Tous les articles par editeur

*Augustine – par Nicole Edelman

Augustine, un court métrage de Jean-Claude Monod & Jean-Christophe Valtat, Les films du possible, 43 mn, 2003.

L’hystérie serait-elle à la mode en cette fin d’année 2011 ? Trois films la prennent en effet pour trame de scénario : Oh my god (hysteria), A dangerous method et Augustine. Entre long et court métrage, en 35mm noir et blanc, ce dernier est cependant fort différent des deux autres. Sorti en 2003, considéré par sa longueur de 43mn comme mal adapté à la rentabilité des salles de cinéma, il n’a pas trouvé sa place dans les circuits de grande distribution où il fut projeté de manière très confidentielle pour retrouver vie sur Arte en mars 2005 puis aujourd’hui en 2012 à La Filmothèque du quartier latin.

Augustine se réfère à une histoire vraie (comme les deux autres films d’aileurs), son scénario (Jean Christophe Valtat) est fondé sur la vie réelle d’une jeune femme, hospitalisée pour hystérie à La Salpêtrière dans le service du neurologue Jean-Martin Charcot. Son séjour à l’hôpital est rapporté à plusieurs reprises dans L’Iconographie photographique de La Salpêtrière écrit par D. M. Bourneville, bras droit de Charcot, qui la diagnostique hystérique et P. Régnard, auteur des centaines de photographies de malades -dont Augustine- illustrant l’ouvrage publié en trois tomes de 1876 à 1880. Augustine, dont le vrai prénom est Louise, est entrée à La Salpêtrière le 21 octobre 1875, elle est alors âgée de 15 ans et demi. Ses parents sont tous deux domestiques, ils ont eu 7 enfants dont 5 sont morts, deux sont vivants, un garçon et Augustine. Elle est placée en nourrice jusqu’à 9 mois, ensuite chez des parents à Bordeaux jusqu’à 6ans et demi, puis jusqu’à 13 ans et demi, chez des sœurs à La Ferté sous Jouarre où elle est souvent mise « à la pistole » , i-e en cellule car elle refusait de lire La vie des Saints au réfectoire. Parfois, les sœurs la souffletaient. Par ailleurs, il est dit qu’elle est intelligente, sait lire, écrire, et coudre. Elle est blonde, grande et forte pour son âge et offre tous les aspects d’une fille pubère mais qui n’a jamais été réglée. Elle est active, affectueuse, impressionnable, mais capricieuse, aimant beaucoup attirer l’attention. Elle est coquette, met beaucoup de soin à sa toilette, à disposer ses cheveux qui sont abondants, tantôt d’une façon, tantôt de l’autre, les rubans de couleur vive surtout, font son bonheur, écrit Bourneville.  Sa mère ne sait pas à quoi attribuer la maladie de sa fille qui a été admise dans le service de Charcot pour une paralysie de la sensibilité du bras droit et des attaques d’hystérie graves avec de grosses crises convulsives. On apprend par ailleurs qu’à La Ferté sous Jouarre, elle sortait et se laissait embrasser pour des bonbons, qu’elle allait aussi voir la femme d’un ouvrier peintre, ivrogne qui avait tenté de la violer. Puis placée à 13ans et demi chez C. pour apprendre à coudre, celui-ci l’avait violé après l’avoir fait boire et menacée d’un rasoir. Le lendemain, souffrante, saignant et ne pouvant marcher, elle rentrait chez elle où l’on crut qu’elle avait ses règles. Ses attaques commencèrent alors. Ses parents la placèrent cependant comme femme de chambre chez une vieille dame et débuta alors, ce que Bourneville nomme une « existence aventureuse », à savoir qu’elle eut plusieurs amants. Les discussions avec la famille noircissent encore l’histoire d’Augustine puisqu’on apprend que la mère était la maîtresse de C. et qu’elle lui avait peut être livré sa fille. Longuement hospitalisée, avec des périodes de nettes améliorations, Augustine s’enfuit de La Salpêtrière en juillet 1880 pour être ramenée en septembre 1880 et pour le 9 septembre, se sauver à nouveau déguisée en homme pour rejoindre un homme qu’elle avait connu à l’hôpital. Voilà donc ce que L’Iconographie photographique de La Salpêtrière nous apprend et que ne raconte pas le film qui se focalise sur le séjour d’Augustine à l’hôpital.

Si viols et maltraitance se retrouvent dans quasiment toutes les vies de ces femmes et jeunes filles hospitalisées dans « le service des hystériques et épileptiques non aliénées », Charcot n’en tient aucun compte puisque l’hystérie est pour lui une maladie nerveuse liée à une lésion de l’encéphale. C’est le diagnostic porté sur Augustine qui n’est donc pas une folle et qui, à ce titre, peut circuler librement puisque nulle mur ni barrière ne la retient dans le service à l’encontre de l’asile tout proche. Comme toutes les malades, elle reçoit des soins par électrothérapie et hypnose que Charcot donne alors à ses hystériques et qui sont fort justement montrés dans le film. Un service d’électrothérapie dirigé par le Dr Romain Vigouroux est ainsi créé en 1875 pour traiter en particulier les paralysies hystériques, censées céder à des décharges de courants électriques appliquées judicieusement. Charcot pratique aussi diverses expériences d’hypnose sur ses « sujets » dont Augustine. Il réinterprète cet état hypnotique comme une « hystérie expérimentale », donc un état pathologique que seuls les hystériques peuvent connaître. Il en décrit trois formes : la catalepsie, la léthargie et le somnambulisme, chacune obtenue par différentes techniques, toujours matérielles : bruit de gong, éclair de lumière, miroir tournant etc.

