Tous les articles par editeur

La « Belle Juive » : d’Ivanhoé à la Shoah d’Éric Fournier

(Henri Regnault, Salomé, 1870, huile sur toile, détail).


Éric Fournier, La « Belle Juive » : d’Ivanhoé à la Shoah, Seyssel, Champ Vallon, 392 pages.

Présentation de l’éditeur :

« Créée par le romantisme, puis investie des attentes fin de siècle, encore présente lors de la Shoah, la « belle Juive » – une invention d’hommes non juifs – est une figure porteuse d’altérités enchevêtrées : l’Orient, les Juifs, les femmes. Fascinante et mouvante, elle est autant un archétype partagé qu’un champ d’affrontement capable d’exprimer tant une féminité sublime ou les tensions entre genres qu’un antisémitisme fanatique ou un philosémitisme ambigu.

La « belle Juive » est avant tout une figure imaginaire mais elle peut agir sur des êtres de chair. Quelle est son influence sur les Juives de France, de la prostituée anonyme aux Stars d’exception, telle Sarah Bernhardt ? Cette figure dit la beauté du monde et la violence du temps ; la quête d’un idéal esthétique et les épreuves vécues par des femmes.

Né en 1975, agrégé et docteur en histoire, Eric Fournier enseigne au lycée de Fosses et est chargé de cours à l’Université de Marne-La Vallée. Il a publié La Cité du sang. Les bouchers de la Villette contre Dreyfus (Libertalia, 2008) et Paris en ruines. Du Paris haussmannien au Paris communard  (Imago, 2008).

 

 

 

 

 

 

SOMMAIRE :

INTRODUCTION

Première partie
 CRISTALLISATIONS

Chapitre 1: L’avènement 
L’archéologie du thème 
De Walter Scott à la prise d’Alger (1820-1830)
Une apothéose immédiate (1830-1867)

Chapitre 2: Une beauté sublime 
Un portrait concordant 
Le mystère des origines 
Le divin, l’Orient, le sang, 49 — L’ambiguïté du ghetto: l’alchimie, l’or, l’oppression.

Chapitre 3: Le champ des possibles 
La «belle Juive» sartrienne, ou les pièges de l’anachronisme 64
Les différents types
L’Orientale sensuelle, — La réprouvée, — La Juive et son père, — La courtisane, — La révolutionnaire, .
Une beauté sibylline

 

Deuxième partie 
L’EPREUVE DU RÉEL

Chapitre 4: Une beauté invisible?
 Qui a vu des «belles Juives»? 
De la visibilité des Juives belles dans l’espace public, — Fugitives égéries. 
Les paradoxes de l’observation 
Existe-t-il un type juif? 
Un débat historiographique politiquement sensible, — Ce que perçoit le premier XIXe siècle.

Chapitre 5: Courtisanes et prostituées
 Un objet de séduction plus que de mariage 
Essai d’évaluation numérique 
Les grandes courtisanes 
De la famille Bernhardt et de quelques autres, — La Païva: de Moscou aux Champs-Élysées.
En bas de l’échelle des filles galantes 
Des demi-mondaines à Sarah la Louchette, — De fausses «belles Juives»?, — La troublante Sarah Blum.

Chapitre 6: Actrices et modèles
 Mademoiselle Rachel
«J’ai porté mon nom aussi loin que j’ai pu», — «Simple, grande et belle comme l’art grec», — Regards croisés sur le mystère des origines. 
Dans l’ombre de Rachel
Le triomphe des modèles
Joséphine Marix, «cette merveille de la création», — De jeunes Parisiennes du Marais, —, La falsification de Manette Salomon.

 

Troisième partie
 FIN DE SIÈCLE, FIN DE RÊVE

Chapitre 7: La trivialisation du thème 
La sombre vivacité du motif 
«Parfaitement belle si son œil gauche n’eût été cerné d’une taie» 
Une beauté savamment dégradée, — Troubles origines: l’Orient de pacotille, la race, le bordel,
La recomposition des rôles 
L’Orientale, la victime, la fille, — De la courtisane à la chair de bordel, — Le temps des combattantes.

