Archives de catégorie : colloques | appels à communications

Colloque « Création littéraire et savoirs du vivant au XIXe siècle », 25-27 janvier

Colloque « Création littéraire et savoirs du vivant au XIXe siècle » (25-27 janvier 2017, Paris)

Du 25 au 27 janvier 2017, dans le Grand Amphithéâtre de la Fondation « Maison des Sciences de l’Homme » de Paris, aura lieu le colloque final du programme ANR/DFG BIOLOGRAPHES, sur le sujet « Création littéraire et savoirs du vivant au XIXe siècle ». Informations disponible sur le carnet hypotheses Biolographes.

Programme :

MERCREDI 25 JANVIER 2017

ACCUEIL – 13 H 30
OUVERTURE – 14 H
Jean-Pierre DOZON (directeur scientifique de la FMSH), Gisèle SÉGINGER et Thomas KLINKERT (responsables du programme ANR/DFG BIOLOGRAPHES)

14 H 30 – 16 H 30
Traductions et transmissions

Présidence de séance : Laurence ­TALAIRACH-VIELMAS (Centre Koyré, Université Toulouse-Jean Jaurès)

Sophie LANIEL-MUSITELLI (Université Lille III et IUF) : « La poésie scientifique d’Erasmus Darwin : écriture, traduction, transmission »
Michel PRUM (Université Paris-­Diderot) : « Traductrice et traducteurs français de Charles Darwin au XIXe siècle : un chemin difficile, de la Suisse à la France »
Pascal DURIS (Université de Bordeaux) : « Flourens lecteur de Darwin (ou de Clémence Royer ?) »

17 H  – 19 H
Médiations et réseaux

Présidence de séance : Claude BLANCKAERT (Centre Koyré/CNRS)

Muriel LOUÂPRE (Université Paris-Descartes) : « Le médiateur inconnu dans l’inspiration scientifique des prosateurs du XIXe siècle »
Nolwenn PAMART (Université Paris-Sorbonne) : « Struggle for joy! Les sciences biologiques dans l’œuvre de Jean de Tinan »
Marion THOMAS (Université de Strasbourg) : « Robin, Littré et Pouchet : débats sur la cellule et la continuité du vivant dans les manuels de physiologie et les cercles intellectuels parisiens dans la deuxième partie du XIXe siècle »

JEUDI 26 JANVIER 2017

ACCUEIL – 8 H 30

9 H – 12 H 45
De la notion à la fiction

Présidence de séance : Hugues MARCHAL (Universität Basel)

Nicolas WANLIN (École Poly­technique) : « Résurgence des monstres »
Azélie FAYOLLE (Université Paris-Est Marne-la-Vallée) « Pierre Boitard et le Musée des familles : entre science et fiction »
Bénédicte PERCHERON (FMSH) : « Hasard et évolution dans la littérature française du XIXe siècle »
Henning HUFNAGEL (Universität Zürich) : « L’incendie au jardin d’acclimatation poétique. Le théorème de la lutte pour la vie et la poésie parnassienne »
Olav KRÄMER (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg) : « La notion de struggle for life chez Anatole France »

14 H 30 – 18 H
Exposition et réécriture des savoirs

Présidence de séance : Michel PIERSSENS (Université de Montréal)

Mary ORR (University of St Andrews) : « Mémoires scientifiques ou pacte biographique ? Le cas des Mémoires du baron Cuvier (1833) de Mistress Lee, ou la réécriture des savoirs »
Norioki SUGAYA (Rikkyo University) : « Mise en scène d’une pensée de la vie. Le cas des romans de Flaubert »
Florence VATAN (Université Wisconsin – Madison) : « Des singes et des hommes. Le cas Flaubert »
Karin WESTERWELLE (Westfälische Wilhelms-Universität Münster) : « Charles Baudelaire, Mademoiselle Bistouri. La poésie à l’ère scientifique entre biologie, physiologie nerveuse et médecine »

18 H 15 – 19 H
Construire, analyser, cartographier

Présidence de séance : Tita ­KIRIACOPOULOU (université Paris-Est Marne-la-Vallée)

Philippe GAMBETTE (UPEM) et Nadège LECHEVREL (FMSH) : « Collecte, archivage, et explorations numériques : le Corpus BIOLOGRAPHES version 1.0 »
Muriel LOUÂPRE (Université Paris-Descartes) : « Cartographier les réseaux savants au XIXe siècle : questions méthodologiques et retours d’expérience »

VENDREDI 27JANVIER 2017

ACCUEIL – 8 H 30

9 H – 12 H 30
Philosophies et fictions du vivant

Présidence de séance : Rudolf BEHRENS (Ruhr-Universität Bochum)

Barbara VENTAROLA (Freie Universität Berlin) : « Leibniz biologiste et anthropologue : sa présence dans les discours scientifiques et littéraires du XIXe siècle »
Bertrand MARQUER (Université de Strasbourg et IUF) : « Cette grande opération de la vie : la digestion »
Marta SUKIENNICKA (Adam Mickiewicz University in Poznań) : « Les imaginaires de la fin de l’homme : Bonnet, Grainville et Nodier »
Miroslaw LOBA (Adam Mickiewicz University in Poznań) : « Balzac et la pensée vitaliste »

