Archives de catégorie : colloques | appels à communications

Les mots de l’administration. Retour pluridisciplinaire sur deux siècles de production de savoirs de l’administration , XIXe-XXe siècles – Appel à contributions

Les mots de l’administration. Retour pluridisciplinaire sur deux siècles de production de savoirs de l’administration, XIXe-XXe siècles, Lyon, 19 et 20 décembre 2012

 Comité organisation : Philippe BONGRAND (Cergy Pontoise) ; Julie GERVAIS (Paris 1/CRPS);  Dominique MARGAIRAZ (Paris 1 / IDHE) ; Igor MOULLIER (ENS Lyon / LARHRA) ; Denise OGILVIE (Archives Nationales) ; Renaud PAYRE (IEP Lyon / Triangle) ;  Yann POTIN (Archives Nationales)

Depuis un peu plus d’une vingtaine d’années, l’histoire de l’administration a connu de nouvelles impulsions. Si pendant longtemps la question de l’Etat n’a été abordée que sous l’angle institutionnel et juridique, de grands programmes de recherche ont permis de dévoiler la variété des pratiques administratives au sommet de l’Etat. Le programme « Genèse de l’Etat moderne » a fourni à cet égard des résultats exemplaires et durables, qui ont permis de renouveler les modèles historiographiques de l’Etat. L’histoire des ministères a progressé grâce à la création de nombreux comités (Comité d’histoire économique et financière de la France, Comité d’histoire de la Sécurité Sociale, Comité d’histoire de la seconde guerre mondiale, etc.), de thèses et de travaux récents montrant l’entrée dans un nouveau régime de relations entre savoirs et administration dès le milieu du XVIIIème siècle. L’administration investit de nouveaux champs : savoirs policiers, information économique, statistique et connaissance des territoires. Elle se dote aussi d’une dimension plus réflexive : de nouvelles notions, comme celle de service public, permettent de nouvelles formes de légitimation ; de nouvelles institutions (conseil d’État, conseils de préfecture) encadrent son action, de nouveaux instruments cognitifs (codes, revues spécialisées, bibliothèques administratives) matérialisent l’importance croissante de l’accès au savoir.

Quel impact ces transformations cognitives ont-elles sur les pratiques de l’administration ? C’est notamment dans l’étude des relations centre-périphérie que  l’historiographie s’est enrichie, ces dernières années, d’analyses pointant les distorsions entre les pratiques des édiles ou des préfets et les prescriptions juridiques. C’est ainsi que les travaux récents sur les préfectures et leur rôle au cours du XIXème siècle  les montrent comme un lieu d’acculturation à l’administration municipale, un lieu de mise en forme et de mise en circulation de savoir-faire destinés aux édiles. Des séminaires, des journées d’études et des ouvrages collectifs sont venus enrichir une telle historiographie en présentant de nouvelles enquêtes d’histoire politique de l’administration. L’entreprise collective menée par Marc Olivier Baruch et Vincent Duclert propose ainsi d’observer et d’analyser l’action politique et le sens de cette action à partir de ses coulisses, c’est-à-dire par l’examen des pratiques administratives, mais également des représentations, notamment de l’État, que les administrateurs engagent dans leurs pratiques. Ces travaux offrent des recommandations précieuses : saisir comment un ordre politique se maintient à partir de l’étude du fonctionnement concret de l’administration.

Au total, si des perspectives nouvelles ont été très largement ouvertes, plusieurs questions restent encore peu explorées. Les travaux réalisés peinent à relier l’étude de la pratique administrative  et la production exponentielle – au cours des XIXème et XXème siècles- de savoirs dédiés à l’administration et d’écrits théoriques sur le gouvernement qui vont de la littérature grise à la publication de traités savants. Un effort interdisciplinaire est pour cela particulièrement précieux.

