Tous les articles par Manuel Charpy


Les Antilles à Paris | Trésors de la Bibliothèque Mazarine


 

Les Antilles à Paris. Trésors de la Bibliothèque Mazarine

jusqu’au au 22 décembre 2011

« Koo, Koo, or Actor Boy », planche extraite de : Isaac Mendes Belisario, Sketches of character, in illustration of the habits, occupation, and costume of the Negro population, in the island of Jamaica: drawn after nature, and in lithography, Kingston, Jamaica, published by the artist, at his residence, 1837-1838.

 

Dossier de presse :

Espace d’une très grande diversité géographique, naturelle et humaine, l’archipel des Antilles a fait l’objet de convoitises et d’une fascination continues depuis la découverte des « Indes occidentales ». Nombreux sont les récits de voyage qui documentent, depuis la Renaissance, les relations nouées et entretenues entre Européens et peuples Caribéens. Ils constituent aujourd’hui des sources exceptionnelles, souvent illustrées, et généralement orientées par les préoccupations de leurs auteurs, qui furent botanistes ou cartographes, marins ou négociants, missionnaires ou administrateurs…

Cette exposition repose sur un fonds précieux de manuscrits et de livres rares qui représente aujourd’hui l’une des principales ressources pour l’histoire naturelle et humaine des Antilles. Elle réunit notamment : le manuscrit autographe des Mémoires du Père Labat (1663-1738), missionnaire, botaniste et ethnographe qui séjourna aux Antilles de 1694 à 1706; des dictionnaires de la langue caraïbe et de nombreux livres illustrés du XVIe au XIXe siècle. 
Certains de ces documents proviennent de la collection du docteur Marcel Chatillon relative aux pays bordant la mer des Caraïbes, léguée en 2003 à la Bibliothèque Mazarine : le manuscrit de l’Histoire des îles de Guadeloupe et Martinique du Père Du Tertre (1610-1687) illustré de dessins de sa main ; de rares éditions du Code Noir et un remarquable ensemble d’impressions antillaises ; un document capital pour l’histoire de l’esclavage : le Registre de la Société pour l’abolition de la traite des Noirs, instituée à Paris à la veille de la Révolution (1788 – juin 1790) ; un rarissime recueil sur la Jamaïque imprimé en couleur (Isaac Belisario, Sketches of character, 1837) ; des albums illustrés par la lithographie ou la photographie évoquant des paysages ou des scènes aujourd’hui disparus des Antilles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Magasin du XIXe siècle – Société des études romantiques et dix-neuviémistes

Se substituant au bulletin Dix-neuvième siècle, Le Magasin du XIXe siècle est une nouvelle revue annuelle lancée par la Société des études romantiques et dix-neuviémistes (SERD), dont la première livraison vient de sortir. Doté d’une nouvelle maquette, jeu sur les deux colonnes, la typographie et les illustrations intérieures en noir et blanc, Le Magasin du XIXe siècle est également marqué par un nouvel esprit éditorial. Si l’esprit de la revue n’est pas celui d’une revue scientifique comme Romantisme, par exemple , la valeur et la pertinence des textes qu’elle publie n’en demeure pas moins une exigence forte. Désireux d’atteindre un plus large public, animé par un esprit de « vulgarisation » dans son acception la plus noble, Le Magasin souhaite en effet s’ouvrir à de nouveaux lecteurs et susciter en eux un nouvel intérêt pour le XIXe siècle en leur faisant découvrir le fruit des recherches en cours.

http://etudes-romantiques.ish-lyon.cnrs.fr/magasin.html

Louis-Léopold Boilly – Palais des Beaux-Arts de Lille

Louis-Léopold Boilly (1761-1845)

