Archives de catégorie : colloques | appels à communications

Au croisement des pratiques et des représentations : regards sur le crédit dans la France du XIXe siècle | Appel à contributions

Au croisement des pratiques et des représentations : regards sur le crédit dans la France du XIXe siècle

Journée d’étude organisée par Paris 1 (ISOR/ Centre de recherches en histoire du XIXe siècle)

Mercredi 14 novembre 2012, salle 1 / Centre Panthéon

L’histoire du crédit au XIXe siècle a longtemps été limitée à une approche purement économique et institutionnelle, celle du récit d’une modernisation, de la création et du fonctionnement des établissements de crédit. Mais cette histoire ne peut se réduire au passage d’une relation de crédit interpersonnelle à une relation impersonnelle encadrée par les procédures et les institutions de financement.
Au détour de ses recherches, l’historien rencontre en permanence les pratiques de crédit. Dans les archives judiciaires ou notariales, dans les autobiographies ouvrières, le crédit et les dettes sont omniprésents. Pourtant, malgré les travaux de quelques chercheurs, la diversité des pratiques et la complexité des représentations du crédit et de l’endettement restent largement à explorer.
Parce qu’il touche au fonctionnement interne des sociétés, parce qu’il a depuis les temps les plus anciens une composante morale et religieuse _ les premières évocations du Pater Noster dans les Evangiles de Matthieu et de Luc font ainsi référence aux dettes et aux débiteurs _ le crédit n’est ni un  phénomène purement économique ni un outil financier neutre. Fait social et culturel complexe, il doit être analysé dans toutes ses facettes.
Les historiens modernistes ont ainsi fait du crédit et de la dette un observatoire privilégié des sociétés des Temps modernes et ont mis en évidence l’encastrement du crédit dans la trame des relations sociales. Outre-Manche, l’accent a été mis sur la dimension culturelle du crédit, et les spécialistes de la littérature ont par ailleurs bien montré que le crédit et la dette sont au coeur de nombreuses oeuvres, notamment romanesques, du XIXe siècle.
L’objectif de cette journée d’étude pluridisciplinaire est donc de s’intéresser au crédit dans une perspective sociale et culturelle, d’examiner la réalité vécue et perçue du crédit et de la dette. Il s’agira de mettre au jour les représentations et l’imaginaire du crédit dans la France du XIXe siècle.
Plusieurs directions de recherche sont possibles. A partir des mots, ou des images qui mettent en scène les moments du crédit, s’interroger sur les discours produits et véhiculés dans les écrits économiques, les discours politiques, la presse, la littérature ; analyser les usages, techniques ou métaphoriques, des termes (crédit, dette, créancier, débiteur, usurier…), faire surgir les représentations économiques et sociales, voire idéologiques, qui les sous-tendent.
Partir des pratiques et usages du crédit (escompte, avances, « ardoises », prêt sur gages …) ou de ses différentes déclinaisons (public, mutuel, populaire, commercial, hypothécaire…) pour mettre en évidence la ou les « cultures du crédit » sous-jacentes.
On pourra chercher des évolutions sur une longue période ou au contraire choisir des années où la question du crédit est au premier plan. L’accent sera mis dans tous les cas moins sur les formes et pratiques du crédit que sur leurs liens et leur articulation avec les représentations et les imaginaires qu’elles véhiculent.

Les propositions de communication (une page maximum) devront être envoyées à l’adresse journeecredit.nov12@gmail.com pour le 2 mai 2012.

Comité scientifique : Laurent Bihl, Philippe Boutry, Laurence Fontaine, Elisabeth Jolivet-Roche, Alexandre Péraud, Isabelle Rabault-Mazières, Christophe Reffait.

Organisation : Elisabeth Jolivet-Roche (elisabeth.jolivet@univ-paris1.fr), Isabelle Rabault-Mazières (Isabelle.Rabault@univ-paris1.fr)

Politisation et démocratisation en Allemagne au XIXe siècle | Institut historique allemand, 1er et 2 mars 2012

« Denkerclub », caricature d’un artiste inconnu, 1819, critiquant la censure et l’oppression dans la confédération allemande.