Le programme ANR Mosare (Mobilisation des savoirs administratifs pour la réforme de l’Etat), qui associe des archivistes, des historiens et des politistes, s’interroge sur la production de savoirs pour l’administration et leur mobilisation dans l’action. Les savoirs sont alors envisagés comme l’ensemble des éléments d’ordre cognitif qui, partant d’expériences et de pratiques concrètes, s’en détachent et sont susceptibles d’être généralisés, c’est-à-dire mobilisés et adoptés par d’autres acteurs. Il s’agit de s’interroger sur la place du savoir dans les dispositifs de gouvernement et d’administration. C’est bien la spécificité du processus de production, d’apprentissage et de transformation des savoirs à l’œuvre dans l’administration qui intéresse les chercheurs mobilisés dans ce programme. Ces savoirs connaissent différentes mises en forme : des savoirs peu formalisés, assemblés suivant le mode de l’enquête ou du dossier, en vue d’actions précises, des publications telles les dictionnaires et les périodiques dont le nombre croît considérablement au cours du dix-neuvième siècle, des écoles d’administration et enfin plus tardivement des filières universitaires.

Le programme Mosare se penche sur la production et l’incorporation de savoirs pour l’action publique  et des savoir-faire destinés au perfectionnement et à la rationalisation de l’action politico-administrative. On pourrait juger à tort ces savoirs comme des éléments secondaires. Or, non seulement ils révèlent et véhiculent des représentations constitutives de l’action administrative, mais ils rendent en outre possible l’innovation administrative et les transformations de l’administration. Les savoirs sont ainsi saisis comme des marqueurs et des porteurs de l’autonomisation administrative.

Un marqueur clé de cette dynamique est la parution du Dictionnaire de l’administration française dirigé par Maurice Block, et plusieurs fois réédité dans la seconde moitié du XIXème siècle. Son étude permet de saisir à la fois les réseaux à l’œuvre dans la production des savoirs administratifs d’une part, et les dynamiques intellectuelles de conceptualisation, de classification et d’évolution de la matière administrative d’autre part. Elle se prête donc particulièrement bien à une démarche collective de bilan et de synthèse. En partant de la lecture critique (contexte de production, évolution des versions dans les différentes éditions) d’une entrée ou d’un groupe d’entrées du dictionnaire les intervenants sont invités, en partant de leurs propres travaux, à envisager la manière dont cet objet a été appréhendé depuis par les différentes sciences sociales de l’administration au XIXème et/ou au XXème siècle.

L’enjeu du colloque sera ainsi de proposer un bilan des travaux historiques et sociologiques consacrés à l’administration autour d’une série de mots et de notions incarnant les savoirs administratifs, qui seront répartis autour de trois axes :

Le premier est consacré aux catégories de l’action administrative. Il s’agit de revenir sur les transformations de la mise en administration de la société et du territoire français et de la délimitation ou re-configuration des compétences administratives. C’est bien la question de la construction administrative de la réalité qui nous intéresse ici, à travers des notions comme : le travail (fabrique, industrie, syndicat), l’assistance publique, les finances, etc.

Le deuxième axe se concentre davantage sur les formes et les agents de l’administration. Il s’agit de revenir sur les mutations des pratiques et procédures administratives mais également sur le fonctionnement des services. C’est l’administration comme organisation et comme travail que nous souhaitons retrouver dans les communications pouvant porter par exemple sur  les ministères, les rédacteurs, la notation et l’avancement, les commissions, la centralisation.

Le troisième revient enfin sur les instruments et les savoirs de l’administration. Quels savoirs ont pu être considérés comme légitimes pour bien administrer ? Comment ces savoirs sont-ils produits et mis à la disposition des agents ? Les entrées pourront traiter des enquêtes, des écoles, des concours, des bibliothèques, des formulaires, des moyens par lesquels le savoir est produit et utilisé par les administrations.

