Tous les articles par editeur

Objets iconophores au XIXe siècle

Journée d’étude constituant une séance de « L’Atelier du XIXe siècle » de la Société des études romantiques (SERD)

Samedi 18 mars 2017, 10h-13h
Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle Benjamin

Coorganisée par Frédérique Desbuissons et Emmanuel Fureix

L’Atelier «Objets iconophores» propose d’aborder « l’imagerie du XIXe siècle » à partir de ses matérialités et de « l’agentivité » spécifique qui en découle.
Si les objets porteurs d’images ne sont bien évidemment pas une invention de ce siècle, la migration des représentations sur une multitude de supports et d’objets de consommation prend une nouvelle ampleur au cours de la période.
Ces artefacts imagés possèdent des fonctions non seulement esthétiques et symboliques, mais aussi utilitaires, et les formes que celles-ci revêtent les destinent à être manipulés, déplacés, échangés et employés ; ils ne peuvent être réduits ni à l’iconicité de leurs motifs ni à l’économie visuelle à laquelle ils participent.
Nous proposons donc un changement de perspective dont les effets heuristiques sont triples : d’une part nous amener à porter notre attention sur des items sans pédigrée longtemps délaissés par l’histoire de l’art, et encore insuffisamment étudiés par l’histoire ; d’autre part envisager les objets relevant des beaux-arts en tant qu’objets matériels porteurs d’images ; enfin nous attacher à leurs mises en scène matérielles, dans l’espace domestique ou dans l’espace public, aux gestes qui les entourent et aux regards qui sont portés sur eux, autant qu’aux actions de ces objets dans ces espaces, sur ces gestes et ces regards.
Si l’histoire de l’art n’a jamais méconnu la dimension concrète des œuvres qu’elle étudiait, ne serait-ce qu’au travers de l’étude de leur restauration ou de leurs collections, il s’agira ici de renverser, en quelque sorte, la prééminence de la relation des objets et des images en nous attachant moins à la matérialité d’œuvres figuratives qu’aux effets de cette matérialité sur les représentations dont elles sont porteuses.
Les interventions porteront sur un long XIXe siècle, de la Révolution à l’avènement d’une culture de masse, et seront attentives aux multiples usages sociaux, politiques, religieux de ces objets, plus qu’aux seules représentations dont ils sont porteurs.

Lien vers la page de la journée

Odile Roynette, Bons pour le service, Belin, coll. Alpha

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution d’une nouvelle édition de l’ouvrage d’Odile Roynette, Bons pour le service. La caserne à la fin du XIXe siècle, Belin, coll. Alpha, 2017, 560 p.

Présentation de l’ouvrage :

1872. Après le choc de la défaite contre l’Allemagne et le traumatisme laissé par la Commune, le service militaire est placé au centre d’un dispositif qui vise à régénérer la nation meurtrie. La disparition des remplaçants, payés pour accomplir le service à la place des citoyens plus aisés, puis l’extension progressive des obligations militaires à l’ensemble de la jeunesse masculine avant 1914, promeuvent la caserne, dans le prolongement de l’école, à l’avant-garde des institutions républicaines.

L’objet de ce livre, qui reparaît aujourd’hui, revu et augmenté d’une postface de l’auteure, est d’analyser les formes et les enjeux de cette expérience partagée. Il examine les épreuves traversées par les soldats pour s’approprier les disciplines du corps et de l’âme imposées à la caserne. Il éclaire d’un jour nouveau l’histoire des hommes et des masculinités avant 1914.

Présentation de l’auteure :

Odile Roynette est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université Bourgogne-Franche-Comté. Spécialiste de l’histoire des conflits au XIXe siècle et de la Première Guerre mondiale, elle a récemment publié Un long tourment. Louis-Ferdinand Céline entre deux guerres (1914-1945), Paris, Les Belles Lettres, 2015 (Prix Lucien Febvre 2016). 

Les Ateliers du CVUH et la Société de 1848 et des révolutions du XIXe siècle

« Certains mots, qui un temps dans l’histoire, ont porté des idées libératrices sont désormais mis au service de la marchandise : l’usage du mot concept est un symptôme révélateur de cette décomposition. Instrumentalisés le plus souvent par un ordre politique profondément déstabilisé, les mêmes mots, autrefois mobilisateurs, voient leur sens inversé … »

Jeudi 2 mars 2017 à 19h autour des mots « Peuple », « Populisme »
avec Déborah Cohen et Federico Tarragoni
échanges introduits par Anne Jollet

Au Lieu-Dit, 6 rue Sorbier, 75020 PARIS (métro Ménilmontant ou Père Lachaise)

Site du CVUH

Edition critique de testaments de poilus – Editions en ligne de l’Ecole des chartes

Nous avons le plaisir d’annoncer la publication, au sein de la collection ELEC (Éditions en ligne de l’École des chartes), de l’édition critique de testaments de guerre de Poilus parisiens (1914-1918) conservés aux Archives nationales.

L’édition, encodée en TEI, est consultable à l’adresse suivante :

http://elec.enc.sorbonne.fr/testaments-de-poilus/

Le 1er août 1914 Continuer la lecture de Edition critique de testaments de poilus – Editions en ligne de l’Ecole des chartes