14 H 30 – 17 H 30
Confrontations idéologiques

Présidence de séance : Laurence DAHAN-GAIDA (Université de Franche-Comté)

Claude RÉTAT (CNRS) : « Poésie-biologie-musique-révolution. Louise Michel, une harmonie fin de siècle »
Pauline MORET-JANKUS (Friedrich-Schiller-Universität Jena) : « Retour sur Jules Soury, un passeur polémique »
Fanny ROBLES (Université d’Aix-Marseille) : « L’entraide comme principe biologique, politique et fictionnel : la pensée de Kropotkine dans les romans de J.-H. Rosny aîné »

Journée d’études, « Les mots de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle », 19 janvier 2017, Musée de l’immigration

La première journée d’études organisée par le programme ANR AsileuropeXIX se tiendra le jeudi 19 janvier 2017 au Musée national de l’histoire de l’immigration, Palais de la Porte Dorée à Paris, de 10h à 17h, ATELIER 4.

Présentation :

Cette journée d’études a pour but d’analyser le vocabulaire européen de l’exil au XIXe siècle, s’appuyant sur l’hypothèse selon laquelle les statuts des exilés et réfugiés ne sauraient être compris sans une prise en compte des termes par lesquels ils étaient alors désignés. La rencontre se propose également de comparer les pratiques administratives et judiciaires mises en œuvre par les États d’accueil à leur égard, en s’intéressant à la circulation des modes de désignation, de surveillance et de contention de ces étrangers. Une session éclairera enfin les représentations contrastées des exilés et réfugiés dans l’Europe du XIXe siècle, saisies à travers débats parlementaires, littérature et chansons.

Réservation obligatoire : asileurope@gmail.com

les-mots-de-lexil-dans-leurope-du-xixe-siecle

Pour télécharger le programme et l’affiche au format PDF :

programme-je-19-janvier-2017

affiche_-les-mots-de-lexil-dans-leurope-du-xixe-siecle-1

Journée d’études : « Les mots de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle »

9h45

Accueil des participants

10h00

Mot d’accueil, Marianne Amar, responsable du département de la Recherche, Musée national de l’histoire de l’immigration

Introduction de la journée d’études, Delphine Diaz, maîtresse de conférences, Université de Reims Champagne-Ardenne, responsable du programme ANR AsileuropeXIX

10h30-12h30

Première session présidée par Alexandre Dupont (IEP d’Aix-en-Provence)

Parler d’exil et d’asile politiques dans l’Europe du XIXe siècle

  • Catherine Brice (Université Paris Est-Créteil-Val de Marne-IUF) : « Esuli, fuorusciti, emigrati…les nombreux mots du départ depuis les États italiens du XIXesiècle »
  • Thomas C. Jones (Buckingham University) : « Defining « asylum » in Britain, 1815-1870»
  • Romy Sánchez (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Juan Luis Simal (Universidad Autónoma de Madrid) : « Lexique du destierroespagnol : péninsule et Outre-Mer, c.1820-c.1880 »
  • Katarzyna Papiez, (Université Paris-Sorbonne) : « Les mots de l’exil dans la « Grande Émigration » polonaise : émigration, exil, colonie »

Discussion

 

14h00-15h15

Deuxième session présidée par Laurent Dornel (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Les représentations de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle : mots, chansons, images

  • Maïté Van Vyve (KU Leuven, Belgique) : « Entre le bon, la brute et le truand : les représentations de l’étranger dans les discours parlementaires en Belgique (1835-1875) »
  • Laure Godineau (Université Paris XIII) :« Figures de l’exil dans la littérature communarde »

Discussion

15h30-16 h 45

  • Sylvie Aprile (Université de Lille 3) : « Les exilés aux frontières, expériences et représentations dans l’Europe du xixe siècle »
  • Jeanne Moisand (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « De l’exilé honorable au criminel potentiel ? Éléments pour une conclusion »

Discussion générale

 

Des musées d’arts industriels aux collections d’arts décoratifs

Les enjeux de la valorisation patrimoniale d’un passé industriel

Journée d’études organisée par le Centre de recherches sur les économies, les sociétés, les arts et techniques (CRESAT) – Université de Haute-Alsace

Appel à communications

L’histoire récente des musées d’arts décoratifs résulte des débats sur la place du musée dans la formation des ouvriers d’art. Les principaux musées d’arts décoratifs en Europe ont été édifiés pour rassembler des chefs-d’œuvre du passé dans le but de contribuer à l’édification du goût : en 1851, le South Kensington Museum de Londres ; en 1864, le Osterreichisches Museum für Kunst und Industrie de Vienne ou encore le projet de l’Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie. L’ouverture de ces musées avait pour but de proposer des modèles représentatifs de l’histoire des arts décoratifs pour les élèves et les professionnels, selon une vision défendue par Marius Vachon. Mais en 1905, l’installation définitive des collections du musée de l’Union Centrale des Arts Décoratifs à Paris dans le pavillon de Marsan marque une évolution dans la valeur accordée à l’objet qui acquiert le statut d’œuvre d’art, exposé en tant que telle. Le musée parisien est révélateur d’un engouement pour les collections d’arts décoratifs, constituées le plus souvent comme un département du musée des beaux-arts, mais qui parfois obtiennent leur autonomie avec l’ouverture d’un musée spécialisé.