Les propositions de communications, d’environ 1500 signes, devront évoquer le type d’entrée choisi (une entrée du dictionnaire ou un groupe d’entrée autour d’une même notion) et l’éclairage qu’elles pourront apporter aux différents axes du colloque 

Les propositions doivent être envoyées avant le  15/03/2012 à Igor Moullier (igor.moullier@ens-lyon.fr) et Renaud Payre (renaud.payre@sciencespo-lyon.fr)

Iconoclasme et révolutions. XVIIIe-XXIe siècles – appel à contributions

Iconoclasme et révolutions. XVIIIe-XXIe siècles

Colloque international, 12-13 décembre 2012

Université Paris-Est Créteil (UPEC),  CRHEC (Centre de recherches en histoire européenne comparée), Institut Universitaire de France, Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des Révolutions du XIXe siècle

Organisation : Emmanuel Fureix

Comité scientifique international : Sylvie Aprile (Univ. Lille 3), Florence Bourillon (UPEC), Catherine Brice (UPEC), Pierre Centlivres (Univ. de Neuchâtel), Olivier Christin (Univ. de Neuchâtel), Annie Duprat (Univ. de Cergy-Pontoise), Emmanuel Fureix (UPEC), Dario Gamboni (Univ. de Genève), Lynn Hunt (Univ. of California, Los Angeles), Dominique Poulot (Univ. Paris 1), Rolf Reichardt (Univ. de Giessen), Pierre Serna (Univ. Paris 1), Timothy Tackett (Univ. of California, Irvine), Bertrand Tillier (Univ. de Bourgogne)

Des révolutions atlantiques du XVIIIe siècle aux révolutions arabes du XXIe siècle, des révolutions « romantiques » du XIXe siècle aux révolutions est-européennes de 1989, l’iconoclasme participe de la rupture révolutionnaire : en s’attaquant aux images, et plus largement aux signes des régimes déchus, les révolutionnaires marquent le transfert de souveraineté et le changement socio-politique opérés. Naguère assimilés à du « vandalisme », selon le néologisme de l’abbé Grégoire (1794), ces gestes doivent être rattachés à des formes d’iconoclasme ou de « sémioclasme », rituel de dépollution de signes assimilés à une souillure. Toutefois, à la différence de l’iconoclasme religieux, l’iconoclasme révolutionnaire ne vise pas la nature des images comme représentations du monde créé, mais seulement certains référents, associés à une forme de domination devenue à un moment donné intolérable. Il procède par effacement sélectif d’une mémoire (damnatio memoriae) en fonction d’un projet de régénération culturelle et de nouveaux codes symboliques.

L’historiographie de l’iconoclasme en révolution a longtemps été prisonnière du prisme du « vandalisme », de la déploration des destructions ou a contrario de leur dénégation. Les historiens de l’art ont à juste titre dépassé ces querelles pour inscrire l’iconoclasme dans le processus contemporain de patrimonialisation de l’œuvre d’art, et de distinction sélective de l’emblème et du monument. Reste à élucider davantage les logiques de l’action iconoclaste (révolutionnaire et contre-révolutionnaire), en l’intégrant à une histoire plus large des relations entre des sujets agissants et des signes de pouvoir. Plusieurs pistes pourront être explorées dans le cadre de ce colloque :

Les normes et seuils de tolérance : les types de violences tolérées, les procédures de sélection des signes visés (signes proprement politiques, ou religieux, ou encore de distinction sociale), les modalités de négociation entre destruction, effacement, estompage, maquillage, dissimulation ou déplacement ; la qualification juridique des déviances iconoclastes, les modalités de leur  répression judiciaire ; les liens entre violences symboliques et violences physiques

Les formes de participation socio-politique à l’œuvre dans l’iconoclasme (révolutionnaire ou contre-révolutionnaire) : appropriations de souveraineté (y compris à des échelles très locales), interpellations spectaculaires de l’opinion publique, sur le mode de l’attentat symbolique, ou, a minima, résistances « infra-politiques », expressions de frustrations sociales, de haine de l’autorité

Les interactions conduisant aux gestes iconoclastes : interactions entre institutions et groupes sociaux dans les processus d’effacement (institutions ordonnatrices, institutions temporisatrices, etc.) ;  interactions entre individus, essentielles dans les multiples micro-conflits portant sur les signes exhibés (couleurs, insignes…). Le rôle de l’honneur, notamment masculin, pourra être particulièrement étudié, dans des moments de lutte pour la maîtrise de l’espace public légitime

