Archives de catégorie : colloques | appels à communications

Les métiers de la mode et du vêtement, XIXe-XXe siècles | Conférences

Les métiers de la mode et du vêtement, 7 & 8 mars 2012

Mairie du IIIe arrondissement – Salle Odette Pilpoul

Conférences organisées par l’école supérieure d’Arts appliqués Duperré et la mairie du IIIe arrondissement de Paris

MERCREDI 7 MARS 17 h 00

Manuel Charpy 

Les marchands du passé. Des fripiers du Carreau du Temple aux boutiques vintage : commerces et consommations de la fripe aux XIXe et XXe siècles.

Avant le succès des vestes de treillis militaires fatiguées, des cuirs patinés et des robes en nylon des années 1960, le marché de la fripe avec ses réseaux de « mastiqueurs », de tailleurs et de réparateurs de toutes les sortes a été un moyen de se vêtir essentiel pour une large part de la population. À la fin du XIXe siècle, la confection industrielle et l’hygiénisme ont fait reculer cette domination. La fripe est devenu alors pour quelques dandys le moyen d’échapper à l’uniformité du prêt-à-porter. Coexistent ainsi tout au long du XXe siècle une consommation de nécessité et une consommation distinctive où le marché de la fripe permet d’afficher contestation sociale, économique ou politique ainsi que la revendication d’identités singulières.

Manuel Charpy, chargé de recherche au CNRS en histoire (IRHIS, Université Lille III)

 

MERCREDI 7 MARS 18 h 30

Thierry Maillet

La longue histoire des bureaux de style.  Acteurs et forces à l’œuvre dans la fabrication des tendances de 1880 à nos jours.

Étudier les bureaux de style pousse à interroger deux industries intrinsèquement liées, mode et textile qui s’ignorent le plus souvent. Ce traitement différencié repose sur une succession volontaire d’oppositions, Paris et la province, les femmes et les hommes, le dessin et la matière, la création et la production.

Thierry Maillet, doctorant EHESS.

 

JEUDI 8 MARS 17 h 00

Anne Monjaret 

Jour de fête pour les midinettes. La Sainte-Catherine à Paris aux XIXe et XXe siècles.

Depuis la fin du XIXe siècle, le 25 novembre est jour de fête dans les ateliers de mode à Paris. D’abord fête des jeunes filles à marier, la Sainte-Catherine devient la fête des catherinettes, célibataires âgées de 25 ans et également de toutes les ouvrières de l’aiguille. Fête patronale et fête du patron dans les maisons de haute couture, elle donne lieu à des manifestions les plus diverses dans et hors les murs : cocktails, bals costumés, décors, saynètes, concours de chapeau, messes, courses animent la capitale. À travers cette fête corporatiste, c’est aussi le combat des femmes pour leur indépendance qui peut se lire.

Anne Monjaret, ethnologue et sociologue, directrice de recherche CNRS, Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS Université Paris Descartes CNRS), Sorbonne Paris Cité.

 

JEUDI 8 MARS 18 h 30

Olivier Jault

Créateur de chaussures pour Repetto, Jean-Paul Gaultier, Weston

Ancien étudiant de l’école Duperré, Olivier Jault, est créateur de chaussures indépendant. Spécialisé dans le stylisme chaussures et maroquinerie à une époque où ce choix était plutôt rare, Olivier Jault a suivi après l’école une formation technique dans l’accessoire cuir.

En 2002, Jean-Marc Gaucher, PDG de Repetto, lui fait confiance pour relancer la marque. En parallèle, depuis 2010 Olivier Jault collabore avec Jean-Paul Gaultier sur les collections couture et prêt-à-porter femme et homme. Il a également dessiné la ligne casual de Weston. Il est aussi collectionneur de chaussures vintage.

 

La réalisation de la philosophie à l’époque du Vormärz (1815-1848) | Colloque Nanterre et Sorbonne

Vendredi 17 février à Nanterre, et samedi 18 février à Paris I, aura lieu un colloque international sur

La réalisation de la philosophie à l’époque du Vormärz (1815-1848)
organisé par Raphaël Chappé, Edouard Pacaud et Anne Durand.

