Tous les articles par editeur

La Mano negra. Anarchisme rural, sociétés clandestines et répression en Andalousie (1870-1888) de Clara Lida

Clara Lida, La Mano negra. Anarchisme rural, sociétés clandestines et répression en Andalousie (1870-1888), traduit de l’espagnol par Donato,  128 pages, 12 euros, 2011.

Présentation de l’éditeur :

1878, la révolte s’étend à toute la campagne de l’Andalousie occidentale : les fermes et les oliveraies sont incendiées, le bétail massacré, les vignes arrachées, les boulangeries pillées, les maisons de maîtres occupées… À l’origine de ces actions, la FRE (Fédération régionale espagnole), section ibérique de l’AIT (Association internationale des travailleurs), compte alors plus de 30 000 adhérents dans cette région. En 1883, dans les provinces andalouses
de Séville et Cadix, une série de délits est attribuée à une organisation secrète appelée Mano negra. Accusés de vouloir renverser le gouvernement et éliminer l’aristocratie des grands propriétaires terriens en recourrant aux moyens les plus extrêmes comme « le fer, le feu et la calomnie », une répression féroce s’abat sur les militants paysans et internationalistes. Ce livre raconte les prémices du mouvement anarchiste en Espagne et le rôle essentiel joué par les mouvements paysans. Il décrit aussi une manipulation de l’État qui, aidé par l’oligarchie andalouse et par la presse, n’hésite pas à utiliser tortures, agents provocateurs, arrestations massives et terreur pour criminaliser un mouvement de révolte. Sept ouvriers agricoles accusés d’appartenir à la Mano Negra sont garrottés en juin 1884. Cette exécution suscite l’effroi dans toute l’Europe et marquera profondément le mouvement libertaire espagnol.

Breitner, pionnier de la photographie de rue – Institut néerlandais, Paris

Breitner, pionnier de la photographie de rue – Institut néerlandais, Paris

jusqu’au 22 Janvier 2012

Dossier de presse :
L’Institut Néerlandais présente, en collaboration avec le Rijksmuseum et pour la première fois en France, une grande rétrospective des photos que le peintre néerlandais George Hendrik Breitner (1857-1923) réalisa vers 1900. Breitner est surtout connu comme peintre de vues urbaines, de nus et d’études de genre. Cette exposition le montre comme l’un des plus intéressants photographes de son époque ayant documenté la vie quotidienne à Amsterdam et dans d’autres grandes villes telles que Paris et Berlin, dans un style moderne et très personnel. L’exposition se tiendra du 3 novembre 2011 au 22 janvier 2012, pendant la manifestation Paris Photo, et elle fait partie du programme VIP de cet important salon international de la photo.
Il y a exactement un demi-siècle, il fut découvert que Breitner n’était pas seulement un peintre important mais aussi un excellent photographe. Depuis, de nombreuses expositions de ses photos ont été organisées aux Pays-Bas. Il est cependant moins connu en France. Ses photos sont comparables à celles de contemporains français célèbres comme Pierre Bonnard, Maurice Denis, Henri Toulouse-Lautrec et Edouard Vuillard. Tout comme ces peintres français, Breitner réalisait de nombreux instantanés dans la rue et des clichés intimes au sein du cercle familial. Breitner commença probablement à photographier en 1889, après son installation à Amsterdam quelques années auparavant.
Ce fut l’un des tout premiers à explorer les possibilités de l’appareil photo portatif, qui venait d’être commercialisé et qui offrait un maniement aussi aisé que discret. Dans cette ville dynamique, en pleine évolution, il photographia des scènes de rue, des passants anonymes, des employées de maison, des ouvriers et des nus. Sur la trentaine de photos de ses séjours à Paris qui ont été conservées, on voit principalement des chevaux qui, de par leur nombre, caractérisaient alors encore l’aspect de la rue. Dans l’exposition quelques-unes de ces photographies parisiennes sont exposées.
Les photos présentées dans cette exposition montrent comme il « jouait » avec la technique photographique. En photographiant à contre-jour, il obtenait des silhouettes puissantes ; en adoptant des points de vue très élevés ou très bas, il donnait une perspective inhabituelle à nombre de ses photos ; en photographiant ses sujets de très près, il créait des images produisant presque un effet de distanciation. De plus, avec ses photos délibérément floues, il réussissait à suggérer la mobilité des passants dans la rue et l’animation d’une métropole. Breitner photographiait beaucoup, directement et impulsivement. Ce style procure à ses photos une force qui manque dans l’oeuvre de photographes professionnels qui, à l’époque de Breitner, faisaient des clichés généralement beaucoup plus statiques et convenus. Breitner rompit avec toutes les consignes et règles consacrées.
Breitner – Pionnier de la photographie de rue présente une large sélection de photos de Breitner avec de nombreuses vues urbaines et scènes de rues. Trente-trois agrandissements originaux et impressionnants, tirés en grand format, proviennent du Rijksmuseum d’Amsterdam. Ils sont complétés par un tableau, une aquarelle, deux carnets de croquis et un appareil photo éclaboussé de peinture que Breitner utilisa de manière intensive.