Le statut des signes, leur sacralité et les effets performatifs de l’iconoclasme : les « transferts de sacralité » opérés dans les rites iconoclastes et les effets de croyance associés aux violences sur les images ; le rôle des représentations de l’iconoclasme dans la production de l’événement révolutionnaire ; l’imitation d’un répertoire de gestes connus

Des expériences révolutionnaires très variées, dans le temps et dans l’espace, seront étudiées à la lumière de ces interrogations, dans un souci constant d’historiciser les gestes observés.

 

Les propositions de communications, d’une page environ, doivent être envoyées avant le 10 février 2012, à l’adresse suivante :

fureix@u-pec.fr , accompagnées d’une brève présentation biographique.

 

Bruno Braquehais, Commune de Paris, la colonne Vendôme à terre, 16 mai 1871 © BnF, département des Estampes et de la photographie.

 

Le peuple en ses habits – Journée d’études, Musée Carnavalet

Le peuple en ses habits – Journée d’études, 20 janvier 2012

Cette journée d’étude se déroulera dans le cadre de l’exposition organisée au musée Carnavalet – Histoire de Paris par Miriam Simon :

Le peuple de Paris au XIXe siècle. Des guinguettes aux barricades (5 octobre 2011- 26 février 2012).

L’habillement populaire parisien au XIXe siècle a été peu étudié, comparé à celui du XVIIIe siècle. Sur cette dernière période, c’est Daniel Roche qui a fait progresser la connaissance de l’habillement et des modes de distribution textile. Cette exposition est aujourd’hui l’occasion de réunir quelques spécialistes du XIXe siècle.

En ce siècle de transformations sociales profondes, quelle place accorder et quelle signification donner à l’habillement, celui de tous les jours et celui des dimanches, chez les hommes et les femmes du peuple ?

Seront abordées, dans la matinée, les questions à la fois de l’industrialisation du vêtement et des mutations dans la distribution et la consommation. Nous nous pencherons ensuite sur les façons de se vêtir dans le peuple, à travers l’histoire de quelques éléments du costume. Le vêtement populaire : recherche d’une distinction ou triomphe du conformisme ? Enfin, l’après-midi sera consacrée à quelques-unes des images et des représentations en usage dans la société sur l’apparence vestimentaire du peuple.

 

MATİNÉE 

10h : Accueil par Miriam Simon (Musée Carnavalet)

10h15 : Présentation de la journée par Anne Tricaud

  1. Circuits commerciaux

–        10h30 : « De La Ville de Paris aux Classes laborieuses : confections et modes (1840-1880) », par Françoise Tétart-Vittu (Historienne du costume. Ancien responsable du cabinet des estampes, musée Galliera, musée de la mode de la ville de Paris)

–        10h50 : « Seconde-main : commerce et consommations populaires de la fripe au XIXe siècle à Paris », par Manuel Charpy (CNRS / Université de Lille IIII)

–       11h10 : Discussion

Modérateur : Alain Faure

Pause

  1. 2.     Vestiaires

–        11h30 : « Les vêtements populaires parisiens : sources et représentations», par Anne Tricaud (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée)

–        11h50 : « La blouse ou l’habit ? », par Alain Faure (Université Paris Ouest Nanterre La Défense – IDHE)

–       12h10 : Discussion

Modérateur : Anne Monjaret

APRÈS-MİDI 

  1. 3.     Mises en scène

–       14h30 : « Femmes en chapeau ou en cheveux : la mise en scène des codes de convenance », par Anne Monjaret (CERLIS / Université Paris Descartes – CNRS)

–       14h50 : « La réception des habits populaires : l’exemple du théâtre musical à la fin du XIXe siècle », par Michela Niccolai (Université de Montréal – OICRM)

–        15h10 : « La représentation du costume apache », par Philippe Nieto (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée)

–       15h30 : Discussion

Modérateur : Anne Tricaud

 

Conclusion

 

©Légende : « Habits à vendre !… avez-vous des chapeaux, des souliers, des vieux habits à vendre ! », Honoré Daumier (1808-1879), Le Marchand d’Habits, série « Les Bohémiens de Paris », n° 22, lithographie, imp. D’Aubert & Cie.

