aussi essentiellement symboliquement, tant l’exercice qu’il a du suffrage est contrôlé et atténué dans une société très hiérarchisée. Mais ce compromis est fragile. La pratique déléguée du suffrage universel est partiellement remise en question en 1849 et à l’occasion des élections partielles de 1850 qui donnent lieu à de réelles tensions. Le suffrage universel apparaît donc comme un concept en constant devenir qui est le fruit d’un rapport de force continu entre les différentes composantes de la société française.

 

1 MOLLIER Jean-Yves, « La culture de 48 », APRILE Sylvie, HUARD Raymond, LÉVÊQUE Pierre, MOLLIER Jean-Yves, La révolution de 1848 en France et en Europe, Paris, Éditions sociales, 1998, p. 127- 178.

2 ROSANVALLON Pierre, La Société des égaux, Paris, Seuil, Collection Les livres du nouveau monde, 2011, p. 9-23.

3 ROSANVALLON Pierre, Le Peuple introuvable. Histoire de la représentation démocratique de la France, Paris, Gallimard, bibliothèque des histoires, 1998.