De peintre à photographe
Bien que Breitner ait été en premier lieu peintre, son oeuvre photographique est d’une telle importance et d’une telle ampleur qu’on peut aussi le qualifier de photographe.
On savait que Breitner photographiait, mais, pour sa part, il ne s’est exprimé que très rarement en termes explicites sur cet aspect de sa production. En 1961, 38 ans après sa mort, une grande partie de ses négatifs au nitrate, environ 2000, a refait surface. Ces documents montrent en Breitner un photographe qui consigna la vie quotidienne dans les rues d’Amsterdam dans un style précurseur des modernistes, celui des « instantanés ».
Chantier naval sur le Bickersgracht à Amsterdam, sans date. Collection Rijksmuseum Amsterdam
Bien plus tard, en 1995, 263 négatifs sur plaques de verre furent découverts aux Archives Municipales d’Amsterdam. Les vues d’Amsterdam présentes sur ces négatifs, plus statiques, permettent de se faire une image plus complète de Breitneret soulignent son importance en tant que photographe.
Breitner était un enfant de son époque et, tout comme d’autres peintres de la fin du XIXe siècle, – Degas, Bonnard, Toulouse-Lautrec et Vuillard – il adopta avec enthousiasme le nouveau médium : la photographie.
En 1886, Breitner quitta la ville relativement calme de La Haye pour s’installer à Amsterdam où, à partir de 1890, dans cette métropole dynamique en pleine évolution, il photographia des scènes de rue, des gens ordinaires, des employées de maison, des vues de la ville, des nus et des portraits, mais aussi de magnifiques études de chevaux et des manoeuvres militaires. La ville inspirait Breitner et c’est ainsi qu’il photographia aussi à Paris.
Breitner le peintre
Breitner est né en 1857 à Rotterdam et, après ses études, il partit à La Haye pour y étudier la peinture à l’Académie des Beaux-Arts. Durant ces premières années d’apprentissage, le célèbre peintre d’histoire rotterdamois Rochussen fut son grand exemple. Cependant, lentement mais sûrement, Breitner s’affranchit de l’influence de son maître comme de l’Académie. C’est sous l’influence des nouveaux courants de la peinture à la fin du XIXe siècle, le réalisme et l’impressionnisme, qu’il développa son propre style.
Breitner voulait peindre l’homme dans son existence quotidienne. En cela, sa peinture se différenciait nettement de celle des peintres de l’école de La Haye qui, sous l’influence des peintres de Barbizon, se tournaient davantage vers le paysage.
Breitner était un homme dynamique et extraverti, de sorte que La Haye devint pour lui trop bucolique. En 1886, il partit à Amsterdam où il se sentait comme un poisson dans l’eau. Breitner se plongea
dans la vie de bohème des jeunes peintres et des poètes du mouvement néerlandais de 1880. C’est aussi à partir de cette date qu’il commença à photographier la vie dans sa propre ville.
Breitner et la photographie
Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la photographie évolua avec une rapidité fulgurante et elle devint également accessible à un public de photographes amateurs. Grâce aux possibilités techniques et à la simplification du procédé, la photographie devint à la portée d’un groupe beaucoup plus important d’amateurs.
Les appareils photographiques se faisaient plus légers et le trépied était devenu inutile. En 1888, le premier Kodak futcommercialisé : “You press the button and we do the rest”! Les négatifs en nitrate, appelés rouleaux de pellicule, devenaient de plus en plus sensibles à la lumière, l’ouverture maximale des objectifs augmentait ce qui permit de faire des instantanés.
Grâce à la réduction des temps de pose, on pouvait maintenant fixer le mouvement, l’aspect fragmentaire.
Cette nouvelle esthétique visuelle se traduisit aussi directement dans la peinture de l’époque. On y vit apparaître des découpes diagonales, inhabituelles, des perspectives particulières où l’horizon était surélevé ou abaissé, l’impression du mouvement, etc. Dans la peinture de Breitner, on retrouve tous ces nouveaux éléments de la composition qui semblent provenir de la photographie.
Comme nous l’avons indiqué, Breitner ne formait pas d’exception. À la fin du XIXe siècle, de nombreux peintres photo-graphiaient. En 1889, le critique d’art Karl Rauppécrivit : “Today, open-air photography imbues the artist’s work with fresh pulsating life, offering him a thousand valuable hints…The camera now forms as essential part of studio equipment: out of doors it stands next to the painters easel”.