Politisation et démocratisation en Allemagne au 19e siècle

Colloque organisée par l’Institut historique allemand (G. Gersmann, M. König) en coopération avec l’université de Brunswick (H. Mehrkens) et la Revue d’histoire du XIXe siècle.

 

Programme
Jeudi, 1er mars 2012
18h00 Andreas FAHRMEIR (Universität Frankfurt a.M.)
Une (im)possible nouvelle histoire politique de l’Allemagne au XIXe siècle ?
Commentaire : Sylvie APRILE (Université Lille)
Conférence en langue allemand avec interprétation simultanée en français

Réception à l’IHA
Vendredi, 2 mars 2012
9h00 Accueil des participants

9h30 Gudrun GERSMANN, Mareike KÖNIG, Heidi MEHRKENS
Ouverture et introduction du colloque (en langue allemande)

10h00 James M. BROPHY (University of Delaware)
Transnational Dimensions to Democratic Practices in the Rhineland, 1815‐1870
(communication en langue anglaise)

11h00‐11h30 Pause café

11h30 Ute FREVERT (Max‐Planck‐Institut für Bildungsforschung, Berlin)
Gefühlspolitik (communication en langue allemande)

12h30‐13h30 Déjeuner sur place

13h30 Frank BECKER (Universität Duisburg‐Essen)
Repräsentationen von Krieg und Militär als Aushandlungsraum für die politische Ordnung
der Nation (communication en langue allemande)

14h30 Andreas BIEFANG (Kommission für Geschichte des Parlamentarismus und der
politischen Parteien e.V.)
Allgemeines Wahlrecht und demokratische Kultur im Deutschen Kaiserreich (communication en langue allemande)

15h30‐16h00 Pause café

16h00‐17h00 Discussion générale

 

Date

1-2 mars 2012

 

Lieu

Institut historique allemand

8, rue du Parc-Royal

75003 Paris

http://www.dhi-paris.fr

 

Information et inscription

Mareike König : mkoenig [@] dhi-paris.fr

Le monde du livre face aux lois de copyright international au XIXe siècle : Grande-Bretagne, France, Belgique, États-Unis | Paris 13, 9 mars 2012

Journée d’étude : « Le monde du livre face aux lois de copyright international au XIXe siècle : Grande-Bretagne, France, Belgique, Etats-Unis. »

9 mars 2012 / CRIDAF, Université Paris 13, salle D300, UFR LSHS

 

Objectif : proposer une réflexion théorique et des études de cas sur le copyright au 19ème siècle, en particulier sur le copyright international : effets sur les auteurs, les éditeurs, et les traducteurs.

  

Matin: accords bilatéraux au milieu du dix-neuvième siècle: France, Grande-Bretagne, Belgique

9h30-10h30

Jean-Yves Mollier, Université Versailles St-Quentin-en-Yvelines : « De la contrefaçon belge aux accords de 1852-1854 ».

Laurent Pfister, Université Versailles St-Quentin-en-Yvelines :  « Internationalisation du droit d’auteur et droit comparé : la convention franco-anglaise du 3 novembre 1851. »

10h30-10h45 Discussion

10h45-11h15: pause

11h15-12h15

Blaise Wilfert, ENS : « Droit d’auteur et stratégie d’éditeur : Hachette, Dickens et la Bibliothèque des meilleurs romans étrangers. »

Susan Pickford, Université Paris 13 : « Les traducteurs face aux enjeux du copyright au 19ème siècle. »

12h15-12h30 : discussion

12h 30 : déjeuner

 

Après-midi : Le cas des Etats-Unis

14h-15h30 :

Michael Winship, University of Texas at Austin : “Napoleon Comes to America : The Publishing of Walter Scott’s Life of Napoleon Buonaparte (1827)”

Will Slauter, Université Paris 8 : « Marks of Ownership and Acknowledgment: The Transformation of Newspaper Texts in 19th-Century America. »

Ellen Gruber Garvey, New Jersey City University : « Mark Twain’s Self-Pasting Scrap-Book, the Authorship of Blank Books, and Intellectual Property »

15h30-16h : discussion et conclusion : l’état du champ

Renseignements :