Parler en guerre au XIXe siècle | Littérature et Histoire – Appel à contributions

Parler en guerre au XIXe siècle/ Journée d’étude Littérature et Histoire / vendredi 5 octobre 2012Journée d’étude interdisciplinaire Littérature/Histoire organisée par l’équipe d’accueil Alithila et le laboratoire UMR 8529-CNRS Irhis à l’université de Lille III.

Vendredi 5 octobre 2012

 

Le projet de recherche interdisciplinaire  Parler en guerre est porté par deux laboratoires de l’université de Lille III : l’équipe d’accueil Alithila (U.F.R de Lettres) et le laboratoire Irhis (U.M.R 8529)

La journée d’étude programmée le vendredi 5 octobre 2012 à l’université de Lille III se propose d’être le premier chapitre du projet de recherche Parler en guerre. Elle est destinée à explorer une histoire moderne de la guerre encore proche de nous – le XIXe siècle, siècle de nombreuses guerres civiles, étrangères et coloniales, siècle qui voit émerger une nouvelle culture visuelle et scientifique de la guerre. Cette histoire plurielle de la guerre reste néanmoins plus silencieuse quand il s’agit de confronter le conflit de rue avec le genre militaire et littéraire du récit de la bataille, l’affrontement du peuple et des soldats  de la ligne, la prise d’assauts, la charge, la capitulation, l’attente  – en bref toutes les figures de l’art de la guerre – avec le réseau de paroles, de discours, de tribunes sans lesquels une guerre ne pourrait se faire : car, aussi étrange qu’il puisse paraître, les scènes de guerre les plus bruyantes comme les plus silencieuses n’adviennent et ne parviennent jamais jusqu’à nous sans être doublées, tissées d’un ou de plusieurs paroles, discours, de sorte que c’est en se penchant sur l’inscription littéraire, oratoire, lyrique, polémique de ces discours tenus dans un milieu qui à première vue les abolit qu’on peut davantage saisir ou entendre ce qui favorise la guerre, ou ce qui la condamne, ou encore ce qui différencie une guerre d’une autre.

Parler en guerre, c’est faire parler la guerre autrement qu’on pourrait s’attendre à l’entendre, l’entendre aussi dans d’autres lieux où on l’attend, c’est faire surgir dans le présent du combat un recul, une prise de distance par l’histoire, c’est aussi vouloir, parfois, contredire, combattre, contrecarrer par des actes de parole l’histoire qui est en train de se faire et auquel notre présent se refuse au point de devenir étranger à nous-mêmes, déjà advenu, ou encore tourné vers la lutte, utopiste, prophétique. L’enjeu de cette journée d’étude est la définition des genres singuliers, des pratiques anthropologiques de paroles, des systèmes concrets de langage, ou des phénoménalités de discours qui ont été les plus féconds, les plus productifs pour  faire comprendre à celui qui était jeté dans la tourmente ce qui lui advenait, pour dire, pour adresser la guerre elle-même : Parler en guerre, c’est mettre en œuvre une sorte de réflexe épistémologique incarné en acte dans le discours.

Pour autant, les discours à la première personne ne sont pas seulement les matrices possibles d’une lecture oralisante de la guerre.Aux suppliques, aux insultes, aux menaces, aux harangues doivent s’ajoutent les chansons, les discours politiques – parlementaires ou de rues – les carnets, les chroniques, les textes qui insèrent dialogues, déclamations qui authentifient et légitiment le témoignage (on songe aux Choses vues de Victor Hugo, aux Souvenirs de 1848 de Maxime Ducamp, à Jules Vallès, aux romans qui se sont emparés de la fresque des insurrections, aux Mémoires : autant d’œuvres qui retranscrivent littérairement ou non les situations de paroles propres aux insurrections.)

