Archives de catégorie : films & spectacles

Chocolat Clown Nègre | Bouffes du Nord

Chocolat Clown Nègre
de Gérard Noiriel et Marcel Bozonnet
du 14 au 18 mars aux Bouffes du Nord

http://www.bouffesdunord.com/Saison/Fiche_Spectacle:130941936382

Chocolat, esclave cubain, est devenu un Auguste célèbre de la Belle Époque aux côtés de son partenaire le clown blanc Foottit. Il est le personnage principal de la fable. Sa vie, tant professionnelle que privée, est pleine de rebondissements et de coups de théâtre. Il subit, malgré ses qualités d’artiste et son succès, les avanies de sa condition de Noir et finit sa vie dans la misère. Le spectacle lui donne la parole, fait revivre les épisodes marquants de sa carrière et de sa vie et réinterprète les numéros présentés par Foottit et Chocolat au Nouveau Cirque. Il fait la part belle aux événements et aux mentalités de cette période à travers des textes tirés de la presse ou des débats parlementaires, mais aussi des chansons ou des poèmes, ou encore des archives sonores et visuelles.
Distribution :
Marcel Bozonnet, acteur et metteur en scène. Il a joué entre autres sous la direction de Victor Garcia, Antoine Vitez et Klaus Michael Grüber, et a monté notamment Molière, Jan Fabre et Pasolini. Sociétaire de la Comédie-Française, il a ensuite dirigé le Conservatoire supérieur national d’art dramatique puis la Comédie-Française. Il a mis en scène et interprète en solo depuis 2002 La Princesse de Clèves de Madame de La Fayette. En 2006, il fonde sa compagnie Les Comédiens voyageurs pour laquelle il met en scène en 2008 Gavroche, rentrons dans la rue d’après Antonin Artaud et Victor Hugo et en 2010 Baïbars, le mamelouk qui devint sultan.

*Augustine – par Nicole Edelman

Augustine, un court métrage de Jean-Claude Monod & Jean-Christophe Valtat, Les films du possible, 43 mn, 2003.

L’hystérie serait-elle à la mode en cette fin d’année 2011 ? Trois films la prennent en effet pour trame de scénario : Oh my god (hysteria), A dangerous method et Augustine. Entre long et court métrage, en 35mm noir et blanc, ce dernier est cependant fort différent des deux autres. Sorti en 2003, considéré par sa longueur de 43mn comme mal adapté à la rentabilité des salles de cinéma, il n’a pas trouvé sa place dans les circuits de grande distribution où il fut projeté de manière très confidentielle pour retrouver vie sur Arte en mars 2005 puis aujourd’hui en 2012 à La Filmothèque du quartier latin.