Chapitre 8: La femme fatale 
Frémissements romantiques 
Les danses de Salomé 
La sensuelle Orientale de Flaubert, — L’idole hiératique de Moreau, — Épigones, — «Un fait divers archaïque».
Judith et ses ombres
Femmes fatales contemporaines

Chapitre 9: L’antisémitisme 
Violence, discordance et confinement
Mutisme politique et essor culturel (1867-1882) — L’animosité s’affirme (1882-1886),.
Drumont, ou la fin de l’assemblage 
Les matériaux de La France juive, — Des «filles juives […] qui corrompent ou ruinent», — Reflet d’une modernité honnie, .
La vulgate s’impose 
L’animosité se durcit encore…, — … polarise les débats et se banalise,.

Chapitre 10: Femmes réelles
 Juives vues 
Le poids de l’imaginaire, — Clichés exotiques, — «Ni une nation, ni une race».
Sarah Bernhardt: le «monstre sacré» et la «belle Juive» 
Entre Salomé et Jeanne d’Arc, — «Une Juive au long nez». 
La «belle Juive» au bordel 
Réponses juives
Discours sur «la femme forte», — Engagements contre la traite.

 

Quatrième partie
 DISPARITIONS

Chapitre 11: Entre prégnance et effacement
 Un motif secondaire 
Incertaines beautés 
Des beautés moins intenses et moins singulières, — Désintérêt pour l’origine, .
Le temps des aventurières
L’adieu aux anciens profils, — À l’unisson des «garçonnes».
La belle sioniste

Chapitre 12: La «belle Juive» face au fascisme français
 L’élision haineuse des anciens stéréotypes
Les années 20: les survivances fin de siècle, — Les années 30: la fin des séductrices. 
Blum-Judith
Priapique et efféminé, — «L’homme le plus insulté de France».
Drieu, le viol comme arme de guerre

Chapitre 13: Banalisation et intégration?
 Albert Londres 
Observer la beauté jugée, — Tremper la plume dans les clichés, .
La prostitution
Quelques prostituées banales, — Les faux-semblants du Marais, .
Stars juives? 323
Marie Dubas, «la maréchale de la joie», — Le «sex-appeal» de Véra Korène.

Chapitre 14: La « belle Juive » mutilée
 L’avant-guerre de George Montandon
La «dérive fasciste» d’un ethno-raciste, — La «belle Juive» défigurée, .
Un exécutant de la Shoah 341
Extirper une beauté volée, — Examens ethno-raciaux.
Le primat du virilisme

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE

INDEX DES NOMS

*Laure Murat, L’Homme qui se prenait pour Napoléon. Pour une histoire politique de la folie – par Gilles Malandain

Laure Murat, L’Homme qui se prenait pour Napoléon. Pour une histoire politique de la folie, Gallimard, 2011, 382 p.

