Tous les articles par editeur

« Eloigner les étrangers au XIXe siècle : expulsions, déportations, relégations », 19 et 20 janvier 2018

Nous avons le plaisir d’annoncer la tenue à Paris des 2e journées d’études du programme ANR AsileuropeXIX, hébergé par le CERHiC à l’Université de Reims, en partenariat avec le Colegio de España et le Centre d’histoire du XIXe siècle (Université Paris-Sorbonne/Paris 1 Panthéon Sorbonne) :

« Éloigner les étrangers au XIXe siècle : expulsions, déportations, relégations », Jeudi 19 et vendredi 20 janvier 2018

 Cité  universitaire de Paris

Colegio de España

Affiche JE Expulsion

Programme JE Expulsion

Ces deux journées d’études ont pour but d’étudier et de comparer différentes mesures d’éloignement prises à l’encontre des étrangers au XIXe siècle en Europe et dans certaines colonies européennes. Après la Révolution française et pendant les décennies qui ont suivi jusqu’aux années 1870, de nombreux pays européens ont fait face à l’augmentation du nombre d’exilés politiques et de migrants étrangers cherchant asile et travail. Conduites par ces circulations à modifier leurs politiques migratoires en profondeur, les autorités politiques et administratives de ces pays ont pu conditionner l’accueil des étrangers en les éloignant de certains lieux perçus comme politiquement sensibles (en particulier, les frontières et les villes), tout en assortissant parfois ces mesures de formes d’internement ou même d’incarcération. Elles ont aussi recouru, dans des cas de menace plus extrêmes, à l’expulsion, à l’extradition ou à la déportation vers l’outre-mer. Mais les colonies ne servaient pas seulement à se délester des étrangers : les puissances impériales ont aussi expulsé les non-nationaux considérés comme indésirables de leurs territoires ultramarins lorsqu’ils s’avéraient un danger pour leur stabilité.

Si l’on s’intéressera avant tout aux mesures judiciaires et administratives tendant à l’expulsion des étrangers, on se penchera également sur les pratiques d’exclusion et de reconduite à la frontière émanant de la société civile. Au sein des populations des pays d’accueil, certains groupes ont pu adopter des mesures d’expulsions spontanées, en raccompagnant à la frontière des groupes d’étrangers jugés indésirables, non sans recours à la violence. Il s’agira ainsi d’étudier ces différentes mesures et phénomènes dans toute leur diversité, en suivant leur chronologie selon une approche comparée dans différents pays européens et américains, et en cherchant à comprendre à quels groupes elles s’appliquaient en priorité et selon quelles logiques politiques, économiques et sociales. On s’interrogera aussi sur les réactions et contestations des personnes expulsées et déportées, afin d’évaluer leur capacité d’action (agency) face à des décisions auxquelles ils pouvaient désobéir.

Ces journées permettront ainsi d’exposer et de discuter les résultats des recherches individuelles et collectives menées par les chercheur-se-s du groupe AsileuropeXIX sur un thème pionnier dans l’étude du XIXe siècle européen et américain. Les communications seront publiées dans le numéro spécial d’une revue académique sur les migrations hébergée par l’Université de Toulouse (Diasporas : Circulations, Migrations, Histoire, Presses universitaires du Midi, dossier à paraître en 2019). Plus largement, les résultats des journées d’études seront divulgués à un vaste public de chercheurs, d’enseignants et d’étudiants par l’intermédiaire du site web du programme AsileuropeXIX (https://asileurope.huma-num.fr/).