Breitner ne s’est exprimé que quelques rares fois, et de manière très succincte, sur la photographie. Il n’a jamais mis ce médium en relation avec sa peinture. À la fin du XIXe siècle, le débat sur l’utilisation de la photographie dans la peinture faisait rage et il était mal vu pour un peintre de se servir de la photographie comme « outil ». L’arrivée de la photographie était considérée comme une menace pour la peinture.
La découverte des négatifs au nitrate de Breitner, en 1961, créa une nouvelle image de l’artiste. On découvrit ainsi que Breitner se servait effectivement de ses photos pour ses tableaux et ses aquarelles. Cependant, il ne copiait presque jamais exactement une photo. Il en utilisait certains éléments, une silhouette, un visage, une perspective. Les photos lui tenaient lieu d’esquisses et d’impressions.Breitner photographiait beaucoup, directement et impulsivement. La quantité énorme de photos qu’il a laissée et l’ardeur qu’il a mis à enregistrer ses images expriment sa passion pour la photographie.
Dynamique et statique, deux constantes dans la photographie de Breitner
À la fin du XIXe siècle, alors qu’elle était une ville plutôt champêtre, Amsterdam se transforma en une métropole moderne où il fallait faire de la place pour les tramways et les trains, et où la rénovation et l’extension urbaines étaient à l’ordre du jour. Dans sa photographie, Breitner a enregistré ces changements : la démolition et les percées dans la ville, le comblement de canaux, les puits de fondation et les travaux préparatoires pour les nouveaux quartiers. Il suivait aussi les habitants d’Amsterdam avec son appareil photo portatif : les charretiers, les domestiques, les enfants au bord des canaux, les passants. Breitner photographiait souvent de près et en contre-plongée, comme s’il gravissait le pont avec les charretiers et qu’il était aussi pressé que les bonnes dans le quartier du Jordaan. Pour ces photos de la vie dans la rue, Breitner utilisait de préférence une pellicule rapide et sensible, les Plaques photographiques Extra Rapides de la marque L’Avenir, par exemple.
Breitner errait à travers Amsterdam comme un vrai flâneur du XIXe siècle. Il s’immergeait dans le tourbillon de la ville, mais avec son appareil photo, il savait aussi garder ses distances. Ses photos, qui ont l’esthétique d’instantanés, ne sont pas le résultat du hasard, ce sont des compositions qui ont enregistré la dynamique de la vie urbaine.
Les images se caractérisent par leurs compositions diagonales, les contre-plongées, des contrastes de lumières marqués, des découpes de l’image et par le flou dû aux mouvements. Ces techniques créent l’illusion que les bonnes, les enfants et les ouvriers sortent de l’image ou y pénètrent, et le spectateur est pour ainsi dire « attiré » dans l’image.
Parallèlement à ces photos de rues pleines de vie, Breitner réalisait aussi des images plus statiques.
Des vues de ville sans passants, des études de nus en atelier et des portraits.
Ces images montrent des canaux et des quais, des reflets dans l’eau, des murs d’immeubles en démolition avec les traces des peintures et des conduits de cheminée, des nus couchés et des portraits de face. Dans ses études en atelier, les nus et les portraits, on remarque que Breitner accorde une grande attention à l’éclairage et qu’il étudie avec précision les proportions de l’image ainsi que les contrastes de la lumière.
Il en va de même pour les photos statiques. Breitner utilisait ces images comme matériaux d’étude pour ses tableaux, mais il ne copiait presque jamais exactement toute l’image. Ce sont des impressions personnelles de moments de tranquillité dans la ville, dans son atelier et dans sa vie.
Études de chevaux et les manœuvres militaires
Au sein de l’oeuvre de Breitner, les études de chevaux et les manoeuvres militaires forment une catégorie à part. Ces études se situent entre la dynamique et la statique. Breitner est devenu célèbre par ses peintures de la cavalerie et sa photographie témoigne elle aussi de sa prédilection pour ce sujet.
En 1887, un critique rotterdamois du NieuweRotterdamse Courant présume que Breitner a peut-être été inspiré par la
photographie lorsqu’il peignait ses tableaux de cavalerie.
« Étonnamment, les chevaux bondissent à notre rencontre. On connaît les images curieuses et inattendues que la photographie instantanée de chevaux en mouvement a donné. Peut-être que ces images ont inspiré monsieur Breitner. »