Sorti en septembre dernier, distingué par le prix Femina Essai, le dernier livre de Laure Murat, professeure d’études françaises à l’UCLA, n’est pas passé inaperçu, et l’on doit se réjouir ici, avec un peu de retard, du succès manifeste d’un essai largement consacré au XIXe siècle. Un succès justifié, disons-le à l’unisson des divers comptes rendus déjà publiés (par exemple ceux d’Elisabeth Roudinesco, de Jacques Dubois, de Mona Ozouf ou de Laurence Bertrand Dorléac) : très bien écrit, savant sans être pesant, l’ouvrage se lit agréablement et donne à réfléchir sur la « folie politique » comme sur la psychiatrie naissante et conquérante, entre la Révolution et les lendemains de la Commune. L’auteure a eu une excellente idée en cherchant à réunir et à lire ensemble, au fil de 5 chapitres grosso modo chronologiques, des phénomènes connus mais jusqu’ici trop disjoints ou négligés : d’une part, la « folie », mélancolique ou maniaque, née des révolutions ou attribuée aux révolutionnaires (ou aux « dissidents » d’une façon plus générale), et d’autre part l’identification mégalomaniaque à Napoléon (mais aussi à d’autres figures). L’exploration des registres des maisons de santé, hospices et asiles parisiens, mais aussi de la littérature aliéniste, permet ainsi une relecture de l’histoire politique du siècle (post)révolutionnaire au prisme du délire, fût-il fantasmé par des médecins eux-mêmes hantés par la peur sociale. Loin d’être anecdotique, la rencontre entre folie et politique, de quelque côté qu’on la prenne, souligne toute la difficulté de l’apprentissage ou de l’acceptation d’une démocratie – cette dangereuse « passion de l’égalité » – qui parut longtemps insensée en elle-même aux tenants de la raison souveraine. La politique, ou du moins sa diffusion sociale, est pensée comme une « manie » et un « mal du siècle », propice à tous les dérèglements inspirés par l’ambition, l’orgueil, l’exaltation ou l’envie. Si la « monomanie orgueilleuse » – dont l’empereur, « fils de ses œuvres », est à la fois l’inspirateur et en quelque sorte le modèle incontesté – reste circonscrite et somme toute bénigne (chapitre III), la « manie du progrès » et la « névrose révolutionnaire », culminant avec la furie communarde, inquiètent bien plus (chapitres IV et V). La force singulière de l’essai consiste cependant à confronter ces discours dont on connaît la violence et les œillères, à la réalité documentée de l’internement, à des exemples de folie bien réels – parfois de très « beaux cas ». Ces exemples renvoient finalement surtout à diverses formes de mélancolie profonde née des malheurs des temps, en particulier mais pas uniquement chez les femmes, les hommes étant plus portés aux « idées de grandeur ». Le délire et l’asile sont bien souvent des refuges contre l’angoisse qu’engendre non seulement la violence politique (révolutionnaire ou répressive) mais aussi la misère et le déclassement. Autrement dit, le caractère « politique » de cette folie est, sans surprise, constamment problématique. Ce qui ne signifie pas, loin de là, que les mots des fous, pour autant que nous puissions y accéder, ne nous éclairent pas sur les mutations du sujet politique moderne confronté à une souveraineté populaire encore toute virtuelle.

Comme le montrent clairement le long « préambule » et le plus bref « postambule », c’est avant tout à « l’histoire de la folie » et/ou de son traitement – et bien sûr aussi à ce que le sort des aliéné(e)s dit de la société où ils vivent (jusque dans notre actualité immédiate, évoquée in fine) – que l’auteure s’intéresse, en héritière critique de Michel Foucault. Si l’ouvrage s’appuie donc sur une excellente connaissance de la riche historiographie de la maladie et de la médecine mentales, et secondairement sur l’histoire littéraire, on doit signaler ici qu’il ignore en revanche très largement les travaux récents des historiens de la Révolution et du XIXe siècle. L’originalité réelle du propos doit en être un peu relativisée, en particulier sur les effets immédiats ou retardés de la Terreur, ou sur la pathologisation de l’action collective ou de l’engagement politique populaire, voire encore sur l’ancrage du mythe napoléonien dans la société française. Reste que, même si son sous-titre peut paraitre un peu ambigu et la contextualisation parfois un peu rapide, ce livre suggestif enrichit sans conteste les perspectives des historiens du politique, auxquels les questions qu’il pose ne sont assurément pas indifférentes.

Gilles Malandain.