Ce petit monde du service du Dr Charcot est finement montré dans le film. Le scénario, les cadrages et le rythme des plans mettent au jour les rapports de pouvoir entre médecins, internes, personnel soignant (qui sont souvent d’anciennes hystériques) et malades. Le film nous fait aussi circuler dans l’espace du service de Charcot : salle des leçons où un public privilégié se presse, laboratoire photographique, salle des machines électriques et des expériences d’hypnotisme, dortoirs aux lits blancs alignés, entrelacs de couloirs mais aussi cours ouvertes vers le Paris laborieux. De son arrivée à sa fuite, Maud Forget joue avec subtilité Augustine, tant dans ses crises convulsives et ses souffrances que dans l’ambiguïté de ses relations avec les médecins où se jouent séduction et manipulation. Belle et intelligente, elle devient certes la diva du service mais demeure une femme du petit peuple ouvrier et le sujet de ces messieurs. Tout cela, le film Augustine nous le fait voir ou comprendre.

Nicole Edelman.

http://www.lafilmotheque.fr/

*La Cité interdite au Louvre, empereurs de Chine et rois de France – par Quentin Deluermoz

La Cité interdite au Louvre, empereurs de Chine et rois de France, Musée du Louvre,
du 29 septembre au 9 janvier

 

Il peut paraître étonnant d’évoquer cette exposition pour parler du 19e siècle. Pourtant, et bien qu’il soit centré sur la mise en parallèle des longues histoires du Louvre et de la Cité interdite, construite ex-nihilo au 15e siècle, c’est aussi dans cette direction, avec le Louvre de Napoléon Ier et le règne de l’impératrice Tseu Hi (1861-1908) que tendent les pièces et tableaux exposés. Trois salles jalonnent le parcours. La première aborde les relations franco-chinoises du XIIIe siècle au XXe siècle, en insistant sur les cartes, les échanges de livres et de pièces de valeurs. La seconde s’intéresse plus spécifiquement à la construction de la Cité interdite, grâce à une vaste maquette située dans la salle du même nom de l’aile Sully. La dernière, enfin, présente les collections de l’empereur Qianlong, au XVIIIe siècle. Installé à la tête d’un immense et puissant empire, il encourage le développement des arts et attire plusieurs artistes étrangers dont Giuseppe Castiglione (1688-1766), qui imprègne leurs œuvres d’intéressantes hybridations. Si le propos est parfois décousu (au sens propre, puisque les salles sont dispersées en plusieurs endroits du bâtiment), l’exposition permet de découvrir, aussi, une mise en perspective globale, connectée et de longue durée du Louvre du début du XIXe siècle.

Quentin Deluermoz.

http://www.louvre.fr/expositions/la-cite-interdite-au-louvre-empereurs-de-chine-et-rois-de-france

 

 

 

 

 

 

 

Sodome à Paris : fin XVIIIe – milieu XIXe siècle : l’homosexualité masculine en construction de Thierry Pastorello













Thierry Pastorello, Sodome à Paris : Fin XVIIIe – milieu XIXe siècle : L’homosexualité masculine en construction, Grâne, Créaphis, 2011.

De la dernière partie de l’Ancien Régime à la première moitié du XIXè siècle, la notion d’homosexualité masculine est en cours de construction. A Paris, les discours et les perceptions autour des pratiques sexuelles et amoureuses entre hommes se multiplient : on assiste au développement d’une subculture spécifique. C’est par le biais de la dénonciation des outrages aux mœurs et de la protection de la jeunesse que la répression s’exerce. Les faits d’homosexualité dans la ville sont englobés dans les fléaux sociaux divers. Vers 1850, le concept d’homosexualité reste encore en construction et il ne semble pas y avoir une stigmatisation égale de l’homosexualité dans son ensemble. Il persiste encore largement des perceptions différenciées : c’est l’homosexuel passif qui est dénoncé comme celui qui transgresse les normes de la masculinité.

All’abolizione del proletariato! Il discorso socialista fraternitario. Parigi 1839-1847 de Andrea Lanza

Andrea Lanza, All’abolizione del proletariato! Il discorso socialista fraternitario. Parigi 1839-1847, Milano, Franco Angeli, 2010.

Ce volume présente une réflexion sur le socialisme républicain dans la décennie qui précède la Révolution de 1848 en France. Des sources d’apparence hétérogène – écrits d’auteurs de premier plan (Leroux, Buchez, Blanc, Cabet), presse ouvrière naissante, nombreux pamphlets – sont confrontées pour dégager une logique discursive commune, celle du « socialisme fraternitaire », qui montre une image de la République sociale bien différente de celle effectivement advenue : une République caractérisée par la tension entre l’aspiration à l’immédiateté de la démocratie et la prise en compte de la complexité irréductible du social ; une République de citoyens égaux dans laquelle serait aboli le prolétariat. (Emmanuel Fureix)