Palais des Beaux-Arts de Lille

jusqu’au 6 février 2012

Dossier de presse :
Natif de La Bassée en pays de Weppes, Louis-Léopold Boilly (1761-1845) est l’un des artistes les plus originaux des XVIIIe et XIXe siècles français.
L’exposition est la première rétrospective internationale qui lui est consacrée.
Estimé en son temps, il jouit d’une reconnaissance internationale : son oeuvre est conservée dans les musées des États-Unis (New York, Washington, Boston, Chicago, Fort Worth), du Royaume-Uni (Londres, Cambridge) et de la Russie occidentale (Moscou, Saint-Pétersbourg).
En France, la région Nord/Pas-de-Calais et Paris (musée du Louvre, musée du Petit Palais et musée Carnavalet) disposent d’un grand nombre de ses œuvres. Réunissant ces collections, cette exposition rétrospective sera la première consacrée à Boilly depuis 1930. Elle démontrera l’envergure, la puissance et l’originalité de sa production, en particulier grâce à la découverte de nouvelles œuvres.
Le talent de portraitiste de Boilly, qui fit son succès, sera mis à l’honneur. Son travail incisif de caricaturiste, mieux connu aujourd’hui, sera réexaminé tout comme d’autres aspects de son œuvre : son art virtuose du trompe-l’œil et son talent de chroniqueur de la vie citadine de l’Ancien Régime à la chute de l’Empire. Boilly préfigure l’artiste moderne de par sa sensibilité romantique, son goût pour l’actualité et la caricature, ainsi que son intérêt précurseur pour la lithographie et la science de l’optique.

 

Les amateurs de tableaux, milieu des années 1820, lithographie.

*Tracy Chevalier, Prodigieuses créatures – par Fabrice Bensimon

Tracy Chevalier, Prodigieuses créatures, traduit de l’anglais (États-Unis) par Anouk Neuhoff, Paris, Gallimard, 2011 [édition originale : Remarkable creatures, Londres, Penguin, 2009].

Lyme Regis (Dorset, au sud de l’Angleterre), années 1810. La jeune Mary Anning (1799-1847) parcourt la plage et les falaises pour trouver des fossiles d’animaux disparus, accompagnée d’Elizabeth Philpot (1780-1857). Cette passion commune est le ciment d’une amitié improbable. Tout sépare en effet les deux femmes. Mary a presque vingt ans de moins qu’Elizabeth. Fille d’un menuisier, dans une famille non-conformiste de dix enfants, Mary, quand elle était bébé, a réchappé de la foudre qui a tué quatre personnes autour d’elle ; les villageois ne manquent pas d’attribuer à cet épisode sa vivacité et son intelligence. Elizabeth vient, elle, d’une famille plus aisée de la middle class. Et là où, pour Mary, la recherche de fossiles est un moyen d’améliorer les pauvres ressources de la famille en vendant ses trouvailles à des collectionneurs parfois fortunés, pour Elizabeth, c’est la fascination pour ces mondes perdus qui prévaut.

Observatrice hors pair, Mary trouve des spécimens remarquables, comme le premier squelette complet d’ichtyosaure (un reptile marin géant disparu il y a 90 millions d’années), le premier squelette de plésiosaure (un autre reptile marin) et d’importants fossiles de poissons. Ces trouvailles contribuent à bousculer le récit biblique de la création, à une époque où le fixisme continue de prévaloir outre-Manche, mais se lézarde sous les coups des progrès de la géologie, de l’anatomie comparée et de la paléontologie. Entièrement autodidactes, Elizabeth Philpot et surtout Mary Anning ont été reconnues, de leur vivant, comme des  pionnières de la collecte des fossiles et de la paléontologie. Les naturalistes et les géologues britanniques, tel que William Buckland,  ainsi que Cuvier suivent de près les découvertes de Mary Anning, dont certaines sont parfois contestées en raison des préjugés attachés à son sexe, à son statut et à sa classe. Elle a attiré l’attention sur l’immense richesse géologique de cette bande côtière de quelque 150 kilomètres au sud du Devon et du Dorset, maintenant surnommée la « côte jurassique ».

À partir de l’histoire croisée de ces deux jeunes femmes, Tracy Chevalier, connue depuis La Jeune fille à la perle (1999), a écrit un beau roman, qui prend des libertés avec l’histoire, mais évoque avec finesse aussi bien la condition de femmes non-mariées dans l’Angleterre du premier XIXe siècle que les débats scientifiques du temps de Cuvier et de Lyell.

Fabrice Bensimon.

(Aquarelle de Henry De la Beche, vers 1830 ?)

 


 [FM1]