Les mots de l’administration. Retour pluridisciplinaire sur deux siècles de production de savoirs de l’administration , XIXe-XXe siècles – Appel à contributions

Les mots de l’administration. Retour pluridisciplinaire sur deux siècles de production de savoirs de l’administration, XIXe-XXe siècles, Lyon, 19 et 20 décembre 2012

 Comité organisation : Philippe BONGRAND (Cergy Pontoise) ; Julie GERVAIS (Paris 1/CRPS);  Dominique MARGAIRAZ (Paris 1 / IDHE) ; Igor MOULLIER (ENS Lyon / LARHRA) ; Denise OGILVIE (Archives Nationales) ; Renaud PAYRE (IEP Lyon / Triangle) ;  Yann POTIN (Archives Nationales)

Depuis un peu plus d’une vingtaine d’années, l’histoire de l’administration a connu de nouvelles impulsions. Si pendant longtemps la question de l’Etat n’a été abordée que sous l’angle institutionnel et juridique, de grands programmes de recherche ont permis de dévoiler la variété des pratiques administratives au sommet de l’Etat. Le programme « Genèse de l’Etat moderne » a fourni à cet égard des résultats exemplaires et durables, qui ont permis de renouveler les modèles historiographiques de l’Etat. L’histoire des ministères a progressé grâce à la création de nombreux comités (Comité d’histoire économique et financière de la France, Comité d’histoire de la Sécurité Sociale, Comité d’histoire de la seconde guerre mondiale, etc.), de thèses et de travaux récents montrant l’entrée dans un nouveau régime de relations entre savoirs et administration dès le milieu du XVIIIème siècle. L’administration investit de nouveaux champs : savoirs policiers, information économique, statistique et connaissance des territoires. Elle se dote aussi d’une dimension plus réflexive : de nouvelles notions, comme celle de service public, permettent de nouvelles formes de légitimation ; de nouvelles institutions (conseil d’État, conseils de préfecture) encadrent son action, de nouveaux instruments cognitifs (codes, revues spécialisées, bibliothèques administratives) matérialisent l’importance croissante de l’accès au savoir.

Quel impact ces transformations cognitives ont-elles sur les pratiques de l’administration ? C’est notamment dans l’étude des relations centre-périphérie que  l’historiographie s’est enrichie, ces dernières années, d’analyses pointant les distorsions entre les pratiques des édiles ou des préfets et les prescriptions juridiques. C’est ainsi que les travaux récents sur les préfectures et leur rôle au cours du XIXème siècle  les montrent comme un lieu d’acculturation à l’administration municipale, un lieu de mise en forme et de mise en circulation de savoir-faire destinés aux édiles. Des séminaires, des journées d’études et des ouvrages collectifs sont venus enrichir une telle historiographie en présentant de nouvelles enquêtes d’histoire politique de l’administration. L’entreprise collective menée par Marc Olivier Baruch et Vincent Duclert propose ainsi d’observer et d’analyser l’action politique et le sens de cette action à partir de ses coulisses, c’est-à-dire par l’examen des pratiques administratives, mais également des représentations, notamment de l’État, que les administrateurs engagent dans leurs pratiques. Ces travaux offrent des recommandations précieuses : saisir comment un ordre politique se maintient à partir de l’étude du fonctionnement concret de l’administration.

Au total, si des perspectives nouvelles ont été très largement ouvertes, plusieurs questions restent encore peu explorées. Les travaux réalisés peinent à relier l’étude de la pratique administrative  et la production exponentielle – au cours des XIXème et XXème siècles- de savoirs dédiés à l’administration et d’écrits théoriques sur le gouvernement qui vont de la littérature grise à la publication de traités savants. Un effort interdisciplinaire est pour cela particulièrement précieux.