Collection Rijksmuseumamsterdam
Les techniques et matériaux nouveaux de la photographie dans la seconde moitié du XIXe siècle permirent de bien étudier le mouvement ainsi que le mouvement complexe des chevaux. Dans la peinture, et également chez Breitner, cela semble avoir un effet immédiat sur la reproduction de chevaux en mouvement. Sur la trentaine de photos de son séjour à Paris qui ont été conservées, on voit surtout des chevaux, qui caractérisaient encore l’aspect de la rue, aussi dans la capitale française.
Quand Breitner prenait ses photos, il n’imaginait probablement pas qu’elles seraient exposées comme une forme artistique autonome. Breitner était un photographe enthousiaste avec un style personnel et dynamique. Il traitait ses photos et ses négatifs avec une certaine négligence. Il semblait d’ailleurs tenir davantage au résultat, à l’image, qu’à la technique en soi. Les photos lui servaient d’aide pour ses tableaux, de matériel d’étude pour la lumière et la composition, mais aussi de miroir des impressions qu’il avait éprouvées dans les rues d’Amsterdam.

L’Institut Néerlandais pour l’histoire de l’art (RKD):
Le RKD publie le premier panorama numérique en anglais des photos de l’artiste G.H. Breitner. C’est la première fois que 2 300 photos originales de la collection du RKD seront accessibles à un public international.
www.rkd.nl
Le Musée Van Gogh d’Amsterdam présente des photos de Breitner dans l’exposition Snapshot. Schilders en fotografie 1888-1915 (Instantané. Les peintres et la photopgraphie), du 14 octobre 2011 au 18 janvier 2012. Cette exposition ira ensuite aux États-Unis : Philips Collection, à Washington, du 4 février au 29 avril 2012 et Indianapolis Museum of Art, de juin à septembre 2012.
www.vangoghmuseum.nl