Les mots des combats, les langues des conflits – qui ont déjà été l’objet d’études individuelles ou collectives, – que ce soit dans le domaine de la recherche historique ou celui de la recherche littéraire – ne doivent pas être coupés d’un regard anthropologique inséparable d’une réflexion sur l’incarnation en paroles. Les historiens contemporains des insurrections advenues pendant le second tiers du siècle se confrontent ainsi aux allocutions oratoires, tribuniciennes et lyriques qui prennent place pendant les combats  et dont il ne fait pas de doute qu’elles s’inscrivent au même titre que les œuvres canoniques dans l’histoire des formes poétiques du siècle. En insurrection, Lamartine ne fait pas des vers : il fait l’orateur. D’autres en font. En guerre, en insurrection, au XIXe siècle, on pratique les Belles-Lettres : on ne les renie pas. C’est que pour les contemporains des conflits armés de ce siècle l’usage de la force et de la violence n’impliquent pas le moins du monde qu’on cesse de parler et même qu’on cesse de faire œuvre par le langage. Parler en guerre, c’est aussi faire la guerre en parole. Les bulletins de la Grande Armée sont lus à haute à voix par les maires dans les villages, par les acteurs au théâtre, par les prêtres durant le prêche.

En guerre, on parle sous forme d’adresses, d’injonctions, de menaces, de prières. On parle aussi en suppliant, en chantant ou en mourant : tous actes de paroles dont la compréhension est inséparable de l’étude des formes, des pièces de langage, œuvres en lesquels ils s’incarnent. Le chercheur en histoire comme le chercheur en littérature, s’il veut se pencher sur ce qu’il faut concevoir autrement que comme une simple littérature de guerre, doit faire l’effort de saisir son objet selon une perspective pragmatique  – on parle en guerre en vue de, pour faire, pour ne pas faire, pour, contre. Différentes temporalités du combat (paroles de vainqueurs et de vaincus, mot de la victoire et de la reddition comme différents acteurs (officiers  ou soldats, porte-parole et négociateurs, déserteurs, prisonniers civils hommes et femmes, observateurs) font aussi parler différemment la guerre. Celle-ci est saisie entre deux systèmes symboliques d’enregistrement : l’oreille humaine, la mémoire – on se souvient de ce qu’on disait, de ce qu’on entendait, de ce qu’on chantait, des cris – et la plume qui retranscrit, celle des journalistes de presse (par exemple, les grandes pages du Moniteur écrites à vif au cours des journées d’insurrections mais aussi les pages des chroniqueurs, des mémorialistes, des militaires ). Les plus illustres représentants sont accompagnés du plus grand nombre : on songe ainsi  à la quantité inépuisable de narrations anonymes des insurrections du XIXe siècle qui sont parvenues jusqu’à nous et, par extension, à la confrontation au sujet de la guerre des traces écrites anonymes avec les œuvres reconnues, établies, signées pour transcrire le même événement.

Chaque contributeur aura conscience que cette journée est l’occasion d’une rencontre sur ce sujet précis Parler en guerre entre historiens et littéraires, une rencontre destinée à confronter les approches, les regards :  afin que, brièvement, partiellement, la parole ne soit plus seulement réduite à un métadiscours sur l’événements assigné à demeure à la sphère des représentations  ou à un objet formel, littéraire séparé de l’histoire qui l’a vue naître.  Cette journée s’inscrit ainsi dans la lignée des travaux initiés par la revue transdisciplinaire Ecrire l’histoire (Paris-Diderot /Cerilac).

Les interventions, après évaluation par le comité scientifique, pourront faire l’objet d’une publication numérique par les laboratoires organisateurs.

Les propositions de discussion et de contribution (jusqu’à fin janvier 2012) sont à adresser à :

– Sylvie Aprile (saprile@noos.fr)

– Dominique Dupart ( dominiquedupart@hotmail.com).