Augustine se réfère à une histoire vraie (comme les deux autres films d’aileurs), son scénario (Jean Christophe Valtat) est fondé sur la vie réelle d’une jeune femme, hospitalisée pour hystérie à La Salpêtrière dans le service du neurologue Jean-Martin Charcot. Son séjour à l’hôpital est rapporté à plusieurs reprises dans L’Iconographie photographique de La Salpêtrière écrit par D. M. Bourneville, bras droit de Charcot, qui la diagnostique hystérique et P. Régnard, auteur des centaines de photographies de malades -dont Augustine- illustrant l’ouvrage publié en trois tomes de 1876 à 1880. Augustine, dont le vrai prénom est Louise, est entrée à La Salpêtrière le 21 octobre 1875, elle est alors âgée de 15 ans et demi. Ses parents sont tous deux domestiques, ils ont eu 7 enfants dont 5 sont morts, deux sont vivants, un garçon et Augustine. Elle est placée en nourrice jusqu’à 9 mois, ensuite chez des parents à Bordeaux jusqu’à 6ans et demi, puis jusqu’à 13 ans et demi, chez des sœurs à La Ferté sous Jouarre où elle est souvent mise « à la pistole » , i-e en cellule car elle refusait de lire La vie des Saints au réfectoire. Parfois, les sœurs la souffletaient. Par ailleurs, il est dit qu’elle est intelligente, sait lire, écrire, et coudre. Elle est blonde, grande et forte pour son âge et offre tous les aspects d’une fille pubère mais qui n’a jamais été réglée. Elle est active, affectueuse, impressionnable, mais capricieuse, aimant beaucoup attirer l’attention. Elle est coquette, met beaucoup de soin à sa toilette, à disposer ses cheveux qui sont abondants, tantôt d’une façon, tantôt de l’autre, les rubans de couleur vive surtout, font son bonheur, écrit Bourneville.  Sa mère ne sait pas à quoi attribuer la maladie de sa fille qui a été admise dans le service de Charcot pour une paralysie de la sensibilité du bras droit et des attaques d’hystérie graves avec de grosses crises convulsives. On apprend par ailleurs qu’à La Ferté sous Jouarre, elle sortait et se laissait embrasser pour des bonbons, qu’elle allait aussi voir la femme d’un ouvrier peintre, ivrogne qui avait tenté de la violer. Puis placée à 13ans et demi chez C. pour apprendre à coudre, celui-ci l’avait violé après l’avoir fait boire et menacée d’un rasoir. Le lendemain, souffrante, saignant et ne pouvant marcher, elle rentrait chez elle où l’on crut qu’elle avait ses règles. Ses attaques commencèrent alors. Ses parents la placèrent cependant comme femme de chambre chez une vieille dame et débuta alors, ce que Bourneville nomme une « existence aventureuse », à savoir qu’elle eut plusieurs amants. Les discussions avec la famille noircissent encore l’histoire d’Augustine puisqu’on apprend que la mère était la maîtresse de C. et qu’elle lui avait peut être livré sa fille. Longuement hospitalisée, avec des périodes de nettes améliorations, Augustine s’enfuit de La Salpêtrière en juillet 1880 pour être ramenée en septembre 1880 et pour le 9 septembre, se sauver à nouveau déguisée en homme pour rejoindre un homme qu’elle avait connu à l’hôpital. Voilà donc ce que L’Iconographie photographique de La Salpêtrière nous apprend et que ne raconte pas le film qui se focalise sur le séjour d’Augustine à l’hôpital.

Si viols et maltraitance se retrouvent dans quasiment toutes les vies de ces femmes et jeunes filles hospitalisées dans « le service des hystériques et épileptiques non aliénées », Charcot n’en tient aucun compte puisque l’hystérie est pour lui une maladie nerveuse liée à une lésion de l’encéphale. C’est le diagnostic porté sur Augustine qui n’est donc pas une folle et qui, à ce titre, peut circuler librement puisque nulle mur ni barrière ne la retient dans le service à l’encontre de l’asile tout proche. Comme toutes les malades, elle reçoit des soins par électrothérapie et hypnose que Charcot donne alors à ses hystériques et qui sont fort justement montrés dans le film. Un service d’électrothérapie dirigé par le Dr Romain Vigouroux est ainsi créé en 1875 pour traiter en particulier les paralysies hystériques, censées céder à des décharges de courants électriques appliquées judicieusement. Charcot pratique aussi diverses expériences d’hypnose sur ses « sujets » dont Augustine. Il réinterprète cet état hypnotique comme une « hystérie expérimentale », donc un état pathologique que seuls les hystériques peuvent connaître. Il en décrit trois formes : la catalepsie, la léthargie et le somnambulisme, chacune obtenue par différentes techniques, toujours matérielles : bruit de gong, éclair de lumière, miroir tournant etc.

Ce petit monde du service du Dr Charcot est finement montré dans le film. Le scénario, les cadrages et le rythme des plans mettent au jour les rapports de pouvoir entre médecins, internes, personnel soignant (qui sont souvent d’anciennes hystériques) et malades. Le film nous fait aussi circuler dans l’espace du service de Charcot : salle des leçons où un public privilégié se presse, laboratoire photographique, salle des machines électriques et des expériences d’hypnotisme, dortoirs aux lits blancs alignés, entrelacs de couloirs mais aussi cours ouvertes vers le Paris laborieux. De son arrivée à sa fuite, Maud Forget joue avec subtilité Augustine, tant dans ses crises convulsives et ses souffrances que dans l’ambiguïté de ses relations avec les médecins où se jouent séduction et manipulation. Belle et intelligente, elle devient certes la diva du service mais demeure une femme du petit peuple ouvrier et le sujet de ces messieurs. Tout cela, le film Augustine nous le fait voir ou comprendre.

Nicole Edelman.

http://www.lafilmotheque.fr/