~ Vendredi 17 février ~
(Nanterre, salle des Colloques, bâtiment B)
Matinée
Présidence : Anne Durand
9h00 : Ouverture par Raphaël Chappé (Université Paris Ouest (SOPHIAPOL) / Prix d’Amsterdam 2011 / Université d’Amsterdam (ASCA))
9h30-10h15 : Emmanuel Renault – ENS Lyon (CERPHI)
« Droite/gauche, jeunes/vieux, les scissions de l’école hégélienne entre 1837 et 1843. »
10h15-11h : Isabelle Garo – Chercheuse associée au CHSPM Paris 1
« Marx et les Jeunes Hégéliens : un affrontement philosophique et politique. »
Pause (salle de convivialités)
11h15-12h : Raphaël Chappé – Université Paris Ouest (SOPHIAPOL) / Prix d’Amsterdam 2011 / Université d’Amsterdam (ASCA)
« Réalisation de la philosophie et réalisation de l’homme selon Feuerbach »
.
Après-midi
Présidence : Christian Berner
14h30-15h15 : Andreas Arndt – Université Humboldt, Berlin (Faculté de théologie)
« Die Hegel-Kritik des frühen Marx. »
15h15-16h : Ursula Reitemeyer – Université de Münster (WWU), (Institut für Erziehungswissenschaft)
« Die Fortsetzung der Aufklärung im Vormärz am Beispiel der Religionskritik Ludwig Feuerbachs. »
Pause
16h15-17h : Michael Jeske – Université de Mayence (Schopenhauer-Forschungsstelle)
« Auf dem Weg nach Utopia . Philosophie vor und nach dem Scheitern des Übergangs zu weltverändernder Praxis »

~ Samedi 18 février ~
(Sorbonne, amphithéâtre Lefebvre)
Matinée
Présidence : Christian Lazzeri
10h15-11h : Philippe Sabot – Université de Lille III (Savoirs, Textes, Langage)
« Stirner, Marx et la question de la propriété »
Pause
11h15-12h : Christian Berner – Université de Lille III (Savoirs, Textes, Langage)
« Philosophie de l’histoire et philosophie de l’avenir chez Feuerbach »
12h-12h 45 : Anne Durand – Universités de Paris 1  (CHSPM) et Münster (Institut für Erziehungswissenschaft)
« Qu’est-ce que philosopher sous le Vormärz ? Pratiques et perspectives chez les Jeunes Hégéliens. »

Après-midi
(dans le cadre du Séminaire « Marx au XXIe siècle »)
Présidence : Isabelle Garo
14h30-15h15 : Norbert Waszek – Université Paris VIII/ EA 1577 – Les mondes allemands : régions, histoires, cultures
« Hegel face au saint-simonisme (Hegel, Gans, Heine) »
15h15-16h : Jean-Christophe Angaut – ENS Lyon (Triangle)
« Hess, Bakounine et la philosophie de l’action (1842-1843) »
Pause
16h15-17h : Edouard Pacaud – Université Paris 1 (CHSPM)
« Le jeune Marx face à l’épistémologie feuerbachienne »
17h- 17h45 : Frédéric Monferrand – Université Paris Ouest (SOPHIAPOL)
« L’ontologie sociale du jeune Marx. »

 

Pour plus de détails (programme, résumés…) voir :

http://sophiapol.hypotheses.org/7262

http://chspm.univ-paris1.fr/spip.php?rubrique6

 

Pédagogies, Utopies, Révolutions (1789-1848) | Colloque

 Pédagogies, Utopies, Révolutions (1789-1848)

 16 juin 2012

 Journée d’études organisée par Jean-Charles Buttier (Paris 1) et Caroline Fayolle (Paris 8), avec le soutien de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française (EA 127/ Paris 1) et le Centre de recherches historiques « Histoire des pouvoirs, savoirs et sociétés » (EA 1571/ Paris 8).

  

Salle 1 du Centre Panthéon de l’Université Paris 1 / Entrée libre

Programme

9h : Accueil des participants

9h15-9h35 : Introduction de Pierre Serna, directeur de l’IHRF

Séance 1. L’école révolutionnaire : une utopie pédagogique en actes

Président de séance : Jean-Clément Martin (Paris 1/IHRF)

9h35-9h45 : Introduction de la séance par Jean-Clément Martin

9h45-10h10 : René Grevet (Lille 3 / UMR 8529 IRHIS) « L’école de la Révolution à l’épreuve de l’utopie réformatrice ».

10h10-10h35 : Caroline Fayolle (Paris 8 / EA 1571) « Comment révolutionner la transmission des connaissances ? La relation instituteur /élève en république »

Débats : 10h35-10h55

Pause : 10h55-11h05

11h05-11h30 : Dominique Julia (Centre d’anthropologie religieuse européenne, CRH-EHESS)  « Pédagogie et pédagogues à l’Ecole normale de l’an III »

 11h30-11h55: Elisabeth Liris (Paris 1/IHRF) « De l’Abbaye Sainte-Geneviève au lycée Henri IV : l’École centrale du Panthéon (1796-1804) »

11h55-12h20: Pauline Pujo (Paris 1/ IHRF) « Les manuels d’histoire dans les écoles centrales : projets et pratiques »

 Débats : 12h20-12h40

 Pause déjeuner : 12h40-14h30 

Séance 2. Les pédagogies politiques : convaincre, expliquer, régénérer

Président de séance : Michel Cordillot (Paris 8 / EA 1571)

14h30-14h40 : Introduction de la séance par Michel Cordillot

14h40-15h05 : Jean-Luc Chappey (Paris 1/IHRF) « La pédagogie, enjeux et limites d’une pratique anthropologique sous le Directoire et le Consulat ».