Programme

 Vendredi 19 janvier 2018

9h30-12h30
Introduction générale par Romy Sánchez et Hugo Vermeren

Pratiques de l’expulsion comme mesure administrative et outil du contrôle migratoire

Séance présidée par Laurent Dornel, Université de Pau et des Pays de l’Adour

  • Torsten Feys, Université de Gand : « Bonne chance chez nos amis français! Les pratiques d’expulsions belges vers la France (1850-1914) »
  • Delphine Diaz, Université de Reims : « Reconduire les réfugiés étrangers aux frontières, France (1832-1852) »

Pause-café

  • Hugo Vermeren, Université de Reims : « Expulsion et « récidive » : perfectionnement d’une procédure administrative et stratégies de contournement (1830-1870) »
  • Elie-Benjamin Loyer, Université de Paris-Nanterre : « Pratiques et logiques de la sélection judiciaire des expulsables : les évolutions de la « double peine » sous la Troisième république (1880-1938) »

14h – 15h15
Expulsions spontanées, expulsions collectives

Séance présidée par Pilar González, Université Paris 7-Diderot 

  • Bastien Cabot, EHESS : « Un siècle d’expulsions collectives (France, 1819-1904) »
  • Fabrice Bensimon, Université Paris 4-Sorbonne – University College London : « « À bas les Anglais !” Expulsions de Britanniques dans le nord de la France en 1848″

15h30 – 16h45
Expulsions entre Europe et Amériques

Séance présidée par Pilar González, Université Paris 7-Diderot

  • Romy Sánchez, Université de Caen-Normandie: « Expulser les étrangers d’Outre-mer : le cas de Cuba, 1840-1880 »
  • Edward Blumenthal, Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle : « Droit d’asile, droit d’expulsion et représentations de l’exilé (Amérique latine, XIXe siècle) »

 16h45 – 17h30
Table ronde conclusive

Avec Marie Bassi, Ecole française de Rome, Laurent Dornel, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Nicolas Fischer, CNRS, et Philippe Rygiel, Ecole Normale Supérieure de Lyon

 

 Samedi 20 janvier 2018

9h – 12h
Les temps forts de l’expulsion dans l’Europe du XIXe siècle

Séance présidée par Dominique Kalifa, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne

  • Katarzyna Papiez, Université Paris 4-Sorbonne : « La question des réfugiés polonais et hongrois dans l’Empire ottoman après la débâcle de la Révolution hongroise »
  • Antonin Durand, Ecole Normale Supérieure de Paris : « Éloigner les Barabbas : sur une campagne d’expulsion d’étrangers en Piémont en 1853 »

Pause-café

  • Thomas C. Jones, Université de Buckingham : “The aftermath of the Jersey expulsions of 1855”
  • Jeanne Moisand, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Les réfugiés du Numancia : accueil, éloignement et extradition des cantonalistes espagnols en Algérie française (1874) »

12h15 – 13h
Table ronde finale

Avec Sylvie Aprile, Université de Paris-Nanterre, et Isabelle Poutrin, Université de Reims.

 

Université populaire, « La culture en révolution », 9 janvier 2018

Nous avons le plaisir d’annoncer une nouvelle séance de l’Université populaire « Révolution et émancipation » :

9 janvier 2018 : « La culture en révolution »

Avec Philippe Darriulat et Romain Robinet. Séance animée par Louis Hincker

 

 

Les liens entre révolution et culture ont une histoire. Comment les révolutions pensent-elles la culture, veulent-elles la révolutionner, et comment la culture parle-t-elle de la révolution ?
Nos deux invités, Philippe Darriulat et Romain Robinet, discuteront entre eux et avec le public des distinctions, convergences et conflits entre culture savante, culture populaire et culture révolutionnaire. Ils illustreront leur propos à partir de deux terrains d’enquête : les chansons dans les révolutions du XIXe siècle en France, et le mouvement étudiant dans le Mexique en révolution (1910-1940). La « Culture en révolution » finit-elle (ou non) par fixer son propre répertoire, sa mémoire, sa tradition?

 

Philippe Darriulat, professeur à Sciences Po Lille, est spécialiste des cultures politiques du XIXe siècle. Il est l’auteur, notamment, de La Muse du Peuple. Chansons politiques et sociales en France 1815-1871, Rennes, PUR, 2011

Romain Robinet, maître de conférences à l’université d’Angers, est spécialiste de l’histoire du Mexique contemporain. Il est l’auteur de La Révolution mexicaine. Une histoire étudiante, Rennes, PUR, 2017

 

Séminaire « Révolutions du XIXe siècle et sciences sociales

 

 

Nous avons le plaisir d’annoncer le programme du séminaire « Révolutions du XIXe siècle et sciences sociales », animé à l’EHEES par Caroline Fayolle (Université de Montpellier) et par Quentin Deluermoz (Université Paris 13). La première séance aura lieu vendredi 15 décembre 2017 .