Il faut attendre la seconde moitié du XXe siècle pour que l’attrait pour les arts décoratifs et la valorisation d’un passé industriel donnent lieu à des redéploiements de collections ou à de nouvelles initiatives. Des collectivités territoriales et des associations s’emparent de ces questions pour mettre en œuvre des politiques patrimoniales en faveur de productions encore en activité ou appartenant au passé industriel. L’évolution du contexte a contribué à modifier les enjeux muséographiques, le musée est passé de la vitrine de l’excellence à la réception d’un patrimoine, soumis aux aléas de la conservation, notamment dans le contexte des fermetures d’usines et de délocalisations. Enfin durant les années 2000/2010, on assiste dans toute la France à de nombreux chantiers redéployant les collections des musées d’arts industriels du XIXe siècle tandis que des collections d’arts décoratifs sont installés dans de nouveaux bâtiments. Autant de projets révélateurs des politiques de valorisation d’un patrimoine ainsi que de l’intérêt du public pour les arts décoratifs.

Cette journée d’études a pour objectif de revenir sur l’histoire complexe de ces collections :
Les propositions pourront porter sur (liste non exhaustive) :

La constitution des collections d’arts décoratifs en Europe et le rôle des personnalités,

  • journalistes, collectionneurs ou politiques
  • L’évolution des objets et documents conservés, la valorisation des savoir-faire, des techniques de productions
  • La définition du musée par rapport à celui des beaux-arts, un parcours encyclopédique ou spécialisé
  • Le statut de l’objet dans la muséographie et dans la conception des collections
  • La place des industries du luxe dans les musées, notamment dans les cas de valorisation d’une industrie locale
  • L’apparition des objets contemporains, du Design et la conservation des fonds d’archives.

Les propositions devront comporter un titre, un résumé (300 mots maximum) pour la communication, une présentation en quelques lignes de l’intervenant et quelques références de ses publications.
Les propositions sont à envoyer au plus tard le 2 janvier 2016 à l’adresse suivante : aziza.gril-mariotte@uha.fr.

Lieu et date
Mulhouse, Université de Haute-Alsace, Campus Fonderie, jeudi 30 mars 2017 Comité d’organisation : Aziza Gril-Mariotte, Maître de conférences en histoire de l’art, Université de Haute-Alsace.

Comité scientifique
Arnaud Bertinet, Maître de conférences en histoire de l’art – Université Paris I Panthéon- Sorbonne
Hervé Doucet, Maître de conférences en histoire de l’art – Université de Strasbourg
Rossella Froissart, Professeur d’histoire de l’art contemporain – Université d’Aix-Marseille Bernard Jacqué, Conservateur honoraire du musée du papier peint de Rixheim – chercheur associé au CRESAT
Pauline Prevost Marcilhacy, Maître de conférences en histoire de l’art – Lille 3

appel_communicationsje2017_mulhouse

Table-ronde autour du dernier livre de Michèle Riot-Sarcey

Table-ronde autour du dernier livre de Michèle Riot-Sarcey, Le procès de la liberté, une histoire souterraine du XIXe siècle (Paris, La Découverte, 2016, Prix Pétrarque de l’essai France Culture).

Le 30 septembre 2016
EHESS
105 boulevard Raspail
de 9h à 13h
salle 7

Largement lu et discuté depuis sa parution, Le procès de la liberté propose une histoire socio-politique alternative du XIXe siècle, en mettant en avant les discontinuités, les conflits, les processus d’effacement et d’oubli qui sont au cœur de l’écriture de l’histoire. Le travail de M. Riot-Sarcey concerne aussi bien l’histoire du XIXe siècle que l’historiographie en général, tout en s’adressant, de manière explicite et engagée, au contemporain.

Pour discuter des questions soulevées par ce livre, en présence de l’auteur, se retrouveront :
Sylvie Aprile, Nicole Edelman, Samuel Hayat, Louis Hincker, Christian Jouhaud, Judith Lyon-Caen, Dinah Ribard, Federico Tarragoni.

Les échanges seront structurés autour de trois axes :
1) enjeux historiographiques et renouvellement de l’histoire (du) politique
2) « petites pensées » et « écritures » ouvrières
3) qu’est-ce qu’ (écrire) une histoire de l’expérience ?

Michèle Riot-Sarcey reviendra sur la question de l’actualité du passé.