 15h05-15h30 : Jean-Charles Buttier  (Paris 1/IHRF) « Peut-on catéchiser la Révolution (1789-1848) ? »

15h30-15h55: Stéphanie Roza (Paris 1/ CHSPM) « La pédagogie babouviste, de la Conjuration des Égaux à son récit par Buonarroti (1797-1828) »

Débats : 15h55-16h15

Pause : 16h15-16h25

16h25-16h50 : Carole Christen (Lille 3 / UMR 8529 IRHIS) « L’éducation populaire dans le premier XIXe siècle (Restauration et Monarchie de Juillet) ».

16h50-17h15 : Nathalie Brémand (Poitiers/ CRIHAM) « Les projets éducatifs socialistes des années 1830-1848 pour former l’homme nouveau ».

Débats : 17h15-17h35

17h35-17h50 : Bilan de la journée par les organisateurs

17h50-18h15 : Conclusion générale de Michèle Riot-Sarcey (Paris 8 / EA 1571)

Au croisement des pratiques et des représentations : regards sur le crédit dans la France du XIXe siècle | Appel à contributions

Au croisement des pratiques et des représentations : regards sur le crédit dans la France du XIXe siècle

Journée d’étude organisée par Paris 1 (ISOR/ Centre de recherches en histoire du XIXe siècle)

Mercredi 14 novembre 2012, salle 1 / Centre Panthéon

L’histoire du crédit au XIXe siècle a longtemps été limitée à une approche purement économique et institutionnelle, celle du récit d’une modernisation, de la création et du fonctionnement des établissements de crédit. Mais cette histoire ne peut se réduire au passage d’une relation de crédit interpersonnelle à une relation impersonnelle encadrée par les procédures et les institutions de financement.
Au détour de ses recherches, l’historien rencontre en permanence les pratiques de crédit. Dans les archives judiciaires ou notariales, dans les autobiographies ouvrières, le crédit et les dettes sont omniprésents. Pourtant, malgré les travaux de quelques chercheurs, la diversité des pratiques et la complexité des représentations du crédit et de l’endettement restent largement à explorer.
Parce qu’il touche au fonctionnement interne des sociétés, parce qu’il a depuis les temps les plus anciens une composante morale et religieuse _ les premières évocations du Pater Noster dans les Evangiles de Matthieu et de Luc font ainsi référence aux dettes et aux débiteurs _ le crédit n’est ni un  phénomène purement économique ni un outil financier neutre. Fait social et culturel complexe, il doit être analysé dans toutes ses facettes.
Les historiens modernistes ont ainsi fait du crédit et de la dette un observatoire privilégié des sociétés des Temps modernes et ont mis en évidence l’encastrement du crédit dans la trame des relations sociales. Outre-Manche, l’accent a été mis sur la dimension culturelle du crédit, et les spécialistes de la littérature ont par ailleurs bien montré que le crédit et la dette sont au coeur de nombreuses oeuvres, notamment romanesques, du XIXe siècle.
L’objectif de cette journée d’étude pluridisciplinaire est donc de s’intéresser au crédit dans une perspective sociale et culturelle, d’examiner la réalité vécue et perçue du crédit et de la dette. Il s’agira de mettre au jour les représentations et l’imaginaire du crédit dans la France du XIXe siècle.
Plusieurs directions de recherche sont possibles. A partir des mots, ou des images qui mettent en scène les moments du crédit, s’interroger sur les discours produits et véhiculés dans les écrits économiques, les discours politiques, la presse, la littérature ; analyser les usages, techniques ou métaphoriques, des termes (crédit, dette, créancier, débiteur, usurier…), faire surgir les représentations économiques et sociales, voire idéologiques, qui les sous-tendent.
Partir des pratiques et usages du crédit (escompte, avances, « ardoises », prêt sur gages …) ou de ses différentes déclinaisons (public, mutuel, populaire, commercial, hypothécaire…) pour mettre en évidence la ou les « cultures du crédit » sous-jacentes.
On pourra chercher des évolutions sur une longue période ou au contraire choisir des années où la question du crédit est au premier plan. L’accent sera mis dans tous les cas moins sur les formes et pratiques du crédit que sur leurs liens et leur articulation avec les représentations et les imaginaires qu’elles véhiculent.

Les propositions de communication (une page maximum) devront être envoyées à l’adresse journeecredit.nov12@gmail.com pour le 2 mai 2012.

Comité scientifique : Laurent Bihl, Philippe Boutry, Laurence Fontaine, Elisabeth Jolivet-Roche, Alexandre Péraud, Isabelle Rabault-Mazières, Christophe Reffait.

Organisation : Elisabeth Jolivet-Roche (elisabeth.jolivet@univ-paris1.fr), Isabelle Rabault-Mazières (Isabelle.Rabault@univ-paris1.fr)