Claire Parfait claire.parfait@univ-paris13.fr

Susan Pickford, susan.pickford@univ-paris13.fr

Comment venir à Paris 13 : http://www.univ-paris13.fr/acces-aux-campus.html

Plan du campus de Villetaneuse :

http://www.univ-paris13.fr/images/stories/plans_des_campus/acces_v.pdf

Les mots de l’administration. Retour pluridisciplinaire sur deux siècles de production de savoirs de l’administration , XIXe-XXe siècles – Appel à contributions

Les mots de l’administration. Retour pluridisciplinaire sur deux siècles de production de savoirs de l’administration, XIXe-XXe siècles, Lyon, 19 et 20 décembre 2012

 Comité organisation : Philippe BONGRAND (Cergy Pontoise) ; Julie GERVAIS (Paris 1/CRPS);  Dominique MARGAIRAZ (Paris 1 / IDHE) ; Igor MOULLIER (ENS Lyon / LARHRA) ; Denise OGILVIE (Archives Nationales) ; Renaud PAYRE (IEP Lyon / Triangle) ;  Yann POTIN (Archives Nationales)

Depuis un peu plus d’une vingtaine d’années, l’histoire de l’administration a connu de nouvelles impulsions. Si pendant longtemps la question de l’Etat n’a été abordée que sous l’angle institutionnel et juridique, de grands programmes de recherche ont permis de dévoiler la variété des pratiques administratives au sommet de l’Etat. Le programme « Genèse de l’Etat moderne » a fourni à cet égard des résultats exemplaires et durables, qui ont permis de renouveler les modèles historiographiques de l’Etat. L’histoire des ministères a progressé grâce à la création de nombreux comités (Comité d’histoire économique et financière de la France, Comité d’histoire de la Sécurité Sociale, Comité d’histoire de la seconde guerre mondiale, etc.), de thèses et de travaux récents montrant l’entrée dans un nouveau régime de relations entre savoirs et administration dès le milieu du XVIIIème siècle. L’administration investit de nouveaux champs : savoirs policiers, information économique, statistique et connaissance des territoires. Elle se dote aussi d’une dimension plus réflexive : de nouvelles notions, comme celle de service public, permettent de nouvelles formes de légitimation ; de nouvelles institutions (conseil d’État, conseils de préfecture) encadrent son action, de nouveaux instruments cognitifs (codes, revues spécialisées, bibliothèques administratives) matérialisent l’importance croissante de l’accès au savoir.

Quel impact ces transformations cognitives ont-elles sur les pratiques de l’administration ? C’est notamment dans l’étude des relations centre-périphérie que  l’historiographie s’est enrichie, ces dernières années, d’analyses pointant les distorsions entre les pratiques des édiles ou des préfets et les prescriptions juridiques. C’est ainsi que les travaux récents sur les préfectures et leur rôle au cours du XIXème siècle  les montrent comme un lieu d’acculturation à l’administration municipale, un lieu de mise en forme et de mise en circulation de savoir-faire destinés aux édiles. Des séminaires, des journées d’études et des ouvrages collectifs sont venus enrichir une telle historiographie en présentant de nouvelles enquêtes d’histoire politique de l’administration. L’entreprise collective menée par Marc Olivier Baruch et Vincent Duclert propose ainsi d’observer et d’analyser l’action politique et le sens de cette action à partir de ses coulisses, c’est-à-dire par l’examen des pratiques administratives, mais également des représentations, notamment de l’État, que les administrateurs engagent dans leurs pratiques. Ces travaux offrent des recommandations précieuses : saisir comment un ordre politique se maintient à partir de l’étude du fonctionnement concret de l’administration.

Au total, si des perspectives nouvelles ont été très largement ouvertes, plusieurs questions restent encore peu explorées. Les travaux réalisés peinent à relier l’étude de la pratique administrative  et la production exponentielle – au cours des XIXème et XXème siècles- de savoirs dédiés à l’administration et d’écrits théoriques sur le gouvernement qui vont de la littérature grise à la publication de traités savants. Un effort interdisciplinaire est pour cela particulièrement précieux.

