Archives de catégorie : parutions

Odile Roynette, Bons pour le service, Belin, coll. Alpha

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution d’une nouvelle édition de l’ouvrage d’Odile Roynette, Bons pour le service. La caserne à la fin du XIXe siècle, Belin, coll. Alpha, 2017, 560 p.

Présentation de l’ouvrage :

1872. Après le choc de la défaite contre l’Allemagne et le traumatisme laissé par la Commune, le service militaire est placé au centre d’un dispositif qui vise à régénérer la nation meurtrie. La disparition des remplaçants, payés pour accomplir le service à la place des citoyens plus aisés, puis l’extension progressive des obligations militaires à l’ensemble de la jeunesse masculine avant 1914, promeuvent la caserne, dans le prolongement de l’école, à l’avant-garde des institutions républicaines.

L’objet de ce livre, qui reparaît aujourd’hui, revu et augmenté d’une postface de l’auteure, est d’analyser les formes et les enjeux de cette expérience partagée. Il examine les épreuves traversées par les soldats pour s’approprier les disciplines du corps et de l’âme imposées à la caserne. Il éclaire d’un jour nouveau l’histoire des hommes et des masculinités avant 1914.

Présentation de l’auteure :

Odile Roynette est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université Bourgogne-Franche-Comté. Spécialiste de l’histoire des conflits au XIXe siècle et de la Première Guerre mondiale, elle a récemment publié Un long tourment. Louis-Ferdinand Céline entre deux guerres (1914-1945), Paris, Les Belles Lettres, 2015 (Prix Lucien Febvre 2016). 

Genre&histoire, numéro 18, Automne 2016

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution du dernier numéro de Genre&Histoire dans lequel l’histoire du XIXe siècle est à l’honneur à travers trois articles :

Genre&histoire
18 | Automne 2016

Parution – Bertrand Goujon, Les Arenberg, PUF

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution du livre de Bertrand Goujon, maître de conférences à l’Université de Reims, sur la maison d’Arenberg au XIXe siècle :

Bertrand Goujon, Les Arenberg. Le gotha à l’heure des nations, Paris, Presses universitaires de France, 2017

 

couv_num_045755

Pour plus d’informations, voir la page sur le site des Presses universitaires de France :

https://www.puf.com/content/Les_Arenberg

Maison souveraine du Saint-Empire dont les différentes branches s’établissent en Belgique, en Allemagne, en France et en Autriche, la famille Arenberg est un observatoire du gotha au XIXe siècle. Confrontée à la fragilisation de la propriété foncière, aux concurrences bourgeoises, aux défis de la sécularisation et à la démocratisation de la vie politique, l’aristocratie doit de toute urgence réinventer ses modèles économiques, idéologiques et socioculturels. Elle engage ainsi de nouvelles stratégies qui s’inscrivent dans des contextes nationaux et régionaux supposant une adaptation permanente.

La dimension transnationale de cette histoire exemplaire est particulièrement cruciale, car les Arenberg attestent une maîtrise singulière et précoce de l’espace et du temps qui, sans être dénuée d’ambiguïtés et au risque de susciter des crispations, est le gage pour cette grande famille européenne d’une perpétuation de sa position élitaire au fil d’un long XIXe siècle en tout point révolutionnaire.

 

Les Naufragés de la Méduse (Jacques-Olivier Boudon)

BoudonParution de Jacques-Olivier Boudon, Les Naufragés de la Méduse, Paris, Belin, 2016, 334 p., 23 €, ISBN 978-2-7011-9668-8

Présentation de l’éditeur

« Le véritable récit du naufrage de La Méduse »

Le 2 juillet 1816, la frégate La Méduse s’échoue sur un banc de sable au large de la Mauritanie avec, à son bord, quatre cents passagers. Cent cinquante sont abandonnés sur un radeau construit à la hâte qui dérive pendant treize jours. Sans provisions, les naufragés de la Méduse s’entre-tuent, les rescapés dévorant la chair des cadavres gisant à leur côté. Quinze seulement survivent. Quatre témoigneront de cette expérience hors du commun. Leur récit bouleverse et divise la France de la Restauration. À travers la mise en cause du capitaine, dont l’incapacité est avérée, c’est le gouvernement lui-même qui est attaqué. Au-delà de cette dimension politique, les Français découvrent avec stupeur cette aventure tragique et macabre qui touche les replis les plus sombres de l’âme humaine. Le souvenir des guerres de l’Empire rejaillit. La catastrophe de la Méduse, immortalisée par Géricault au salon de 1819, exprime un indicible refoulé depuis l’avènement de Napoléon.

Partant des récits des témoins et d’archives inédites, Jacques-Olivier Boudon nous fait revivre l’odyssée des naufragés de la Méduse. Il nous raconte, d’une écriture alerte, les rebondissements de ce drame et explore les profondeurs d’une société qui solde alors le passif d’un quart de siècle de violences de guerre.

L’auteur

Jacques-Olivier Boudon, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure, est professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Sorbonne où il dirige également le Centre d’histoire du XIXe siècle et l’Ecole doctorale d’histoire moderne et contemporaine. Président de l’Institut Napoléon, il a publié une trentaine d’ouvrages consacrés à l’Empire et à l’histoire du XIXe siècle (Le Seuil, A. Colin). Deux d’entre eux ont été couronnés d’un prix de l’Académie des sciences morales et politiques.