 

« Révolutions du XIXe siècle et sciences sociales »

 

Séminaire co-organisé par Quentin Deluermoz (U. Paris 13/IUF) et Caroline Fayolle (U. Montpellier) à l’EHESS

Suite notamment aux soulèvements populaires des printemps arabes, l’objet « révolution » suscite actuellement un regain d’intérêt des sciences sociales. En témoignent les récents travaux qui interrogent les révolutions passées et actuelles à l’aune d’un cadre théorique requestionné. En rupture avec les lectures téléologiques et causalistes, leur ambition est de suivre pas à pas la manière dont ces processus révolutionnaires se fabriquent, évoluent selon des rapports de force et des dynamiques contingentes, produisent de l’incertain, transforment les états antérieurs et façonnent de nouvelles subjectivités politiques ou, même partiellement, produisent de nouvelles situations socio-politiques. Travaillant sur différentes échelles et différents espaces, ces nouvelles recherches mobilisent une pluralité de concepts, anciens et nouveaux, qui aident à observer ce qui se passe dans la crise, comme par exemple celui de « crise politique » théorisé par le politiste Michel Dobry, la notion de « protagonisme » élaborée par l’historien Haïm Burstin, celle de « sociologie évènementielle » de William H. Sewell ou encore celle de « subjectivation révolutionnaire » travaillée par le sociologue Federico Tarragoni[1][1]. Dans quelle mesure les historien.nes des révolutions du long XIXe siècle (1789-1917) peuvent-ils interroger, s’approprier et enrichir cette réflexion collective ?

 

Continuer la lecture de Séminaire « Révolutions du XIXe siècle et sciences sociales

Émanciper le travail

Université populaire
Les mardis des révolutions

5 décembre 2017

Ce séance, ouverte à tou.te.s, aura lieu, comme tous les premiers mardis du mois, à la salle des mariages la Mairie du 18e arrondissement à Paris, de 18 h 30  à 20 h 30.

Le travail possède-t-il un pouvoir d’émancipation ? La crise de la « société salariale », l' »uberisation » du monde, les récentes « ordonnances travail » donnent à cette question une brûlante actualité. Il est passionnant, dans ce contexte, de revenir aux manières dont les révolutions se sont saisies de la question du travail, de son organisation, de sa valeur, de sa dignité. Comment certaines révolutions ont-elles pu transformer le travail en droit à conquérir? Comment ont-elles pu réveiller l’espoir de pouvoir travailler de manière plus juste et plus libre ? Mais aussi de mieux bénéficier des produits de son travail ? Qu’est-il advenu de ces espoirs ?

Un dialogue entre deux historien.ne.s, Sabine Dullin et François Jarrige, permettra de répondre à ces interrogations à partir de deux terrains : la révolution de 1848, et la révolution russe de 1917

Sabine Dullin est une historienne de la Russie et de l’Europe orientale au XXe siècle, auteure notamment d’une Histoire de l’URSS, 1917-1991 dans la collection « Repères » (La Découverte), et de La frontière épaisse. Aux origines des politiques soviétiques de la fermeture (1920-1940). Elle est l’une des commissaires de l’exposition Et 1917 devient Révolution… qui se tient actuellement à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine.

François Jarrige est un historien de l’industrialisation et de ses impacts sociaux et écologiques au XIXe siècle, historien du travail et des mondes ouvriers au XIXe siècle, auteur en 2009 de Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860) ; en 2014 Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences, et, en 2017, avec Thomas Le Roux, de La contamination du monde. Une histoire des pollutions à l’âge industriel.

Plateforme de la Société d'histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle