Archives de catégorie : films & spectacles

Urfaust

MISE EN SCENE GILLES BOUILLON

Théâtre de la Tempête – salle Copi
Du 11 janvier au 5 février 2017

capture-decran-2017-01-11-a-21-54-36

Urfaust – ou Faust originaire, 1775 – est la matrice du Faust que nous connaissons, remanié et publié trente ans plus tard. Le manuscrit, miraculeusement conservé, n’a été retrouvé qu’en 1887. Cette oeuvre de jeunesse puise son inspiration dans la littérature populaire, dans le théâtre de foire et dans le fait divers : une jeune fille exécutée pour infanticide. De l’ancienne légende du mage et du savant, Goethe délaisse la dimension folklorique : pas de pacte signé avec le sang, pas de sabbat des sorcières ; Méphisto n’est sans doute qu’un alter ego. Faust a soif d’autres connaissances et d’autres émotions : c’est un homme libre qui s’aveugle en cherchant « la vraie vie »… Il cristallise les fantasmes de possession d’une âme insatisfaite, et seul l’amour de Marguerite saura muer la volonté de puissance en connaissance du coeur avant de se fracasser tragiquement sur la violence de la société, et de mener à la folie. La combinaison du tragique et du bouffon, la compression explosive de la fable, la crudité du langage font de Urfaust aujourd’hui la version la plus intense du drame, la plus proche de notre sensibilité. « Un chef-d’oeuvre jeté sous la forme d’une esquisse admirable. » B. Brecht

Site du spectacle

20 000 lieues sous les mers

ADAPTATION ET MISE EN SCENE
CHRISTIAN HECQ ET VALERIE LESORT

Comédie française, Vieux colombier
Du 25 janvier au 2 mars 2017

En 2015, Christian Hecq, sociétaire, et Valérie Lesort relevaient le défi de créer, avec 20 000 lieues sous les mers, un spectacle pour acteurs et marionnettes. Six comédiens de la Troupe allaient apprendre l’art de la manipulation pour donner vie à l’équipage du Nautilus et au monde qui l’entoure, celui des grands fonds. Tour à tour à vue sur le plateau et manipulateurs cachés dans le noir des profondeurs, les acteurs nous embarquent à bord du Nautilus, vaisseau légendaire tenant à la fois du monstre marin et du navire de pointe. Utilisant le principe du théâtre noir, méduses et poissons semblent flotter dans ce monde où la lumière du jour ne pénètre jamais. « Sur scène, la marionnette permet à l’acteur des mouvements, des expressions, des accélérations que son corps est incapable de faire, elle prolonge et démultiplie son expression corporelle. Je parle souvent de “dynamo-rythme” à propos de la faculté de reproduire la dynamique d’un être. Ici, pour les poissons, c’est un mélange de mouvements lents et rapides, exécutés de façon apparemment aléatoire. C’est un spectacle d’images où les poissons peuvent faire une sacrée concurrence aux acteurs ! » dit Christian Hecq.
Toute la poésie et l’univers fantastique de l’œuvre de Jules Verne se retrouvent dans ce tour du monde à travers les océans où les enfants, petits et grands, aiment à se replonger.

Site du spectacle

 

 

 

La chose commune

CRÉATION / OPÉRA JAZZ
D’EMMANUEL BEX ET DAVID LESCOT

La Halle aux Grains à Blois, mardi 28 mars, 20h30

capture-decran-2017-01-05-a-22-50-40

Jazz révolutionnaire

Le 18 mars 1871, alors que le Second Empire s’est écroulé dans la défaite contre la Prusse, le peuple de Paris se soulève et – ainsi parla Jules Vallès – « [prend] les armes contre un monde mal fait et [forme], sous le drapeau de la Commune, la grande fédération des douleurs ». L’expérience politique durera deux mois et s’achèvera dans le sang d’une cruelle répression. Le vent de cette épopée utopique souffle encore. Pour raconter cette histoire sans en perdre la force, pour en vivre et faire vivre la puissance, le dramaturge David Lescot et le musicien Emmanuel Bex ont imaginé un opéra-jazz. Car le jazz et la Commune de Paris partagent finalement beaucoup : le goût de la liberté, de la mise en commun, la pratique de la tentative, l’improvisation. Entourés de la chanteuse Élise Caron, du rappeur Mike Ladd, de la saxophoniste Géraldine Laurent, du batteur Simon Goubert, sans décor ni costume, ils ravivent le feu et font parler la poudre.

De formation classique, le pianiste et organiste Emmanuel Bex est venu au jazz à la suite d’une rencontre, en 1977, avec Bernard Lubat. Il n’a depuis cessé de multiplier les expériences, du Bex’tet au Requiem en couleurs, pour trio de jazz et 120 choristes. David Lescot est auteur, metteur en scène et musicien. Son écriture et son travail scénique mêlent au théâtre des formes non-dramatiques (musique, danse ou matière documentaire). Parmi ses très nombreux projets : L’Européenne, Grand prix de littérature dramatique en 2008, La Commission centrale de l’enfance, Molière de la révélation théâtrale en 2009 et Le Système de Ponzi ; tous trois ont été accueillis à la Halle aux grains.

Site du spectacle

Britain’s Forgotten Slave-Owners | Documentaire BBC2

Capture d’écran 2015-07-24 à 09.23.50 Capture d’écran 2015-07-24 à 09.21.57

 

BBC2 vient de diffuser le documentaire en deux parties, « Britain’s Forgotten Slave-Owners » :

http://www.bbc.co.uk/programmes/b063db18 ( actuellement disponible sur iPlayer)

Une présentation dans The Observer du 12 juillet :

http://www.theguardian.com/world/2015/jul/12/british-history-slavery-buried-scale-revealed

Pour un témoignage, voir :

http://www.independent.co.uk/voices/comment/my-shameful-secret-an-ancestor-of-mine-was-a-slave-owner-10386758.html

Ce documentaire est fondé sur les recherches du  projet collectif « Legacies of British slave-ownership », basé à University College London :

https://www.ucl.ac.uk/lbs

L’ouvrage de Catherine Hall, Keith McClelland, Nick Draper, Kate Donington et Rachel Lang, Legacies of British Slave-Ownership. Colonial Slavery and the Formation of Victorian Britain (Cambridge, 2014), présente des travaux issus de ce projet.