Le programme ANR Mosare (Mobilisation des savoirs administratifs pour la réforme de l’Etat), qui associe des archivistes, des historiens et des politistes, s’interroge sur la production de savoirs pour l’administration et leur mobilisation dans l’action. Les savoirs sont alors envisagés comme l’ensemble des éléments d’ordre cognitif qui, partant d’expériences et de pratiques concrètes, s’en détachent et sont susceptibles d’être généralisés, c’est-à-dire mobilisés et adoptés par d’autres acteurs. Il s’agit de s’interroger sur la place du savoir dans les dispositifs de gouvernement et d’administration. C’est bien la spécificité du processus de production, d’apprentissage et de transformation des savoirs à l’œuvre dans l’administration qui intéresse les chercheurs mobilisés dans ce programme. Ces savoirs connaissent différentes mises en forme : des savoirs peu formalisés, assemblés suivant le mode de l’enquête ou du dossier, en vue d’actions précises, des publications telles les dictionnaires et les périodiques dont le nombre croît considérablement au cours du dix-neuvième siècle, des écoles d’administration et enfin plus tardivement des filières universitaires.

Le programme Mosare se penche sur la production et l’incorporation de savoirs pour l’action publique  et des savoir-faire destinés au perfectionnement et à la rationalisation de l’action politico-administrative. On pourrait juger à tort ces savoirs comme des éléments secondaires. Or, non seulement ils révèlent et véhiculent des représentations constitutives de l’action administrative, mais ils rendent en outre possible l’innovation administrative et les transformations de l’administration. Les savoirs sont ainsi saisis comme des marqueurs et des porteurs de l’autonomisation administrative.

Un marqueur clé de cette dynamique est la parution du Dictionnaire de l’administration française dirigé par Maurice Block, et plusieurs fois réédité dans la seconde moitié du XIXème siècle. Son étude permet de saisir à la fois les réseaux à l’œuvre dans la production des savoirs administratifs d’une part, et les dynamiques intellectuelles de conceptualisation, de classification et d’évolution de la matière administrative d’autre part. Elle se prête donc particulièrement bien à une démarche collective de bilan et de synthèse. En partant de la lecture critique (contexte de production, évolution des versions dans les différentes éditions) d’une entrée ou d’un groupe d’entrées du dictionnaire les intervenants sont invités, en partant de leurs propres travaux, à envisager la manière dont cet objet a été appréhendé depuis par les différentes sciences sociales de l’administration au XIXème et/ou au XXème siècle.

L’enjeu du colloque sera ainsi de proposer un bilan des travaux historiques et sociologiques consacrés à l’administration autour d’une série de mots et de notions incarnant les savoirs administratifs, qui seront répartis autour de trois axes :

Le premier est consacré aux catégories de l’action administrative. Il s’agit de revenir sur les transformations de la mise en administration de la société et du territoire français et de la délimitation ou re-configuration des compétences administratives. C’est bien la question de la construction administrative de la réalité qui nous intéresse ici, à travers des notions comme : le travail (fabrique, industrie, syndicat), l’assistance publique, les finances, etc.

Le deuxième axe se concentre davantage sur les formes et les agents de l’administration. Il s’agit de revenir sur les mutations des pratiques et procédures administratives mais également sur le fonctionnement des services. C’est l’administration comme organisation et comme travail que nous souhaitons retrouver dans les communications pouvant porter par exemple sur  les ministères, les rédacteurs, la notation et l’avancement, les commissions, la centralisation.

Le troisième revient enfin sur les instruments et les savoirs de l’administration. Quels savoirs ont pu être considérés comme légitimes pour bien administrer ? Comment ces savoirs sont-ils produits et mis à la disposition des agents ? Les entrées pourront traiter des enquêtes, des écoles, des concours, des bibliothèques, des formulaires, des moyens par lesquels le savoir est produit et utilisé par les administrations.

Les propositions de communications, d’environ 1500 signes, devront évoquer le type d’entrée choisi (une entrée du dictionnaire ou un groupe d’entrée autour d’une même notion) et l’éclairage qu’elles pourront apporter aux différents axes du colloque 

Les propositions doivent être envoyées avant le  15/03/2012 à Igor Moullier (igor.moullier@ens-lyon.fr) et Renaud Payre (renaud.payre@sciencespo-lyon.fr)