Le programme ANR Mosare (Mobilisation des savoirs administratifs pour la réforme de l’Etat), qui associe des archivistes, des historiens et des politistes, s’interroge sur la production de savoirs pour l’administration et leur mobilisation dans l’action. Les savoirs sont alors envisagés comme l’ensemble des éléments d’ordre cognitif qui, partant d’expériences et de pratiques concrètes, s’en détachent et sont susceptibles d’être généralisés, c’est-à-dire mobilisés et adoptés par d’autres acteurs. Il s’agit de s’interroger sur la place du savoir dans les dispositifs de gouvernement et d’administration. C’est bien la spécificité du processus de production, d’apprentissage et de transformation des savoirs à l’œuvre dans l’administration qui intéresse les chercheurs mobilisés dans ce programme. Ces savoirs connaissent différentes mises en forme : des savoirs peu formalisés, assemblés suivant le mode de l’enquête ou du dossier, en vue d’actions précises, des publications telles les dictionnaires et les périodiques dont le nombre croît considérablement au cours du dix-neuvième siècle, des écoles d’administration et enfin plus tardivement des filières universitaires.

Le programme Mosare se penche sur la production et l’incorporation de savoirs pour l’action publique  et des savoir-faire destinés au perfectionnement et à la rationalisation de l’action politico-administrative. On pourrait juger à tort ces savoirs comme des éléments secondaires. Or, non seulement ils révèlent et véhiculent des représentations constitutives de l’action administrative, mais ils rendent en outre possible l’innovation administrative et les transformations de l’administration. Les savoirs sont ainsi saisis comme des marqueurs et des porteurs de l’autonomisation administrative.

Un marqueur clé de cette dynamique est la parution du Dictionnaire de l’administration française dirigé par Maurice Block, et plusieurs fois réédité dans la seconde moitié du XIXème siècle. Son étude permet de saisir à la fois les réseaux à l’œuvre dans la production des savoirs administratifs d’une part, et les dynamiques intellectuelles de conceptualisation, de classification et d’évolution de la matière administrative d’autre part. Elle se prête donc particulièrement bien à une démarche collective de bilan et de synthèse. En partant de la lecture critique (contexte de production, évolution des versions dans les différentes éditions) d’une entrée ou d’un groupe d’entrées du dictionnaire les intervenants sont invités, en partant de leurs propres travaux, à envisager la manière dont cet objet a été appréhendé depuis par les différentes sciences sociales de l’administration au XIXème et/ou au XXème siècle.

L’enjeu du colloque sera ainsi de proposer un bilan des travaux historiques et sociologiques consacrés à l’administration autour d’une série de mots et de notions incarnant les savoirs administratifs, qui seront répartis autour de trois axes :

Le premier est consacré aux catégories de l’action administrative. Il s’agit de revenir sur les transformations de la mise en administration de la société et du territoire français et de la délimitation ou re-configuration des compétences administratives. C’est bien la question de la construction administrative de la réalité qui nous intéresse ici, à travers des notions comme : le travail (fabrique, industrie, syndicat), l’assistance publique, les finances, etc.

Le deuxième axe se concentre davantage sur les formes et les agents de l’administration. Il s’agit de revenir sur les mutations des pratiques et procédures administratives mais également sur le fonctionnement des services. C’est l’administration comme organisation et comme travail que nous souhaitons retrouver dans les communications pouvant porter par exemple sur  les ministères, les rédacteurs, la notation et l’avancement, les commissions, la centralisation.

Le troisième revient enfin sur les instruments et les savoirs de l’administration. Quels savoirs ont pu être considérés comme légitimes pour bien administrer ? Comment ces savoirs sont-ils produits et mis à la disposition des agents ? Les entrées pourront traiter des enquêtes, des écoles, des concours, des bibliothèques, des formulaires, des moyens par lesquels le savoir est produit et utilisé par les administrations.

Les propositions de communications, d’environ 1500 signes, devront évoquer le type d’entrée choisi (une entrée du dictionnaire ou un groupe d’entrée autour d’une même notion) et l’éclairage qu’elles pourront apporter aux différents axes du colloque 

Les propositions doivent être envoyées avant le  15/03/2012 à Igor Moullier (igor.moullier@ens-lyon.fr) et Renaud Payre (renaud.payre@sciencespo-lyon.fr)